Je ne me suis pas reconnu... et je n’étais pas le seul !

Auteur
Le 16 nov 2020
Devons-nous être fier de ce récit véridique, ligne pour ligne. Plus qu'un récit, c'est presque un compte rendu. Prenons (nous mBS) le crédit de cet immense succès dont le retentissement est infini. Et Merci à Loïc Lanzenac qui a répondu à cet appel à l'écriture :"Je ne me suis pas reconnu", nous dispensant du même coup d'écrire notre nouvelle sur nous mêmes, sur le même thème.
Scènes d'hystérie chez Drouant, madame monBestSeller, gouailleuse harangue les journalistesScènes d'hystérie chez Drouant, madame monBestSeller, gouailleuse harangue les journalistes

Avouez ! Vous vous êtes vus ! Chez Drouant ! À la remise du prix !
Je le sais bien ! Vous vous êtes vu en «direct » sur BFM ! En plein milieu de l’écran, avec la bouille essoufflée par la surprise, avant d’être englouti par une tempête de micros... Hein ? 

Avec Bernard Pivot qui tente de fendre la foule afin de vous « claquer » un bisou.
Et bien, ce ne sera pas pour cette année encore !
Cette année : c’est Bibi !

On y est ! Vous avez l’image ?  

 […]  Toute la kermesse occupait le fond de la brasserie, si bien que près de la rue, entre le bar et les vitres, là où régnait l’assurance de ne rien voir ni d’entendre, j’avais trouvé à m’assoir …
À côté de Michel Houellebecq !

Avec son masque HNP2  et son bonnet de ski, il goutait à son anonymat. Je l’ai reconnu à cause du pull : il n’en a qu’un !
J’ai rien dit, j’étais tout aussi incognito, sauf que chez moi cet état était assurément appelé à perdurer.
J’aurais bien aimé me la jouer un peu, mais ma maigre condition de « repêché »  m’imposait un habit d’humilité.

« Repêché » ! Vous avez bien lu !...  Pour figurer dans la présélection !

Les éditions Gassouillons, ayant déploré deux cas de Covid parmi ses auteurs, ont été exclues de la compétition. On étudia alors le classement par points, qu’on multiplia par celui du grand prix de la montagne, et ce savant calcul accoucha de moi !

Je ne l’ai su qu’hier soir ! C’est ma mère qui a décroché, et comme elle est un peu sourdingue, elle a pensé à un démarchage téléphonique.
« Vous nous faites ch…er ! » a-t-elle beuglé dans l’appareil, au secrétaire de l’académie.
J’ai saisi le combiné juste avant qu’elle ne raccroche. Ouf ! …
Ca tient à rien quand même, naan ?

Chez Drouant les résultats étaient imminents, le bruit courrait qu’on avait statué.
Un serveur approcha, gentiment Houellebecq proposa son conseil :
— Il est bien frais, me fit-il en désignant son verre.
— On t’a sonné taâââ... lui demanda le barman sur un ton de gestapiste.

Je me souviens avoir entendu l’écrivain répondre « Bah non.. » puis, la voix amplifiée venue du fond de la salle :
Le prix « Poûet- Poûet » est accordé à Loïc Lanzenac  pour « De la CAF au grenier »!
On vit alors la forêt de micros, toute décontenancée par l’annonce, tendre tous ses bras à l’aventure tel un joueur de colin-maillard.

Des voix s’élevèrent afin que l’on répète, on fut fâchés de le faire, mais on répéta :
Le prix « Poûet- Poûet » est accordé à Loïc Lanzenac pour « De la CAF au grenier » !
— Il est très bien, me confia Houellebecq.

Le barman bissa :
— On t’a sonné ?
— Je parlais du Muscadet, se défendit-il d’une voix apeurée.

J’ai failli demander moi aussi, à ce que l’on répète. Incrédule, j’ai avoué à mon illustre voisin :
— C’est moi !

Il m’a dévisagé avec cet air, dont on ne se sait s’il est diablement intelligent ou affreusement con  .
—Vous êtes viticulteur ?

Il décida que oui et en sembla ravi, comme si au milieu d’un espace peuplé de gens de plume, tomber sur un homme de la terre était la meilleure chose qui soit. J’ai hoché la tête en lui adressant un sourire, troublé par mon nom, que j’entendais prononcer aux quatre coins de la brasserie, je fus dans l’impossibilité de lui répondre.
—Un peu vert en bouche, mais bien !

On appelait : « Lanzenac ! »  , « Lanzenac ! » Comme si l’on cherchait un toutou perdu.
Au milieu de cette mêlée, on vit Beigbeder se hausser sur la pointe des pieds, montrant bien haut son Smartphone :
—J’ai son Number !

Il mit l’appareil en haut-parleur, on entendit ma maman répondre :
« Vous nous faites chier avec vos démarchages ! », et elle raccrocha au nez du dandy chevelu.

J’ai alors attrapé la manche du premier journaliste qui passait :
—Je suis Loïc Lanzenac !
En se penchant, Houellebecq lui précisa :
—il fait du très bon vin !
—Sérieux ? me demanda le jeune homme.
—Lui-même !
—Il est là ! hurla-t-il en me désignant à ses confrères.

On bouscula des tables, on fit valser des chaises, la vague journalistique, renversant le mobilier  dans son chemin jusqu'au  bar, emporta aussi Monsieur Houellebecq, qui déséquilibré, chuta sur le sol. Par miracle, en s’affalant sur le dos, il sut garder en main son verre de vin blanc. Collé au parquet, il s’efforça d’un bras ferme et vertical, à préserver encore ce muscadet déjà miraculé.
Juste avant d’être assailli, j’eus le temps de le voir, gisant tel une tortue sur le dos, tentant à force de rotation, d’échapper aux piétinements journalistiques.

Après, je n’ai plus rien vu : j’étais une star ! Les sunlights en pleine poire et le champagne aux lèvres, drôlement bien ! Comme Miss France ! On me posa des tas de questions auxquelles je ne compris rien, tout occupé que j’étais à calculer combien allaient me rapporter les 12% des deux cents milles exemplaires promis à mon premier prix littéraire.

Soudain, au-dessus des têtes, un sac à main fit son apparition ; avec énergie, ce sac et le bras qui en faisait un périscope fendit la foule :
—C’est le nôtre ! Il est chez nous ! 
Une grande dame en tailleur et chignon, que suivait un moustachu de style british, surgit et me prit dans ses bras :
— Bravo, mon p’tiaud !
Elle versa une petite larme, qu’elle essuya en s’offrant aux photographes.
— Il est chez nous !

Elle posa les mains sur sa poitrine pour contenir son émotion, les libera pour souffler dans leurs paumes un baiser dans ma direction. « Mon p’tiaud … »
J’appris d’un journaliste qu’il s’agissait de Madame MBS et que le costard en tweed était « monsieur »…

La dame en chignon ajouta :
— 576ème au dernier classement ! C’est vous dire l’ampleur de notre réservoir !

Parmi l’assistance on mesura le potentiel de bandeaux rouges…
— Avez-vous lu le roman ? demanda-t-elle aux scribouillards, en chipant la coupe de champagne qu’un serveur tendait à Eric Emanuel Schmidt.

Elle captura l’attention, comme si elle possédait un lasso, chercha, menton en l’air, le qualificatif le plus précis…
— Fluoréchiant ! Gloubiboulgesque ! Sulfureux !
C’est le « sulfureux » qui interrogea.

Madame MBS ne put s’empêcher de reprocher gentiment :
— Vous auriez pu le lire quand même …

J’ai bien tenté le toussotement, trouvant qu’on me chipait un peu mon occasion de faire le snob. Elle l’interpréta, se retourna, et une fois encore, m’expédia un « Mon p’tiaud » énamouré.

Elle revint à ses explications, défit son chignon et afficha un œil coquin :
— Bien sûr, sulfureux !

Elle s’aida de ses mains, en fit toute une danse devant elle :
— …  L’histoire de ce gros satyre qui s’attrape Popaul en matant des « girls Bands » de pissouses excitées…

Elle eut un sourire satisfait :
— …  J’ai tout de suite su qu’on tenait le bon bout !

Elle avala cul sec sa coupe de champagne, avant de reprendre son dithyrambe :
— …  La façon dont l’auteur décrit les shorts en jeans, qui, au fil des déhanchements, glissent, s’immiscent, comme prisonniers d’une loi physique qui leur ordonne d’aller se réfugier là, à l’abri, bien au chaud, dans la raie du cul de ces jeunes postérieurs qui dansent...

Il y eut un Ho ! Collégial et réprobateur :
— C’est scandaleux ! hurla Hermine de Beauvau.
— Inadmissible ! scanda Marlène Schiappa, arrivée tout juste du buffet où elle avait avalé jusqu’au dernier petit four.

Madame MBS, visiblement en colère, s’empara du micro, ustensile, qui quelques minutes plus tôt, chantait mon instant de gloire, ses Louboutins, avec agilité, se hissèrent sur une chaise, elle s’en servit de tremplin pour monter sur la table. Jambes écartées, bras lancé devant elle, avec au bout de sa main un index accusateur, elle nous fit une « Céline Dion » tout à fait réussie.

Sa rotation cessa et le doigt impoli désigna :
— T’as la fesse triste Marlène !

Dans le brouhaha qui s’en suivit, je vis, agrippant une cheville, monsieur MBS, implorer  un peu de modération à sa moitié.
Ce fut une sorte de bataille d’Hernani, dont je fus le grand oublié.

De toute façon, depuis le début j’avais trouvé çà mal engagé, j’chais pas, un pressentiment… « Repêché ? »... pour faire douzième. Il est vrai que mon CV, illuminé de ma 572e place dans la catégorie « suspense », plaidait pour ce choix… mais quand même !

Aussi, lorsque Bernard Henry Lévy évoqua un nouveau vote, je ne fus pas vraiment surpris, et parmi l’assistance, on s’intéressa bien plus à la réaction de Madame MBS qu’à la mienne.

Elle questionna son mari toujours accroché à son mollet :
— Clifford ! Y veulent nous dépouiller !
— Mais Madame… s’excusa BHL
— Toi ! Ta gueule ! répliqua Madame MBS du haut de son perchoir en assenant au brushing un coup de parapluie bien ajusté.

On décida d’agir et les serveurs unirent leurs efforts pour faire descendre l‘agitée.
— Calme-toi Yolande, implora Clifford en l’accueillant sur le sol.
— Pourrait-on m’aider aussi ? 

La petite voix fragile semblait venir de derrière les jambes de pantalons et n’interpella personne.

La délibération suivante désigna « Tous à poêle ! » de Cyril Lignac et tout le monde nous abandonna.
J’ai interpellé le barman :
— Un muscadet s’il vous plait ! Je me suis retourné :
— Yolande ? Un Muscadet aussi ?
— Moi aussi, un Muscadet ! ajouta Clifford.

Michel Houellebecq en revint à une presque verticalité :
— Il est un peu vert, mais bien !

Yolande le regarda sans comprendre, elle croqua dans une cacahuète et soupira :
- Ça ne tient à rien quand même …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

@lamish

Merci Mimi de ton enthousiasme , de même qu'à l'équipe de @mbs pour avoir emballé cette contribution avec l'esprit adéquat ....

Publié le 16 Novembre 2020

@Loic Lanzenac "Vois-tu ! Vois-tu !" aurait répété mon adorable grand-mère, avant d'ajouter "Tout vient à point à qui sait attendre" ;-). L'imprimature a tranché, et voici ton excellente nouvelle en ligne... Délirante et jubilatoire à souhait... J'ai adoré madame MBS ; ses élans aussi protecteurs que possessifs ; l'avalanche de quiproquos ; les scènes très visuelles... Bref, l'art du burlesque teinté de finesse ;-). Merci pour cette tranche de rire, le p'tiot à madame MBS, et pour conclure, je trinque à la santé de tes personnages... Un petit Muscadet bien frais ne se refuse jamais, n'est-il pas ? En tous cas, ce n'est pas Michel Houellebecq qui me contredira :-). Bises et bon dimanche. Michèle

Publié le 16 Novembre 2020