DETOURS AFRICAINS

56 pages de Philippe Clausels
DETOURS AFRICAINS Philippe Clausels
Synopsis

Partir pour fuir un passé douloureux. Partir à l'aventure en 1946 pour conjurer un présent sans avenir. Partir pour se construire une histoire et inventer une autre vie...

2813 lectures depuis la publication le 11 Novembre 2016

Les statistiques du livre

  453 Classement
  64 Lectures
  +62 Progression
  4.7 / 5 Notation
  15 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@dominique MONTESINOS J'ai lu avec intérêt votre commentaire. Un grand merci!

Publié le 08 Mai 2019
4
Passionnant récit que j'ai lu d'une seule traite tant il est alerte et captivant. Un témoignage convaincant et instructif sur un pan d'histoire qui concerne français et africains.
Publié le 07 Mai 2019

@ALIX CORDOUAN
un merci apprécié pour votre commentaire. Belle journée à vous.

Publié le 27 Mai 2018
5
@Philippe Clausel Très intéressant témoignage de votre père que vous nous transmettez. Il nous plonge dans la vie quotidienne d'un fonctionnaire français en Afrique de l'après-guerre et l'authenticité incontestable de ce récit est passionnante. On rêverait de broder sur cette trame réaliste un roman épique. Merci de nous faire partager ce document.
Publié le 26 Mai 2018

@ Michel CANAL
Merci pour votre commentaire sur ''Détours africains''. J'espère que vos commentaires à venir seront sans complaisance pour éventuellement m'aider à m'améliorer. Je viens de commencer ''Le journal de Claire''. Si vous ne le savez déjà, j'habite à Montpellier. Cela peut devenir une occasion de rencontre. A bientôt. Philippe

Publié le 13 Février 2018
5
Cher @Philippe Clausels, j'ai fait le choix de commencer par ces carnets de voyage dont le titre pouvait me rappeler des souvenirs de vécu en Centrafrique, Sénégal et Côte d'Ivoire, ainsi que de lecture (pour les mêmes raisons) que j'évoquerai plus loin. Je ne vous ferai pas le reproche du style, déjà évoqué par notre amie commune @lamish, puisqu'il est inhérent à la forme (synthèse du récit vécu par votre père). Il ne fallait donc pas en attendre une oeuvre littéraire classique... bien que c'eût pu l'être. C'est surtout le contenu qui m'intéressait. C'est pourquoi je vous recommanderai, en aparté, cet autre témoignage relaté par un ancien fonctionnaire administrateur ayant rejoint le Cameroun en 1944 et connu lui aussi la période de décolonisation alors qu'il était diplomate au Congo. J'ai savouré ce récit et appris beaucoup de choses, en fait cette vie si singulière, parfois difficile, où la débrouillardise (système D) était nécessaire pour compenser la pénurie en toutes choses, la difficile et dangereuse période de transition au moment de la décolonisation. Il me restera à découvrir votre style propre avec "Beaucoup de bruits et si peu d'amour" car pour moi, vous le savez déjà si vous avez commencé la lecture du Journal intime de Claire, le mot "amour" a beaucoup d'importance.
Publié le 13 Février 2018

@PHILIPPE CLAUSELS
Dépaysement garanti!!!

Publié le 24 Janvier 2018
5
Cher Philippe, en effet, j'ai vraiment cru votre récit autobiographique et, pour le coup, vous ai fait prendre un sacré coup de vieux ! J'espère que vous ne m'en voudrez pas. Je profite de ce commentaire pour vous noter, ce que j'avais omis de faire. Amicalement. Michèle
Publié le 13 Novembre 2016

@lamish, bonjour! Il y a une confusion dont je suis responsable. En 1946 je n'étais pas né... Ce récit est la synthèse d'un livre de 250 pages écrit et vécu par mon père. J'ai élagué le texte sans en trahir l'esprit en supprimant des détails familiaux ou professionnels susceptibles de ne pas intéresser les lecteurs potentiels. A bientôt.

Publié le 13 Novembre 2016

Merci infiniment, Philippe, pour le partage de cette étonnante tranche de vie, véritable voyage dans une Afrique lointaine, son inconfort, ses velléités d'indépendance et ses risques associés. Cette époque étant relativement tombée dans les oubliettes, j'ai appris pas mal de choses. Pour le style, j'ai regretté le côté carnet de route se contentant de brosser les lieux et circonstances, à la façon d'un documentaire. Il manque une petite touche humaine à votre récit, l'expression de ressentis que j'ai eu l'occasion de lire dans vos autres oeuvres. En tous cas, j'envie ce passé professionnel au goût d'aventure qui a dû enrichir considérablement votre vie. Avec ma complicité d'auteure. Michèle

Publié le 12 Novembre 2016