Actualité
Le 14 nov 2016

Prix littéraire : la machine à relancer la lecture.

En 2016, on édite toujours autant de livres. Pour la rentrée littéraire, 560 nouveaux romans et recueils de nouvelles français et étrangers ont paru, sensiblement le même nombre qu’en 2015, parmi lesquels 363 nouveaux romans français dont 66 premiers romans (source GFK). Et la lecture dans tout ça ? Heureusement, il y a les Prix littéraires...
L'étonnante bibliothèque municipale de CincinnatiL'étonnante bibliothèque municipale de Cincinnati

Si l'on assiste à une lassitude du public sur la production des livres...

  • 29 % des personnes interrogées déclarent que trop de livres y sont présentés à la rentrée.
    ​​25 % des sondés trouvent que l’on entend toujours parler des mêmes auteurs et 39 % souhaiteraient que cet événement soit plutôt l’occasion de découvrir de nouveaux talents ! (source Librinova)

...avec une pratique d'achat en légère régression, non compensée par les livres numériques en 2015

  • 53 % des Français ont acheté au moins un livre (hors livres scolaires et encycloplédies).
    24 % en ont acheté de 1 à 4, 14 % en ont acheté. de 5 à11.
    13 % ont acheté 12 livres et plus.
    Seul 3,7 % ont acheté au moins un livre numérique. (sourceTNS-Sofres pour MCC-SLL/OEL)

...les Prix littéraires restent un moteur clef de lecture

Saison des Prix, saison des pluies de récompenses, et moments clés pour les Maisons d’édition qui en 2 mois risquent près de 40 % de leur chiffre d’affaires, et surtout le pari sur les espoirs de leur écurie.

Les classiques d'abord

Le Prix Goncourt est attribué à Leïla Slimani  pour "Chanson douce", une jeune écrivain marocaine ravissante dont le deuxième livre tient ses promesses. Et tiendra désormais ses promesses de vente… Une nourrice exemplaire assassine les enfants qu’elle élève. Une étude sur ces personnages de l’ombre qui sont à la fois centraux et « accessoires » dans la famille.

Prix Renaudot, pour  Yasmina Reza qui se (nous) passionne pour la chose judiciaire. Femina, Académie Francaise, Interallié, Prix Goncourt des lycéens, Prix des Lectrices, Prix Décembre... Les autres se succèdent.

Les déjantés peut-être :-)

- Le Prix Bartelby glorifie les livres non-finis. C’est une incitation à ne pas terminer son devoir d'écriture. Le lauréat gagnera le droit de ne pas achever son livre. Son œuvre inaboutie sera publiée en l’état par un éditeur intrépide. Frédéric Royer, son père spirituel a élu Florian Zeller en 2013 récompensé pour l’ensemble de son œuvre… Avec ce Prix, fini l’angoisse de la page blanche !

- Le Prix de l’inapercu : C’est un prix qui consiste à donner une autre chance à un livre qui s’est vendu à moins de 1000 exemplaires. Sa référence officieuse, Ignatius J. Reilly, succès et Pulitzer posthume de John Kennedy Toole. Edité par sa mère après sa mort.

- Le Prix Mauvais genre. Jean-Pierre Dionnet est membre fondateur de la maison d'édition "Les Humanoïdes Associés", ancien scénariste d'Enki Bilal. Interrogé, il revendique "l'esprit du prix" comme la mise en avant de genres originaux. Erotisme, mœurs, rock sont au programme. Son credo : "Jamais Lolita de Nabokov n'aurait été édité aujourd’hui…" Coup d’l’œil tout de même vers Christine Angot.

- Le Prix du livre au titre le plus bizarre. Lancé par le site littéraire anglo-saxon Bookseller. Il cultive l’auto dérision.  "Les différents motifs de la chaussette estonienne", "Le Champignon dans l’art chrétien", "Cooking with Poo" étaient parmi les finalistes. Je fais grâce aux non anglo-saxons de traduire Poo .

- Le Prix Jules Bimet allie littérature et sport. Le Prix de l’armée de terre solidarité élit les thèmes, de dévouement et de dépassement de soi : valeurs militaires et civiles.

- Le Prix de "l ‘écrivain Robot", dont nous proposons le titre consacrerait les meilleurs livres écrits par des ordinateurs. Lors d ‘un concours littéraire au Japon, un de ces écrivains virtuels a impressionné le jury avec un roman qui s’est classé parmi les meilleurs auteurs. Prometteur.

- Le prix Belzébuth, du roman le plus mauvais et insupportable de l'année, et de tous les temps. Il fait partie de la Sortie littéraire, et non de la Rentrée littéraire. Il a été attribué au fameux Gudule qui 'a pas fini de faire de nombreux adeptes, et membre très actif du site mBS, l'Editeur de l'avenir.

Le meilleur sûrement... Prix Concours de l’Auteur Indépendant monBestSeller qui récompense des auteurs non édités !  

C'est en quelque sorte, le Prix le plus prospectif : découvrir les talents qui ne sont pas encore nés. Un grand défi pour ce futur grand classique comme chacun sait... et le plus convoité. Et un grand défi aussi pour tous ceux qui se sont arrimés à la tâche de les découvrir. La Martinière, Michel Lafon et Chapitre.com pour ne pas les nommer.

Petite rectification, ce n'est pas Pierre Dionnet mais Jean-Pierre Dionnet. Cet passionné bourré de talents éclectiques, père de Métal hurlant, des Enfants du Rock et de Cinéma de quartier, est d'autant plus admirable à mes yeux qu'il a eu la bonté de trouver "formidable" Élie et l'Apocalypse lorsqu'il faisait partie du jury du Grand Prix de l'Imaginaire. ;-)

Publié le 17 Novembre 2016

@BOSSY
Merci Gérard ! ça c'est de la pub !!!

Publié le 17 Novembre 2016

@monBestSeller. Les auteurs se multiplient, les prix littéraires aussi. Tout s'imagine pour essayer d'interpeller ce lecteur si convoité, celui-là même qui, très sollicité par d'autres formes de communication, ne sait plus où donner de la tête et se se voit obligé de réduire son temps de lecture pour continuer à faire face aux exigences exponentielles de son quotidien... Un déséquilibre inévitable se produit et la recette magique pour le stopper ne semble pas encore née, malgré toutes les bonnes volontés. La littérature subit de plein fouet nos problèmes sociétaires. Allez, courage, vaillante équipe de Monbestseller, vous qui vous battez sans relâche pour les auteurs esseulés que nous sommes et pour votre belle idéologie. Sachez que, même si c'est peu de choses, notre estime vous est acquise. Belle journée. Michèle

Publié le 16 Novembre 2016

@monBestSeller. @Mel Pilguric. Gudule vous remercie infiniment de l'avoir classé parmi les lauréats des Prix les plus en vue,et à sa place méritée, c'est à dire la dernière. Ce n'est sans doute pas le Prix le plus envié, mais c'est certainement le plus aisé à gagner par le plus grand nombre.
Du fond de sa détresse,Gudule a fait savoir qu'il lancera, début janvier, une tribune foudroyante pour que tous les auteurs et lecteurs de mBS se précipitent dans les librairies pour réclamer à cor et à cri un ou deux exemplaires du grand Prix Concours 2015 de mBS, édité par La Martinière en nombre ridicule de 2000 Ex.

Publié le 16 Novembre 2016

@BOSSY . Erreur grossière réparée..

Publié le 16 Novembre 2016

Pour ajouter un petit mot humoristique en relation avec ces prix litteraires, au tout debut de sa carriere, William Sheller fut invite a chanter sa premiere chanson dans une emission de Bouvard pendant la rubrique qui s'appelait la "chanson a la con"... cette chanson c'etait Rock and dollars et ce fut un triomphe pour Sheller et le debut d'une carriere tres riche de succes! :)

Publié le 15 Novembre 2016

@monbestseller. Vous avez oublié le plus important: le prix Belzébuth, du roman le plus mauvais et insupportable de l'année, et de tous les temps. Il fait partie de la Sortie littéraire, et non de la Rentrée littéraire. Il a été attribué au fameux Gudule qui 'a pas fini de faire de nombreux adeptes, et membre très actif du site mBS, l'Editeur de l'avenir. Prière de bien vouloir réparer cet oubli scandaleux.Vous êtes pardonné d'avance. Et salué bien bas ( forcément !)

Publié le 15 Novembre 2016