Pascal.S

Pascal.S a noté ces livres

4
Des vers forts, qui frappent en plein cœur, poignants et à la fois si durs et vrais. Les poèmes de l'accident et de l'absence m'ont plu, ils sont si tristes, celui de l'adieu également. Le poème du slam, c'est beau et optimiste, enfin! Le nouvel amour c'est beau! Si vous aviez fait plus de 47 pages, je vous aurais mis 5, tellement votre écriture est splendide......
Publié le 13 Juillet 2019
4
En lisant votre roman, j’ai pensé aux citations suivantes : « Il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rendez-vous » de Paul Eluard ou le proverbe suivant « nous ne faisons pas de nouvelles rencontres par accident, elles sont destinées à croiser notre chemin pour une raison ». Votre livre a une grande force émotionnelle, il véhicule des émotions et des sentiments humains puissants, c’est pour cela que je l’ai aimé.
Publié le 07 Juillet 2019
4
Je ne sais pas pourquoi, votre extrait m’a fait penser à la fameuse réplique d’Anémone dans le film Le Père Noel est une ordure : « c’est fin, c’est très fin, ça se mange sans faim » . Extrait marrant, il y a de l’humour, c’est simple et sans prétention donc c'est à consommer! Je ne suis pas un super fan, des « casse-toi » ou des « me faire chier » mais bon tant que c’est utilisé avec modération, on va dire que cela passe...
Publié le 30 Juin 2019
4
Cela doit être formidable d’être un écrivain comme Léa et d’avoir la sensation à un moment donné de voir ses personnages qui lui échappent car ils suivent leur propre route qui n’est pas celle de l’écrivain. D’ailleurs doit-t-on dire écrivain ou écrivaine car ras le bol de ce féminisme à outrance, c’est ridicule.... Mais bon quand on dit cela, on se fait automatiquement traiter de misogyne.... Et oui on vit à une époque où on ne peut plus rien dire… Bon je referme la parenthèse mais sinon j’ai bien apprécié le livre, les personnages sont intéressants dans le sens où ils sortent parfois des sentiers battus. J’aime bien le personnage d’Amandine, son côté extravagant me plaît, cela change un peu. Dans le couple, c’est clairement elle qui porte la culotte, c’est marrant ! c’est comme Léa, elle a du caractère et du répondant, il faut pas l’embêter ! La pauvre Marie quand on pense qu’il y a des femmes qui subissent tous les jours ce qu’elle subit, c’est juste affreux ! Comment arrive-t-elle à supporter l’insupportable ? Elle est face à un véritable manipulateur très pervers! J’ai bien aimé que l’on passe d’un personnage à un autre, c’est divers et puis c’est intéressant d’être plongé dans la peau de divers personnages. On est pas toujours dans la peau du même protagoniste. Merci pour ce partage agréable, j’ai eu la sensation d’être devant un bon téléfilm, cela détend et cela fait du bien. Je suis d’accord avec vous dans votre commentaire à Lila quand vous dites : « pourquoi les anciens devraient-t-ils adapter leur langage à celui des jeunes ? » Quand on voit parfois ce qu’est le langage des jeunes, il vaut mieux celui des anciens!
Publié le 27 Juin 2019
4
Comme le dit le proverbe suivant : « qui aime bien, châtie bien ». Un vent de fraîcheur et de gaieté se dégage de cet extrait étonnant. Les personnages sont des « coquins », des petits « chenapans » qui ne cessent pas de ruser pour arriver à leurs propres fins. Les enfants sont des blagueurs et sont dans l’insouciance la plus totale, les premiers émois amoureux font leur apparition, on se croirait dans une ambiance colonie de vacance tellement le ton de cet extrait est joyeux. Merci pour ce partage et à bientôt j’espère pour d’autres aventures littéraires.
Publié le 19 Juin 2019

Pages