Marguerite Rothe
Présentation

“Croqueuse de livres depuis l’enfance, j’ai consacré beaucoup d’énergie à convaincre mes semblables d’en faire autant, surtout quand je travaillais en librairie.
Lire, écrire, lire, écrire... Deux activités, une seule passion”

Retrouvez toute mon actualité sur mon blog :

https://margueriterothe.wordpress.com/

Marguerite Rothe a noté ces livres

5
C'est dans ces moments terribles, que le mot "jamais" prend toute sa dimension d’inéluctabilité. Votre texte m'a "poigné" le cœur et renvoyé à mes propres renoncements. À nos propres renoncements à tous. Par chance, le temps apprivoise et transmue la tristesse en nostalgie, et c’est bien d’elle qu’il s’agit dans la dernière phrase de votre témoignage : la reconnaissance de ce qui a été, et que l'on transmet avant de l'emporter avec soi. Merci infiniment Ellbazi pour cette lecture. Bien à vous, Marguerite.
Publié le 29 Juillet 2016
5
Votre histoire de sorcière est délicieusement effrayante... Personnellement, j'évite toujours les balades dans les cimetières, les soirs d'hiver... On ne sait jamais ! Merci pour cette agréable lecture, Marguerite. --- PS : un interligne à 1,5 fatiguerait moins les yeux pour la lecture sur écran :-)
Publié le 28 Juillet 2016
5
Parce qu'il offre une grande liberté de narration, le journal intime est un genre littéraire que j'aime beaucoup. Il y a souvent un effet "nostalgie" à lire les impressions, les sentiments, les réactions face à la vie qui va, qui avance, imperturbable, et parfois violente. Dans cet extrait, du livre "Les Carnets de Pauline Thot", on suit le mal être et les révoltes de l'adolescence, cet état intermédiaire où l'être n'appartient plus au monde de l'enfance, et pas encore à celui des adultes. Ce moment particulier de l'existence où s'opère la première véritable prise de conscience de l'impermanence des choses, du monde, de la vie. Sortir de l'adolescence est au moins aussi difficile qu'entrer dans la vieillesse, car ces deux états, plus que tout autres, nous parlent de renoncement. Merci beaucoup Rébecca pour cette lecture intemporelle. Bonne continuation à vous, Marguerite.
Publié le 25 Juillet 2016
5
Ça été un peu long, mais j'ai fini votre livre hier soir. J’ai beaucoup aimé votre roman, et les voyages de ses héros dans différentes strates du temps. L’enjeu était de taille ! Mais vous avez réussi votre projet d’écriture, et c’est avec plaisir qu’on voit évoluer vos personnages dans des époques aussi différentes que : le Moyen-âge, la Révolution française et la Première Guerre mondiale. Toutes les situations, les personnages, leurs psychologies, leurs cadres de vie, sont parfaitement réussis, très crédibles. À la lecture, j'ai pu me rendre compte de la somme de recherche documentaire que vous avez dû faire, et surtout, comment vous avez fort habilement mis au service de votre récit toutes ces informations ; par exemple, entre autres, prendre pour toile de fond les grosses chaleurs de 1764 ou bien le drame de la grippe Espagnole. J’aime les histoires d’amour, mais pas n’importe lesquelles. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il faut qu’elles m’apportent un peu plus qu’une banale histoire de sentiments, et c’est ce que m’a apporté votre roman. Toutefois, pour rester très honnête, j’ai trouvé dommage le côté « tout est bien qui finit bien » de la fin ; je sais pertinemment que c’est là votre choix d’auteur, mais je suis incapable de ne pas vous délivrer à mon ressenti de lectrice sur ce point ! Dans un autre registre, j’ai relevé quelques coquilles et fautes de grammaire (notamment des confusions entre : infinitif et participe passé) et une ou deux tournures de phrases incertaines. Je sais que passer par une correction pro n’est pas donné, mais il faut voir cela comme un investissement, d’autant que votre livre le mérite amplement, surtout si vous décidez de vous auto-publier et de commercialiser « Deus ex Machina » Chère Corinne, encore merci pour cette belle lecture ! Avec tous mes souhaits de réussite, bien à vous, Marguerite.
Publié le 20 Juillet 2016
5
C'est carrément brillant. Quand je commence à dévorer les mots, puis les phrases, je ne suis plus seulement dans la lecture, mais dans l'histoire. Et au-delà de l'histoire, dans le plaisir de lire la mécanique de l'écriture. Y a-t-il une suite ? Et où est-elle ? On devrait aussi pouvoir noter les synopsis. La dérision du tiens donne le ton du livre : culture et humour classieux. Merci beaucoup ! @+ Marguerite
Publié le 16 Juillet 2016

Pages