Paula Pons
Présentation

lectrice à chapeau

Paula Pons a noté ces livres

4
Ah… ces histoires de famille dont on ressent si fort le besoin de les raconter, à la fois pour mieux les sonder encore, et aussi pour s’en affranchir. Que ce soit à travers un roman ou une bio, on se raconte toujours un peu. C’est si facile d’être lucide quand on lit l’histoire des autres, alors qu’on l’est si peu quand il s’agit de sa propre histoire, de sa propre famille. J’ai retrouvé plein de touches qui ont fait mouche dans votre récit. Des souvenirs éparpillés de ci de là, des mots, des impressions fugaces, oui les valises sont souvent lourdes à porter… Merci pour ce partage.
Publié le 26 Juin 2020
5
Il faut vous lire entre les lignes pour deviner derrière le synopsis et ses rêves biologiques que se cachent dans vos pages la vie d’un village du XIXème avec ses paysans, ses notables, son curé, son maire, sa Marquise et ses petits récits très fins, très bien tournés. C’est très plaisant à lire, d’une écriture précise et à peine surannée, laissant la part à l’imagination. Nous laissant donc notre part de lecteur. Et avec des dialogues justes, plaisants. Bravo !
Publié le 22 Juin 2020
4
Je lis le commentaire précédent une fois refermé votre livre et serais bien incapable d’apporter autant de précision au mien. Je partage un qualificatif avec Martine Fève, c’est vrai, c’est tout à fait old school. Mais les souvenirs des années si lointaines ne sont-ils pas old school ? N’est-on pas un peu old school, et donc un peu généreux de style, de manière d'écrire, de dire les sentiments, dès qu’on se rappelle des moments de notre jeunesse qu’on aime revivre ? N’est-on pas old school quand on l’âge et le temps de l’être ? C’est une riche histoire, oui qu'il était doux le sable sur la plage dans nos souvenirs.
Publié le 07 Mai 2020
4
Vous vous attaquez à une sacrée saga, bravo ! Ce premier tome est assez passionnant pour moi qui ai connu cette époque de loin, car j’avais une cousine qui était un peu dans le cas d’Albertine. Je recevais ses lettres qui disaient en moins romancé un peu ce que vous racontez. Etant férue de ce genre de romans historiques, je me rends bien compte que ce n’est pas facile de maintenir un même niveau de tension, d’intérêt, tout au long des 400 pages. Il y a des situations qui s’y prêtent plus naturellement, des personnages plus propices que d’autres à avoir envie d’être suivis plus particulièrement. Peut-être d’ailleurs, au delà d’Albertine, un de vos personnages va t-il prendre un peu plus de place au fil des pages ? Encore bravo pour cette aventure et tous mes vœux d’inspiration pour la suite.
Publié le 22 Avril 2020
4
C’est drôle cette femme qui se résume à se dévoiler à travers l’amour que les hommes peuvent lui donner. Comme si elle ne pouvait être qu’Êve ? J’essaye de me l’approprier, de me projeter, pas de me souvenir, vraiment ce n’est pas moi cette vie là ( :), mais de comprendre, de rentrer dans la peau d’une autre. D’une Amazone en quelque sorte. Enfin ce qui est drôle pour moi, ce sont les questions que je me suis posée tout du long, qui est-elle pour dire de manière si pensée, si analysée, des moments de vie ? Comment fait-elle pour avoir un regard si lucide, si analytique sur ce qu’elle traverse ? En aurais-je été capable ? Sûrement non ! Mais je vous remercie pour cette histoire qui semble si vraie, j’ai essayé de me mettre dans les pas de cette femme là, de la comprendre, d’avoir une affinité avec elle. Parfois avec succès. Parfois moins !
Publié le 10 Avril 2020

Pages