Marguerite Rothe
Présentation

“Croqueuse de livres depuis l’enfance, j’ai consacré beaucoup d’énergie à convaincre mes semblables d’en faire autant, surtout quand je travaillais en librairie.
Lire, écrire, lire, écrire... Deux activités, une seule passion”

Retrouvez toute mon actualité sur mon blog :

https://margueriterothe.wordpress.com/

Marguerite Rothe a noté ces livres

4
Ça faisait un moment que j'avais votre livre dans ma pile à lire, ce soir j'ai donc ouvert L'innocence d'un enfant. Et j'ai bien aimé. Le lecteur est très vite propulsé dans votre histoire, dont le sujet n'était sûrement pas un des plus facile à traiter. Côté technique, vos personnages sont bien campés, mais ils gagneraient en crédibilité s'ils étaient un peu plus étoffés. Par ailleurs, la quasi absence de décors dans lesquels ils évoluent, ont manqués à la lectrice que je suis. Quand on écrit, surtout si c'est un roman, il faut garder à l'esprit que le(s) décor(s) donne(nt) du relief à l'histoire, de même que les réflexions intérieures en donnent aux personnages. À vous lire, on sent que vous aimez écrire, et c'est ça qui est important ; et pour vous et pour vos lecteurs ! Je vous souhaite une bonne continuation, bien à vous, Marguerite.
Publié le 05 Décembre 2016
5
Je crois que c'est toujours plus compliqué lorsqu’on travaille en alternance sur plusieurs écrits. Se remettre chaque fois dans le contexte psychologique du départ sur l'un d'entre eux est toujours compliqué, surtout si le laps de temps entre chaque reprise est étendu. Mais bon, même sans cela on sait bien qu’il y a des histoires qui nous coûtent plus que d’autres. Je crois aussi que ce ne sont pas les textes courts qui sont forcément les plus faciles à mettre en forme. Ceci dit, ne touche pas au premier paragraphe, il est parfait. Parfait (de mon point de vue). Sa puissance d’évocation est à couper le souffle. C’est ton talent (gros veinard, va !). Pour revenir à Joséphine, je me demande si l’on ne pourrait pas dire qu’elle souffre d’une forme sévère de bovarysme. En tout cas, et grâce à ta plume, c’est ici une maladie dont on peut guérir. --- Merci pour le partage Zultabix. Bien à toi, Marguerite. PS : cf. l’orthographe de : Arto Paasilinna.
Publié le 05 Décembre 2016
5
Les yeux fermés, je vous "étoile", chère Michèle ! Recueil dont je connais les textes, mais que je vais mettre dans ma bibliothèque pour l'avoir à l'envi sous la main. Amicalement, Marguerite
Publié le 17 Novembre 2016
5
Des destins qui se croisent, s’entrecroisent, se décroisent, à l'infini… Et toujours cette petite musique de l’âme qui parle à travers votre plume. Qui parle d’amour, de tendresse. Qui explore si finement les psychés. Qui interroge. C’est un très beau texte, que vous nous offrez là. Et, curieusement, malgré son titre, je l’entends comme un conte de Noël, sensible et généreux. Merci pour cette belle lecture, Michèle. Amicalement à vous, Marguerite.
Publié le 10 Novembre 2016
5
Fascinée et irrésistiblement attirée depuis l’enfance par les cultures de l’Extrême-Orient, et plus particulièrement par celle du Japon et son incroyable raffinement, j’ai été séduite par ta nouvelle dès les premières lignes. Une très jolie réussite, bravo ! Merci Zultabix pour ce court voyage au pays des âmes voyageuses. Bien à toi, Marguerite.
Publié le 27 Octobre 2016

Pages