Auteur
Du 29 sep 2021
au 29 sep 2021

Le jeune homme et la cougar

Il y a des rencontres qui sont des parcours initiatiques essentiels aux futures étapes de la vie. Michel Canal nous raconte cette fameuse rencontre dont, bien sûr, on devine la teneur (gastronomique...)
Le jeune homme et la cougar : la nouvelle de Michel Canal sur le thème de la rencontreLe jeune homme et la cougar : la nouvelle de Michel Canal sur le thème de la rencontre

Ma vie a été émaillée de circonstances concourant à une sexualité épanouie. Le fait d'avoir traversé les années soixante à quatre-vingts au bon moment ?

Il est des rencontres inoubliables. Celle-ci en fut une.

Le lycéen que j'étais, encore puceau, ne réagissait même pas aux avances d'une copine de classe qui le provoquait, y mettant pourtant les formes, frottant ses seins contre mon torse tout en discutant à plusieurs dans la cour de récréation. Elle me choisissait aussi pour lui donner la réplique en cours de littérature. La mixité faisait de nous des êtres asexués. J'avais une longue pratique des baisers et des caresses. Mais nous étions juridiquement mineurs, et les filles préservaient leur vertu en raison du risque de grossesse.

A l'aube de mes dix-sept ans, mon désir se portait sur une "dame" que je croisais fréquemment. Magnifique brune aux yeux bleus au regard de braise, son corps de rêve était la sensualité incarnée selon ma perception.

II faut croire que mon regard énamouré jusqu'à être subjugué quand nous nous croisions ne lui avait pas échappé. Un jour en fin d'après-midi, elle m'a interpellé pour me demander, habilement, si j'accepterais de parler de ma couleur de cheveux autour d'un thé, chez elle puisque nous en étions tout proches. Le motif ne m'avait pas surpris ; le blond cendré de mes cheveux était une référence chez les coiffeuses du quartier.

« Non, bien sûr, lui ai-je répondu, jambes flageolantes, le coeur prêt à imploser. J'allais chez une copine, mais il n'y a rien d'urgent ni d'important.

— Comment t'appelles-tu ?

— Michel !

— Moi c'est Sylvie. Mais comme tu peux le constater, on ne peut pas me confondre avec Sylvie Vartan. »

Nous avons ri.

« C'est marrant, ai-je dit. Moi c'est le contraire, j'essaie de ressembler à Johnny… et mes copines m'appellent Johnny.

— Tu as beaucoup de copines ? Tu es très beau, je suis sûre que tu plais.

— Non ! Mes copines de classe et mon amoureuse, une rapatriée d'Algérie que je vois en cachette de ses parents.

— Coquin ! Moi aussi je viens d'Afrique du Nord, mais du Maroc, de Casablanca. Tu vois, tout en discutant, nous sommes arrivés. J'habite ici. »

Un couloir et un étage plus haut, nous étions dans un appartement dont le luxe me sidéra. J'étais en admiration devant tant de belles choses exotiques.

« Installe-toi ici, Michel. Je t'abandonne un instant. Mets-toi à l'aise. »

Une formule, car je n'avais rien à retirer. Seulement calmer les battements de mon coeur tout en me disant que je n'en revenais pas d'être là, chez la femme que j'admirais tant et qui me faisait fantasmer au point de me réveiller parfois avec une éjaculation maculant mon pantalon de pyjama (à cet âge, la testostérone se manifeste avec toute sa vigueur).

Elle est revenue avec un plateau marocain, une théière fumante qui sentait bon la menthe, deux verres et des gâteaux, et m'a souri à en être troublé. Elle avait troqué sa tenue de ville contre un beau peignoir d'intérieur croisé, juste fermé par sa ceinture. Après avoir posé le plateau, elle est venue s'asseoir en biais près de moi. Le peignoir s'est entrouvert, laissant apercevoir ses seins et ses cuisses, ce qui a eu un effet immédiat et incontrôlable là où vous imaginez.

« Je peux te parler franchement Michel ? »

Que répondre ? J'étais statufié d'admiration autant que de surprise. Elle a posé une main sur ma cuisse, comme pour me mettre à l'aise.

« Oui…

— Nous ne nous sommes pas croisés par hasard. Je savais que tu passerais par là. J'ai mémorisé tes habitudes. Et il me semble avoir remarqué que je te plais beaucoup. Je me trompe ?

— Non… ai-je balbutié, la pomme d'Adam faisant le yoyo.

— Donc, je te plais… et tu me plais aussi beaucoup. Si je te dis que j'ai très envie de toi, tu accepterais de faire l'amour avec moi ?

Que répondre, alors que j'étais encore puceau ? J'étais très gêné.

« Oui… mais vous savez, je n'ai jamais fait l'amour.

— Ce sera un plaisir de t'apprendre, de faire de toi le meilleur des amants. »

C'est ainsi que j'ai eu la chance d'être initié par ce qu'on nomme aujourd'hui une "cougar".

 

Merci @Damian Jade pour votre nouveau passage sympathique (après celui sur ma page d'auteur).
J'en profite pour vous dire que j'ai bien reçu votre message transmis par mBS. Je vous répondrai après le salon du livre de samedi et dimanche qui m'accapare en ce moment.
Ravi de savoir que de jolies brunes originaires de Casa sont à l'origine de deux bonheurs.
Alors, oui, que demander de plus ?
Amicalement. MC (Eric pour d'autres)

Publié le 30 Septembre 2021

Je re-poste ici mon commentaire ;-)

"Ah le bel hommage à la belle dame ! Qu'il est bon de renommer les choses simplement. Une rencontre, un consentement. Que demander de plus ?"

Et je rajoute que la beauté de cette femme est aussi dans ses gestes, son histoire.
Une belle brune aux yeux clairs, venant de Casa aussi... Voilà qui me ramène à ma première aussi ;-)
Un même point de départ, et deux chemins différents, pour un même bonheur de vie.

Publié le 30 Septembre 2021

Quelle belle surprise, chère @Lidy Williams, de savoir (miracle du Web) que ton commentaire vient de si loin pour me dire que oui, notre rencontre (là on est dans le thème d'écriture) a donné lieu à une belle et grande amitié.
Mais qui suis-je, par rapport à ta encore plus belle aventure sur la voie que tu as choisie il y a peu et qui t'apporte tant de bonheur, à toi et à tous ceux que par tes conseils, tu contribues à rendre heureux en les aidant à résoudre leurs problèmes de couple.
Avec toute mon amitié et mon admiration pour ta réussite (déjà 7ème au classement).

Publié le 30 Septembre 2021

Mon tout nouvel ami @Michel CANAL, nous nous sommes connus il n'y a pas très longtemps, mais sache que tu as tout mon respect et je trouve que tu as été un sacré chanceux, de passer dans la vie de ces femmes. Elles ont fait de toi un homme exceptionnel que j'ai la chance de côtoyer par écrit fréquemment. Je peux témoigner de la chance que Claire a eue quand elle a composé le numéro de téléphone de son futur amant. Tu es un homme qui a beaucoup reçu des femmes, mais je souhaite exprimer tout haut que tu aimes également redonner ce que tu as reçu, M. Canal, vous êtes un être d'exception. Il y en a peu comme toi, mon cher Éric.
Amicalement, Lidy, et extrêmement reconnaissante envers la vie, de notre rencontre.
Lidy xx

Publié le 30 Septembre 2021

Cher @Michel CANAL, l’homme et l’amant que tu es devenu doit beaucoup à cette rencontre qui a été, je le sais, une chance pour ta vie amoureuse.
Ceux qui te connaissent dans ta vie d’homme ne seront pas surpris. Ceux qui te connaissent comme auteur de la trilogie L’éveil de Claire te reconnaîtront en la personne d’Eric (j’espère n’avoir trahi aucun secret).
Je te renouvelle ici toute mon amitié, car c’est à toi que je dois d’avoir osé écrire et publier ici mon propre récit sur le bonheur dans un autre modèle de couple que celui du couple conventionnel et monogame.
Ton amie reconnaissante. Ambrosine.

Publié le 29 Septembre 2021

Oui, une belle surprise en revenant de notre séance de cinéma.
Merci @monBestSeller pour cette illustration en tous points semblable à celle de la nouvelle. Êtes-vous devins au staff ?
Merci chère amie @lamish, d'être toujours à l'avant-garde pour manifester ton amitié par la signature de ton passage.
Je n'ai pas compris qu'une simple nouvelle de 4000 caractères (espaces compris) ait eu aussi autant de visites aussitôt après l'avoir publiée sur ma page d'auteur. Faut croire que le sujet est porteur.
Mais restons modeste. C'est juste une réponse au thème d'écriture. Un clin d'oeil amical, une pensée nostalgique de mon passé d'adolescent aux portes du monde des adultes, un rituel de passage.
Amitié à toi. MC

Publié le 29 Septembre 2021