Pascal.S

Pascal.S a noté ces livres

4
Décidément ce Cioran que je ne connaissais pas bien, a une vision pour le moins pessimiste des choses mais certains diront aussi réalistes. En tout cas je fais partie de ceux qui pensent que tout n'est pas à jeter chez Cioran et qu'il ne dit pas que des bêtises! Certains de ses propos ont résonné en moi et m'ont poussé à remettre en question mes opinions, mes pensées et croyances. Voici lesquels exactement: -"Comment pouvons nous affirmer que nous sommes bien réels alors que très prochainement nous n’existerons plus, que nous allons rejoindre nos aieux dans l’oubli le plus complet et le néant le plus parfait », page 4. Il n'a pas tort, l'idée de tomber dans l'oubli et le néant le plus parfait, me déprime à l'avance! - "A quoi bon vivre quand on n’a aucun talent et quand on végète dans la médiocrité sans le moindre espoir d’en sortir? "page 5 : c'est une pensée qui a tous et toutes pu nous traverser dans des moments difficiles de nos vies. -"Les hommes ont besoin de rêver paraît-t-il . En tout cas c’est ce que j’entends partout en ce moment. A mon avis ce dont les gens ont surtout besoin, c’est d’échapper au réel", page 5, que c'est bien vrai et vu! -"Un être qui crée, c’est un homme qui ne s’aime pas" page 5, en effet je ne suis pas certain que tous les artistes s'aiment profondément. -« Pour que l’homme ait moins peur de ce qu’il ne comprenait pas, il lui fallut inventer un dieu qu’il ne pourrait jamais comprendre » page 6, moi qui suis croyant à mes heures, j'avoue que cette pensée m'a souvent traversé l'esprit au cours de ma vie. -« Dieu est une invention qui permet au croyant de combler son besoin d’adorer. Elle lui permet aussi d’étancher quelque peu sa soif démesurée de se sentir aimé. De plus en vénérant un Dieu, le croyant peut s’adorer à travers lui tout en escamotant sa propre insignifiance", page 11; C'est vrai que selon moi l'être humain a un besoin viscéral de se sentir aimé, a-t-il inventé Dieu pour être aimé d'une façon inconditionnelle? -"On aime une chose ou une personne, non pas pour ce qu’elle est mais pour l’état physiologique dans lequel elle nous installe", page 20: c'est bien vu car lorsqu'on est amoureux d'une personne cela nous procure des sensations plus qu'agréables mais pour autant aime-t-on vraiment la personne pour ce qu'elle est? -"La croyance en Dieu qui semble au premier abord une opinion positive, c’est en réalité avant tout le produit d’une négation : c’est le refus de penser que l’on va mourir et que la vie est absurde", page 20; A-t-il totalement tort lorsqu'il dit cela ce Cioran ou n'a t-il pas une petite part de lucidité? -"On vit, on meurt et tout cela n’a aucun sens. Une éternité nous précède, une autre éternité nous succèdera : entre ces 2 infinis, une courte existence tout aussi absurde que dérisoire", page 31. Façon très négative et très triste de voir les choses mais il est vrai que si on réfléchit trop, ce type de pensée peut venir légitimement faire son apparition dans notre esprit.
Publié le 14 Août 2019
4
Un texte à la fois profond, riche, plutôt bien écrit et triste car le ton qui est y adopté est pessimiste même si celui-ci est parfois malheureusement réaliste. Il est beaucoup question de solitude dans votre récit… il est vrai que dans notre société contemporaine, j’ai le sentiment que beaucoup de gens se retrouvent seuls comme le serveur du bar du province qui dans votre récit, après une journée fatigante et qui ressemble terriblement aux autres, rentre chez lui dans son studio et a comme seul interlocuteur son frigidaire.
Publié le 12 Août 2019
4
Des textes profonds qui traduisent une belle maturité avec une réflexion plus que poussée sur les thèmes abordés. Paulina, vous allez au fond des choses et pour une femme de 23 ans, c'est plus qu'appréciable. J’ai bien aimé le passage sur l’inconnu cela décrit bien notre peur de l’inconnu mais parfois on est poussé vers l’inconnu car une certaine lassitude due à la routine s’installe en nous. Comme dit l'écrivain, Hafid Aggoune: "La vie s'arrête lorsque la peur de l'inconnu est plus forte que l'élan". La rencontre de l’autre en tant qu’être humain ou d’un lieu peut nous apporter beaucoup d’émotion..Il y a en effet des lieux ou des êtres humains qui nous sont familiers alors que nous ne les avons jamais vus. Votre remarque est juste et pertinente...
Publié le 10 Août 2019
4
C’est un peu fort Foyard ou le jeu du labyrinthe, l’interdit fait monter le désir et la peur est un moteur, un sentiment qui nous excite surtout quand on est petit. Les châteaux hantés font peur, les cimetières aussi la nuit avec les fantômes qui jaillissent des tombes....Je pense que vous trouverez votre public chez les jeunes qui sont en général friands de ce type d’histoire que vous proposez.Vous avez du nez c’est déjà un bon point. Bonne continuation dans vos aventures livresques.
Publié le 24 Juillet 2019
4
Des vers forts, qui frappent en plein cœur, poignants et à la fois si durs et vrais. Les poèmes de l'accident et de l'absence m'ont plu, ils sont si tristes, celui de l'adieu également. Le poème du slam, c'est beau et optimiste, enfin! Le nouvel amour c'est beau! Si vous aviez fait plus de 47 pages, je vous aurais mis 5, tellement votre écriture est splendide......
Publié le 13 Juillet 2019

Pages