Marguerite Rothe
Présentation

"Lire, écrire, lire, écrire... Deux activités, une passion”
Toute mon actualité sur mon blog : http://margueriterothe.com

Marguerite Rothe a noté ces livres

5
Gloups ! Pauvre Luciole. Surprise par la fin, vu que j'en attendais une autre... C'est le plaisir des nouvelles et des chutes "surprises" - J'ai lu tout à l'heure la nouvelle que vous avez écrite pour le concours "Mon double a pris ma place" - J'ai adoré. En fait, je suis venue lire celle-ci, pour avoir aussi l'occasion de vous féliciter pour : "La liberté des uns s’arrête là où commence celle des hôtes". Ce quasi monologue est (pour moi) un pur délice de drôlerie. Certains passages m'ont fait franchement rire. Bravo ! Vous devriez la publier, je suis sûre qu'elle plairait !) - Merci pour ces lectures (1 triste pour 1 joyeuse, l'équilibre est respecté !), bien à vous, Marguerite.
Publié le 13 Octobre 2016
5
Que dire de cet Alain Briaud ? Que c'est un salaud ? (pour la rime) - Le personnage est réussi : la preuve ; je ne compte pas le nombre de fois que j'ai eu envie de baffer cet abominable goujat. Et comme j'ai éprouvé très peu d'empathie pour Béatrice, je me dis que ce personnage-là aussi, est très réussi. Elle est tellement sotte ! (je sais, cela n'est pas du tout charitable, mea culpa, mais la littérature est la littérature !) - Bon, eh bien moi qui ne lit jamais de pièces de théâtre, je suis bien contente de cette lecture ! Merci Boris, et @+ Marguerite.
Publié le 13 Octobre 2016
4
Écouter vos quatre intellectuels masculins discourir sur le thème de « L’érection » peut conduire à la frustration, du point de vue du lecteur lambda. C’est un peu comme si celui-ci regardait une revue cochonne dans laquelle l’équipe de rédaction aurait prit un malin plaisir à flouter toutes les photos. Ceci dit, j’avoue ne pas avoir pas su apprécier toute la saveur de votre texte. Pour ce qui est de sa forme, j’imagine qu’un de ces quatre vous devrez vous décider une bonne fois pour toutes : roman ou théâtre, il faudra choisir ! Encore un détail, mais qui a son importance : mettre en notes les traductions de toutes les expressions en Allemand ; images floutées, son coupé, Boris, qu’attendez-vous pour virer cette équipe rédactionnelle ! Merci Boris pour le partage, je reviendrai vous voir ! Bien à vous, Marguerite.
Publié le 24 Septembre 2016
5
Commencé il y a petit moment, j’ai terminé SAAD hier soir (je lis vraiment lentement sur écran !) Vous vous souvenez, quand je vous faisais part de mon désappointement à ne pas pouvoir entrer dans votre roman ? Ce n’était qu’une question de moment ! Un "état d'être". Toujours est-il que cette fois-ci, j’ai ouvert le livre et j’ai été happée par l’histoire. J’ai aimé suivre vos personnages, voir leurs réactions, leurs états d’âme. On sent qu’il y a du vécu, bien sûr, mais c’est sans aucune espèce d’importance, parce que vous avez assez de talent pour embrouiller savamment le lecteur pour qu’il se perde sans espoir de découvrir la part du vrai. Tout le monde a quelque chose à raconter, mais ce qui fait la différence, c’est la manière dont on s’y prend. Et vous, vous vous y prenez réellement très bien ! Tout ceci pour dire que j’ai beaucoup aimé votre livre, et que votre habileté à l’écrire m’a rendue curieuse de lire la suite. Le seul reproche (si on peut appeler ça un reproche) c’est la longueur. Si vous le partagiez en deux, avec la suite, ça vous ferait une trilogie. Je crois aussi que vous y gagneriez des lecteurs (beaucoup de gens sont effrayés par les « gros » livres), et s’ils ne le sont pas, beaucoup ont très peu de temps à consacrer à la lecture (d’où le succès et le renouveau de la nouvelle, un genre délaissé mais qui retrouve un second souffle aujourd’hui) - Michèle, je vous mes amitiés, et comme les autres commentateurs, je dis : « Vite, la suite ! » - Marguerite
Publié le 17 Septembre 2016
5
Bonjour Bossy, À cause de leur spontanéité, et aussi d'une certaine manière, pour leur fraîcheur, j'aime beaucoup ce que j'appelle "les textes d'humeur". Le vôtre est pile-poil dans l'air du temps. Car aujourd'hui, malheureusement, c'est la quantité qui prend le pas sur la qualité. Tristement, et plus que jamais, ce qui fait admiration de nos jours est le compte en banque d'une personne et non ses richesses intérieures. Dans cette optique, effectivement, votre Gudule a toutes ses chances ! Bonne continuation et bien à vous, Marguerite.
Publié le 10 Septembre 2016

Pages