Interview
Le 25 juin 2021

Mona Lisa,

Le fantasme est évidemment plus sublime que la réalité. Et vivre un fantasme avec la femme la plus mystérieuse du monde sortie du plus beau tableau du monde, c'est une nuit de noces rêvée. Le réveil en sera d'autant plus dur. La participation de Martine Platarets à l'appel à l'écriture monBestSeller "Nuit de Noces"
Je n’ai qu’une envie : lui faire l’amour.Je n’ai qu’une envie : lui faire l’amour.

C’était au mois de juillet. Je m’installai dans un petit hôtel tout près du Louvre. Je venais de me marier avec Joëlle. Ma nuit de noces n’ayant pas été consommée. La femme que je croyais aimer me demandait déjà le divorce. Dépité et soulagé, je me suis demandé pendant tout le trajet : mais qu’avais-je pu lui trouver ? Moi, l’éternel célibataire, marié et bientôt divorcé ! Depuis toujours, je n’aimais qu’une seule femme, celle que je ne pourrai jamais posséder : « La Joconde ».   

Le ciel se charge de gros nuages et je m’empresse de rentrer à l’hôtel. Le tonnerre gronde au loin, les éclairs illuminent une partie de ma chambre. Je prends une douche tiède qui délasse mes muscles. Je m’enroule dans un peignoir et m’installe sur le lit, la télécommande de la télévision en main. J’ai beau zapper, rien ne m’intéresse.

Minuit sonne lorsque l’orage claque tout près me faisant sursauter. J’ouvre les fenêtres pour laisser entrer la fraîcheur. Soudain, le téléviseur s’éteint. La foudre n’a pas dû tomber bien loin ! Il n’y a plus de lumière.

Je me lève à tâtons j’entrouvre la porte. Tiens ? C’est étrange, le couloir est éclairé. J’aperçois une ombre assise sur le vieux fauteuil. qui meuble ce petit espace.

- Approche – me dit une voix douce. 

Ô stupeur !  Cette ombre n’est autre que « La Joconde ». J’ouvre enfin la bouche.

- Est-ce vous Mona Lisa ?

- Oui, c’est bien moi.

- Comment avez-vous fait pour sortir du musée ?

- Je le fais chaque soir. Je vous attendais.

Mon fantasme est enfin devant moi. Elle se lève du fauteuil. Sa ligne est splendide. Mes mains tremblent lorsqu’elle touche mon visage. Je n’ai qu’une envie : lui faire l’amour.

Tout doucement, elle retire ses chaussures, sa robe et se dénude entièrement. Son corps est parfait, tellement bien sculpté que j’en frémis de désir.

Elle commence à défaire mon peignoir. Alors, je l’allonge délicatement sur le lit et commence à la caresser. Je l’entends gémir de plaisir. Je continue comme un fou. Je perds le contrôle et la prend violemment. Je lui fais l’amour comme je ne l’ai jamais fait à une autre femme.  Nous atteignons enfin l’apothéose. C’est la première fois que je la vois ainsi et je sais à présent qu’elle m’était destinée. Nous nous endormons l’un contre l’autre. 

Au petit matin, je suis encore sous le choc. Je n’en reviens pas. Je suis prêt à recommencer cet amour éternel et je me tourne vers ma promise.

Un cri sort de ma gorge. À mes côtés, ce n’est plus Mona Lisa ! Un squelette gît à sa place. Pris de panique je me lève d’un bond, et, en ouvrant la porte de la chambre, je me mets à hurler ! Le réceptionniste arrive aussitôt. Je lui raconte ma nuit avec la Joconde. Lorsque je me retourne vers ma couche, il n’y a plus personne, pas même le squelette ! Ma promise a disparu comme elle est apparue, et j’en suis tout retourné. Il me demande gentiment de quitter son établissement. 

Je ne sais que penser. Je me prends la tête entre les mains, repensant à cette nuit de noces avec Mona Lisa, puis au cadavre décharné gisant auprès de moi. Je dois devenir fou, c’est impossible !

Je suis pris de convulsions, j’ouvre la fenêtre pour respirer un bon coup et reprendre mes esprits. Tout à coup j’aperçois sur le trottoir la belle Joconde qui me tend les bras. Je m’élance vers elle depuis la fenêtre du sixième étage.

Je me réveille en criant et j'aperçois une femme aux cheveux blonds vêtue d’une robe de mariée qui me regarde avec colère.

- Comment as-tu osé !

- Je ne comprends pas. 

- Qu’importe ! Tu as tellement bu que tu t’es endormi. Tu étais tellement bourré à la cérémonie que ce sont tes amis qui t’ont posé sur ce lit. Et moi ? Les invités nous attendent !

La voilà qui se met à vociférer. J’ai mal à la tête et j’ai envie de me rendormir ! Je regarde mon annulaire. Je n’ai pas d’alliance. Nous ne sommes pas mariés, pas encore, jamais… Elle a compris, claque la porte et me laisse repartir dans les bras de Mona Lisa !
 

Martine Platarets
 

@Sylvie Petitmarie, un grand merci pour votre commentaire. Ce thème m'a en effet inspiré...

Publié le 06 Juillet 2021

@Martine Platarets,beaucoup d originalité dans votre nuit de noces,bravo.

Publié le 04 Juillet 2021

@Iamish, merci à vous. Je dois dire que je me suis régalée et la Joconde m'a bien inspirée ! Merci pour votre commentaire.

Publié le 25 Juin 2021

@Martine PLATARETS Imaginatif, original, plein de rebondissements et très joliment écrit... Voilà qui est parfait ! Merci pour cette contribution et Bonne soirée. Amicalement,
Michèle

Publié le 25 Juin 2021

@Michel CANAL, c'est la première fois que je me mets dans la peau d'un homme. Merci pour ce message.

Publié le 25 Juin 2021

@Martine PLATARETS, Mona Lisa est vraiment un phénomène ! Combien d’hommes... et peut-être de femmes, ont fantasmé sur ce que laissent supposer son sourire énigmatique et ses yeux qui vous suivent dans votre déplacement.
Bel exemple de nuit de noces de rêve et de cauchemar, de fantasme et de réalité.
Mais s’il y a des lendemains qui chantent, il y en a aussi qui font déchanter.
Merci pour ce partage.

Publié le 25 Juin 2021

@Lucile43, un grand merci, vous avez tout compris sur la motivation de mon jeune marié.

Publié le 25 Juin 2021

Waouh ! Rêves et cauchemars font vivre un fantasme qui datait depuis longtemps et qui servira d'alerte à un engagement terrestre bien réel mais aussi très aléatoire ! BRAVO pour cette nuit de noces très particulière !

Publié le 25 Juin 2021