Actualité
Le 30 mar 2020

Histoire de la langue française (3/3)-XVIII et XIXème siècle

La brève histoire de la langue française de Vercingétorix à nos jours se conclut ici. Le 18 ème et le 19 ème siècle ont fait du "Français" une langue universelle, mondiale par la littérature d'abord mais par les idées sociales surtout qu'elle a véhiculées. Elle a perdu ces galons à la moitié du 20 ème siècle en terme de diplomatie et d'économie. Son rôle culturel subsiste. L'organisation internationale de la francophonie y veille avec un certain succès.

Au XVIII ème, le Français devient la langue internationale.

Au XVIII ème siècle, le français est devenu en Europe la langue universelle qui permet d'irradier" les idées philosophiques. Le XVIIIème avait pris en héritage du siècle classique "le principe de souveraineté de la raison".
Au siècle suivant, ce principe est passé au filtre de "la vie politique et sociale". On attaque l’Eglise, la tradition, le roi.
C’est parce que la langue francaise traite du "social" au XVIII ème qu’elle se répand dans toute l’Europe. On a même parlé d’une Europe française. 
"Française" parce qu’elle adopte nos écrivains, notre langue, nos idées.

Le progrès des Sciences, le rôle de l’encyclopédie provoquent la naissance de mots nouveaux : techniques, savants, étrangers, exotiques

La langue française varie ses registres, les phrases changent de rythmes, tantôt enchainées, tantôt coupées, tantôt liées. Ample et rythmée chez Rousseau, vive et spirituelle chez Voltaire.
La révolution renouvelle le vocabulaire politique et administratif. C’est ainsi que "kilomètre", "litre", "département", "préfets" apparaissent. Le français pénètre alors au plus profond des provinces, délogeant le patois

Mais c’est le romantisme qui, au XIXème révolutionne la langue française

Il joue avec la grammaire, défie la tradition, engendre un vocabulaire très varié. Le roman réaliste fait de nombreux emprunts au monde des métiers et au langage populaire parlé. Le journal à un sou propage la langue dans les villages les plus éloignés. Les écrivains romantiques et plus particulièrement Victor Hugo affranchissent le vocabulaire et le style.

« Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire. 
Plus de mot sénateur ! Plus de mots roturiers !"

Balzac

Au XIX ème siècle, le vocabulaire des poètes n’a jamais été aussi riche, expressif et coloré.

Georges Sand connait les mœurs et le parler du Berry, Zola emprunte au milieu ouvrier sur lequel il enquête, Loti celui des marins.

Aujourd’hui  300 Millions d’hommes parlent français sur la planète: Belgique, Canada, suisse, Haïti, une partie importante de l’Afrique.
Sur le plan culturel, le français l’emporte encore dans de nombreux domaines, alors que la dominance absolue de l’anglais sur le plan économique n’est plus contestable.

11 CommentairesAjouter un commentaire

@Francois BAUER; Ce rapide aperçu s'arrête au XIX, comme son titre l'indique. Si une bonne âme se dévoue pour couvrir 3 ou 4 tournants du XX ème, il est bienvenu

Publié le 11 Avril 2020

Merci @François BAUER d'avoir mentionné que la langue française a évolué après Mai 68 (comme beaucoup d'autres domaines d'ailleurs), ne serait-ce qu'avec les mouvements féministes. Il y a à la fois le pire et le meilleur.
Le pire est l'excès de ce à quoi s'adonnent les féministes, dans les actes et envers l'écriture. Quitte à relancer le débat (le sujet a déjà été évoqué dans des tribunes de mBS), je rappellerai quelques points. Féminiser les noms n'est déjà pas esthétique, est même parfois ridicule. L'écriture inclusive est l'aberration suprême. Pas étonnant que "Défenseur·e·s et détracteur·e·s" (l'horreur !) de l’écriture inclusive se soient écharpés sur cet épineux sujet.
L'objectif était déjà paradoxal, car "sexiste" en voulant précisément le combattre : "Combattre les stéréotypes sexistes en remaniant l’orthographe est l’objectif de l’écriture inclusive, défendue depuis des années par les courants féministes".
Le Premier ministre (Edouard Philippe) avait tranché alors que le débat faisait rage en France : l’écriture inclusive sera bannie des textes officiels. Ouf ! A quoi avons-nous échappé !
L’éditeur Hatier avait décidé de publier un manuel à destination des CE2 en employant cette nouvelle méthode qui consiste à féminiser les mots en plaçant, entre des points-milieu, la terminaison du féminin.
Nos élèves ont déjà des difficultés à maîtriser l'écriture, l'orthographe et la langue... qu'aurait été la difficulté supplémentaire de l'écriture inclusive !
Je n'ose imaginer les auteurs introduire l'écriture inclusive dans leurs écrits. Bon courage à celles et ceux qui s'y risqueraient. MC

Publié le 06 Avril 2020

Mazette, quel raccourci ! La langue française a évolué depuis 68, ne serait-ce qu'avec les féministes dont vous ne parlez pas. A ce jour cette langue se meurt, c'est mon avis, car bien trop désordonnée et compliquée à volonté. Il n'en subsiste rien que des trahisons par nos différents média existants...

Publié le 05 Avril 2020

@Michel CANAL, la "méthode globale", relayée par la *méthode idéovisuelle" dans les années 70, méthode abandonnée depuis, est apparue bien avant 68, tout comme les mathématiques modernes qui ont vu dégringoler mes notes du jour au lendemain, alors que je croyais être plus matheuse que littéraire, et cela, avant ce fameux mois de mai... Mais il est évident que nous ne pouvons avoir le même regard, eu égard à nos cursus antagonistes, ce qui, au demeurant, n'est pas très grave ;-). Bises et bonne journée. Michèle

Publié le 02 Avril 2020

@lamish, malgré ton esprit critique que je confirme, il est difficile de ne pas convenir que Mai 68 a constitué une césure en France (mais pas que) au moins dans deux domaines : les moeurs au sens large et l'enseignement.
Combien je suis heureux d'avoir fait ma scolarité avant Mai 68. Et combien il m'est arrivé de plaindre les profs de lettres par la suite, tout en déplorant de constater la perte de savoir dans les générations post-68, plus particulièrement eu égard à notre langue, tellement malmenée y compris par des diplômés et des journalistes. J'ai un fils professeur de lettres. Je peux donc apprécier les faiblesses de l'un autant que des autres.
Concernant plus d'information sur Mai 68, la "nouvelle" publiée sur ma page — plus développée que celle du concours pour le cinquantenaire en mai 2018 — apporte quelques informations intéressantes sur cet épisode insurrectionnel et l'évolution sociétale qu'il a induite.
Bonne journée à toi Michèle. Bon confinement. MC

Publié le 01 Avril 2020

C'est une trilogie intéressante. Ce sont clairement la montée progressive des idées révolutionnaires qui ont consacré la langue française. Le débat d'idées lié au débat politique.

Publié le 01 Avril 2020

Professeur ? Quelle drôle d'idée ! Je suis épicier-nécromancien, comme tout le monde.

Publié le 01 Avril 2020

@porphyre Je vous laisse le chapitre de l'histoire de la langue française au 20 ème et 21 ème, professeur
@lamish Merci Ce sujet est bien sûr destiné à éveiller l'attention de ceux que cela pourrait intéresser.
Des dizaines d'ouvrages savants sont à disposition sur le net.

Publié le 01 Avril 2020

Merci pour ce dernier volet d'une série qui, il me semble, n'a jamais eu l'intention d'explorer à fond ce vaste sujet mais d'en faire une synthèse accessible à tous. Un exercice réussi. @Michel CANAL mai 68 a bon dos avec toi ;-). Cet autre autre sujet mériterait également une tribune, mais à mes yeux, si quelques énarques férus de réformes étaient capables de raisonner sur le long terme, si le déferlement médiatique ne rendait pas une grande majorité démissionnaire et apathique, les nouvelles générations sauraient encore écrire et s'exprimer correctement, sans pour autant avoir à porter blouse grise et craindre coups de règles sur les doigts. J'ai connu cette époque. Ma blouse était rose ;-) et, bien que bonne élève, j'avais déjà l'esprit critique. Du coup, pas de nostalgie pour moi ;-). Bises et bonne journée, même confinés. Michèle

Publié le 01 Avril 2020

Ben dis donc, c'est du digest, c'est du vite-fait-sur-le-gaz !!! Lassitude de l'auteur ou recul devant l'ampleur de la tâche ? Dommage...

Publié le 31 Mars 2020

Merci pour cette Histoire de la langue française. Les auteurs y trouveront leurs racines, les lecteurs une opportunité de culture.
Il faut certainement regretter que la langue anglaise envahisse tous les domaines au détriment du français, y compris dans nos institutions européennes qui pourtant font du français la langue officielle. C'est donc à nous auteurs de la répandre et de la faire aimer, tout en admettant qu'elle soit probablement très difficile à assimiler (elle l'est déjà pour nous) par ceux pour qui elle n'est pas la langue maternelle.
Mais quelle richesse et quelles subtilités ! Quelle musicalité peut-on lui faire exprimer !
Enfin, pour conclure, juste un mot pour évoquer la nostalgie de la petite école sur ces tables en chêne avec l'encrier en porcelaine, le souvenir des blouses anthracite portées par le maître et les élèves, la belle écriture au tableau et sur nos ardoises, sur nos cahiers, le respect que nous avions envers nos maîtres... et plus tard la reconnaissance pour tout ce qu'ils nous avaient transmis et que nous avions assimilé. Mais je parle là de ce que les moins de 50 ans n'ont pas connu. Mai 68 a créé un autre monde.

Publié le 31 Mars 2020