Et si tu n'existes pas.

345 pages de Grégoire Dibos
Et si tu n'existes pas. Grégoire Dibos
Synopsis

A bientôt quarante ans, la vie de Simon Duval semble façonnée de certitudes. Différent de ses amis, il ne rêve pas de duper le temps en fuyant vers des aventures sans lendemain. Pourtant, une voix inconnue et inattendue va le faire basculer. Elle le poussera à vouloir lâcher tout ce qu’il croit maîtriser. En même temps qu’il s’évadera, Simon libèrera son fils adolescent d’un huis-clos familial dans lequel celui-ci peine à trouver sa propre personnalité.

Publié le 22 Décembre 2023

Les statistiques du livre

  278 Classement
  112 Lectures 30 jours
  4067 Lectures totales
  +80 Progression
  411 Téléchargement
  19 Bibliothèque
 

"Et si tu n'existes pas" est le "Livre le +" du 8 janvier. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Grégoire Dibos, c’est pour cela qu'il publie son roman sur monBestSeller.

Publié le 08 Janvier 2024

Ce livre est noté par

13 commentaires , 5 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
2.4
@Grégoire Dibos@Djamila Abdelli Labiod, Bonsoir Monsieur, J'ai lu le livre entièrement. Mes impressions se basent sur ma perception, mon ressenti et mes goûts littéraires. Donc, mon avis est très subjectif. Jusqu'à l'escapade du narrateur avec son fils qui a dû manquer la classe pour lui apprendre la transgression, j'ai vécu le récit comme le scénario d'un feuilleton. De nombreuses anecdotes ont émaillé le récit , si bien que parfois , je perdais le fil . Puis à partir de cette escapade qui a fait découvrir la nature au fils du narrateur Alexandre , et la petite farce de la boîte aux lettres dans laquelle ils ont uriné, cette partie est accompagnée d'une charge émotionnelle , c'est ce que j'aime dans la littérature. J'ai kiffé , une petite montée d'adrénaline. Le narrateur semble vouloir guérir son enfant intérieur d'une blessure par le biais de son fils. La transgression qui s'oppose au monde aseptisé des gens aisés qui vivent selon les normes sociales qui correspondent à leur milieu. Une quête du bonheur. Le bonheur, existe-t-il? Lorsqu'on ne manque de rien, tout est tellement normal, qu'on ne sait pas mettre en exergue le bonheur. Lorsqu'on manque de tout, il ne peut non plus y avoir de bonheur. Comme dit Schopenhauer, Ainsi toute notre vie oscille comme un pendule de gauche à droite , de la souffrance à l'ennui . Tout ceci est suggéré de façon subtile. Un monde aseptisé, la routine du quotidien. Vous décrivez bien le monde contemporain avec sa technologie. Il est lassant à la longue. C'est ce qu'il en ressort. Ce qui dessert un peu le roman selon mon humble avis, ce sont les répétition pour dire parfois quelque chose. Exemple:'' peste contre les dos d'âne qui se multiplient de jours en jours, ces limitations de vitesse absurdes, ces routes jonchées de messages de précaution, de mise en garde , qui rendent désormais chaque trajet en voiture insupportable.'' Plusieurs lignes consacrées pour parler des dos d'âne? Idem pour le calcul rénal . Même la description du personnage qui se gratte la main.'' Sans être intolérante, je ne suis pas séduite dans un texte littéraire par la description de scènes sexuelles . Une sorte de voyeurisme .J'aurais préféré de la suggestion en utilisant de l'érotisme mais non point des descriptions pornographiques. Pardon, j'exprime les choses en toute bonne foi. L'idée de Zoé m'a bien plu, car ça a cultivé un certain mystère que j'ai trouvé délicieux, le narrateur s'est dévoilé avec Zoé sous son aspect le plus délicat, gentlemen , aimerais- je dire. Peut-être sa vraie nature. Bonne continuation. Mes Salutations.
Publié le 02 Mai 2024
3
@Grégoire Dibos Je tiens à vous exprimer toute mon admiration pour votre roman "Et si tu n'existais pas". Dès les premières pages, j'ai été happé par la profondeur de vos personnages et la complexité de leurs émotions, qui rendent l'histoire incroyablement vivante et touchante. Votre protagoniste, Simon, est un personnage richement nuancé, dont les réflexions intérieures résonnent avec une authenticité rare. Sa quête intérieure, ponctuée de doutes et d'espoirs, m'a profondément ému et m'a fait réfléchir sur les choix de vie et les regrets. La manière dont vous entrelacez les thèmes de l'existentialisme et des relations familiales est à la fois élégante et puissante. Ce qui m'a le plus marqué est votre capacité à capturer les subtilités de la vie quotidienne et à les transformer en une narration captivante, enrichie de métaphores et de descriptions qui transportent le lecteur. Chaque chapitre m'a semblé une exploration nouvelle et enrichissante de l'âme humaine. Merci de nous avoir offert un tel chef-d'œuvre, qui non seulement divertit mais aussi inspire et provoque une introspection profonde. J'attends avec impatience vos prochaines œuvres, confiant qu'elles seront tout aussi captivantes et enrichissantes.
Publié le 22 Avril 2024

Bonsoir Grégoire Divos,

Une promesse est une promesse. J'essaierai de donner ma grille de lecture aussi vite que possible. A vrai dire , un impondérable de vie m'a retardée dans ma lecture. Et votre roman nécessite une certaine concentration. Parce qu' il y a des évidences qui voilent le fond des choses. Cet ouvrage a une dimension psychologique , laquelle, selon mon point de vue est loin d'être négligeable. Très bien écrit cependant. Le style d'écriture , vous est propre. Je serai honnête avec vous. J'ai lu le tiers et j'attends de retrouver la forme pour reprendre ma lecture à tête reposée. Bien cordialement.

PS: Déjà, dès le début, ce qui m'a frappée, c'est l'idée principale. Selon mon humble point de vue, c'est la peur de la mort que Simon nourrit comme une obsession.' Ceci a été mis en exergue de façon subtile , je donnerai juste 2 exemples… des centaines de milliers d'ouvriers, d'employés de PME, des subordonnés de multinationales, des tribus entières de fonctionnaires finiront tête baissée…. dans la grisaille matinale etc.'' puis succède cette image de Simon qui entame paisiblement sa journée avec une lecture matinale, accompagnée de l''odeur du café aux arômes savoureux qui imprègne la cuisine.''( sacré contraste) Ces deux exemples soulignent presque le côté dérisoire ou absurde de la vie. Tout ce premier passage plante le décor du quotidien de la vie avec ce qu'il y a de beau et de moins beau. Mais au bout du compte, tout comme le photographe au regard libidineux, qui meurt, on s'interroge: laideur , beauté, joie , plaisir , douleur, est-ce que la vie vaut la peine d'être vécue puisque de toute façon , tout comme le photographe , on devra un jour ou l'autre affronter notre inexorable finitude. Je terminerai par ces 2 exemples:'' la foulée matinale'' est illustrée par '' sa foulée de vie''. "Il fuit! '' l'élan de vie , c'est dans sa foulée qu'il le perçoit .A bientôt!

Publié le 11 Mars 2024

@ Boneur Richard

Merci Richard !

Publié le 06 Mars 2024

@ MouniaF
Merci Mounia !

Publié le 06 Mars 2024

@ Djamila Abdelli Labiod
Merci Djamila, je suis impatient de recueillir votre avis après lecture ;-)

Publié le 06 Mars 2024

@ Marie Vauban
merci Marie. N'hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ce roman.

Publié le 06 Mars 2024

@Grégoire Bidos. Le personnage principal traverse la crise de la quarantaine; il propose un portrait critique de la société qui l'entoure et décrit sa vie trop lisse avec détachement, non seulement dans le choix des mots parfois crus, mais aussi dans le rythme des phrases espacées comme s'il faisait une liste de ce qui ne lui convenait plus. Un fait banal, finalement, mais qui lui fait perdre le goût à la vie, à moins que l'amour ne l'en dissuade. Ou le fantasme de l'amour, en bref, il est à la recherche de l'étincelle qui le raccrochera à la vie, à l'envie.

Publié le 05 Mars 2024

Bonjour Monsieur,

Déjà le titre interpelle.J' ai commencé la lecture de cet ouvrage. Peut-être, me dis- je, trouverai- je la recette pour défier le temps?
On sent l' intrigue dès le début. A la fin de ma lecture du roman, je ferai un commentaire approfondi avec ma propre grille de lecture, subjective, évidemment. Car une perception d' un récit est différente d' un lecteur à un autre.
Mes salutations.

Publié le 27 Février 2024
3
J'aime bien, le personnage qui semble aussi simple que complexe!
Publié le 27 Février 2024

Des sujets universels bien traités.

Publié le 13 Février 2024

Des sujets universels bien traités, merci.

Publié le 13 Février 2024

merci infiniment @Monbuvard.com pour ce commentaire très fourni et vos suggestions pertinentes.

Publié le 17 Janvier 2024
3
Cette oeuvre nous propose une focalisation captivante sur Simon, un personnage approchant la quarantaine, auteur d'une vie sans faute. Il semble extérieurement mesuré et fiable, mais intérieurement, il est habité par une pulsion intrépide flirtant avec la folie. Il rêve de s'échapper de la médiocrité, de rejeter le quotidien ennuyeux, de défier le temps qui sclérose les plus courageux, et de critiquer ceux qui se contentent de leurs vies ordinaires​​. Dans son quotidien, certaines personnes le voient comme une âme douce ayant réussi sa vie, tandis que d'autres, plus cyniques, doutent de sa sincérité. Simon lui-même reste sceptique quant à ces perceptions et préfère la compagnie indifférente de son chien​​. Il a des responsabilités envers sa femme, qui croit encore en leur amour, ainsi qu’envers ses trois enfants, et semble résigné à vivre une vie ordinaire, calfeutrée et sécurisée, même s'il redoute de devenir sénile et incontinent à l'avenir. À l'approche de ses quarante ans, Simon s'engage dans un pilotage automatique de sa vie, se concentrant sur les tâches quotidiennes et la routine, tout en ressentant un certain regret pour ce qu'il n'a pas accompli ou ne fera jamais​​. Cette pensée le pousse à envisager des décisions cruciales un matin de janvier​​. Le récit dépeint ainsi la complexité de la vie de Simon Duval, un homme confronté aux défis de la quarantaine, aux responsabilités familiales, et aux doutes intérieurs, tout en naviguant dans un monde qui semble de plus en plus étranger et déconnecté de ses aspirations personnelles. Selon moi, les plus gros Points Forts : - Profondeur des Personnages : Le personnage principal, Simon, est décrit avec une grande complexité. L'auteur est un psychologue remarquable. Ses luttes internes, ses aspirations, et ses doutes sont détaillés de manière nuancée, offrant une représentation incroyablement réaliste de la crise de la quarantaine. - Thématiques Universelles : Le récit aborde des sujets universels tels que les conflits familiaux, le passage du temps, et la quête de sens dans la vie, rendant l'histoire facile à s’approprier pour de nombreux lecteurs. On s’identifie très facilement. - Descriptif et Immersif : La narration est riche en descriptions, offrant des images visuelles et émotionnelles captivantes, comme les scènes de moments intimes entre les personnages. Le tout est agrémenté de très jolies métaphores littéraires. - Interactions familiales réalistes et fines : La dynamique familiale entre Simon et ses enfants est très bien développée, reflétant les complexités et les différences de personnalité au sein d'une famille. Il y a une scène où ses enfants jouent dans la neige, révélant les différences de personnalité entre eux. Sarah, la fille, est créative, tandis que Zach, le fils plus jeune, est plus espiègle. Alexandre, l'aîné, est plus sérieux et semble préoccupé par les défis de l'âge adulte​​ et par la situation que traverse ses parents. Eventuellement, quelques axes d’amélioration (c’est subjectif) : - Précision: Certaines parties du récit peuvent, peut-être, sembler vagues pour certains lecteurs découvrant ce type de littérature (psychologique), en particulier en ce qui concerne les motivations sous-jacentes de Simon et les "dangers" non spécifiés qui guettent. - Structure Narrative : La structure du récit peut parfois sembler non linéaire, avec des flashbacks et des changements de perspective, ce qui exige une lecture attentive pour suivre la progression de l'histoire. Et la narration, bien que riche en descriptions, n’offre pas réellement de moments de haute intensité ou de rebondissements inattendus qui pourraient maintenir encore d’avantage le lecteur en haleine. - Dénouement : Simon, après un long voyage introspectif et une rencontre fortuite avec Zoé, se retrouve sur une plage, partageant des confidences et des moments de complicité avec elle. Cette rencontre semble être le point culminant de son voyage, marqué par des discussions profondes et des moments de réflexion partagés. J’ai eu le sentiment que la fin de l'histoire ne donnait pas de résolution claire ou de conclusion définitive à leur relation ou à leurs parcours respectifs. Au lieu de cela, la fin semble laisser place à l'interprétation, avec un sentiment d'ouverture, mais peut-être également d'inachevé. Simon et Zoé semblent se comprendre à un niveau profond, mais leur avenir ensemble reste incertain. Cette fin souligne certes très bien les thèmes du récit : la quête de sens, la connexion humaine, et l'acceptation des incertitudes de la vie. Simon, à travers son voyage et sa rencontre avec Zoé, semble trouver une certaine paix intérieure et une nouvelle perspective sur la vie. Néanmoins, son parcours pourrait nous apparaitre comme toujours en cours, et donc d’une certaine façon, le récit aussi. En résumé, le récit brille dans sa représentation réaliste et approfondie des personnages et des dilemmes existentiels, mais gagnerait peut-être à offrir au lecteur une résolution plus tranchée sur laquelle il pourrait ensuite méditer.
Publié le 16 Janvier 2024

@Lila L
Merci infiniment, Lila. Votre appréciation me va droit au coeur et m'encourage à poursuivre cette fabuleuse aventure intérieure qu'est l'écriture de romans.

Publié le 08 Janvier 2024
3
Je suis enthousiaste. Quel personnage, on s’attache incroyablement à lui ! Vous l’avez vraiment bien conçu, un personnage de roman qui survole sa vie, son monde, et en délivre une version simple apparemment. Mais il ne faut pas se fier aux apparences. Ce que vous le dîtes avec beaucoup de talent, il y a des phrases très belles, très bien dites qui donnent envie d’être relues. Bravo (et je suis impatiente de découvrir vos autres livres).
Publié le 07 Janvier 2024

@Pascal Renaudineau Merci Pascal !

Publié le 03 Janvier 2024

Bon lancement !

Publié le 03 Janvier 2024