Auteur
Du 10 mar 2022
au 10 mar 2022

God save the family

Il faut toujours être capable d'appliquer à soi-même ce que l'on considère comme étant la morale publique. Gageons que Jo s'en souviendra. La nouvelle de Stog 2 pour l'appel à l'écriture monBestSeller "Double jeu"
La nouvelle de Stog pour l'appel à l'écriture monBestSeller "Double jeu"La nouvelle de Stog pour l'appel à l'écriture monBestSeller "Double jeu"

Jo Warmfield est indépendant de fortune, sa famille ayant fait son beurre dans la fabrication de sous-vêtements. Depuis plusieurs générations l’entreprise familiale manufacture des produits rencontrant les plus hauts standards de qualités et la réputation de garder bien au chaud les parties du corps les plus vulnérables. Et, c’est bien pour cette raison qu’il a obtenu de l’armée l’exclusivité des approvisionnements en caleçons longs pour l’infanterie. Warmfield corporation se fait un point d’honneur de garder au chaud les attributs reproductifs des corps expéditionnaires des régions polaires canadiennes.

 

Cette famille de souches élisabéthaine, d’un conservatisme exemplaire, est fière de sa tradition toute britannique. Forte d’une supériorité morale hors de tout doute, elle n’en demeure pas moins progressiste, en ce sens qu’elle donne volontiers aux peuplades multiethniques, quelques assurances et droits. Magnanimement, elle considère que c’est un devoir du Commonwealth que de partager les bienfaits de la civilisation en général et du caleçon long en particulier.

 

La mère règne impérialement avec un stoïcisme digne d’une cour d’Europe. Très tôt, lorsque le caractère de sa progéniture commence à se définir, elle octroie les rôles. Greta la futée, doit devenir médecin, Andrew le turbulent : officier de marine et Jo le malléable : politicien. Tel est sa décision, les contacts et l’argent feront le reste.

 

L’issue de la course à la chefferie du parti Progressiste-Conservateur ne fait pas de doute; Jo est donné gagnant dès le début. Mais, la route n’est cependant pas dépourvue d’obstacles, une faction du mouvement ultra conservateur veut se débarrasser de l’étiquette progressiste. Bien qu’il soit possible de remporter l’investiture du parti sans ces ultras, il serait impossible de gagner les élections générales sans cette portion congrue de l’électorat conservateur. Jo doit donc se résigner à inclure dans son programme la disparition du préfixe progressiste du parti et inclure en sourdine une mention antiavortement. Après tout, sa famille s’est faite championne de la protection des appendices de la reproduction à la gloire de la patrie.

 

Pendant ce temps, Andrew traîne ses gènes d’officier de marine au gré des escales. Pendant la pause parlementaire de la période des fêtes de Noël, il demande à Jo de venir le rejoindre à Bridgetown à la Barbade, loin du froid sibérien. Il entraîne son frère, influençable et toujours disposé à faire plaisir, dans une soirée bien arrosée où les selfies abondent. Jo perd son flegme au milieu d’un «aréopage» de Vénus d’ébènes. Son frère taquin a tissé pour lui un piège dans lequel il s’engouffre avec délectation. Jo n’a pas l’habitude à autant de voluptés. Kate, sa femme, est passive aux jeux de l’amour. La seule fois où il l’a vue se mouvoir pendant l’acte est la nuit où elle a oublié d’enlever ses bas-culottes : ses orteils… avaient bougé. Bref, Jo passe une nuit de délices, une nuit dont il se souviendra longtemps.

 

De retour au pays, les électeurs fatigués d’un gouvernement en place depuis quatre élections, au nom de l’alternance du pouvoir, élisent les conservateurs. Il doit à présent essayer, sans conviction, de faire passer non pas une loi, qui aurait été trop impopulaire, mais des règlements tatillons qui mettent les médecins pratiquant l’avortement passible d’éventuelles poursuites.

 

Trois mois plus tard, son chef de cabinet reçoit une lettre de Barbara incluant des photos du premier ministre dansant la lambada ainsi que du ventre, maintenant bien rond, de sa grossesse. La reine mère envoie sur place Greta qui prend en charge la résolution du problème, pendant que son fils plaide au parlement pour l’adoption d’un chapelet tatillon de règlements anti-avortement.

 

Une semaine plus tôt, à Bridgetown au quartier Belleville, Barbara ajustait l’objectif de son appareil photographique sur le ventre de sa sœur jumelle Belinda.

 

 

 

Une histoire intéressante quoiqu'un peu incongrue, ma foi. C'est assez simpliste et standardiste mais peut-être me tromperais-je sur l'écho de ces lignes.

Serait-ce l'extrait d'un roman ? Si oui, où pourrais-je me le procurer ?

Publié le 01 Mai 2022