Interview
Le 18 nov 2016

Les auteurs monBestSeller dans le viseur de Marie Leroy, la Martinière Littérature

Juré pour la deuxième année consécutive du Prix Concours monBestSeller de l'Auteur Indépendant, Marie Leroy dirige depuis 2014 les éditions de La Martinière Littérature après avoir été directrice éditoriale, puis directrice générale adjointe des éditions Points. Elle est également l’éditrice, aux éditions du Seuil, de Philippe Delerm. Elle répond aux questions de monBestSeller et nous donne une vision éclairée de sa profession.
Marie Leroy La Martinière Littérature et Florian Lafani - Michel Lafon, jurés des Prix Concours 2015 et 2016Marie Leroy (La Martinière littérature) et Florian Lafani (Michel Lafon), lors des délibérations du Prix Concours de l'Auteur Indépendant 2015

L'édition mute et désormais Internet fait partie du paysage des éditeurs. Avec le phénomène de l'auto-édition qui prend de l'ampleur, on observe de nouveaux comportements. Nombre de ces auteurs n'envisagent même pas de se faire éditer. Ils trouvent leur plaisir d'auteur dans le partage, dans l'échange, dans le dialogue.
Mais attention, les passerelles se multiplient : des plateformes aux partenariats, des partenariats aux maisons d'édition..., on cherche des talents.
Marie Leroy, directrice de la littérature aux éditions de La Martinière s'explique... Elle revient sur son travail d'éditrice, sa collaboration avec monBestSeller, son espoir de trouver un nouveau talent en 2016 comme ce fut le cas lors du Prix Concours 2015 qu'elle publie au début de l'année.

Question: 

Le fait de collaborer avec monBestSeller facilite-t-il votre travail de repérage des talents émergents ?

Réponse: 

L’équipe de monBestSeller a ceci de formidable qu’elle rassemble des lecteurs et des amoureux de la littérature qui ne se préoccupent pas des grandes querelles germanopratines, mais qui revient à ce qu’il y a d’essentiel : le goût de lire de belles histoires. Par leur intermédiaire, on revient à ce qui fait l’essentiel de notre métier : le partage et l’écoute de l’autre.

Question: 

En 2015 déjà, vous étiez juré du Prix Concours monBestSeller de l’Auteur Indépendant. En 2016, vous avez souhaité réitérer l’expérience. Qu'est-ce qui vous a motivée ?

Réponse: 

J’ai été très touchée par la solidarité du réseau d’auteurs constitué autour du site. Par ce que cela dit aussi du besoin d’écrire, de l’importance de la littérature dans la vie de beaucoup d’entre nous. J’ai été marquée également par le courage et la ténacité de ces centaines d’auteurs qui ont consacré de nombreuses heures et journées de travail pour mener à bien ce qui constitue pour beaucoup un rêve inaccessible : écrire un roman.

Question: 

En 2017, vous publiez le roman de la lauréate du Prix Concours 2015. Pouvez-vous nous dire ce qui vous a convaincue d’éditer le premier roman de cette auteure encore inconnue ?

Réponse: 

Comme tout éditeur, je lis des manuscrits tant et plus. Un manuscrit, c’est toujours une rencontre : parfois sans grand intérêt, d’autres fois juste un peu décevante, et si rarement : porteuse de promesse. Quelle excitation quand on tombe sur un texte qui vous prend par la main, qui déploie un véritable univers, et fait vivre des personnages attachants, mystérieux. C’est ce qu’a réussi Cathy Bonidan/Mel Pilguric, avec une sophistication de l’intrigue qui mêle différentes époques et différents genres littéraires (épistolaire, journal, récit…). Mais surtout, c’est un texte qui porte un message lumineux, malgré les événements parfois terribles qui y sont racontés : c’est que l’amour et l’écoute, la beauté de l’âme humaine, peuvent seuls sauver les hommes - bien mieux que la science, les grands diplômes, ou tout autre chose clinquante.

Question: 

Un souhait pour 2017 ?

Réponse: 

Découvrir un nouvel auteur qui suscite autant d’enthousiasme, et qui soit une aussi belle rencontre humaine que celle de Cathy Bonidan/Mel Pilguric. Et c’est peut-être le cas…

Propos recueillis par Isabelle de Gueltzl

Résultats du Prix Concours monBestSeller de l'Auteur Indépendant 2016 :
le 9 décembre au soir.

VIDÉO Pourquoi les éditeurs aiment monBestSeller ?

19 CommentairesAjouter un commentaire

@monBestseller,@Catarina Viti @colette bacro, Marguerite Rothe, Bossy, Lamish
Le 9 décembre prochain, il y aura 7 ou 8 finalistes déçus et un ou deux lauréats ravis. La Martiniere littérature et Michel Lafon, ont une ligne éditoriale, à laquelle devra correspondre le texte qu'ils sélectionneront en ayant pour objectif de satisfaire leurs lecteurs. Il faut rendre hommage au risque pris par un éditeur, chaque fois qu'il édite un ouvrage, l'enjeu économique étant de taille, dans un marché économique tendu, pour ne pas dire sinistré.
monBestSeller est le go between entre l'éditeur et l'auteur, en nous donnant l'oportunité d'être lu par des professionnels, un grand merci à toute l'équipe!
Pour le reste, pour les participants au concours 2016, " break your leg"!
Et aux lecteurs qui ont porté un regard sur nos tentatives littéraires, un grand merci!
Pascale Lécosse

Publié le 25 Novembre 2016

@Hubert-P LETIERS @catarina Viti @Colette bacro, @Marguerite Rothe, @BOSSY @lamish Merci à tous pour ces réflexions et commentaires. qui donnent un relief particulier à tout notre travail. Bien sûr nous ne pouvons pas demander aux éditeurs une fiche par auteur, même si elles existent de manière informelle. Ils donnent beaucoup de leur temps, et de leur énergie pour nous aider dans nos initiatives... Et Mel bien évidemment,quel fairplay de mentionner que ce qui est édité n'est pas forcément ce qu'il y a de meilleur. C'est dans un espace donné, avec un jury donné, ce qui a le plus de chance de rencontrer un public...et c'est un pari. Et il n'y a pas de notes à distribuer par des "professionnels", nous sommes là d'ailleurs pour nous en affranchir et parler librement . @michel canal . Vous prêtez à Marie Leroy des propos de mBS, seule son interview est son propos réel. Le reste vient de nous. Le plaisir de partager est certes important, souvent par delà les rêves d'édition. Mais nécessite un activisme quasi quotidien. Beaucoup lâchent prise.. Merci à tous

Publié le 22 Novembre 2016

@Michel CANAL Toujours simple et concis, je ne peux qu'adhérer, tout comme à la vision objective de @Mel Pilguric et @Hubert- P LETIERS. Merci à tous, à Marie Leroy et à la valeureuse équipe de MBS qui n'a de cesse de se battre pour le bonheur d'une communauté d'écrivains si éclectique (ce ne doit pas être une mince affaire tous les jours :-)), et pour leur donner une chance de réaliser leur rêve lorsqu'il s'agit de se faire éditer. Continuons à croire avec eux que ce n'est pas une chimère, sinon qui d'autre le fera ? Belle, très belle journée à vous tous. Michèle

Publié le 21 Novembre 2016

Mes amis @Lamish et @Bossy, Louis et Nour est publié ! A moins de poursuivre votre dialogue pour le tome 2, on peut placer un mot ? Naturellement je plaisante, car j'apprécie toujours vos interventions dans les débats.
Dans son développement, Marie Leroy donne un avis qui pourrait satisfaire les auteurs (les autres, beaucoup d'autres) : " Avec le phénomène de l'auto-édition, nombre d'auteurs n'envisagent même pas de se faire éditer. Ils trouvent leur plaisir d'auteur dans le partage, dans l'échange, dans le dialogue. " Ce n'est pas tout à fait exact. Trop de lecteurs lisent anonymement et ne partagent pas avec les auteurs (voir ratio nombre de consultations/nombre de commentaires). J'ai maintenant un an et demi d'expérience sur mBS et je suis conscient que 75% au moins des auteurs auto-édités passant rapidement dans la zone grise puis noire ont de quoi être frustrés de leur audience quasi nulle.
Pour en revenir au choix des auteurs nominés et du lauréat, je suis d'accord avec @Hubert-P LETIERS de mBS : " ... celui qui gagne... celui ou celle qui raconte la meilleure histoire à un décideur qui est dans ses meilleures dispositions pour l'entendre au moment où on la lui raconte. "
Les auteurs sélectionnés au fil des mois ont un talent reconnu, même si leur manuscrit est perfectible (ce sera le travail de l'éditeur de l'aider à en faire du parfait). A titre anecdotique, une auteure que j'ai appréciée et soutenue sur mBS va être publiée par une maison d'édition. Les corrections à apporter à son roman sont de l'ordre des centaines... et cependant elle écrit plutôt bien !
Dans ce contexte d'un seul élu au final, j'approuve la sollicitude de @Catarina Viti et le soutien de @Lamish pour que les auteurs primés mais non élus puissent avoir quelques indications sur ce qui peut être amélioré.
Cependant, ne nous plaignons pas que la mariée soit trop belle. L'existence de la plate-forme mBS pour les auteurs en herbe quelle que soit leur motivation est une chose formidable, et le Prix Concours monBestSeller de l’Auteur Indépendant, avec la participation de professionnels de l'édition, une excellente initiative. Il y aura un élu, peut-être deux (sait-on jamais), les autres n'en seront pas moins méritants et ils auront de toutes façons attiré le regard sur leur "roman" et leur talent.

Publié le 21 Novembre 2016

@monbestseller.On se calme ! On ne va quand-même pas retrouver sur mBS la foire d'empoigne pour les prix de la rentrée de Saint Germains des Prés ! On avait un Prix. Cette année, on en a deux. C'est beaucoup et c'est bien. Que le meilleur gagne ! Ou un autre...ce n'est pas grave. L'important, c'est d'aimer, après avoir participé. Dans tous les cas, la grande gagnante, c'est l'équipe de mBS ! Et si on lui attribuait un Prix ?... du meilleur site numérique ? Cela mettrait tout le monde d'accord, et il n'y aurait pas de jaloux... Votez !

Publié le 19 Novembre 2016

@BOSSY, Nous évoquons les auteurs sélectionnés et leur opportunité de recevoir les conseils d'éditeurs lors de leur rencontre à Paris. Pour les autres, bien sûr que les retours lecteurs, auteurs, ainsi que les packs MBS sont des indices et aides précieux. ... mais cette de tribune n'est pas l'endroit pour en débattre, cher Lounis...

Publié le 19 Novembre 2016

@lamish. Si chacun de nous désire bénéficier d'un avis de professionnel sur son livre, en connaître les qualités et les défauts en vue d'une publication, mBS met à sa disposition un pack Quali très bien fait, c'est le "Diagnostic Flash ", qui l'étudiera en tant que tel, sans avoir à comparer avec d'autres textes et qui n'a pas à le divulguer, chaque cas étant particulier. Tu peux même avoir un contact tel ou mail pour discuter. C'est un bon investissement pour les acharnés des Maisons d'Editions classiques. Mais il faut payer ce service, mBS ne peut pas tout assumer gratuitement. Tu reçois une fiche résumant cette étude que tu pourras joindre à ton envoi de manuscrit à la maison d'édition de ton choix, après avoir effectué les corrections conseillées. Tu peux aussi donner cette fiche à mBS qui en fera bon usage. Voilà,chère lamish. Dans la vie, c'est un mélange de collectif et de chacun pour soi...Lounis

Publié le 19 Novembre 2016

Excusez-moi d'intervenir à nouveau, mais je voudrais rappeler qu'être choisi ne signifie pas être le meilleur... Auriez-vous oublié quels étaient les finalistes de l'année dernière ?
Et je pourrais écrire un roman (en nombre de pages en tout cas) si je vous listais la quantité de critiques et de défauts mis en évidence au cours des derniers mois sur mon livre...
En fait, je crois que le choix d'un éditeur est très personnel et qu'il est lié au thème du roman, à sa forme et à des détails qui lui ont parlé. Dans ce cas, il semble très difficile de parler d'erreurs pour tous ceux qui ne seront pas choisis, non ?
Je crois à la sincérité de Marie lorsqu'elle parle de rencontre et non de qualité objective et je me souviens d'une de ses premières remarques que j'ai gardée en tête (j'espère qu'elle ne m'en voudra pas de la citer...) : "tu pourrais recevoir autant de critiques différentes qu'il existe d'éditeurs sur Terre"...

Publié le 19 Novembre 2016

@Marguerite Rothe, pas facile, je le sais pour être gaffeuse, étourdie et trop spontanée !:-) @BOSSY, Ho bijou ! Nous avons écrit synchrones et je n'ai lu ton commentaire destiné à Catarina qu'à l'instant ! Je parlais de la sortie du livre de Mel afin d'être sûrs d'intervenir au bon moment. Pour te répondre, je n'ai jamais imaginé que le Prix Coucours MBS était une vente de charité et je crois assez aisé qu'un dialogue entre des professionnels et une poignée d'écrivains puisse avoir lieu de façon informelle, comme le suggère Catarina. De plus, le fait d'avoir été sélectionné prouve la qualité de leurs écrits aux auteurs concernés. Il ne s'agit pas d'établir un classement. Les conseils reçus pourraient aider ceux, parmi eux, qui souhaiteraient être édités et ignorent les "tendances" du moment. Je t'embrasse. Michèle

Publié le 19 Novembre 2016

@lamish

Que vais-je devenir, si en plus de ma distraction coutumière, mes yeux s'y mettent aussi ? :-)))

Publié le 19 Novembre 2016

@lamish. Je ne fais pas de tapage, mais je réponds à Catarina parce que je suis concerné, moi. Au Concours de Polytechnique, il y a 2000 prétendants pour 120 places. On n'explique pas aux 1880 recalés pourquoi ils ne sont pas aussi bons que les 120 premiers. Si on a peur du résultat, il ne faut pas se présenter. Amicalement, ma chère raisonneuse. Le Concours de mBS n'est pas une vente de charité.

Publié le 19 Novembre 2016

@Catarina Viti, entièrement d'accord avec vous. Je crois, effectivement, que les auteurs qui auront eu la joie d'être sélectionnés, apprécieraient de comprendre ce petit plus qui manque à leurs écrits pour être l'heureux élu. Seuls les professionnels de l'édition peuvent les éclairer de leur expérience, en toute franchise, et leur permettre d'évoluer dans le "bon sens". @Marguerite Rothe, urgence pour le changement de lunettes :-) @BOSSY, je te suggère d'attendre un peu avant de faire la grand tapage autour de la sortie du livre de Mel et ce, pour une meilleure efficacité... Rien n'échappe à la fugacité des choses, tu le sais. :-) Belle journée à vous tous. Michèle

Publié le 19 Novembre 2016

@Catarina Viti. Voici donc votre petite bombe ! Je comprends bien votre désir de voir reconnaître les neufs nominés du Concours, ne serait-ce qu'en leur expliquant leurs défauts pour justifier qu'ils ne sont pas choisis comme lauréat. Mais nous avons accepté le principe du concours en y participant par élection des lecteurs, complétée par le mCL, Le Jury décide ensuite,complété à son tour par les deux représentants des Editions classiques qui se sont engagées à publier le lauréat. On demande à ceux-ci de motiver leur choix du lauréat, mais c'est beaucoup demander qu'ils motivent également l'écartement des huit autres. Serait-ce tellement réconfortant ? Cela donnerait certainement lieu à polémique et à protestation, chaque auteur ayant tendance à s'estimer le meilleur.Les nominés savent qu'ils sont perçus comme les neuf meilleurs ( cela aussi pourrait se discuter à l'infini ). L'un d'eux est désigné comme le meilleur des neufs et tous s'en réjouissent sans lui contester la décision. On ne va pas insister lourdement sur les défauts des autres, sachant qu'ils sont parmi les bons, ce qui est dééjà une grande satisfaction.

Publié le 19 Novembre 2016

@BOSSY Merci ! (ça doit être à cause des lunettes)

Publié le 19 Novembre 2016

@Marguerite Rothe. Oui, vous hallucinez, chère Marguerite. Il s'agit bien de Marie Leroy.

Publié le 19 Novembre 2016

Ça me travaille depuis hier : la légende de la photo d'illustration nous dit :
Marie Leroy et Florian Lafani, lors des délibérations du Prix Concours 2015... sauf que je ne reconnais pas Marie Leroy, mais plutôt Mel Pilguric sur ce cliché. J’hallucine ou pas ?

Publié le 19 Novembre 2016

@Colette bacro, @Marguerite Rothe, @BOSSY, @monBestSeller
Merci à tous pour vos commentaires et merci bien sûr à Marie pour avoir dit toutes ces choses adorables au sujet de mon livre...surtout après les xxx relectures de ces derniers mois :))
@BOSSY : pour la fête pas de souci, tu n'auras qu'à me donner la date !

Publié le 19 Novembre 2016

@Colette bacro@Marguerite Rothe. Oui, pour nous, c'est toujours Mel Pilguric. MBS a fait son travail,La Martinière a tenu ses engagements. Maintenant, c'est à nous de jouer. Nous, le force de frappe : Les auteurs et aussi les lecteurs. Quand on sera sûr de la parution du livre en janvier, il faudra inciter tous les auteurs, et si possible un certain nombre de lecteurs, à aller acheter le livre en librairie. Et les 2000 Ex prévus partiront en une semaine. Il y aura une deuxième édition, et une troisième, Et on ira faire la fête chez @Mel Pilguric.

Publié le 18 Novembre 2016

Bonsoir @Colette bacro
Oui, et il y a même des fois où l'on ne reçoit rien... Dans un cas comme dans l'autre, il faut une bonne dose de confiance en soi, pour persévérer. Heureusement que mBs existe ! Au moins ici, on est sûr, d'avoir des retours de lecture, faits par de vrais lecteurs !
Amicalement, Marguerite
PS : dommage que cet entretien nous révèle le patronyme de Mel... Et la magie, alors ? -:(

Publié le 18 Novembre 2016