Zoé Florent

Biographie

"Si tu éprouves le désir d'écrire, et nul autre que l'Esprit n'en détient le secret, tu dois maîtriser connaissance, art et magie :
la connaissance des mots et leur mélodie,
l'art d'être sans fard,
et la magie d'aimer ceux qui te liront."
(Khalil Gibran)

Élève des Beaux-arts, puis infirmière psychiatrique, Michèle, alias Zoé Florent (ex-pseudo d'auteur Lamish) a ensuite travaillé dans des secteurs très variés.
Après dix années passées en Espagne, elle s’est installée en Haute-Savoie.
Dans un genre réaliste, le plus souvent intimiste, elle a écrit de nombreuses nouvelles, des novellas, des romans...

Zoé Florent a noté ces livres

5
@J-P LAURIER J'ai beaucoup aimé ce récit qui mêle Histoire, fiction et contexte plus contemporain, que j'ai supposé être celui d'un certain nid d'aigle Cathare, comme j'ai supposé qu'elle a été écrite durant un des séjours de l'ermite sporadique ;-). /// Une histoire joliment écrite, agrémentée d'esquisses et de vers, pour un plus grand plaisir de lecture. /// Merci pour ce partage inspiré et joyeuses fêtes de fin d'année, ainsi qu'à tes proches. Amitiés, Michèle
Publié le 23 Décembre 2023
5
@Philippe Clausels Toujours la même ritournelle nostalgique, inspirée, enrichie par une vie bien remplie, mais toujours des mots différents et poétiques pour l'écrire, cette nostalgie. /// Merci pour cette bulle intemporelle qui incite à la rêverie, bises et bonne soirée, Michèle
Publié le 21 Décembre 2023
5
@Alhéna Skat Bonsoir, chère Alhéna, et mille mercis pour cette nouvelle histoire mignonne et imaginative, qui caricature (à peine ;-)) la nature humaine. /// Un conte avec des "gentils", qui sont beaux, of course ;-), tandis que les "méchants", sans être forcément laids, le sont de par leur vilénie. Un conte où la magie intervient en justicière rédemptrice ou punitive pour que tous vivent heureux jusqu'à la fin de leur temps... Enfin, tous, pas vraiment, puisque vous jouez les démiurges et imaginez un purgatoire sur terre pour ceux qui méritent cette peine. /// Vous lire propulse dans les contrées de notre enfance, et ça fait du bien. Merci pour cela. Je vous embrasse, Michèle //////// @Jan Vous nous avez un peu plus gâtés, cette fois-ci, Jan, merci ! Vos illustrations délicates achèvent de me rajeunir en m'évoquant celles de la série “Martine”, dessinées à l’époque par Marlier. Je restais des heures en pamoison, à les contempler ;-)… Bises amicales et bonne soirée à vous deux, Michèle //////// PS : Michel me le rappelle, et il est vrai que nous sommes déjà le 21, alors très joyeuses fêtes !
Publié le 21 Décembre 2023
5
@AHUSKI Bonjour Caroline. J'ai passé un agréable moment à lire ces quelques nouvelles très imaginatives. Mes préférences sont allées à "Double J", Joseph", "Gregory" et "Jenny" (à cette dernière, tout particulièrement). /// J'aurais bien vu "Je m'appelle Rivière" narrée à la troisième personne afin d’éviter le côté naïf et les pensées improbables de votre adorable Labrit. /// Sinon, j’ai trouvé le scénario de "chloé" un peu capillotracté, et la dernière nouvelle m'a laissé, comme à l'un de vos autres lecteurs, une impression d'inachevé. /// Pour ce qui est de votre style, le verbe simple et les phrases courtes donnent un certain rythme, mais les enchaînement parfois trop abrupts nuisent à la fluidité de l'ensemble. Pour améliorer la musicalité, se faire lire par un synthétiseur vocal, l’écouter, est un bon outil, qui présente aussi l'avantage de mettre en évidence oublis et répétitions. /// Merci pour ce joli partage et bonne journée ! Amicalement, Michèle
Publié le 20 Décembre 2023
5
Bonjour @Michel LAURENT. J'ai apprécié ce roman sur fond de diversité ethnique, culturelle et religieuse. On sent à sa lecture qu'il vous tenait à cœur d’imaginer une intrigue qui vous permette d'évoquer la violence, les disfonctionnements et dérives, caractérisant la vie des cités, sans oublier les quelques belles amitiés et leurs codes d'honneur, qui aident à survivre dans ce contexte si particulier. Cette volonté d’exprimer vos idées se retrouve dans certains dialogues, d’ailleurs, au risque perdre un peu en crédibilité. /// La relation entre Nina et Bébert, la façon radicale de procéder de ce dernier pour résoudre les problèmes, m’ont beaucoup évoqué “Léon”, le film de Luc Besson… mais peut-être est-ce tout bêtement dû au fait que je l’ai visionné récemment ;-). /// Pour moi, certains sujets, tels les séquelles d’un viol, l’endoctrinement religieux, auraient gagné à être un peu plus développés. J’ai trouvé peu plausible la réaction post-traumatique de Nina, par exemple, ou que Malik ne bénéficie pas d’un suivi. Mais je conçois l’exercice comme difficile au vu du nombre de sujets que vous avez tenu à aborder. /// Sinon, il me semble que certains passages présentent une non-concordance des temps… À vérifier… /// Merci pour ce partage singulier et bonne fin de journée. Amicalement, Michèle
Publié le 18 Décembre 2023

Pages