Actualité
Du 04 mar 2021
au 04 mar 2021

Personnages de roman : pourquoi et comment les dimensionner ?

Ce sont les personnages qui font vivre l'histoire d'un roman. La cohérence de leur personnalité pour mener des actions logiques, attendues (ou prévisiblement inattendues) est essentielle. Que ces personnages soient fantaisistes, rebelles, amoureux ou rancuniers... C'est la vraisemblance de leurs agissements qui font la logique de l'intrigue, donc sa force. Ecoutons christophe Loupy, auteur monBestSeller, sur ce sujet
Un personnage doit se concevoir sous toutes les couturesUn personnage doit se concevoir sous toutes les coutures

Dimensionner ses personnages, ça sert à quoi ?

A cette question, je répondrai par une autre : « Quel est le plus important : le scénario de l'histoire ou les personnages de l'histoire ? ». Les deux, mon capitaine. Si vous montez un scénario incroyable mais que vos personnages sont mal dimensionnés, vous allez rencontrer des difficultés lors de l'écriture. Par moments, vous allez peiner à articuler vos scènes entre elles (action/réaction), à d'autres, la mise en scène elle-même vous semblera laborieuse, vous devrez vous y reprendre à plusieurs fois. Au final, votre histoire au scénario incroyable sera molle, sans relief, car ceux qui font vivre l'histoire sont les personnages, ne l'oublions pas.

En revanche, si vous avez bien dimensionné vos personnages, ce seront eux qui prendront les rênes de votre scénario. Quand vous aborderez une scène délicate, vous le ferez sans souci, sans complexe. Car le ou les personnages qui l'animent auront déjà, dans votre tête, un fonctionnement éprouvé, une psychologie maîtrisée, qui feront que leurs actions et leurs réactions dans pareille situation seront une évidence. Leurs personnalités vont « tirer » le scénario vers le haut, en y apportant de la vérité, du dynamisme, mais aussi en suscitant l'intérêt du lecteur pour ses protagonistes finalement « proches de lui et du monde qu'il connaît ».

Les fiches : un véritable exercice d'écriture pour qualifier vos personnages

De nombreux auteurs et scénaristes utilisent le procédé des fiches. C'est-à-dire que l'on va remplir une fiche signalétique pour chaque personnage. Mais quand on parle de fiche, cela signifie souvent un, voire plusieurs feuillets A4. Car il s'agit réellement de passer le personnage « à la moulinette » :

- Physiquement : Comment est-il ? Frêle ? costaud ? Beau ? Laid ?...

- Psychologiquement : Plutôt sûr de lui ? En manque d'assurance ? Hypocondriaque ? Avec une ou plusieurs phobies ?...

- Vie professionnelle : Son métier ? Ses relations de travail ? Son cadre de travail ?...

- Vie affective : Célibataire ? En couple ? Parcours amoureux et sentimental ? Ses relations avec les autres ?...

- Vécu : Son enfance ? Ses parents ? Son adolescence ? Sa construction et ses expériences d'adulte ?...

 Pour que vos personnages soient vrais, il faut les décrire abondamment. C'est un roman dans le roman

Ce travail demande pas mal de temps, de réflexion, mais ce temps utilisé pour faire ces fiches est du temps vraiment économisé quand on s'atèle à la rédaction du récit. De plus, vous allez bonifier, dynamiser votre scénario grâce à ces personnages qui, maintenant, auront une vraie dimension. Vous ne peinerez plus à leur donner vie dans le roman, à leur trouver la bonne place, puisqu'ils seront déjà vivants. Ce sont eux qui prendront, de façon naturelle, la place qu'ils doivent occuper. Ils agiront (action/réaction) devant vos yeux avant que votre esprit ne cherche à les mettre en scène.

Doit-on utiliser tout le contenu de ces fiches de personnages dans un roman ?

Non, ce n'est pas le but. Parfois, sur une fiche, on ne va utiliser qu'un cinquième de ce qui est écrit. Cette fiche exhaustive va servir uniquement d'image. Cette image complète du personnage sera présente en permanence dans la tête de l'auteur. Il y puisera des détails tout au long de son écriture pour donner de l'épaisseur à son personnage.

Par exemple, il n'est pas forcément utile de préciser qu'enfant, ce personnage a vécu dans une famille très croyante, étouffé par une mère dévote et superstitieuse. En revanche, cela va faire agir ce personnage d'une façon bien particulière. Ce lourd vécu, que vous avez mis tant de temps à imaginer, le lecteur va le sentir quand le personnage sera en scène, cela lui donnera une crédibilité intéressante tout en servant l’intrigue. Les orientations du scénario vous paraîtront soudainement logiques. Vos personnages s'habilleront d'une légitimité, d'une véracité dans l'action, la réflexion, sans grands efforts de votre part.

Ce travail semble difficile et compliqué...

Les raconteurs d'histoires doivent savoir observer les autres et leur environnement

Cela dépend comment on l’aborde. Je pense, personnellement, que n'importe qui peut dépeindre n'importe quel personnage. Il suffit de savoir observer les gens qui nous entourent, de chercher à les comprendre. Le problème de notre société est que chacun est replié sur soi-même. Les gens aiment parler d'eux, mais ne s'intéressent pas beaucoup aux autres. Lorsque l'on est « raconteurd'histoires », on se doit d'être l'inverse.

Apprenez à vous intéresser aux autres, vous verrez, ce n'est pas un travail de professionnel. Amusez-vous à questionner vos interlocuteurs lors d'une soirée, ou dans la vie de tous les jours. Le passionné de sports extrêmes vous apprendra beaucoup sur l'état d'esprit et les sensations perçues dans les moments critiques ; le timide que vous aurez mis en confiance vous racontera des pans entiers de son enfance, des conflits avec ses frères et sœurs, et les conséquences sur sa vie ; le beau parleur, qui monopolise la parole, écrasant tous les autres en public, sera tout autre lors d'une conversation à deux où il vous livrera finalement son manque de confiance en lui dans certains domaines et décryptera pour vous, sans forcément s'en rendre compte, pourquoi il agit ainsi dans la vie, etc. Bref, vous l'avez compris, arrêtez de vous regarder le nombril, intéressez-vous aux autres, et vous verrez, vous construirez des personnages inoubliables...

___________________________

Christophe LOUPY (Metantropo)
Auteur de L’Antestament sur MonBestSeller.com

51 CommentairesAjouter un commentaire

Merci pour cet article !
Pour ma part, je recherche à quel acteur/actrice j'identifie mes personnages. Cela m'a beaucoup aidée dans la rédaction de mon premier roman. J'ai aussi recherché des photos anciennes sur Pinterest, et trouvé celles qui correspondaient le plus à des situations ou à mes personnages. J'avais créé un dossier spécial sur mon téléphone, et j'y revenais souvent. Cela rendait mon histoire plus concrète. En revanche, j'avais aussi réalisé des fiches pour chaque personnage, mais au final, je n'y suis que très peu revenue, j'avais tout gardé en tête.
SI vous êtes intéressés de découvrir mon process, j'ai créé une page dédiée à mon roman sur mon blog : https://junochatelain.blogspot.com/p/mon-premier-roman.html

Publié le 06 Avril 2021

Ni plan, ni fiche. C'est ma manière de travailler. Spontanéité, plaisir, découverte de l'histoire tout en l'écrivant. Sauf qu'il y a toujours un moment où ça bloque. C'est inévitable. Et là, je me réfère à une base : les MOTIVATIONS de mes personnages. Plutôt que des fiches rébarbatives, je trace les lignes de forces et de faiblesses de mes personnages. Ce que veut un individu va forcément induire son comportement, ses réactions, ses erreurs. Un égoïste ne va pas agir comme un altruiste. Maintenant, de là à expliquer que ce dernier est devenu égoïste parce que, dans son enfance blablabla, ce n'est pas forcément utile. Du moins, pour un polar.
Alors, fiche ou pas fiche, peu importe, l'essentiel est d'avoir suffisamment cerné ses personnages pour définir leur OBJECTIF, et comment ils vont agir pour l'atteindre. Souvent en faisant des conneries, d'ailleurs. Des erreurs de jugement. Ces petits riens qui rendent un gentil imparfait et un méchant faillible. L'intrigue naît de tout ça, et pas l'inverse. En fait, écrire un roman, c'est écrire l'histoire de tous les personnages qui le composent. Pour moi, les personnages sont plus importants que le scénario car ce sont les personnages qui lui donnent vie. Sur la base d'une intrigue, bien sûr. "Intrigue VS scénario", ce sera peut-être l'objet d'une prochaine tribune ?
Amitiés
Norin

Publié le 21 Mars 2021

Bonjour @Sylvie Petitmarie, @FANNY DUMOND

D'accord avec vos points de vue respectifs.

Je pense (bonjour @lamish) qu'on pourrait remonter aux mondes des Idées, ou à celui des Archétypes, voire recourir aux "champs morphogénétiques", pour tenter de démontrer que l'on invente rien de radicalement neuf en termes d'histoires, imaginées en particulier.

Selon l'étymologie, inventer c'est in-venire, entrer dans quelque chose qui était déjà là, si je ne me trompe pas.

Un exercice amusant pourrait être de repérer la structure d'un roman, par exemple, ou la morphologie d'un conte (Propp) et de la transposer dans un autre contexte, un autre environnement. Pour découvrir sans doute que l'on a écrit une histoire à la fois différente et similaire.
Sans doute en va-t-il de même pour les personnages (?).

Bonne journée à vous !
Saint-Bleyras

Publié le 10 Mars 2021

Bonjour@Sylvie Petitmarie pour plagier un certain candidat à la présidence de la République, je dirais "que nous n'avons pas le monopole des idées". Certains des intervenants sur cette tribune abordent vos interrogations : une lecture, un film, un fait divers, un reportage, etc nous influencent qu'on le veuille ou non. Je pense que nous n'inventons rien en écrivant, mais que nous créons autrement depuis l'oralité et l'écriture. Je vous souhaite une agréable journée. Cordialement. Fanny

Publié le 10 Mars 2021

Pour rebondir sur ce que disent @Fanny Dumond et @Saint-Bleyras,j ai arrêté net un roman que je commençais à ecrire car en même temps j ai entamé la lecture d'un livre sur mon best seller et les premiers chapitres commençaient à quelque chose près comme le mien.Comme si j avais copié l histoire alors qu en fait ce n était pas le cas.Juste pour souligner qu'il doit arriver que l on copie ou que l on soit copié sans le vouloir.

Publié le 10 Mars 2021

@FANNY DUMOND
Bonjour,
Merci pour vos réponses, éclairantes.
Et bonne journée à vous !
Saint-Bleyras

Publié le 09 Mars 2021

Waouh, c'est trop fort !
/n
Non, rassurez-vous Kroussar n'a pas pété un plomb ! Il vient juste de terminer la lecture de L'Antestament. Et se demande si cette tribune, au demeurant très intéressante, ne cachait pas un piège. C'est diablement bien joué.
/n
À vos tablettes, vous allez comprendre, si, si, et bonne lecture.

Publié le 09 Mars 2021

Bonsoir@Saint-Bleyras sur mes contrats, j'accepte que mes ouvrages puissent être traduits et traités sous tout support présent et à venir, en conservant tous mes droits. Effectivement, personne n'est à l'abri de se faire piquer une idée ou d'un plagiat cf. Régine Deforges qui a finalement gagné en appel pour plagiat de "Autant en emporte le vent" avec sa trilogie "La bicyclette bleue". J'en termine là, sinon je vais être coupable de déborder dans l'attente d'une éventuelle tribune ou d'un complément d'informations sur le sujet (on en trouve en fouillant sur la toile !). Cordialement. Fanny

Publié le 08 Mars 2021

@FANNY DUMOND
Bonjour à vous, et merci pour ces informations.

C'est vrai que la question de la protection du personnage me paraît importante et m'intéresse. Imaginons, par exemple, un livre recalé mais qui a circulé entre plusieurs mains d'un comité de lecture. Le rejet du livre protège-t-il d'une appropriation déshonnête d'un personnage par un tiers membre d'un tel comité ? Je suis bien convaincu que non.
Également, j'ai le souvenir d'avoir lu qu'en France les idées ne sont pas protégées, seules leurs effectuations et leurs réalisations le seraient.
La construction européenne a-t-elle modifié tout cela ?

Peut-être qu'une tribune en forme de FAQ serait utile.
Cordialement à vous,
Saint-Bleyras

Publié le 08 Mars 2021

@Hubert Letiers "C'est même pas moi qu'a commencé, m'sieur :-))) !" Après, si ma "cancritude" fait des émules ;-)... Plus sérieusement, tu en as vu beaucoup, toi, en X années, des tribunes qui restaient dans les clous du sujet ? Généralement, quand chacun y va de sa petite histoire perso, de multiples chemins de traverse se dessinent, et les autres s'y engouffrent... ou pas... Ce n'est pas "monbestsellerien" ; c'est humain ;-). Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 08 Mars 2021

Bonjour@Saint-Bleyras Par la protection des droits d'auteur, outre la rémunération, je l'entends surtout dans le sens de la propriété intellectuelle et artistique qui en cas de décès de l'auteur appartiennent à ses ayants droits (en général ses héritiers). En Europe, la durée de protection des droits d'auteur est fixée, en général, à 70 ans après le décès de l'auteur de l'œuvre. D'où l'importance de bien conserver et d'éplucher les contrats qui protègent l'ouvrage et par le fait les personnages (pour en revenir à notre sujet). Je ne pense pas déborder car, lors d'un débat, il me semble que l'on peut l'élargir afin de ne pas en rester à la tenue de fiches descriptives des personnages et que chacun voit midi à sa porte sur ce sujet. Un débat sans contradiction, dans un bon esprit, n'en n'est plus un. Cordialement. Fanny (si mBS veut bien daigner enregistrer)

Publié le 08 Mars 2021

@Catarina Viti, @lamish, @Saint-Bleyras, @FANNY DUMOND...
De l'esquisse du personnage romanesque à la jurisprudence sur la propriété artistique... il y avait un gouffre... Et vous l'avez franchi sans mollir !... mBS deviendrait-elle le think-tank de référence en matière de littérature ?... Chapeau bas ! maintenant, tous les espoirs sont permis... Le voici donc ce "nouveau monBestSeller" qui fait couler autant d'encre...

Publié le 08 Mars 2021

@lamish
Bonjour !
Merci pour ces informations que je vais bientôt exploiter.
Pour l'instant, je me suis, il ya quelque temps, envoyé en LRAR un courrier contenant les trois textes que j'ai publiés sur mBS. Je n'ai bien sûr pas ouvert les enveloppes de ce recommandé.
Bon après-midi, Michèle !
Georges

Publié le 08 Mars 2021

@lamish..... arrêêêête, je vais finir par croire que je suis pistonnée.... (pfffffffffffffffff)(LOL).

Publié le 08 Mars 2021

@Catarina Viti Je confirme, tu es une exception ;-). Pour ma part, je n'ai jamais été avertie et j'avertis souvent les auteurs que je connais de la parution des leurs... Des auteurs qui n'ont pas été informés non plus.

Publié le 08 Mars 2021

@lamish. Bonjour, j'ignore comment cela se passe "en général", mais je peux assurer que Christophe Lucius m'a toujours prévenue de la date de mise en ligne de mes tribunes (et Dieu sait que j'en ai écrit des piles -signées et non signées- depuis 2015). D'un autre côté, quand on s'intéresse à la vie d'un site au point d'écrire une Tribune (à 60 jours monbooktime, certes) c'est qu'on doit quand même bien y jeter un coup d'œil de temps en temps... enfin... je suppose...
Je crois surtout que les nouveaux auteurs ne sont pas nécessairement au jus des pratiques que nous connaissons parce que nous sommes là depuis longtemps.
Je me demande même si j'avais pigé le coup des interactions pour ma première Tribune.
Pas sûr, pas sûr.
Bonne continuation à tous !

Publié le 08 Mars 2021

@Saint-Bleyras La première étape, pour protéger ses écrits, est de solliciter un ISBN (International Standard Book Number). Pour le reste, je vous conseille le site de l'INPI (https://www.inpi.fr/fr). L'enveloppe Soleau permet de laisser une trace de sa création à moindre prix. Sinon, il y a la possibilité de déposer des dessins et modèles, mais cela suppose qu'il y ait expression physique. Quant aux droits d'auteur, ils sont très variables. Chez Amazon, ils sont de 40% à 60%, frais d'impression déduits. En y déposant votre manuscrit, un ISBN vous sera automatiquement attribué.
@Catarina Viti Tant que les auteurs de tribunes ne seront pas avertis de leur mise en ligne par MBS, le doute persiste ;-).
@Kroussar "C'est l'effet boule de neige, qui dévoilera des comportements difficilement imaginables au tout début de la rédaction. Faut-il en conclure (toujours en restant dans l'esprit du sujet) que la fiche se construit au fur et à mesure, et non d'un bloc avant de se lancer dans l'écriture de l'histoire !? Par ailleurs, ne faut-il pas laisser place à l'imagination du lecteur, et ne pas donner de trop détails sur les personnages !?" J'adhère ;-)...
A tous, bonne journée. Amicalement, Michèle

Publié le 08 Mars 2021

Il serait, il me semble, nécessaire de préciser (ou repréciser) aux auteurs de Tribunes, que le but du jeu ne consiste pas à seulement publier un article, mais également à ANIMER LA TRIBUNE en répondant à tous les commentaires, et ceci aussi longtemps qu'elle paraît dans la une des actu. Animer consiste également à recadrer les échanges et approfondir et parfois défendre des idées (ou au moins les expliciter). Merci.

Publié le 08 Mars 2021

Avec toutes ces citations, très intéressantes; on s'éloigne un peu de l'intérêt du sujet. Car fiche ou pas fiche, il faut avoir en tête les principales caractéristiques des personnages principaux et secondaires. Et là, on ne peut qu'être d'accord avec Christophe Loupy (monBestSeller, avec un C majuscule à Christophe, SVP).
/n
Par contre une phrase de cet article m'interpelle, je cite "En revanche, si vous avez bien dimensionné vos personnages, ce seront eux qui prendront les rênes de votre scénario.".
Là encore, on ne peut qu'être d'accord. Mais, dans ce cas, à quoi sert de décrire par le menu détail tous les personnages ? Puisqu'à un moment donné de l'histoire, ils vont prendre le pas sur l'auteur. Entendez par là que chaque réaction peut en entraîner une autre, créer des situations inattendues, etc. C'est l'effet boule de neige, qui dévoilera des comportements difficilement imaginables au tout début de la rédaction. Faut-il en conclure (toujours en restant dans l'esprit du sujet) que la fiche se construit au fur et à mesure, et non d'un bloc avant de se lancer dans l'écriture de l'histoire !? Par ailleurs, ne faut-il pas laisser place à l'imagination du lecteur, et ne pas donner de trop détails sur les personnages !?
/n
Il serait intéressant d'avoir une réponse de Christophe Loupy, alias @Metantropo.
Amicalement à toutes et tous.

Publié le 08 Mars 2021

@FANNY DUMOND
Bonsoir,
Pour ma part, je serais intéressé par la lecture d'une telle tribune, sur les droits d'auteur et sur la protection des personnages. J'ai tant à apprendre dans ces domaines.
Cordialement à vous.

Publié le 07 Mars 2021

@Saint-Bleyras Votre pseudo n'est pas usurpé, cher Georges ;-)...

Publié le 07 Mars 2021

@lamish
Bonsoir !
Oui, je devine...

La question suivant la pensée de Lacan, c'est moi qui la pose.
Tous me donnent à penser, à réfléchir, mais quand les "je pense que...", les "à mon avis", marqueurs de la subjectivité, ne sont pas là, je les ajoute intérieurement.

Je prends toutes les opinions de cette façon, et j'ai appris à comprendre que beaucoup d'assertions très "didactiques" conservent une plus ou moins forte composante "subjective", voire idéologique (explicite ou dissimulée) perceptible dans les présupposés ou les sous-entendus de l'argumentation (quand il y en a une !).

Merci pour votre retour, Michèle, et bonne soirée à vous aussi.

Amicalement,
Georges

Publié le 07 Mars 2021

@Saint-Bleyras À lire les pertinents extraits que vous citez, un détail m'a sauté aux yeux : là où Stephen King écrit "j'estime que" ou "pour moi", Italo Calvino écrit "toute oeuvre est" ou "l'auteur est" et se montre aussi affirmatif qu'Yves Lavandier. Quant à Lacan, il offre la question ouverte... Vous devinez certainement lesquels de ces quatre penseurs me donnent envie de me fier à leurs conseils et avis ;-). Bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 07 Mars 2021

Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Un extrait d'Italo Calvino ("La machine littérature, essais" éditions du Seuil, 1984 pour la traduction française) :

Page 92 : « la condition préliminaire de toute œuvre littéraire est la suivante : la personne qui écrit doit inventer ce premier personnage qui est l’auteur de l’œuvre.
Qu’une personne se mette tout entière dans l’œuvre qu’elle écrit, voilà quelque chose qu’on entend fréquemment mais qui ne correspond à aucune vérité.

Ce n’est jamais qu’une projection de soi que l’auteur met en œuvre dans l’écriture, et ce peut être la projection d’une vraie part de soi-même comme la projection d’un moi fictif, d’un masque.

Écrire présuppose toujours le choix d’une attitude psychologique, d’un rapport avec le monde, d’une position de la voix, d’un ensemble homogène de moyens linguistiques, de données d’expérience et de fantasmes, en somme, d’un style.

L’auteur est auteur dans la mesure où il entre dans un rôle, comme un acteur, et s’identifie avec cette projection de soi dans le moment où il écrit.
Comparé au moi de l’individu comme sujet empirique, ce personnage-auteur est quelque chose de moins et quelque chose de plus. »

Publié le 07 Mars 2021

Bonjour@Saint-Bleyras oui, c'est bien de moi ! et je vous remercie de votre intérêt sur mes écritures. Effectivement, je les laisse s'envoler, mais je les protège tous. L'un de mes personnages, celui qui me tient le plus à cœur, avait attiré l'attention pour être le héros d'un film. Le détournement de ma saga ne m'a pas du tout plu, il m'a chagrinée, car le scénario n'avait plus aucun rapport avec le fond. Comment mettre en scène un chat ? autrement que par le biais d'un dessin animé. Fort heureusement, je n'avais pas cédé mes droits d'auteur et mon Chatterton m'appartient toujours. Peut-être que cet exemple pourrait être l'objet d'une tribune sur les droits d'auteur et sur la protection des personnages. Bon dimanche à vous. Cordialement. Fanny

Publié le 07 Mars 2021

Il me semble que nous écrivons de seconde main, en écho, en réaction à ce que d’autres ont déjà dit, écrit avant nous. Nous n’inventons rien, nous glanons transformons : penser, parler, écrire, résultent d’un constant travail de recyclage. (Sylvie Germain que j’aime beaucoup)
J´ajouterai que le vécu de chacun participe avec force, je le crois fermement, à cet acte incroyable de partager des émotions, quelquefois avec retenue, quelquefois avec enthousiasme, avec exagération, avec, avec… bref avec tout ce qui fait de chacun de nous un « personnage » .

Publié le 07 Mars 2021

@FANNY DUMOND

Qui a écrit ceci : "mes personnages ne m’appartiennent pas : ils m’ont été donnés par je ne sais quelle force et je les laisse s’envoler hors de mes fichiers." ?

C'est vous, Fanny Dumond !
Dans : https://www.edition999.info

Et c'est bien dit !

Publié le 07 Mars 2021

@Saint-Bleyras Dans la famille saturnienne, je choisis "rectitude", avant de filer au piquet ;-). Bonne soirée, Georges. Amicalement, Michèle

Publié le 06 Mars 2021

@lamish

Grands dieux non, Michèle ! Saturne, c'est la rigueur (la rigidité diront les jaloux bordéliques).
Aucune excuse !
Amicalement,
Georges de Saint-Bleyras

Publié le 06 Mars 2021

Bien sûr, "Écriture : mémoires d'un métier", de Stephen King, n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

Quand on lit, on trouve aussi ce qu'on apporte, et c'est très différent pour chacun, n'est-ce pas ?

Il y a le sens apporté par l'auteur, et celui que son lecteur apporte de son côté. Il y a interprétation.

Évitons ici les mots plus savants. Mais, il me semble clair qu' un texte parle ou ne parle pas à son lecteur. Et c'est différent selon les passages et les parties du texte. "Là, ça ne me dit rien ; là, ça me parle !"

Dans un post précédent, j'ai voulu dire quelque chose de simple : dans l'expérience à partir de la laquelle nous élaborons une partie des personnages, il y a aussi notre expérience de lecture, et tous les personnages que nous avons rencontrés, chemin faisant, pendant nos lectures, personnages "historiques", romancés, ou carrément fictifs.

Personnages lus qui, dans certains cas, acquièrent une dimension et un relief extraordinaires pour nous. Ils font partie de notre expérience vécue.
Et peuvent se retrouver en partie, délibérée ou non, dans les personnages que nous créons.

Mille mercis !

Publié le 06 Mars 2021

@Metantropo, excellent sujet pour en débattre que "Personnages de roman : pourquoi et comment les dimensionner ?"
Oui, les personnages font vivre l'histoire d'un roman. La vraisemblance de leurs agissements fait la logique de l'intrigue, donc sa force. L'article définit tout de même la manière "idéale" de préparer, au moyen des fiches, autant l'étude des personnages que l'intrigue dont ils sont les acteurs.
Il y a des parcelles de vérité dans tous les arguments évoqués par les uns et les autres, de nombreux commentaires pertinents, à l'aune de leur expérience de vie et d'auteurs.
C'est l'expérience qui permit à Alexandre Dumas père, Victor Hugo et Balzac d'écrire leur oeuvre à succès.
Je retiendrai deux auteurs pour témoigner de l'utilité (sinon de la nécessité) de l'expérience et de l'étude des personnages pour nourrir l'intrigue : Balzac au XIXe siècle, Gérard de Villiers au XXe.
Balzac a été l'historien des moeurs de son temps dans la Comédie humaine à travers sa centaine de romans et nouvelles et ses milliers de personnages. Dans son avant-propos, il en dit : « comme Buffon classe les animaux, moi je vais classer le genre humain », et nous dresse un portrait de ce genre humain par grands types (ex. : les financiers, la noblesse parisienne, les petits bourgeois et la bonne société de province, les gens de robe, les femmes de lettres, les dandys arrivistes, les usuriers, les ecclésiastiques, les paysans, etc.). En ce sens, Balzac a été un naturaliste de l’espèce humaine. Mais il était, semble-t-il, doté de deux qualités nécessaires à ses ambitions de romancier et d’historien : une grande mémoire et un sens aigu de l’observation. Il sut alors se mettre dans la peau de ses personnages, les hommes comme les femmes, les avoués comme les courtisanes.
On ne parle pas de "fiches" pour Balzac, mais il dira aussi : « Mon ouvrage a sa géographie comme il a sa généalogie et ses familles, ses lieux et ses choses, ses personnes et ses faits ; comme il a son armorial, ses nobles et ses bourgeois, ses artisans et ses paysans, ses politiques et ses dandys, son armée, et tout son monde enfin. »
La généalogie des personnages balzaciens regroupe les principales figures de La Comédie humaine et met en évidence l’incroyable complexité de leurs relations. On y trouve non seulement les attaches familiales, mais aussi les liaisons extraconjugales, et presque tous les personnages sont ainsi reliés les uns aux autres par des circuits plus ou moins complexes.
Dans les romans contemporains, Gérard de Villiers a choisi des personnages caractéristiques. Dont Son Altesse Sérénissime Malko Linge pour les quelque deux cents romans d'espionnage (SAS). Il s'est par ailleurs bien documenté, en contact avec tous les services de sécurité, honorable correspondant du SDECE puis de la DST. La valeur et la fiabilité des informations contenues dans ses romans sont étonnantes, au point que de nombreux diplomates lisaient ses livres.
Merci pour ce partage, Christophe, qui a permis une confrontation d'idées intéressante, sans être polémique dans le mauvais sens du terme.
Avec toute ma sympathie. MC

Publié le 06 Mars 2021

@Saint-Bleyras "Bon sang mais c'est bien sûr", nous sommes samedi ! Jour de Saturne... Y a-t-il un rapport avec l'étourderie, docteur :-))) ?

Publié le 06 Mars 2021

Juste pour recentrer l'idée sur mes précédents commentaires. Il n'est point question de globe-trotters, ni de leurs récits. Mais bien de personnes qui ont vécu un plus d'aventures que d'aller au supermarché du coin pour faire les courses (Cf. la folle ménagère). Et puis mes propos sur les grands écrivains n'étaient de contester leur jeune âge dans l'écriture, mais bien de pointer du doigt que leurs chefs-d’œuvres et leurs renommées ne se sont pas faits en un jour. Il me semble que nous avons beaucoup à apprendre en relisant les biographies de tous ses grands écrivains, il y a des constantes : poésie, théâtre, journalisme littéraire ou engagé, des actions politiques ou militantes... Bref, de quoi leur donner de l'expérience, du vécu, de la matière pour écrire...   donc une plus grande facilité pour décrire des personnages et des situations proches de la condition humaine...

Publié le 06 Mars 2021

@ FANNY DUMOND
Bonjour à vous !
Et moi j'ai lu ce texte de King jusqu'à la fin, en prenant des notes que j'ai retrouvées pour en extraire les deux citations ci-dessous !
Vive la différence de chacun ; et bon samedi.
Cordialement.

Publié le 06 Mars 2021

Je m'en voudrais, dans le cadre de la caractérisation des personnages, d'oublier le "tag" ou "trait unaire".
Par exemple, un personnage qui se gratte systématiquement le conduit auditif droit quand il est coincé par une question. Une autre qui cherche toujours ses lunettes quand elle les a sur le nez. Un troisième qui suce en permanence un bâton de réglisse. Etc.
Bon samedi !

Publié le 06 Mars 2021

@Catarina Viti @suzie fang @R. Apollina @FANNY DUMOND @Kroussar @Saint-Bleyras @Hubert LETIERS Des recettes et des schémas magiques, universels, il n'y en aura jamais. Des convictions, toujours, visiblement, tout comme une forme d'esprit de contradiction. Que conclure à part qu'un roman écrit pour raconter une histoire, aussi palpitante soit-elle, risque de ne pas embarquer le lecteur, si ses personnages sont inconsistants ? Que les longues présentations ou mises en situation sont barbantes ? Que j'ai lu des récits de globetrotters qui m'ont ennuyée ? Qu'Albert Camus a écrit "Noces" et "L'été", alors âgé de 23 à 24 ans ? Que l'on aura toujours tendance à voir midi à sa porte ? Qu'il est conseillé de ne pas considérer que la sienne, si le but est de toucher l'autre ? Et puis quid du génie ? comme l'exprime Suzie. Et re-quid de l'imaginaire ? Mais tout cela, je suis bien d'accord, Saint-Bleyras, est un peu trop sérieux ;-). Bon week-end à tous. Amicalement, Michèle

Publié le 06 Mars 2021

Bonjour à tous. Après lecture de la tribune de C. Loupy que je remercie, je me permets de m'inviter à la discussion. Je ne suis pas adepte à décrire mes personnages jusqu'à indiquer la couleur de leurs chaussettes et à les suivre jusqu'à plus soif dans leurs moindres faits et gestes, pour faire du remplissage, pour "pisser de l'encre". Je ne sais pas s'il faut "avoir de la bouteille" pour écrire, car lorsque j'avais 14 ans, mon prof de Français a été étonné par ma description des tourments, du chagrin d'une femme âgée après la disparition de l'amour de sa vie, alors que je lisais très peu à cette époque (certains de mes lecteurs savent pourquoi). Ensuite, ayant commis quelques pages "jeunesse", je pense qu'il suffit d'observer, d'écouter les enfants de notre époque pour entrer en osmose avec eux et ainsi créer des personnages avec qui ils peuvent s'identifier. A mon avis, la psychologie des personnages passe avant tout par les dialogues, leurs apartés intimes et cela nécessite de rentrer dans leur tête même si l'on est tout a fait à l'opposé de leurs pensées ou de leurs agissements. Je ne fais pas de fiches et je laisse mes personnages faire leur vie au fil de mon imagination. Pour terminer, j'ai abandonné la lecture de "mémoire d'un métier" de S. King, car ça m'a gonflée ; je pense (et ça n'engage que moi) qu'il y a autant de témoignages que d'auteurs. Aussi, je vous prie de m'excuser de l'avoir fait avec le mien et souhaite une bonne journée à toutes et tous. Cordialement. Fanny

Publié le 06 Mars 2021

@Kroussar, @Suzie Fang. Je pense qu'il faut replacer les choses dans leurs contextes. La plupart des "jeunes auteurs" comme vous les appelez -lesquels ne sont pas nécessairement des teen-agers-, passent à l'écriture en suivant les préceptes du Creative Writing & assimilé, très largement diffusés par les plateformes d'écriture, les blogs et tout le toutim des réseaux sociaux.
Ces préceptes, totalement discutables, finissent par être pris pour parole d'évangile par de nombreux auteurs ici, ailleurs, auto et/ou édités. De fait, nous croulons sous une production entièrement formatée qui fabrique une bulle à l'intérieur de laquelle etc.
Dans un autre temps, on appelait cela un "cercle vicieux".

Publié le 06 Mars 2021

@suzie fang
/n
Alors, discutons-en.
/n
Premier point : les jeunes auteurs(es) de monBestSeller (par l'âge), puisque c'est le contexte, décrivent, pour la plupart, des personnages qui n'ont pas d'épaisseur, voire superficiels... Oh la la, je sens qu'un ange passe...
/n
Alors, que ceux/celles qui laissent transpirer un peu de leur vécu donnent beaucoup plus de profondeur à leurs personnages... Bon, c'est très discutable, mais mérite d'être développé. Cette tribune/article s'y prête..
/n
Deuxième point, les grands auteurs(es) qui ont bercé ma jeunesse avaient, me semble-t-il, acquis suffisamment d'expérience de la vie pour nous transmettre des chefs-d’œuvres : Zola, Hugo, et tant d'autres... Tous passionnés de lectures, envisageant très jeunes l'écriture comme une véritable vocation. Mais il leur faudra des années de galères avant de publier un bon roman. Même si Victor Hugo, âgé de quatorze ans à peine, nota dans un journal : « Je veux être Chateaubriand ou rien ». Son parcours fut long ; d'abord la poésie (pendant quinze ans), puis le théâtre (une bonne dizaine d’années encore). Une période très enrichissante où les acteurs qu'il mettait en scène lui apportèrent beaucoup. Puis la politique, l'exil, le retour... En tout, 9 romans en 50 années, dont les trois premier furent remaniés plusieurs fois avant d'être... enfin mature. Pour Zola idem, et tant d'autres.
/n
Alors, il me semble que : inventer des histoires, peaufiner des personnages sans jamais sortir de sa chambre ou de son bureau relève de l'impossible ou du plagiat.
Amicalement

Publié le 06 Mars 2021

Il me semble important de ne pas négliger, non plus, l'impact des personnages de fiction qui ont pu contribuer à nous construire nous-même en tant que personne, persona (acteur "masqué"/normé/identifiable/repérable du "théâtre" social), personnage dans l'imaginaire d'autrui.

Sur mBS, je pense que lecteurs et auteurs peuvent être sensibles, par leur pratique, à cet aspect de la construction d'un personnage littéraire.
Il y a semble-t-il des "modèles", plus ou moins conscients d'ailleurs, ou, mieux, des "sources d'inspiration". Et, bien entendu, cinéma, BD, écrits biographiques, Histoire, etc.
"Le Moi est la somme de toutes les identifications imaginaires" (J. Lacan). Et pourquoi n'en irait-il pas ainsi pour les personnages littéraires ?

Bon, ça devient un peu trop sérieux, peut-être. Vite, quelques pages de Létiers !

Publié le 06 Mars 2021

Décrire les personnages (avec ou sans fiche) dépendant de la capacité de l'auteur à comprendre les individus qu'il décrit. Une sorte d'empathie (chère à @Lamish) mais pas que. Car l'empathie à ses limites, il faut tenir compte de la diversité culturelle.
/n
Nous communiquons tous avec des codes, qui s’expriment par nos paroles, notre manière de parler, mais aussi par notre communication non-verbale, notre comportement. Ces codes sont liés à notre identité et notre personnalité, mais sont aussi profondément empreints de notre culture, et sont donc différents d’un groupe à un autre (entre Français et Espagnols, financier et chômeur, entre un père et son fils…). Ces différences sont les causes de non-dits, de malentendus, souvent de conflits. Ainsi, méconnaître les codes, les us et coutumes, les modes d'éducation ; l'appartenance nationale, ethnique, religieuse, politique… conduit à construire des personnages fictifs, insipides... Ou à l'inverse des personnages totalement décalés par rapport à leur soi-disant origine. Il faut donc nécessairement comprendre la culture anglaise avant de décrire un personnage anglais (@Catarina Viti, LOL). Ces manques de connaissances peuvent être compensés par de longues et fastidieuses recherches, mais peu d'auteurs/auteures se lancent dans cette démarche (avec fiche ou non).
/n
Si vous me le permettez, j'irai jusqu'à dire qu'il faut avoir une âme d'historien ou avoir sacrément vécu en affrontant la vie ; ou encore, en roulant sa bosse sur divers continents pour définir des personnages hauts en couleur et crédibles.

Publié le 06 Mars 2021

Un roman dans lequel les personnages restent lisses et n’ont aucune épaisseur est rarement captif. L’intrigue d’un livre vaut beaucoup par ses personnages, sans toutefois que ceux-ci prévalent complètement sur elle. Et je suis tout à fait d’accord avec ce qu’en dit Stephen King dans la citation reprise par @Saint-Bleyras.
Quant à dimensionner ses personnages au travers de descriptions étoffées, là, comme @suzie fang et @lamish, je n’adhère pas du tout… Pour paraître authentiques, comme dans la vraie vie, les humains se définissent avant tout par leurs actes, leurs engagements et leurs réactions face à telle ou telle situation… exactement comme les animaux (qui ne parlent pas, et dont on ne peut assimiler les comportements autrement qu’en observant leurs comportements).
Un point sur lequel je suis d’accord avec l’auteur de cet article : celui de la pertinence des fiches pour esquisser les contours des personnages. Leur contenu, s’il est bien construit et suivi, permet souvent de rester cohérent dans le phrasé et la logique des différents personnages, même dans une complète fiction. Personnellement, je m’inspire toujours de personnes réelles que j’ai pu côtoyer sur des périodes suffisamment longues, et souvent face à des situations plus ou moins extrêmes. Et à partir de cette base, j’extrapole au gré des exigences de l’intrigue. Pour moi, construire des acteurs 100% fictifs, cela reste un pari hasardeux pour restituer une image qui fasse "vrai".

Publié le 05 Mars 2021

@Saint-Bleyras : les animaux font des personnages merveilleux. Moby Dick, Croc Blanc, Cujo, Zlatan... et mille autres.
Et les lieux, et les éléments... en vérité, tout ce qui a une âme peut devenir personnage.

Publié le 05 Mars 2021

Les personnages sont-ils forcément humains ?

« Il venait ici, de temps en temps, pour voir les animaux en cage. Il disait qu’il les entendait la nuit pleurer.
Il habitait dans la maison en face, dans la rue Veneto. Il disait qu’il les entendait la nuit et les reconnaissait à leurs lamentations. Il regardait les animaux comme s’il comprenait leur langage.
Lorsqu’il venait ici, dans l’après-midi, il allait tout de suite vers la cage de l’ours et il pouvait y rester une vingtaine de minutes, il rendait visite à une vieille lionne, puis il allait trouver les oiseaux exotiques. Je me trompe probablement, mais il m’a semblé que, devant certains animaux, Dino Buzzati ôtait son chapeau ».
Témoignage d’un gardien du zoo de Milan,
dans I meridiani : 1969–1999, a cura di V. Campo, Mondadori, 1999, p. 32-33

Source : Bibliothèque nationale de France
direction des collections
Octobre 2006
Département Littérature et art
« DINO BUZZATI : 1906–1972 »
Bibliographie sélective

Publié le 05 Mars 2021

@Catarina Viti

Merci à vous.

Les personnages, qu'en pense le Père Stephen ? Eh ben, il en pense ceci (entre autres) :

"J’estime que les meilleurs romans finissent toujours par avoir les gens pour sujets plutôt que les événements ; autrement dit que les histoires sont cornaquées par les personnages."
Et :
"Pour moi, ce qui arrive aux personnages au fur et à mesure que progresse une histoire dépend seulement de ce que je découvre sur eux tandis que j’avance : autrement dit, de la manière dont ils se développent (ou non)."

Extraits de Stephen King "Écriture : mémoires d'un métier" (2000)

Il est vrai que d'autres procèdent différemment, décidément.

Publié le 05 Mars 2021

@Saint-Bleyras : je vous jure que je n'ai pas lu Lavandier, mais je vais m'y intéresser (décidemment, vous êtes une "bonne adresse"), (j'ai déjà lu 2 fois "Textes sans sépulture" de Danon-Boileau, et je vais en faire quelque chose dans mon prochain bouquin, lequel fait la part belle aux "fous"). Muchas Grazias, Senor !

Publié le 05 Mars 2021

Merci pour cet article. J'avoue qu'avant l'histoire même, ce sont les personnages qui vont la composer qui me passionnent et me poussent à démarrer l'écriture. Ensuite, on vit constamment avec ces personnages, on se réveille avec eux et on s'endort même avec eux.

Publié le 05 Mars 2021

Lu dans "La dramaturgie" [il ne s'agit donc pas directement de romans] de Yves Lavandier (1997) :

"p.98 caractérisation. L’art de créer des personnages s’appelle la caractérisation. C’est un élément fondamental de la dramaturgie.

p. 99 ce qui caractérise le plus fortement un personnage, ce sont à la fois ses actions et ses relations aux autres en situation de conflit. En dramaturgie, c’est la manière d’agir d’un individu qui permet de mieux le connaître et de le distinguer de son voisin.

L’attitude d’un personnage face à un conflit, soit pour le prévenir, soit pour y échapper, est souvent un excellent outil de caractérisation.

p. 102 l’importance de l’objectif dans la caractérisation d’un personnage prouve qu’action et caractérisation sont étroitement liées."

Merci pour vos apports(texte initial et commentaires).

Publié le 05 Mars 2021

Ce qui est le plus important du scenario ou des personnages ?
Pour moi, il n'y a pas photo : le scenario est tributaire des personnages. Je dirais même que les personnages sont la clé de voûte ou la pierre angulaire du roman. Le reste est secondaire.
Ce qui me permet d'être affirmative ?
Eh bien, la logique : le spectacle est dans l'œil du spectateur. Un événement n'a pas en soi de valeur particulière, seule compte la façon dont on le vit. Devant le même événement, une personne sera effondrée, une autre intriguée; il y a ceux qui prennent la vie à bras le corps, et ceux qui la regarde passer, etc.
Quant aux fiches...
Là aussi, je crois que ce qui importe c'est de savoir comment le personnage réagira devant telle situation : le mot, l'expression qui lui viendra à l'esprit spontanément -et dans quel registre de langage-; la tête qu'il fera, le mouvement qu'aura son corps, l'émotion qu'il éprouvera, sa réaction spontanée, bref tout ce qui fait de lui un être vif. (Personnellement, qu'il soit grand ou petit, qu'il ait les yeux bleus et qu'il soit né à Londres d'une mère française -par exemple-, je m'en tape royalement. La seule chose qui compte à mes yeux, c'est que mon personnage soit the right wo-man, in the right place, at the right time. En gros que lui/elle et lui/elle seul.e puisse vivre l'événement de cette façon particulière ). Le reste n'est pas littérature.
Pour résumer (et toujours, bien entendu, en ce qui me concerne), je ne peux commencer à écrire qu'à partir de l'instant où mes personnages se mettent à parler et à bouger.
Merci pour cette tribune, Christophe Loupy. Elle nous invite à réfléchir maaaaasivement sur un point fondamental de l'écriture romanesque.

Publié le 05 Mars 2021

Très vrai tout cela, pour certains... A mes yeux, l'écriture est un des rares domaines créatifs où la capacité à l'empathie se transforme en atout majeur. Car non seulement l'égocentrisme menotte l'imaginaire, mais s'il peut accrocher le temps d'un roman (comme il s'en écrit par dizaines sur ce ton cash et désabusé très en vogue depuis deux décennies), il s'avère rapidement rébarbatif pour le lecteur, qui lui, n'a pas forcément envie de faire preuve d'empathie :-)... Merci pour cette tribune qui m'a donné envie de lire votre thriller (qui n'est pourtant pas mon genre favori ;-)). Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle
PS : d'accord avec @suzie fang pour ce qui est de décrire longuement les personnages, même si je n'irai pas jusqu'à qualifier ceci d'absurdité :-). Car si l'auteur est vraiment habité par ses personnages, ils se révéleront naturellement au travers de l'action, ce qui est beaucoup moins rébarbatif que de longues descriptions qui verrouillent l'imagination du lecteur ;-).

Publié le 05 Mars 2021

@Metantropo
/n
En fait, tout se résume dans vos dernières phrases. Mais au lieu de préciser (je vous cite.) : arrêtez de vous regarder le nombril, intéressez-vous aux autres. Vous auriez pu formuler : chaque auteur laisse beaucoup de lui-même ; de son vécu, de ses rencontres, de son entourage. Plus l'auteur à de la bouteille (expérience) plus ses personnages seront épais et issus de la vie réelle. Car la vie réelle est un monde dangereux, cruel qu'il faut apprendre sous peine d'écrire des fadaises... Et sur monBestSeller, les auteurs qui sont le plus appréciés sont ceux et celles qui ont beaucoup vécu. Cordialement, Jean-Claude dit Kroussar.

Publié le 05 Mars 2021