Auteur
Du 10 juin 2020
au 10 juin 2020

Et après?

Une étrange déception, la vie reprend son cours comme si de rien n'était... Un texte pour l'appel à l'écriture monBestSeller dans la série "Dorénavant..."
La vie reprend son coursLa vie reprend son cours

Changer de vie, partir loin de cette cacophonie.

Faire plus et mieux que ce que je ne le faisais jusqu'ici.

Toute seule, je ne pourrais y arriver, je ne serais qu'un petit grain de sable perdu au milieu de tout le reste, mais ne dit-on pas que les petits ruisseaux font les grandes rivières?

Pourquoi aller loin pour obtenir ce que l'on a près de chez soi?

Je mets mon nez dehors. Je tends l'oreille. J’entends un balai de voiture qui passe et repasse.

La vie a repris son cours là où elle s'est arrêtée, mais quelle vie? Est-ce que c'est vraiment ce que les hommes veulent? Rentrer à nouveau dans un système pour ne plus voir l'autre, passer et vivre à côté de ceux qu'on aime. Est-ce cela la vie?

Je n'ai jamais voulu de cette vie-là et pourtant j'y suis rentrée, tout en restant tout près de la porte de sortie, et ce afin de pouvoir m'échapper dès que possible.

Le ciel bleu, la mer, les dauphins commencent déjà à disparaître comme si cette période n'avait pas existé. Le tout en quelques jours, le temps que l'homme reprenne sa soi-disant place!

Dès le 11 mai, beaucoup ont repris leur véhicule, se sont précipités dans les magasins, rués dans les fastfood en drive, comme si ils voulaient rattraper un temps «perdu» durant les deux mois qui viennent de s'écouler. Mais si pendant quelques semaines, on a pu se passer de certaines choses, pourquoi en avoir besoin maintenant?

C'était justement un arrêt sur notre vie actuelle, pour réfléchir.

Tous ces gens se sont-ils posés la question à savoir si c'était vital à leur vie? Relancer la consommation, je n'entends que ça!
Non, il faut juste réapprendre à vivre autrement, revenir aux bases de la vie : la simplicité, l’empathie, l'entraide, l'amour, le bonheur d'être juste ensemble,

Nos villes étaient devenues des villes fantômes, chacun a pu respirer un air plus pur mais tout a été remis en cause, tout a été détruit en quelques heures.

Ce soir, comme tous les soirs depuis des années, je vais monter dans la colline, regarder le soleil se coucher sur la mer et remercier la planète de me donner tous les jours de merveilleux cadeaux. Mais je ne serai plus seule. D'ici quelques jours, les fleurs auront été piétinées, les jeunes branches des arbres cassées.

Le parc d'Adrienne, au pied de la colline, est une vaste étendue jaune depuis des semaines. Jaune de fleurs, les abeilles se régalent. Mais bientôt tout sera coupé, foulé, massacré.

Les abeilles à qui nous devons notre survie.

L'incivisme est de retour. Les gens jettent à nouveau tout par terre, à la mer. Rien n'a changé. Tout a empiré. Je n'ai que quelques centaines de mètres pour aller dans la colline : des bouteilles d'alcool, des gants, des canettes, des plastiques, des masques, des cartouches de gaz hilarants jonchent le sol. La terre redevient une immense poubelle.

Après ce que l'homme a vécu ces derniers mois, j'espérais qu'il avait réfléchi un tant soit peu, qu'il allait se remettre en question. Notre planète a respiré quelques semaines, la faune et la flore ont repris un peu de leurs droits. Les détritus avaient presque disparu, nous pouvions respirer, voir plus loin, la brume de pollution ayant disparu. C’était le moment de prendre conscience...

Je suis dégoûtée. Ce retour a été un choc pour moi. 

Je pensais bien innocemment que l'être humain s'était dit : Dorénavant...

Christine Richard

 

 

 

 

 

@christine richard
Pourtant désormais une solution existe par le biais de l'association www.portieres-ouvertes.org
Mobilisons-nous pour qu'elle se développe dans l'intérêt de tous.
Nous acceptons toutes les bonnes volontés.
Merci

Publié le 02 Juillet 2020

Guère étonnant! Tout finira toujours par être sacrifié sur l'autel de cette sacro-sainte bonne santé de l'économie mondiale...

Publié le 13 Juin 2020

Merci Christine pour cette tribune qui fait écho à la mienne !
/n
Vous pensiez bien innocemment que l'être humain s'était dit : Dorénavant...
/n
Amicalement Kroussar

Publié le 10 Juin 2020