Auteur
Le 08 fév 2017

Écriture à quatre mains pour un roman qui veut casser les codes

Comment deux ex lycéens tombés tout petits déjà dans le grand bain de la littérature se sont rencontrés au hasard d'un incipit pour un devoir de classe... en ont fait une nouvelle... puis sept ans de réflexion (et surtout de travail !) plus tard, un roman écrit à quatre mains et aujourd'hui auto-édité.
Lire gratuitement 9 premiers chapitres de "Prémonitoire"Deux écrits sur une même trame et rassemblés progressivement en un récit à la croisée de divers genres littéraires : policier, aventure, romanesque, science-fiction, fantastique.

Le déclic de notre projet d’écriture

L’écriture de notre manuscrit est venue tout bêtement en 2008 à l'occasion d'un devoir de français pour lequel il s'agissait de créer un incipit et où nous avions obtenu la même note de 14. Nous avions alors été curieux de savoir ce que l’autre avait écrit... Et nous avions remarqué certaines similitudes, non dans le style, mais le choix des personnages et l'implantation du décor.

C'est à partir de là que nous nous sommes lancés le défi d’écrire ensemble une nouvelle, tout d’abord sur trois idées de sujet : un footballeur voulant devenir fortuné, une aventure à la Robinson Crusoë, et enfin l’Apocalypse. C'est ce dernier thème que nous avons retenu au final, influencés par le contexte médiatique de l’époque. Et ce qui devait être au départ une nouvelle est très vite devenu un roman...

Écrire un roman à deux auteurs : un défi et quelques difficultés...

Écrire à quatre mains ne nous est pas apparu comme une difficulté en soi dans la mesure où chacun a écrit de son côté avec ses propres recherches et connaissances pour ensuite tout fusionner ensemble, que le travail soit effectué à nos propres domiciles, au lycée, à la Fac ou même dans les parcs pour y retrouver apaisement et tranquillité. Quand les circonstance ne nous permettaient pas de nous rencontrer, nous correspondions par mail afin de gagner du temps, et éviter que cela nous prenne des heures voire même une bonne moitié de la journée. Nous restions toujours autant enthousiasmés.

Tout cela n'a été évidemment possible que grâce à une bonne entente sur le sujet prédéfini, au-delà de notre passion pour l'écriture et la littérature. Les clés de cet aboutissement ont été la solidarité, l'écoute, l'analyse et la compréhension de l'autre afin d'avancer dans la même direction avec une base commune fondée sur une trame déterminant les personnages,  lieux et décors que nous avons dû travailler tout le long. Et c'est vraiment à la toute fin que nous avons enfin rassemblé nos chapitres par ordre d'intérêt et de chronologie. Mais chaque chapitre n'est jamais l'œuvre d'un seul et même auteur, toujours des deux co-auteurs, car au moment des corrections chacun a apporté sa pierre à l'édifice.

La véritable difficulté a résidé dans la cohérence et la structure de certains passages que nous avons réunis, afin d'obtenir une logique et un raisonnement au plus proche de la réalité. L'orientation dans le temps et dans l'espace pour un roman jouant souvent avec les flash-backs a également fréquemment constitué des obstacles. Un peu comme pour tous les auteurs en fait, mais c'est là que le soutien du second intervient. Il permet de remettre l'autre sur les bons rails en apportant son sens de la syntaxe et de la ponctuation, sa culture générale et son point de vue extérieur donnant toujours le recul nécessaire.

Nos inspirations : littérature contemporaine et écrivains classiques

Nous avons été inspiré par le thème de l'Apocalypse grâce à l’actualité médiatique (presse papier et numérique), le cinéma et les romans. Pour les aspects fantastique, aventure et policier de notre oeuvre nous avons été influencé par des auteurs comme Stephen King, Horowitz, Khoury, Christie ou Cornwell. Pour les côtés science-fiction, surréaliste et naturaliste, nous nous sommes en revanche plus inspirés d’auteurs classiques comme Jules Verne, Balzac ou Zola.
Parallèlement, nous nous sommes appuyés aussi bien sur de la documentation scientifique et philosophique que sur des manuels de français pour les proverbes ou les figures de style, sites en ligne etc. Autant dire que nous avons tout mis en oeuvre pour se distinguer de tout ce qui existe sur ce sujet...

Au final, un roman à la croisée de divers genres littéraires : policier, aventure, science-fiction, fantastique

Nous avons vraiment voulu créer quelque chose de totalement innovant et original jusqu'à briser les codes de la littérature. Suspense languissant, élément déclencheur tardif, bizarreries etc. Le résultat ? Sept ans de travail discontinu pour assurer le divertissement de nos lecteurs par le côté amusant et atypique de notre roman "Prémonitoire" !

Ben Porthos et Michel Aramis

@Michel CANAL, comme quoi un Michel peut en cacher un autre. Et là en principe vous devez sourire voire rire. Pour vous répondre, heureux dans un premier temps que vous ayez compris le choix de nos pseudonymes. Comment ne pas rendre hommage à ce que la littérature française nous offre de mieux. Un beau clin d’œil, nous en convenons mais c'est surtout pour appuyer le fait que nous sommes français traitant un sujet comme celui-ci repris les trois-quart du temps par les américains qu'il soit en oeuvre littéraire ou cinématographique. Tout a été studieusement et minutieusement pensé dans le moindre détail, le travail à deux étant en fait bien plus enrichissant qu'on ne le croit, quand on partage les mêmes passions.
Bien à vous.
Ben Porthos & Michel Aramis.

Publié le 09 Février 2017

@Ivan Zimmermann, nous vous remercions d'avoir pris le temps pour nous répondre suite à notre article que nous avons d'ailleurs nous-même rédigé encore une fois à deux en concertation, la faute sur le nom de "Stephen King" n'étant cependant pas la nôtre. Et en effet, comme nous nous y attendions si bien à ce brin d'ironie, le troisième mousquetaire est tout bonnement notre personnage principal à nous puisque lui aussi tiens une plume ! Vous vous direz sans doute "Pas bête", alors c'est une bonne réponse. Mais nous avons eu bien des réflexions poussées qui vont totalement au-delà de cette première interprétation que vous trouverez facilement par vous-même à travers la lecture de notre extrait.
La chute à deux a été coton en bien des circonstances puisqu'il s'agit de là du dénouement donc pas le droit à l'erreur sur l'agencement de la narration, des indicateurs temporels et par-dessus tout, l'effet de surprise. Toutefois là encore, nous avons été plus ou moins complémentaires sur certains passages ayant facilité quelque peu la tâche.
Je vous donne de par mon expérience littéraire bien que jeune, d'autres exemples de co-auteurs que j'ai beaucoup admiré : Russell Andrews pour "Vertiges" (un nom camouflant pourtant deux auteurs !) et Jérôme Camut & Nathalie Hug pour "Prédation".
Bien à vous.
Michel Aramis.

Publié le 09 Février 2017

@Ben Porthos et Michel Aramis, (vos pseudos sont déjà un clin d'oeil et une invitation à vous découvrir), vous m'avez donné envie de visiter votre roman. Comme j'ai déjà beaucoup apprécié une expérience de ce type entre lamish et Bossy "Lounis et Nour - tome 1", dans un contexte différent (sans s'être jamais vus ni jamais se rencontrer), la vôtre mérite cette incursion. Je reste persuadé toutefois que ça doit être très difficile mais enrichissant, surtout si vous y avez trouvé un immense plaisir, développé la solidarité, l'écoute, l'analyse et la compréhension de l'autre. Merci en tous cas pour ce partage, et merci à mBS de vous avoir ouvert cette rubrique. Je suis impatient de vous faire part de mon ressenti. Cordialement. MC

Publié le 08 Février 2017