LE BUFFET DE GIONO

26 pages de Parthemise33
LE BUFFET DE GIONO Parthemise33
Synopsis

"Voici pour cent francs du thym de la garrigue
Un peu de safran et un kilo de figues
Voulez-vous, pas vrai, un beau plateau de pêches
Ou bien d'abricots?" Gilbert Bécaud - Les Marchés de Provence
Asteria di Nirano, l'avocate volcanique, a décidé de sévir en Haute Provence. Cette nouvelle a reçu, au concours de La Méridienne du Monde rural 2024, le prix de "l'enquête artistique". Bonne lecture à touzettoutes

Publié le 24 Mai 2024

Les statistiques du livre

  253 Classement
  118 Lectures 30 jours
  348 Lectures totales
  -16 Progression
  0 Téléchargement
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 7 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Annie Pic
Chère Annie, Quel joli commentaire ! Pas seulement pour les compliments (enfin, si, un peu) mais parce que je vous ai fait plaisir. Je suis heureuse que vous ayez retrouvé votre Provence dans cette nouvelle. C’est donc un pari réussi. Sans le vouloir vraiment, on peut rapidement tomber dans le cliché régional. J’ai voulu décrire la Haute Provence comme je la ressens. Tous mes personnages vous disent Merci Bisous Merci et à une prochaine fois

Publié le 03 Juillet 2024
3
Chère Parthemise33 / Ça sent bon la garrigue, les herbes folles, le thym et le romarin. Étant née en Provence, la petite musique qui accompagne cette enquête ébouriffante m'a ravie à souhait. L'ambiance y est, le ton et la gouaille des personnages s'accommodent parfaitement à la température de l'histoire. Je suis fan de votre imagination qui sait si bien restituer décor et mise en scène, j'ai savouré sans retenue le goût des ingrédients qui ont agrémenté cette partition si particulière de la Provence. Et bien sûr, mention spéciale pour les protagonistes toujours aussi truculents, et servis par une plume remarquable. Bravo, et bonne fin de journée. Bises, Annie
Publié le 01 Juillet 2024

@A.P. Gounon
Chère Anne, J'ai découvert hier, avec un grand plaisir, ton commentaire amical. La conservatrice de la maison de Giono m'a raconté que des employés municipaux chargés de déplacer le Buffet étaient venus à quatre, croyant devoir déplacer un meuble... J'espère que cette balade provençale donnera envie aux lecteurs de découvrir la Haute Provence de ce côté du Lubéron, plus austère , mais qui possède des trésors cachés. Merci Bisous Merci pour les trois petits cœurs qui ont fait battre le mien un peu plus vite

Publié le 12 Juin 2024
3
@Parthémise33. Voilà que, grâce à ton talent, nous sommes transportés en Provence, chère Parthémise. Et voilà que nous avons envie de boire un pastis avec tes héros place de l'Hôtel de Ville et de flâner dans la librairie Bleue..Et, bien sûr, nous avons bien ri à la poursuite du vrai-faux Buffet (si je vole un jour, ce ne sera pas un Buffet !), avec tes personnages toujours un peu foldingues, mais, excellents détectives, et tes comparaisons que je savoure. La récompense était bien méritée ! Alors MERCI, bisous, merci...Anne
Publié le 11 Juin 2024

@galodarsac
Je suis tombée, enfant, dans Pagnol comme Obélix dans la potion magique. J'ai même joué dans Topaze. Ma mère, avait créé un club de théâtre dans le collège où elle exerçait. En fin d'année, nous avons joué "Mon Isménie" de Labiche et des extraits de Topaze. Pièce dans laquelle j'interprétait l'élève demeuré Pitart-Vergnolles (demeuré, mais tout de même enfant de baronne). Rôle de composition, bien sûr... En confidence, l'anecdote de l'épicière est vrai (c'était une de mes grand' tantes) et les Berlot-Picard ont bien existé, mais dans une autre administration. Deux véritables phénomènes auxquels je rends hommage. Comme quoi, la fiction peut être inspirée par la réalité. Merci, Bisous, Merci, cher ami, pour ces trois petits cœurs. Je préférais les étoiles, mais il paraît qu'il faut évoluer. Tout ceci me fait penser à la politique du "care" et à la ouate que l'on préfère ;-)

Publié le 02 Juin 2024
3
Pour moi aussi la deuxième lecture fut un grand moment de bonheur. Il y a du Pagnol dans ce récit, truculent et stridulant à souhait. La galerie de personnages est comme toujours haute en couleurs et les dialogues sont au rendez-vous. Pour un peu on sentirait monter les effluves du pastis. Chère consœur méridio-ruralienne, bravo et merci pour ce partage ! Et RDV à Bort pour arroser ça dignement :)
Publié le 01 Juin 2024

@Parthemise33 Oui, vous avez raison, je bats ma coulpe pour l’emploi de ce méprisant « bled ». Mauvaise influence d’une fréquentation clandestine trop assidue de Frederic Dard. Sans même parler de Manosque, il est bien certain que Forcalquier ne saurait être qualifié de « bled », tant cette cité a connu la célébrité après avoir eu le privilège de posséder pour premier édile l’illustre Christophe Castaner, qui a laissé le souvenir plaisant d’un homme porté à chasser la vierge davantage dans les discothèques parisiennes que dans les oliveraies et autres huileries provençales. //****// Bravo en tout cas pour vos écrits et votre humour.

Publié le 29 Mai 2024

@Hubert
Truculent, j'aime bien. Puisque nous sommes entre nous, je vais te faire une confidence : je rame sur les deux-trois premières pages, et puis, un mot, une image, un air de musique et je pars au galop. Mon plus grand plaisir est lorsque le lecteur avoue s'être bien amusé. Merci Bisous Merci pour ta visite en Haute Provence

Publié le 28 Mai 2024

@Michel LAURENT
Bonsoir cher lecteur, Tout d'abord, désolée pour les interlignes. Je vais tenter de remédier à la chose. Pas sûr que j'y arrive : mes connaissances en word sont lilliputiennes. Vous avez raison, quelqu'un qui chipote sur le menu pour après picorer dans votre assiette, cela peut agacer. En tout cas, cela m'agacerait. En parlant de quelqu'un qui pourrait être irrité, je pense aux Manosquins. Votre comparaison de Manosque (32 000 habitants dans l'agglomération) avec un bled est très péjorative pour la première ville des Alpes de Haute Provence largement devant Digne (la préfecture) et Forcalquier (la sous-préfecture) en matière d'attractivité économique. J'ai bien envie de vous envoyer des evzones pour vous apprendre à respecter le monde rural. N'oublions pas que cette charmante ville a donné trois grands écrivains à la France : Jean Giono, Pierre Magnan et ... Parthemise33 ;-). Cependant, pour la qualité de votre commentaire, il vous sera beaucoup pardonné. Merci Bisous Merci et toutes ces sortes de choses

Publié le 28 Mai 2024

@Zoé Florent
Chère Michèle, Voilà un commentaire amical qui remonte le moral ! Brusquement la flèche du baromètre s'est positionnée sur "Soleil des tropiques". Tu as raison. La relecture est un peu comme le rasoir Gilette à deux lames . La première lecture ouvre le chemin à la machette, la seconde permet de flâner en profitant du paysage. Je pratique cette méthode très fréquemment tant j'ai hâte de connaître la fin d'une histoire. Merci Bisous Merci pour ton soutien et très bonne soirée

Publié le 28 Mai 2024
3
Truculent...Un vrai bonheur à lire. On imagine aisément le plaisir que tu as dû éprouver à écrire ces lignes, plaisir qui transpire jusqu'au lecteur. Bravo et merci pour le partage
Publié le 28 Mai 2024
3
Comme disait le Général parti à la chasse au canard siffleur dans les marais solognots : ouarff, au moins ici, ça foisonne, Yvonne !  Le récit est enlevé, presqu’autant que le tableau de Buiffet. On suit sans trop de difficulté malgré l’interligne peu généreux. On apprend au passage ce qu’est un hoplite (c’est un fantassin lourdement chargé, et pas seulement au niveau de son haleine). Moi, y’a juste deux trucs qui m’ont pas plu. D’abord cette Françoise qui se dit au régime et qui picore les frites dans l’assiette de son mari ! Alors ça non, j’aime vraiment pas, ça m’est déjà arrivé, j’vous le dis, c’est totalement insupportable, pire que la présence d’oxyures dans les selles d’un nouveau-né ! Et puis le conseiller municipal Darci qui roule en BMW i7 électrique. Non, trois fois non ! Quand on s’appelle Darci et qu’en plus on est conseiller municipal d’un p’tit bled provençal, on roule en Dacia, que Diable ! Au moins est-on ainsi à l’abri de s’entendre raconter cette stupide plaisanterie qui consiste à demander la différence existant entre une BMW et une hémorroïde. La réponse ? Aucune, tous les trous du c… finisse par en avoir une !
Publié le 27 Mai 2024
3
@Parthemise33 Dès les premières phrases, je me suis de nouveau sentie bien dans cette histoire. Aussi bien si ce n'est mieux que lors d'une première lecture qui date un peu, car connaître le fond m’a permis de mieux apprécier les multiples acrobaties de la forme. Je crois bien qu’aucune des nombreuses touches d’humour qui émaillent ce récit ne m’a échappé, cette fois-ci. Ce sont les avantages offerts par une deuxième lecture ;-). Comme toujours cet humour si espiègle, un tantinet british, donc, et comme toujours un scénario imaginatif et fouillé, qui permet une visite guidée dans une imagination prolifique, nourrie d'une grande érudition. /// Pour ma part, je précise que sans lire la liste des personnages, et malgré ton goût pour le surnombre, je ne me suis jamais perdue dans tes écrits ;-). /// Merci pour avoir partagé cette "nouvelle autre", gouleyante et jubilatoire à souhait. Une nouvelle qui a bien mérité le prix de "l'enquête artistique", gagné au concours de La Méridienne du Monde rural 2024. Plein de bises et bonne fin de journée, Michèle
Publié le 27 Mai 2024

@Chrisko J'ai lu attentivement votre analyse pertinente. Cependant, je continuerai à présenter une liste en début de texte. Avec le nombre conséquent de personnages que je m'obstine à employer (ce qui me coûte un bras en matière de charges sociales), c'est le moyen le plus judicieux que j'ai trouvé pour que la raison des lecteurs ne s'égare pas dans les méandres des situations (d'autres auteurs le font également). Concernant les illustrations, c'est un plaisir égoïstement personnel. Dans cette nouvelle, je rends hommage à une région très chère à mon cœur. Vous n'avez pas été sans remarquer que je mettais en avant "Le Bleuet", dont vous n'ignorez pas qu'il s'agit de la plus grande librairie du monde rural. Un endroit merveilleux. Des livres par milliers. Un véritable dédale de salles dans lequel j'adore m'égarer pour en ressortir, toute ébouriffée, des livres plein les bras. Merci Bisous Merci pour avoir pris le temps de me lire

Publié le 26 Mai 2024
2.01
L’écriture est fluide. Le récit gagnerait à être resserré et dramatisé, surtout à la fin. Le lecteur pourrait être davantage associé à la résolution de l’affaire. Il n’est pas nécessaire de mettre la liste des personnages au début ni des photos car le récit donne les informations utiles et suffit à créer l’illusion de la réalité.
Publié le 25 Mai 2024