Auteur
Le 21 jui 2021

La mariée était trop belle

Quand le mariage nous échappe, la nuit de noces ne nous appartient pas. La nouvelle de Cornelie pour l'appel à l'écriture monBestSeller : Nuit de noces
Je me marie demainJe me marie demain

Depuis ce matin, les chants dans la rue ne cessent d’annoncer mon union avec mon futur mari. Toute la famille, les amis et les voisins montrent leur joie de me voir épouser cet homme. Des femmes en tenue d’apparat que je ne connais même pas esquissent des pas de danses en émettant des sifflets stridents pour ameuter tout le quartier. C’est comme ça que se déroule un mariage au Bangladesh.

Je vis encore chez mes parents, mais dans quelques heures, c’est avec ce riche négociant d’un village voisin que je débuterai officiellement ma vie de couple.

La cérémonie a eu lieu hier. Je me remémore le discours du préposé aux mariages, énumérant d’un air solennel tous les devoirs qui m’incomberont à partir de demain. Toute la journée, les femmes de ma famille, les cousines, les nièces et les grands-mères venues de très loin pour m’admirer m’ont préparée pour ma nuit de noces.

Dans ma chambre, je regarde mes robes, mes tuniques et mes bandeaux que je devrais abandonner là. La dot sera fournie par les deux familles. Il n’est pas prévu que je garde mes effets personnels.
Je me regarde d’un air nostalgique dans le miroir cerclé d’or qui me fait face.

Une de mes tantes s’active pour huiler mon corps nu, offert aux regards des femmes. C’est la tradition. Elles enduisent mes bras de crème parfumée, elles procèdent au tatouage de mes doigts. Elles appliquent avec ferveur le henné. Je me transforme peu à peu en femme.

Mon destin sera bientôt lié pour toujours avec mon promis qui, en ce moment-même, revêt son plus beau costume dans sa propre famille. Notre deuxième rencontre est prévue pour ce soir lorsqu’il m’emmènera dans mon nouveau foyer. Je n’ai pas mon mot à dire.

Dans les yeux de ma mère, je vois la fierté et en même temps la tristesse de voir partir sa dernière fille. Mes quatre grandes sœurs ont déjà accompli ce chemin que j’emprunte aujourd’hui.

Mon visage est maquillé avec soin. Le khôl recouvre mes paupières. Cela me donne un air grave. Je ne me reconnais plus. La robe rouge brodée d’or tombe jusqu’à mes pieds.

Mon père m’apporte le voile que je dispose sur mes cheveux pour les dissimuler, comme le veut la tradition. Il me salue respectueusement avant de sortir de la chambre. Seules les femmes sont autorisées à me toucher et à me vêtir.

Bientôt, c’est un homme qui palpera mon corps et s’en emparera. Il m’a choisie. Les filles de mon entourage m’ont raconté comment se passe une nuit de noces. Malgré moi, je tremble. Je me sens fragile, impuissante devant tant d’enthousiasme à faire de ce jour le plus beau de ma vie.

Mais je ne participe pas à la liesse générale. Je réprime mes larmes. Pour la première fois, je chausse des talons, ceux que ma mère a gardés pour moi, depuis tout ce temps.

 

***

 

Le repas de fête a réuni une centaine de personnes. Les chants et les danses traditionnelles ont résonné jusqu’au bout de la nuit.

À minuit, mon époux a pris ma main fermement, les invités se sont regardés d’un air entendu. Ils ont approuvé d’un commun accord l’attitude de mon mari. Sa femme lui appartient désormais.

Dans le silence de notre chambre nuptiale, il a enlevé mes beaux habits sans délicatesse. Son regard porcin m’a scrutée avec envie. Avec un grognement animal, il a parcouru mon intimité de ses doigts potelés. J’ai commencé à ressentir une douleur lancinante qui ne m’a plus lâchée. Du sang a coulé sur les draps.
J’ai fermé les yeux et ai subi sans un mot l’intrusion de son membre dur dans mon vagin. Je ne l’ai pas choisi. Son odeur me répugne. Son corps gras s’est agité au-dessus de moi. Il m’a invectivée à réagir davantage. Mais je n’ai pas pu apprécier ce moment que lui seul a décidé.

On ne devrait pas se marier à douze ans.

 - Cornelie

10 CommentairesAjouter un commentaire

@Cornelie Un combat à mener... encore et toujours... il faut continuer la lutte contre la marchandisation et la maltraitance du corps des femmes... merci pour ce beau texte !

Publié le 03 Août 2021

Merci @Martine Platarets et @Jane Zys pour ces compliments qui me touchent, j'aime les sujets graves qui font réfléchir. ;)

Publié le 30 Juillet 2021

@Cornelie. Merci pour ce récit si précis. Une tristesse pour cet adolescente qui doit se marier sans son consentement... Le récit est très beau et bien décrit. Merci à vous.

Publié le 30 Juillet 2021

@Cornélie_Bravo, belle écriture, tendre et grave; pour des situations tellement présentes encore, par exemple au Soudan, où j'ai rencontré des femmes, des collègues, qui m'ont dit refuser de se marier depuis des années... grâce à des parents évolués; mais il faut aussi que le société entière évoluer; dont les hommes. Il reste du chemin à parcourir.

Publié le 25 Juillet 2021

Merci @nours, @Michel Canal ,  @Pitshou moleka , @Sylvie Petitmarie et @Lamish pour vos retours. ;)

Publié le 23 Juillet 2021

@Cornelie
Merci pour cette nouvelle o combien réaliste. On sent derrière vos mots toute la fatalité féminine qui perdure malheureusement dans certaines cultures …

Publié le 23 Juillet 2021

@cornelie, "Est-ce que les gens naissent égaux en droits ,à l'endroit où ils naissent...".Votre texte me fait penser au texte d une chanson de Maxime le Forestier(né quelque part),très bel appel à l'ecriture.

Publié le 22 Juillet 2021

intéressant

Publié le 22 Juillet 2021

Terrible réalité nous rappelant que la barbarie existe toujours dans de nombreux pays, forte du respect de traditions aux motivations multiples, mais toujours profondément machistes... Brrr... Froid dans le dos et larmes inutiles... Juste une pensée tristes pour ces centaines de femmes qui ont été souillées et meurtries... le temps de vous écrire ces quelques mots...
Merci pour ce billet, @Cornelie, et bonne fin de journée.
Amicalement,
Michèle

Publié le 21 Juillet 2021

@Cornelie, merci pour cet apport sur le thème "Nuit de noces".
Mais hélas, il y a nuit de noces et nuit de noces, et celle-là ne va pas dans le sens d'une évolution pour la femme. C'est bien triste ! Et il en sera ainsi pour elle toute sa vie.
Pour une femme, il ne fait pas bon naître dans certains pays ou cultures et religions en font des sous-êtres que l'on peut marier sans leur consentement encore pubères à un mari plus âgé qu'elles n'ont évidemment pas choisi.
Avec toute ma sympathie. MC

Publié le 21 Juillet 2021