Interview
Le 01 mar 2018

Quand j'écris, je deviens Dr Jekyll et Mr Write

Ecrire c’est être libre, donner la main à son imagination, laisser libre cours à sa créativité. On se reconnecte avec soi-même, on plonge dans les méandres de ses émotions. On aime à se perdre dans les souvenirs de notre mémoire sensitive. Ecrire c’est se sentir vivre, partager sa richesse intérieure avec pudeur, en se cachant derrière le masque de l’auteur.
Quand le soir venu, le crayon à la main, le visage change...Quand le soir venu, le crayon à la main, le visage change...

Ecrire c’est être libre, donner la main à son imagination, laisser libre court à sa créativité. On se reconnecte avec soi-même, on plonge dans les méandres de ses émotions. On aime à se perdre dans les souvenirs de notre mémoire sensitive. Ecrire c’est se sentir vivre, partager sa richesse intérieure avec pudeur, en se cachant derrière le masque de l’auteur.

Comme un peintre devant son tableau blanc, les mots se dessinent sur une feuille blanche. Le livre prend forme, on ne le quitte plus des yeux pendant des heures, on scrute les détails, on plonge dans l’œuvre qui comme une sirène nous emporte avec elle. On ne fait plus qu’un !

Une sorte de Jekyll et Mister Write ! Quand le soir venu, un crayon à la main, le visage change tel un tour d’illusionniste avec ses mains. Où vais-je ? Dans quelles mains ? Un tête à tête dans le train ? Devant la cheminée qui crépite au loin ?

Ecrire c’est vouloir toucher le cœur du lecteur, le surprendre dans sa chaire intérieure, titiller son désir, prendre possession de lui, le hanter jour et nuit comme un appétit inassouvi . Voilà un instant d’intimité volé, un moment de vie arraché, suspendu au fil de l’histoire des pages qui se tournent chaque soir.

Ecrire c’est séduire, se mettre à nu derrière une couverture qui nous dévoile un brin, s’effeuiller lentement, dévoiler un peu de nous, un peu de rien.

Ecrire c’est jouer avec les mots, les prendre dans tous les sens, les tourner en déliquescence.

Dans mon premier roman, Les Péchés capiteux de Julie Tatin, j’ai voulu renverser les codes, plonger lecteurs et lectrices dans un univers sensuel, une toile d’araignée dont on ne peut s’échapper sans succomber. 

Je me suis bien amusé ! 

@Sascha Spiel Oui, vous exprimez bien tout ce qu'écrire a de magique, de thérapeutique parfois, et de ludique dans pratiquement tous les cas. A partir du moment où l'on se soumet au lecteur, ce tout nous échappe, fait écho ou se heurte à son sentiment, retrouve un second souffle ou non. Mais dans tous les cas, c'est une merveilleuse aventure, riche en surprises et découvertes insoupçonnées. Merci de nous avoir fait part de votre sentiment. Amicalement. Michèle

Publié le 03 Mars 2018

@lamish
Pour punir par avance les lecteurs de leur fâcheuse curiosité...

Publié le 03 Mars 2018

C'est exactement ce que je ressens depuis trente ans. C'est très bien transcrit, Bravo. CC

Publié le 03 Mars 2018

J'aime l'idée que l'on se transforme, qu'on change de peau.. quand on écrit. Une sorte de transe..

Publié le 02 Mars 2018