Interview
Du 08 oct 2021
au 08 oct 2021

Rencontre

Voilà une nouvelle apparemment énigmatique. Kailijinn nous chuchote à l'oreille que les rencontres sont aussi des découvertes aux frontières de la vie et de la mort. Une réponse imagée à l'appel à l'écriture monBestSeller Rencontre(s)
Kailidjinn nous raconte une rencontre insolite pour l'appel à l'écriture monBestSellerKailidjinn nous raconte une rencontre insolite pour l'appel à l'écriture monBestSeller

             Ce matin, ma fille est passée me prendre à la maison. Elle m'a dit : « Habille-toi on va faire un tour ! ». Je lui ai répondu que j'étais très bien chez moi et que je n'avais pas envie de croiser des gens dans le square. Il ne manquerait plus que je croise la vieille Madeleine et ses cheveux tout poisseux. Elle a tellement insisté que j'ai fini par la suivre et on est montées dans sa voiture.

            J'ai tout de suite compris qu'on n’allait pas au square alors je lui ai demandé où on allait mais elle m'a répondu d'un air énigmatique : « Tu verras. ». On a roulé en silence pendant un moment puis elle m'a raconté ses soucis avec son grand garçon. Quel petit merdeux, celui-là ! Ça a beau être mon tout petit mais depuis qu'il arrive à dire non à sa mère, je ne le vois quasiment plus et ses profs non plus apparemment… Puis, elle m'a raconté son boulot, sa vie de couple et son quotidien, toutes ces choses dont elle me parle déjà chaque mercredi.

            Soudain, j'eus un pressentiment, une angoisse ! Cela faisait maintenant presque une heure qu'on roulait et je ne voyais toujours pas où nous allions. Cette sortie ne serait-elle pas une excuse pour me déposer dans l'un de ces mouroirs vers lesquels tant de mes voisines et copines de scrabble sont parties pour ne plus jamais revenir ? Serait-elle en train de m'abandonner ?

            Au bout d'un moment, elle glisse une cassette dans l’autoradio. Avant même que le son ne sorte de l'appareil, je la reconnais. Cette cassette, je l'ai manipulée tellement de fois ! Je me vois la mettre dans l'autoradio de la Renault 4 alors que mon Jean conduisait sur une route de campagne et que ma fille pleurait de fatigue à l'arrière. Cette cassette, je pensais l'avoir perdue, alors, quand les premières notes d'accordéon de la chanson « Amsterdam » de Jacques Brel retentissent, des larmes se mettent à couler sur mes joues sans que je ne puisse les retenir. Pendant plusieurs minutes, je reste ainsi pétrifiée sans pouvoir dire un mot à écouter et à pleurer. Puis, lorsque commence « Les gens », mes lèvres se mettent toutes seules à remuer, puis à chantonner les paroles. Je regarde ma fille, elle me sourit alors je lui souris aussi et je n'ai plus peur. Peu importe où elle m'emmène, le voyage sera beau. Alors, je chante de plus en plus fort. Je ris, je danse sur mon fauteuil de voiture en me laissant bercer par ces souvenirs de vacances en famille.

            Lorsque ma fille arrête la voiture sur un parking, l'angoisse ressurgit et je regarde autour de moi, perdue… Je ne vois pas grand-chose, juste un parking avec des bâtiments en béton tout autour. Si c'est ça une maison de retraite alors cela ressemble plus à un abattoir. Ma fille me sourit et dit : « Fais moi confiance ! Ça va aller. »

            En soupirant, je la laisse détacher ma ceinture et m'extirper de la voiture. Je suis d'abord surprise par le vent fort, charriant une odeur piquante, que je ne reconnais pas. Dans le ciel, quelques nuages avancent tels des moutons au milieu d'une prairie et le soleil joue à cache-cache en me réchauffant chaque fois qu'il réapparaît. Un grondement sourd et régulier berce mes oreilles tandis que des criaillements suraigus les agressent.

            Ma fille me prend par le bras et me fait avancer vers une rue entre deux bâtiments et, lorsque nous les contournons, je suis époustouflée. La vue s'est nettement dégagée, laissant place à une étendue dont les couleurs varient du gris au bleu en passant par un vert pâle et parsemée de lignes blanches qui avancent et reculent. C'est donc ça la mer ? Moi qui ai toujours voulu la voir sans que mon Jean n'accepte de m’y emmener, je me retrouve enfin face à cette chose à la fois magique, belle et immense…

            Sans m'en rendre compte, je me suis approchée et arrêtée juste devant un escalier, ma fille toujours accrochée à mon bras, un sourire au coin des lèvres. Je me rends compte que ma bouche est grande ouverte et, j'ai beau essayer de la refermer, je n'y arrive pas. Ce que je vois, cette plage infinie, cette immensité d'eau qui brille lorsque le soleil se dévoile me bouleverse. L'odeur est aussi beaucoup plus forte que lorsque je suis sortie de la voiture et le vent me repousse, comme s’il voulait me retenir de plonger dans l’eau salée. Pour la deuxième fois de la journée, des larmes se mettent à couler sur mes joues."

10 CommentairesAjouter un commentaire

@Maureen Hann
Merci pour ce commentaire et merci pour votre texte de rencontre féline !

Publié le 14 Octobre 2021

@Kailidjinn
Merci pour ce joli texte,
Entre souvenirs et moments présents, angoisses et joie, ces allers retours nous promènent avec plaisir.
Amicalement
Maureen

Publié le 14 Octobre 2021

@Boris Phillips
Merci pour ce commentaire ! A vous de vous faire votre avis et votre analyse. bonnes lectures

Publié le 13 Octobre 2021

Alors, @Kailijinn, voyage au bout d'une perpétuelle nuit faite de mornes rencontres quotidiennes ou hebdomadaires ou... au bout d'une vie sans relief ni espoir qui connait son apothéose ?
L’ambiguïté entretenue par votre narration n'est pas sans charme !
Cordialement.
Philippe.

Publié le 13 Octobre 2021

@monBestSeller
Merci pour la correction!

Publié le 11 Octobre 2021

@Kailijinn
Excusez-nous pour cette erreur qui, pour vous consoler, aura permis à certains lecteurs de la compléter et de s'interroger. Le mal est réparé.

Publié le 11 Octobre 2021

@Jean-Louis Ermine @Fabricio @Lucas Belmont5
Merci beaucoup pour vos retours constructifs. C'est notamment pour cela que je participe à ces appels à écritures, pour avoir des retours positifs mais aussi critiques et améliorer mon écriture. Alors, merci pour ça!

Publié le 11 Octobre 2021

Le thème de la mer est une chose qui me touche particulièrement. Effectivement après avoir lu votre - ligne-supprimée - je pense qu'elle aurait sa place et manque à votre final. Ce genre de mésaventure m'est aussi arrivée, c'est pour cela que je relis et relis mes textes, non pas en supprimant les dernières lignes, mais en recherchant ce qui finalement n'apporte que très peu au texte dans le texte lui même... Ensuite, personnellement j'aurai juste ajouté dans votre première phrase - on va faire un tour "maman"... - pour mieux poser votre personnage principal. Car l'émotion est là et votre rencontre avec la mer est une bien belle idée et belle surprise de fin ... j'espère que la fille n'a pas l'idée d'emmener sa maman après... à la maison de retraite!

Publié le 10 Octobre 2021

Même si l'histoire est un peu bancale stylistiquement (ah, le nombre de signes !), elle contient beaucoup d'émotions. Merci.

Publié le 10 Octobre 2021

@Ernesto Férié @jules x
Merci pour vos remarques et conseils!
et désolé pour la fin à laquelle il manque effectivement une phrase que je vous livre ci-dessous. C'est le problème d'être trop bavard et de ne pas réussir à respecter parfaitement une consigne de nombre de signes... D'où le fait que l'on ne puisse en effet pas retenir quelqu'un en le repoussant.

"de plonger dans l’eau salée. Pour la deuxième fois de la journée, des larmes se mettent à couler sur mes joues."

Publié le 10 Octobre 2021