L.A. STORY 91, vol.1 : Tous les anges ne portent pas d'ailes

120 pages de Axel Andreazza-Robin
L.A. STORY 91, vol.1 : Tous les anges ne portent pas d'ailes Axel Andreazza-Robin
Synopsis

Los Angeles. 1991.

Johnny Kowalski est américain. Il chérit la liberté, les femmes faciles, le Dr. Pepper et les films où les communistes meurent à la fin.

Au volant de son taxi, il nous embarque pour une balade dans le cœur artificiel du rêve américain. Ici-bas, la ville se raconte à travers les histoires de ceux qu’elle façonne.

//

TOUS LES ANGES NE PORTENT PAS D’AILES est le premier volume de L.A. STORY 91, une mini-série de nouvelles pulp illustrées. Elle narre les aventures de Johnny Kowalski, chauffeur de taxi à Los Angeles au début des années 1990.

Texte : Axel Andreazza-Robin.
Illustration : Youness Touili.

Publié le 01 Juin 2023

Les statistiques du livre

  796 Classement
  58 Lectures 30 jours
  1706 Lectures totales
  -6 Progression
  198 Téléchargement
  9 Bibliothèque
 

"L.A. STORY 91, vol.1 : Tous les anges ne portent pas d'ailes" est le "Livre le +" du 8 juin. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Axel, c’est pour cela qu'il publie son roman sur monBestSeller.

Publié le 09 Juin 2023

Ce livre est noté par

6 commentaires , 6 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
J'ai adoré ! Bien qu'un peu frustré : l'intensité du désir entre Johnny et Félicity grossit tellement au fur et à mesure de la lecture, qu'on en reste sur sa faim ... à la fin.
Publié le 09 Décembre 2023
5
Merci pour ce roman. Je me suis bien amusé.
Publié le 09 Septembre 2023

@marthaimage

Je ne saurais être assez reconnaissant pour ce commentaire qui me touche énormément. Il me touche car vous avez perçu ce qui peut paraître noyé dans la masse du divertissement léger qu'est avant tout ma nouvelle. J'aime souvent à penser que L.A. STORY 91 (plus qu'une nouvelle noire) est une sorte de conte moral où l'on suit les oscillements de la psyché de Johnny face au monde et comment ses principes, ses valeurs réagissent face au réel, à la société. Ce que vous dites très bien, c'est que ce personnage agit "à l'instinct" et c'est donc très amusant et j'espère parfois intéressant d'examiner ce qui parait être bien, ce qui parait être mal à travers un personnage qui vit au delà de ces considérations.

Bref je ne vais pas faire passer ma nouvelle pour un roman psychologique de Dostoïevski mais je suis très heureux que de petites réflexions puissent naître entre deux blagues de la lecture de L.A. STORY. C'est quelque chose que je cherche à développer dans les épisodes suivants.

Merci encore pour le commentaire (j'aurais pu évoquer ses aspects plus longuement encore) et la note qui va avec, je suis content de savoir que vous avez passé un agréable moment de lecture avec l'ami Johnny, tout le plaisir est pour moi.

Publié le 05 Juillet 2023
5
ça vaut 5 étoiles!!
Publié le 02 Juillet 2023

Avec L.A. Story 91 on trouve un livre dans lequel on se perd.
On suit Johnny qui touche les conditions, les absurdités et doubles standards de la société américaine. Avec indifférence, Johnny fait son chemin selon son intuition. Cette attitude de «laisser faire» est rafraîchissante.
Au fil du temps, Johnny se trouve dans des situations où il est confronté avec ses valeurs qui sont pas toujours gravé dans le marbre. Ça crée des moments gravement comiques et drôles.
Comme lecteur on se laisse porter par l’action et par l’ambiance. Automatiquement, on commence à observer, à réfléchir et à remettre en question. En étant d’accord, pas d’accord, énervé, impressionné, attiré et rebuté de Johnny, on se penche sur ses propres façons de penser. On est pris sur le fait qu’on n’est qu’humain. Johnny l’accepte. Johnny ne s’impose rien. Tout ce qu’il fait, c’est de vivre.

À part de l’action, la description des personnages est surprenante. Molly m’a toute suite subjugué. Et Johnny fait vivre la culture américaine avec ses références et d’allusions.
Last but not least, les images merveilleux soulignent et complètent le texte.
La couverture est captivante!!
Merci de m’avoir fait passer un bon moment de lecture.

Publié le 01 Juillet 2023

@Joseph
Merci beaucoup pour le commentaire et la découverte de la chanson de Randy Newman ! Je suis content que vous ayez été porté par l'atmosphère de l'histoire. J'espère qu'on se retrouvera pour une nouvelle virée dans L.A. !

Publié le 22 Juin 2023

@Stog
Le compliment me flatte énormément mais je ne peux l'apprécier autant que j'aimerais car je n'ai pas encore lu Michael Connelly (honte à moi quand on écrit sur L.A...). Mon auteur référence sur Los Angeles est James Ellroy, chez qui je puise consciemment ou inconsciemment pas mal de choses. Merci pour le commentaire, ça me fait très plaisir, et heureux que vous ayez été plongé dans l'ambiance de l'histoire !

Publié le 22 Juin 2023
5
J’ai beaucoup aimé cette ambiance, typique. Et n’ai pas pu m’empêcher de mettre en boucle dans ma tête et mon taxi cette iconique I love L.A. de Randy Newman. Thank’s for the ride.
Publié le 22 Juin 2023
5
Question ambiance; il y a quelque chose à la Michael Connelly que j'ai bien aimé.
Publié le 20 Juin 2023

Pour moi, il n'y a pas de doute, vous avez une signature de "noir" : le tempo, la façon de regarder les choses, l'art du fondu enchaîné / gros plan, le groove, un univers typique -pour les vioques de mon âge (lol)-, toutes les références qu'il faut sous la pédale.
Comme dit la chanson "il suffirait de presque rien". Cette femme, par exemple, et trente pages de plus pour lui faire son affaire. En tout cas, moi, c'est là que j'attendais patiemment, bêtement, en regardant le compteur de ma liseuse descendre... plus qu'un quart d'heure, alors, ça vient ? plus que dix minutes, est-ce encore possible ? plus que 5 secondes (comme dans la chanson de Johnny Cash) plus que.............................
Après, c'est seulement une réaction de lectrice conditionnée.
Si votre but est de rendre quelques lecteurs heureux, ne changez rien.
Si votre but est de rayonner, retravaillez la femme. C'est elle, la clé.
Cordialement !

Publié le 05 Juin 2023

@Catarina Viti

Bonjour Catarina,

Je ne m’attendais pas à recevoir autant de fleurs de bienvenue, je vous remercie beaucoup. Votre commentaire est tellement riche que je ne sais par où commencer.

Déjà, je suis très heureux que vous ayez pris du plaisir à lire la nouvelle, c’est de loin ce qui est le plus important pour moi.

J’ai été bien embêté au moment de catégoriser ma nouvelle. Je ne me retrouvais vraiment dans aucune catégorie. “TOUS LES ANGES…” s’apparenterait à une sorte de “comédie noire” en termes de cinéma. Ainsi, comme le lien le plus évident de ma nouvelle est avec le genre noir à mon sens, je me suis résolu sans conviction à ranger la nouvelle dans “Suspens” puisque s’y trouvent les romans noirs sur le site.

Même si, comme vous le faites remarquer, le suspens est absent et il n’y a pas trace d’une intrigue digne d’un thriller ou d’un polar. J’avoue que je suis pour le moment incapable de construire une telle intrigue. Le manque d'enjeux dramatiques que vous pointez est probablement lié à cette faiblesse d’écriture et au fait que j’aime écrire des choses qui s'apparentent plus à une chronique (un modèle artistique est par exemple Il était une fois à Hollywood de Tarantino où il n’y a pas d’intrigue).

Mais j’aimerais un jour, pourquoi pas dans les épisodes suivants, construire une intrigue plus solide et commencer à titiller le polar. Ou procurer plus d’émotions au lecteur. Ou les deux soyons fous.

Je vous remercie une nouvelle fois pour la lecture, compliments, les conseils et les critiques, je ne peux pas rebondir sur tout, sans quoi je publierai une deuxième nouvelle, mais je prends tout en note et ils me donnent beaucoup de force et de motivation pour la suite.

Plus qu’à la multiplication de ventes, c’est la multiplication de commentaires de lecteurs comme le votre qui, un jour, pourrait me conduire à avoir la prétention de me définir comme écrivain. Bonne continuation :)

Publié le 04 Juin 2023
5
Bonjour Axel, Cinq étoiles pour vous souhaiter la bienvenue sur mBS, et vous dire que j’ai apprécié la lecture de votre livre. (Merci d’avoir choisi l’option téléchargement, j’ai pu lire et apprécier les illustrations de Youness Touili sur ma liseuse.)... //... Vous dites dans votre bio « Je rêve de devenir écrivain ». Mais quel est le sens de cette phrase ? En tout cas, quel est le sens que vous y donnez ? ...//... Écrivain, vous l’êtes. La preuve est là, sous nos yeux. Vous nous proposez une novella très bien écrite, bien racontée, avec des personnages pittoresques, un univers, une ambiance, un ton, de l’humour, des références (entre nous, je lui trouve des airs de Travis Bickle à votre Johnny Kowalski), etc.... //... Et il y aurait tant à dire sur ces références cinématographiques dont je me suis régalée (tellement, d’ailleurs — sans parler de Zidane, Colombo ou Garfield, que je suis allée vérifier que vous êtes véritablement un jeune homme de 26 ans - Réponse : oui). ...//... Mais si, pour vous, être écrivain = vendre des montagnes de livres, alors, là, je vous le dis sincèrement : « je ne sais pas ».... //... De nos jours, vendre des livres consiste à étudier le marché, construire sa niche et ensuite cartonner dans le genre. Ici, votre opus présente plusieurs lacunes. ...//... Primo, il n’est pas dans sa catégorie. Il fait plus partie du « roman humoristique » que du « suspens/autres ». Là, mon petit, il va falloir faire des choix. Parce que du suspens, il y en a exactement zéro. Et tout votre problème est là : autant votre livre a vraiment été une super partie de plaisir pour moi, autant je me demande à la fin : « And so, what ? ». Mettez de l’action là-dedans, mettez du suspens, mettez quelque chose qui en fasse un polar, ou un thriller, ou encore quelque chose d’autre, ce qui fait que Travis est inoubliable. Mais il manque un truc. Un truc entièrement à votre portée (pour vendre, nous sommes bien d’accord), et que vous « torcherez en deux coups de etc.). Mais je me trompe peut-être... mais non, je ne crois pas. De nos jours les romans d’ambiance ne se vendent pas tant que ça. ...//... En tout cas : BRAVO à vous et à votre ami Youness, c’est de l’excellent boulot. Je vous souhaite le meilleur pour la suite.
Publié le 03 Juin 2023