Auteur
Le 26 déc 2019

Iranienne, DJ et Rappeur

Je suis Iranienne et DJ. Cela peut vous paraître contradictoire, eh bien ce ne l’est pas.
Les passerelles entre la photo, la poésie et la musique sont multiplesLes passerelles entre la photo, la poésie et la musique sont multiples

Mon père était officier et Général dans l’Armée de Mer Iranienne sous le règne du Shah d’Iran. Il était d’une famille de politiciens. Mon grand-père Jalal Movaghar était Gouverneur et Maire de la ville de Khoramshahr dans le Golfe Arabo-Persique. Son frère était avocat parlementaire sous le Règne du Shah. La sœur de ma mère Jaleh Monaghan, ma tante, était productrice de Télévision en Iran.

Je suis d’une famille importante sous le règne du Shah. Partie de tout pour perdre beaucoup. Les épreuves font partie des tourments qui parfois vous font vous tourner vers de nouvelles formes de création. Une échappatoire libératoire. 
Je suis rappeur et DJ. Le rap est une musique née dans les années 80 dans les ghettos aux Etats-Unis. C’est une musique qui permet de supporter sa condition, de la clamer même. C’est sans doute en cela que je m’y retrouve. 

Le rap est étroitement lié au métier de DJ, car il était à l’origine un chant scandé et répétitif pour peupler les temps morts, les transitions, mes transitions. Installée en France depuis 1983 à l’âge de 11 ans, j’habite toujours en France. Je suis Iranienne de nationalité Française. Je touche à tout : Joueuse d’échecs et photographe numérique, musicienne et amateur de poésie.

Vous trouverez ici un recueil de photographies, des témoignages, expériences, carnets de voyage et Journal autour d’un périple en Iran. Ce recueil et ces textes expriment ma nostalgie d’un Iran perdu, dans le désordre et sans prétention particulière. J’ai préféré ne pas m’exprimer par écrit sur ce sujet en raison des événements actuels. Embargos, pressions politiques, Trump. 
J’ai ainsi préféré exposer ce livre avec des images, des textes, des évocations, des portées de musique qui parlent pour moi beaucoup plus qu’un discours, et surtout qu'un discours politique

La photo, c’est ma manière à moi de faire des dessins. Le rap, c’est une manière de dire et de contester. Le rap, c’est parler en musique sans savoir chanter, une manière forte de crier ses sentiments.

Et puis j’aime faire des passerelles entre la photo et les mots, la poésie et la musique.Tout est lié et les choses me viennent naturellement, spontanément. Rien ne s'y oppose.

 WebRadio Radio Funky Jazz où est diffusée les musiques de l'album du livre " Welcome "

 

 

 

Merci beaucoup pour ce partage que je trouve pour ma part d'une belle tendresse et ouverture d'esprit. Chacun à notre façon, nous trouvons notre manière forte de crier nos sentiments, peu importe les moyens, l'essentiel réside dans l'expression et l'intensité de nos émotions. En tout cas, cet article ouvre sur l'envie de vous découvrir. Belle continuation. Thalia

Publié le 02 Janvier 2020

« Quand les hommes vivront d'amour
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous, nous serons morts mon frère…»
(Du chanteur Raymond Lévesque, chanteur québécois)

Publié le 30 Décembre 2019

... "Si tous les gars du monde voulaient s' donner la main/

Si tous les gars du monde/

Décidaient d'être copains/

Et partageaient un beau matin/

Leurs espoirs et leurs chagrins/

Si tous les gars du monde/

Devenaient de bons copains/

Et marchaient la main dans la main/

Le bonheur serait pour demain/

Ne parle pas de différence/

Ne dites pas qu'il est trop blond/

Ou qu'il est noir comme du charbon/

Ni même qu'il n'est pas né en France/

Aimez-les n'importe comment/

Même si leur gueule doit vous surprendre/

L'Amour c'est comme au régiment/

Il n'faut pas chercher à comprendre/

J'ai mes ennuis et vous les vôtres/

Mais moi je compte sur les gars/

Les copains qu'on ne connaît pas/

Peuvent nous consoler des autres/

Le Bonheur c'est une habitude/

Avec deux cent millions d'amis/

On ne craint pas la Solitude..."

Paul FORT, Ballades françaises, élu en 1912 prince des poètes

Publié le 30 Décembre 2019

« Un homme n'a pas de racines, il a des pieds. » (Salman Rushdie)
Bonne année à tous.

Publié le 30 Décembre 2019

Moi aussi, je vous dis welcome : les grands espaces de liberté et de créativité n'ont pas besoin de passeport.

Publié le 29 Décembre 2019

Chère Iranienne, DJ et Rappeur, ma compagne a vécu quelques années en Iran. Nous en sommes convaincus tous les deux : ce sont des gens comme vous, qui font bouger les lignes et progresser les mentalités. Félicitations pour votre créativité et vos passions. Amicalement, Antoine

Publié le 29 Décembre 2019