Actualité
Le 04 mar 2020

Histoire et genèse de la langue française (1/3)

On se plaint de notre langue qui s’abîme au fil des siècles et des générations, et pourtant quel chemin pour passer du gaulois (langue celtique de tradition orale) au français !
Qui a eu cette idée folle, un jour d'inventer...Qui a eu cette idée folle, un jour d'inventer...

La langue française : des dialectes gaulois au Latin…

Lorsque Vercingétorix dépose les armes en 52 avant JC, César introduit le latin en Gaule. Les écoles et les administrations en font rapidement la langue des hautes classes et des villes.

Les gallo-romains parlaient alors un latin vulgaire, abandonnant progressivement les dialectes gaulois. Mais les accents gaulois et bientôt germaniques le rendaient inintelligible. On appelle cette langue « le roman » fait de latin déformé et de bribes de mots et d’expressions de dialectes gaulois ; la langue écrite à l’usage des administrations, quoique plus soignée, était un mauvais latin.

Le premier document littéraire écrit en "roman" et en germanique parait en 842 « Le serment de Strasbourg".

La langue romane se démultipliait en dialectes. « Parler de la langue d’OC » au Sud de la Loire, « Parler de la langue d’oïl » au Nord de la Loire. En Ile de France, c’est la langue d’oïl qui prévalait. Elle va rapidement devenir la langue de la dynastie capétienne. C’est ce que l’on appelle le vieux français.
La Chanson de Roland  au 11 me siècle. Bientôt les Chansons de geste, puis les chroniqueurs écrivent en « vieux Français ». « Le Provençal » pourtant très florissant est évincé.

Mais c’est la Renaissance qui est l’époque de la victoire du Français. La naissance et l’usage de l’imprimerie font reculer définitivement le latin ignoré par le peuple.

En 1539, par l’ordonnance de Villers-Cotterêts, François 1er impose le français comme langue officielle, ou plutôt le francoys. Désormais la langue française est celle qui s’imprime et qui s’impose naturellement dans toutes les provinces chassant progressivement mais inexorablement le latin, le breton, le flamand, le bourguignon, le picard, le provençal, le gascon qui resisteront cependant encore des décennies voire quelques siècles. Bientôt Montaigne et Rabelais, surtout ce dernier, ouvrent à la littérature le monde immense de la langue parlée et populaire.

Quand « La langue française est capable de se suffire »

Enfin, les poètes de la Pléiade avec Ronsard, renouvellent la poésie française. Leur manifeste :"Défense et illustration de la langue française" (1549) rejoint leur credo : « La langue française est capable de se suffire".
Les premières grammaires françaises sont imprimées.

 

Aucun commentaireAjouter un commentaire