Actualité
Le 10 juin 2015

Edition, Autoédition : plagiat et inspiration.

Tapez les mots « plagiat écrivain » dans Google, et ce sont près de 166 000 résultats qui s'afficheront. Si vous n'écrivez que le mot de « plagiat », il vous faudra compter avec plus de 9 millions d’occurrences.
Plagiat : mieux vaut ne pas se faire prendre  !Plagiat : mieux vaut ne pas se faire prendre !

L'homme n'a pas attendu Internet et ses moteurs de recherche pour oublier d'ouvrir les guillemets quand il emprunte à d'autres ce qu'il n'a pas écrit. Petit traité à l'usage des auto-édités - mais pas qu'eux -  tentés par le copier-coller des idées et des mots. 

Le plagiat : des origines lointaines, qui dépassent la littérature.

Pour le Larousse, le plagiat, c'est « l'Acte de quelqu'un qui, dans le domaine artistique ou littéraire, donne pour sien ce qu'il a pris à l'œuvre d'un autre ». Simple et clair. Remontons maintenant à l'origine du mot. En latin plagiarius signifie voleur d'homme. Un plagiarus était donc quelqu'un qui avait volé l'esclave d'un autre, ou qui vendait en esclave un homme libre. Par extension, le mot a désigné par la suite les voleurs d'enfants et ce jusqu'au XVIème siècle. Mais dès le premier siècle après Jésus Christ, sous la plume de l'écrivain poète Martial Valère (dont j’avoue n’avoir jamais entendu parler !), le mot  plagiaire est déjà utilisé pour désigner le vol de vers, à une époque où les droits d'auteurs étaient déjà un sujet...

Définition académique du plagiat par Voltaire.

Accélérons et entrons dans le XVIIIe siècle pour nous arrêter à la définition qu'en donne Voltaire dans l'encyclopédie. « Le véritable plagiat écrit-il, c’est de donner pour vôtres les ouvrages d'autrui; de coudre dans vos rhapsodies de longs passages d'un bon livre avec quelques petits changements. Mais le lecteur éclairé voyant ce morceau de drap d'or sur un habit de bure, reconnaît bientôt le voleur maladroit». Lumineux !

Internet, le lit du plagiat en littérature : thèses, mémoires, biographies, essais. Tout y passe.

Avance rapide de nouveau pour arriver au XXIe siècle, celui du numérique et du fact checking. Vous savez, ce procédé qui vous évite de faire travailler votre mémoire ; qui vérifie pour vous, mais qui n'oublie pas de laisser des traces indélébiles de votre passage sur Internet. Mais ce n'est pas le sujet. Enfin, un peu tout de même. Parce que le web est perfide. Il n'a jamais été aussi simple de plagier, mais jamais plus aisé non plus de remonter à la source du plagiaire.

Ecrits plagiés sur internet : des auteurs faciles à traquer

Avec Internet, le plagiat de thèses ou de mémoires est devenu, pour les universitaires par exemple, un véritable fléau. S'il est relativement facile de repérer si une production est plagiée ou pas, en vérifiant notamment les changements de tons du discours, le plagiaire n'est pas forcément un être stupide. Et l'astuce peut être une autre de ses qualités !

Pour pallier le plagiat, les logiciels permettant de traquer l'impétrant se sont multipliés. Des logiciels comme Wordcheck, Copyscape, Article Checker ou Dupli Checker qui détectent le plagiat par les fréquences de mots-clés ou de correspondances avec des moteurs de recherche comme Google. La traque commence.

Plagier des romans, la tentation du 21eme siècle !

Mais laissons les écrits et revenons aux auteurs. Que celui qui, en mal d'inspiration ou en panne de carburant littéraire n'a jamais tapé quelques mots clés bien pesés sur un moteur de recherche me jette son premier feuillet ! Comment démarrer mon papier ? Au fait, quel auteur a déjà traité de ce sujet ? Que dit-on sur le web de cette nouvelle tendance ?... De l'inspiration au plagiat, n'y aurait-il que 4 lettres ? Où s'arrête l'inspiration, l'hommage et où commence le larcin ?

Juridiquement le plagiat correspond à des critères précis.

Voilà ce qu’en dit la loi, et le Code de la Propriété Intellectuelle qui encadre et distingue les délits de plagiat et contrefaçon. En effet, si l'objet de l'emprunt est une idée, il y a plagiat ; s'il s'agit de la forme sous laquelle ces idées sont représentées, il y a contrefaçon. Cela signifie que la loi protège au-delà de la simple reproduction au mot pour mot, et qu'elle reconnaît le style et les caractéristiques d'un auteur. Et les sanctions encourues peuvent aller jusqu'à de 300 000 euros d’amende voire 3 ans d’emprisonnement. Vous pensez alors, in petto, qu'il ne vous reste plus qu'à vous rabattre discrètement sur les œuvres publiées il y a plus de 70 ans, celles qui sont entrées dans le domaine public. L'année dernière, ce fameux domaine public s'est enrichi, entre autres, des œuvres de Jean Giraudoux et de Saint-Exupéry. En 2013, ce sont Stefan Sweig et Apollinaire qui ont rejoint le panthéon des droits d'auteur arrivés à expiration. Vous imaginez déjà Ondine ou 24h de la vie d'une femme ! Mais attention ! Car si les œuvres sont à la disposition de tous et que chacun peut en principe les recopier librement, le droit moral de l’auteur (respect et paternité de l’œuvre) est intemporel et post mortem. Parce que rien n'est simple avec la législation, toujours truffée d'exceptions, elle -même peine parfois à s'y retrouver dans ce processus complexe. Je vous laisse imaginer comment vous en dépêtrer seul.

Je terminerai en plagiant Michel Serres et son dernier ouvrage, véritable ode à la sérénité, le Gaucher boiteux : Penser n'est pas copier. Alors un conseil, continuer de penser et d'imaginer pour nous donner à nous, lecteurs, plaisir ou agacement, dans la découverte vos textes !

Merci pour leur aide précieuse  (je ne tomberai pas dans le piège) : Le Larousse, avocats picovschi, un mot par jour : originedesmots.blogspot 

Sylvie Arzelier

mais le gros poisson arriverait encore à faire croire que c'est le petit qui a plagié..... merci pour l'article, ça laisse perplexe mais il faut croire à ses rêves sans être naïf.
Publié le 15 Juin 2015
La plume peut être parfois douloureuse; ce texte n'est pas de moi, c'est une amie qui me l'a transmis, je n'en connais pas la source. Avec beaucoup d'humour, un bel exemple du plus fabuleux plagiat de tous les temps pendant le règne de Louis XIV. Texte : Tout commence en janvier 1686, où Louis XIV tombe subitement malade. Il semble qu'il se soit piqué en s'asseyant sur une plume des coussins qui garnissaient son carrosse déclenchant un abcès à l'anus, qu'il aurait fallu immédiatement inciser pour éviter que la blessure ne s'infecte. Mais les médecins du roi, épouvantés à l'idée de porter la main sur le fondement de la monarchie, optèrent pour des médecines douces, type onguents. Ces méthodes ne donnèrent aucun résultat. Tout cela dura près de 4 mois et les douleurs royales ne cessaient pas ! Brusquement, vers le 15 mai, les chirurgiens, verts de peur, soupçonnèrent l'existence d'une fistule. Ce fut l'affolement général. Finalement, le 1er chirurgien Félix de Tassy (appelé simplement FELIX) décide d'inciser et "invente" un petit couteau spécial, véritable pièce d'orfèvrerie dont la lame était recouverte d'une chape d'argent. Mais il fallut encore 5 mois pour fabriquer ce petit bijou... L'opération eut lieu le 17 novembre - sans anesthésie ! Il faudra encore 2 autres incisions (la plaie ayant du mal à se refermer pour cicatriser) pour qu'enfin à la Noël 1686, on puisse déclarer que le roi était définitivement sorti d'affaire...et mettre fin aux rumeurs qui, à l'étranger, se propageaient disant que Louis XIV était à l'agonie. Dès l'heureuse issue de l'intervention connue, des prières furent dites dans le royaume et les dames de Saint Cyr (création de Mme deMaintenon devenue épouse morganatique) décidèrent de composer un cantique pour célébrer la guérison du roi. La supérieure, Mme de Brinon (nièce de Mme de Maintenon) écrivit alors quelques vers assez anodins qu'elle donna à mettre en musique à Jean-Baptiste Lully : Grand Dieu sauve le roi ! Longs jours à notre roi ! Vive le roi . A lui victoire, Bonheur et gloire ! Qu'il ait un règne heureux Et l'appui des cieux ! Les demoiselles de Saint Cyr prirent l'habitude de chanter ce petit cantique de circonstance chaque fois que le roi venait visiter leur école. C'est ainsi qu'un jour de 1714, le compositeur Georg Friedrich Haendel, de passage à Versailles, entendit ce cantique qu'il trouva si beau qu' il en nota aussitôt les paroles et la musique. Après quoi, il se rendit à Londres où il demanda à un clergyman nommé Carrey de lui traduire le petit couplet de Mme de Brinon. Le brave prêtre s'exécuta sur le champ et écrivit ces paroles qui allaient faire le tour du monde : God save our gracious King, Long life our noble King, God save the King! Send him victorious Happy and glorious Long to reign over us, God save the King ! Haendel remercia et alla immédiatement à la cour où il offrit au roi - comme étant son oeuvre - le cantique des demoiselles de Saint Cyr. Très flatté, George 1er félicita le compositeur et déclara que, dorénavant, le "God save the King" serait exécuté lors des cérémonies officielles. Et c'est ainsi que cet hymne, qui nous paraît profondément britannique, est né de la collaboration : - d'une Française (Mme de Brinon), - d'un Italien (Jean-Baptiste Lully -ou Lulli-) naturalisé français, - d'un Anglais (Carrey), - d'un Allemand (Georg Friedrich Händel -ou Haendel-) naturalisé britannique, et ..... - d'un trou du cul Français, celui de sa Majesté Louis XIV. Un hymne européen, en fait ! Si Louis XIV ne s'était pas mis, par mégarde, une plume dans le « derrière », quel serait aujourd'hui l'hymne britannique ?... Pourrez-vous désormais écouter "God save the Queen" sans penser à cette petite plume ?
Publié le 13 Juin 2015
Robert, uniquement si l'auteur a pensé à protéger son oeuvre. Sinon, il peut mettre sa gloire derrière l'oreille et manger son chapeau en voyant le plagieur récompensé pour le travail d'un autre (+ les $ou$ !)
Publié le 10 Juin 2015
Cela dit, plagier ou emprunter tel ou tel mots, idee ou passage de livres d'auteurs connus alors qu'on est soi-meme inconnu et non edite, c'est un peu etrange. L'inverse est plus logique, mais c'est parfois du pain beni. Imaginez: vous etes un auteur(e) inconnu, et un ecrivain best-seller lu par des millions de fans vous copie, vous plagie, etc... d'ou proces, publicite, dommages et interets pour vous (esperons-le), gloire :) :)
Publié le 10 Juin 2015