Actualité
Le 16 mar 2020

Brève histoire de la langue française (2/3) : le 17 ème siècle

On a vu comment les dialectes Gaulois d’origine celtiques sont devenus le « roman », "la langue romane", issue du latin imposé aux populations gauloises. Dés lors, des langues régionales se sont multipliées, mais l'une d'elle domine et sera imposée par la monarchie : le Français.

Puis progressivement la langue d’Oïl s’est imposée naturellement au Nord de la Loire via la dynastie capétienne .

Plus tard François 1er impose le "Françoys" comme langue nationale obligatoire ; c’est la naissance du vieux français qui ne cessera de se transformer au fil des siècles.. Mais le chemin est long entre ce langage châtié et complexe, convenu, même dans ses facéties et ses coquineries et la langue classique qui a donné ses lettres de noblesse à la littérature du 17 eme. Et qui deviendra la langue internationale du 18 eme..

Plus tard François 1er a imposé le Françoys comme langue nationale obligatoire ; c’est la naissance du Moyen francais. Mais le chemin est long entre ce langage châtié et convenu même dans ses faceties et ses coquineries et la langue classique qui a donné ses lettres de noblesse à la littérature  au 17 eme.

Le 17 ème donne naissance au Français classique : La langue française se définit, s’épure, se précise.

Malherbe, poète français traduit le passage du gôut du baroque au goût du Français classique en publiant l’un des premiers précis de grammaire. Il s’attache à mettre au clair la signification des mots. Adjectifs et adverbes sont définis. Il formule les règles qui régissent la construction des phrases. Il supprime le vocabulaire trop savant, trop technique, trop provincial Dés 1634, cet effort se perpétue avec la création de l’Académie française par Richelieu. Les « ouvriers en paroles » sont en priorité en charge de règlementer la langue.et de rédiger un dictionnaire.

Vaugelas rédige une grammaire accessible

Dans ce cadre, l’objectif de Vaugelas en créant une nouvelle grammaire plus accessible est certes d’énoncer des règles mais aussi de les populariser à travers ce qu’il appelle « le bel usage »,  c’est à dire la façon d’écrire des bons auteurs, et la façon de parler des honnêtes gens.

Le concept du "bel usage", s’il appauvrit parfois la langue en eliminant des expressions regionales, des mots familiers, des expressions « bourgeoises », les mots des métiers l’enrichit souvent d’expressions abstraites mais surtout transforme le français en un langage clair, un langage moraliste qui peint l’homme et la vie interieure.

Par la qualité et l'amélioration de la langue, le 17 ème est devenu le siècle du rayonnement littéraire de la France

Voltaire baptisera le 17 ème le « Siècle de Louis XIV. Car le monarque, encouragera l’écriture, soutiendra les écrivains et attribuera à la littérature « un caractère d’ordre et de grandeur ».
Pascal, Descartes, Corneille marqueront la première partie du siècle, tandis que Racine, Molière, Boileau, Lafontaine, Bossuet marqueront l’autre.

Cette dernière partie du siècle incarnera une forme de dignité, de mesure, de maturité, de raison et de noblesse. En simplifiant la langue, le XVII ème devient le siècle classique sans doute la plus belle époque de la littérature française. Celle qui conduira àu siècle de la Liberté comme le qualifiera Diderot : le 18 eme

La langue française au service de la philosophie et des raisonnements politiques.

La fin du siècle et l’avènement du 18 ème marquera l’avènement de préoccupations nouvelles : plus philosophiques, plus sociales, plus politiques. Avec Fénelon, Labruyère et Saint Simon, s’annonce un nouveau siècle : un siècle humain, un siècle ou l’homme est au centre de toutes les préoccupations.

Ainsi, et tout naturellement,  le 18 ème a fait du Francais en Europe la langue universelle, une langue  qui servira en particulier à répandre les idées philosophiques.

Dans les jours qui viennent : Histoire de la langue française (la suite 18 ème

 

@Benoît Otis
Je connais et rencontre nombre de jeunes qui interrogent les choses et les êtres, à commencer par eux-mêmes, et ne se contentent pas d'avaler tout cru la pensée cachectique de la plupart de leurs aînés. L'intelligence, la clairvoyance et la rationalité ne sont pas mortes, elle ne sont pas même moribondes, elles croissent au contraire sans cesse dans les esprits juvéniles. Encore faut-il se donner la peine de les entendre et de les écouter.

Publié le 19 Mars 2020

@porphyre
Toujours dans le cadre d'une philosophie véhiculée par la langue française, force est de constater que nous vivons présentement dans un monde où l'irrationnel prédomine sur le rationnel. De plus, lorsque les valeurs traditionnelles s'effondrent, les gens ont tendance à s'accrocher à des croyances les plus farfelues. Ce genre de crise n'est pas un précédent dans l'Histoire de l'humanité. De tout temps les Hommes ont traversé de grandes périodes d'angoisse existentielle en recherchant des réponses toutes faites ou prêtes à penser. La critique analytique est quasi inexistante de nos jours. D'où l'importance pour notre jeunesse, de faire un effort pour remettre à jour des notions philosophiques d'actualité et des repères existentiels ajustés à notre époque.

Publié le 18 Mars 2020

@De Vos Philippe Merci de vos remarques. Fautes Corrigées ou atténuées...

Publié le 18 Mars 2020

@Benoît Otis
@Duncan Cartwright
Je ne pense pas que c'est en ressassant les lieux communs d'un certain décadentisme qu'on risque d'offrir une image vraie des êtres et des choses. La jeunesse (pour ne parler que d'elle) pourrait certainement vous surprendre, messieurs les philosophes en chambre. Et je trouve, comment dire ? curieux de considérer qu'il y aurait eu jadis un "bon" temps où toute une population pensait, raisonnait et philosophait. Mais peut-être faut-il voir en cela le fruit d'une saison propice, semble-t-il, à l'épanouissement de la fine fleur des vieux réacs...

Publié le 18 Mars 2020

Tout à fait d'accord avec Benoît Otis quand il souligne qu'on ne sait plus penser, raisonner, voire philosopher. Les cadences de travail y sont pour une grande part. Quand on observe et écoute la majorité de la population, plus personne n'a le temps de faire quoi que ce soit, même d'élever ses enfants. Alors de là à prendre du recul et à réfléchir sur le sens de la vie et de son rôle dans une société en folie, ce n'est pas pour demain. J'ajouterai "ne veut plus" penser, raisonner, philosopher. Tout le monde dispose du même temps dans sa journée. Ce n'est donc qu'une question de priorité. Quand on veut s'occuper de tout à la fois, on ne s'occupe plus de rien. Ajouté à cela le fait qu'on habitue la jeunesse à compter sur des "applis" informatiques pour tout. Dans ce contexte, la réflexion et la pensée occupent évidemment la toute dernière place dans la liste des priorités et ne sont pas prêtes à être automatisées - heureusement. Je suis certain qu'en réaction à mon commentaire, d'aucuns vont me rappeler "qu'il faut" et que "nous devons" nous montrer optimistes, positifs et toute la série des clichés insensés qui nous invitent à plonger la tête dans le sable pour ignorer la dure et impitoyable réalité. Je n'en ai cure.

Publié le 17 Mars 2020

La langue française comme véhicule de la philosophie, oui bien sûr, et je veux bien. Mais de nos jours, la critique philosophique analytique est quasi inexistante. On s'éloigne de plus en plus de la rigueur intellectuelle qui avait cours en Europe à la période de la Renaissance ou encore au Siècle des Lumières. Rares sont ceux aujourd'hui qui ont le courage de leurs convictions personnelles. La conscience collective (un esprit de groupe ou une mentalité de suiveurs), est devenue le refuge des faibles, c'est-à-dire les personnes les plus vulnérables à la manipulation charlatanesque. En d'autres mots, on ne sait plus penser, raisonner, voire philosopher. Il faudra donc encore tout recommencer. En ces périodes difficiles que nous traversons présentement, l'humanité aurait intérêt à faire un retour à la philosophie et en faire une alliance avec les sciences humaines et sociales.

Publié le 17 Mars 2020

Merci @De Vos Philippe de me rappeler l'orthographe de Villers-Cotterêts. Depuis le temps que je ne m'y étais pas reporté, ma mémoire m'en avait fait défaut. C'est corrigé !

Publié le 16 Mars 2020

Bonjour @mBS ,
Petite rectification… il me semble ! sauf erreur de ma part.
Vous écrivez :
«Plus tard François 1er impose le "Françoys" comme langue nationale obligatoire ; c’est la naissance du vieux français qui ne cessera de se transformer au fil des siècles.»
Le vieux français date d'avant François 1er et je crois bien que l'Ordonnance (faite de nombreux articles) de Villers-Cotterêts était écrite en Moyen français qui est déjà une évolution de la langue. François 1er : 1515, le vieux français, en cours jusqu'au XIVe siècle.
D'ailleurs, n'y aurait-il pas une petite coquille dans le texte, «doublonnement» malheureux de paragraphe qui ne dit pas tout à fait la même chose ?

Publié le 16 Mars 2020

Merci @monBestSeller pour cette série sur l'Histoire de la langue française. Quelle évolution en vérité ! La grande oeuvre de François 1er avec ses Ordonnances de Villers-Cotterêts.
J'ai pu me rendre compte cependant, dans le cadre de mes recherches généalogiques, que les Ordonnances de Villers-Cotterêts (pour ce qui concerne l'obligation faite aux prêtres des paroisses de tenir un registre des baptêmes) ont mis plus d'un siècle pour être appliquées uniformément dans la France profonde des provinces du Sud. Dans l'Ariège plus particulièrement, il a fallu un rappel de l'évêque pour imposer cette obligation.
Mais ce qui est à signaler surtout, c'est que les prêtres étaient des lettrés, surtout dans la mesure où la langue d'Oc était celle pratiquée par les paroissiens. Hormis les noms propres qui gardaient la consonance locale, les actes étaient rédigés en bon français.
J'ai aussi constaté qu'au début du 18ème siècle, la rédaction des actes (étendus alors aux actes de mariage et de décès) s'était considérablement améliorée dans le fond et dans la forme. Ceci est d'autant plus important que le premier dictionnaire de l'Académie française n'a été publié qu'à la fin du 16ème siècle et qu'il a fallu probablement beaucoup de temps avant qu'il n'atteigne les contrées de la France profonde.
C'est bien aussi de rappeler les conseils aux auteurs sous l'intitulé : "Vous serez aussi intéressé par :"
Je trouve un peu regrettable qu'il n'y ait pas plus de commentaires.
Avec toute ma sympathie, conscient de la lourde tâche pour animer au mieux la plateforme. MC

Publié le 16 Mars 2020