VIENS, JE T’EMMÈNE...

53 pages de Christiane PABLO MORA
VIENS, JE T’EMMÈNE... Christiane PABLO MORA
Synopsis

Récit, souvenir, élucubration, expérience ?

A toi d'en décider.

Si u veux bien me suivre...

309 lectures depuis la publication le 23 Août 2019

Les statistiques du livre

  75 Classement
  309 Lectures
  +70 Progression
  5 / 5 Notation
  13 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@christiane pablo mora
Une écriture hautement féminine, sensorielle, fluide et un récit surprenant qui nous emportent à chaque page, avec grâce, littéralement suspendus entre l'Onirique (une impression de nager, à contre- courant dans demi-rêve permanent ...) et l'âpreté des secousses du Réel. Des incursions récurrentes de "l'un en l'autre", voir des mutations subjectives permanentes de l"'un pour l'autre".
Des dates posées esquissent peut-être, une envie de structure et un début de chronologie, mais pourtant, toutes ces émotions entremêlées semblent évoluer dans une a-temporalité mystérieuse qui n'est pas sans évoquer parfois l'inquiétude de Virginia Woolf ou encore l'épaisseur de la tonalité poétique de Michael Cunningham dans "The Hours".
Un grand Bravo Christine pour cet itinéraire riche, totalement libre, affranchi de toute convention, sans tracé préétabli et pour cet univers insolite qui m'ont profondément ravie !
En effet, dans les faits, assise en terrasse à l'instant, "un frisson est venu m'alerter et mon temps a tremblé" (p34). Belle journée à tous.

Publié le 16 Septembre 2019

@Samia Bruno Merci beaucoup.

Publié le 16 Septembre 2019
5
excellent ouvrage
Publié le 16 Septembre 2019

@Josef Reyskeed - Je crois que nous partageons cette sensibilité à ce qui nous entoure et la sensualité qui l’accompagne… Merci Josef.

Publié le 11 Septembre 2019
5
J'ai feuilleté votre album coloré, j'y ai entendu la caresse du vent, et le murmure de la pluie. La main en visière je me suis protégé du soleil, puis j'ai levé la tête et j'ai compté les étoiles. Assis dans un fauteuil à bascule, sur la terrasse au plancher grinçant, j'ai conté les années, de celles qui comptent et j'ai senti qu'il fallait se dépêcher à vivre, car le vent l'emportera. Vous m'avez emporté dans votre tourbillon. Merci !
Publié le 09 Septembre 2019

"VIENS, JE T’EMMÈNE..." est le "Livre le +" du 9 septembre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/11665-viens-.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’elle a publié son recueil de nouvelles sur monBestSeller.

Publié le 09 Septembre 2019

@Duncan Cartwright

A lire votre commentaire la surprise m’a pris à la gorge, puis a diffusé dans tout mon corps. Comment vous dire mon plaisir et mon émotion ? Je ne trouve que ces deux mots « merci Duncan ».

@René Sauvage

Nous laissons presque toujours un peu de soi dans ce que l’on écrit, l’étonnement vient lorsque l’on rencontre un écho… J’ai entendu celui-ci et je vous en remercie.

Publié le 06 Septembre 2019
5
Oui, hypnotisant, c’est très bien trouvé de la part de Duncan Cartwright. Il y a un rythme très langoureux comme une rivière qui coule doucement. Ce sont des nouvelles, mais plus des petits romans je trouve, car l’objectif n’est pas tant la chute que la manière d’arriver sans se perdre à la fin du roman. Vous avez ce sens pour moi formidable du non dit, de ne pas vous sentir obligée de tout décrire, de laisser l’imagination de celui qui vous lit prolonger l’histoire, la compléter. Ou s’interroger quand au pourquoi ou au comment. Merci de ce trop court moment avec vos mots.
Publié le 01 Septembre 2019
5
@Christiane Pablo Mora Pour vous suivre, on vous suit ! C'est du grand art. Je me suis laissé emmener jusqu'au bout sans me détacher. J'adore ce style usant de courts paragraphes. C'est hypnotisant. Au début, on en voit de toutes les couleurs, c'est le cas de le dire. Il y a de la joie, de l'espoir, de la mélancolie, de la tristesse. Mais c'est si bien raconté. Je n'ajouterai qu'un seul mot : Bravo. A quand le prochain ? Amicalement, Duncan
Publié le 27 Août 2019