Zoé Florent

Biographie

"Si tu éprouves le désir d'écrire, et nul autre que l'Esprit n'en détient le secret, tu dois maîtriser connaissance, art et magie :
la connaissance des mots et leur mélodie,
l'art d'être sans fard,
et la magie d'aimer ceux qui te liront."
(Khalil Gibran)

Élève des Beaux-arts, puis infirmière psychiatrique, Michèle, alias Zoé Florent (ex-pseudo d'auteur Lamish) a ensuite travaillé dans des secteurs très variés.
Après dix années passées en Espagne, elle s’est installée en Haute-Savoie.
Dans un genre réaliste, le plus souvent intimiste, elle a écrit de nombreuses nouvelles, des novellas, des romans...

Zoé Florent a noté ces livres

3
@Jean-Paul Florencio Un roman court, rythmé, porté par une plume fluide et concise. Intéressant aussi, puisqu’il explore les sentiments d’un écrivain arrivé en fin de vie après une success story suivie de dix années de panne d’inspiration. /// Pour moi, les sujets telles que la création littéraire, la société, souffrent d’une vision un peu trop stéréotypée (ou trop rebattue, peut-être, ce qui expliquerait que je sature ;-)). /// La fin m’a un peu contrariée itou, avec la reprise isolée de quelques mécanismes freudiens qui ont fait leur temps. Que les sentiments d’usurpation et de culpabilité de votre personnage justifient du même coup ressentiment envers la mère, vision négative du monde et panne littéraire, m’a laissée quelque peu dubitative ; dubitative dans le sens où ces sentiments pourraient facilement relever d'une construction mentale, tout aussi abstraite, destinée à masquer un triste constat : la prise de conscience trop tardive que l’on a toujours considéré que soi dans le vie. /// Votre personnage ne m’a donc pas beaucoup touchée, mais j’ai apprécié de passer une heure en votre compagnie grâce à votre style, au format court. /// Merci pour ce partage très actuel (qui devrait finir par surfer sur la vague, ce que je vous souhaite ;-)), et bonne soirée. Amicalement, Michèle
Publié le 06 Mai 2024
3
@Alhéna Skat Après vous avoir lue, chère Alhéna, je me plais à imaginer une société où les hommes, promus à la noble fonction de votre inconnu, auront suffisamment de disponibilité, de volonté et d'humanité pour traiter les comportements déviants en amont de sanctions trop souvent émises sans connaissance de cause... Je ne suis pas très claire, mais comme vous pouvez en juger, il n'est pas facile de commenter votre nouvelle sans spoiler ;-). /// Merci pour ce partage porteur d'espoirs en un monde meilleur auquel il nous faut croire, ne serait-ce que motivés par l'intinct de survie. Je vous embrasse, sans oublier jan, que je félicite une fois encore pour ses élégantes mises en page et couvertures. Bon week-end à vous deux, Michèle
Publié le 04 Mai 2024
3
@Anne Clécie Il est toujours très plaisant de vous lire, chère Anne. Ce doit être le fameux effet "un peu de douceur dans ce monde de brutes" que vous avez l'art de distiller ;-). Alors merci pour ces deux bons moments passés en compagnie de vos personnages ; très émouvant pour l'un, et juste pour ce qui est des impressions de l'enfance pour l'autre. /// Vous parlez d'attachement à vos personnages, et pour ma part, je confirme vivre le même : en dépit des années qui passent, et même s'il me faut un temps de réflexion avant de me rappeler leur prénom, je me surprends à revêtir leur peau en quelques phrases, dès que je commence à les évoquer. /// Merci pour ce très joli partage, auquel vous nous avez habitués, et bonne soirée. Amicalement, Michèle
Publié le 01 Mai 2024
3
Bonsoir @Caroline Chanoire. Je ne regrette pas d'avoir été confiante une fois de plus en l'avis de l'ami @galodarsac ;-). /// Beaucoup de finesse dans cette nouvelle. On termine sur une note triste, sans s'être fait d'illusions pour autant. Qui ignore encore que l'humain est ainsi fait qu'il se prévaut d'une supériorité de pacotille dès que l'occasion lui en est donnée, voire même quand ce n'est pas le cas ? /// Vous écrivez bien, aussi ne serait-il pas inutile de valoriser votre plume en justifiant votre prose ; en soignant la ponctuation aussi. /// Merci pour ce partage sincèrement apprécié et bonne soirée. Amicalement, Michèle
Publié le 30 Avril 2024
3
Bonjour @Emmanuelle de Verdilhac. J’ai consacré une fin de soirée à chacun des protagonistes de votre témoignage, afin de mieux m’imprégner de leurs incroyables parcours et leur accorder le temps de réflexion qu’ils m’ont individuellement inspiré. /// « On ne peut plus dire qu'on ne sait pas ce qu'il se passe », écrivez-vous très justement. Pour autant, nombre de nos congénères préfèrent l’ignorer. Sentiment d’impuissance ou (et) de culpabilité ? Manque de courage, égocentrisme ou (et) simple absence d’affect, d’empathie ? Pourtant, comme vous le soulignez, un semblant “d’éveil” s’est produit lorsqu’il s’est agi d’accueillir les Ukrainiens, alors ?… Enfin, je dirais que le pire est évité tant qu’en majorité, on ne fait que rester sourd et inerte, mais constater que l’on flirte majoritairement, dans nos pays démocratiques, avec les partis politiques de l’extrême, revêt un caractère beaucoup plus inquiétant à mes yeux. /// "Le totalitarisme est un système fondé sur la peur, la terreur et la violence...la peur est insidieuse. On s'adapte facilement et souvent inconsciemment à la peur comme mode de vie, mode d'être. La peur est une habitude", témoignait Aung San Suu Kyi, alors comment ne pas redouter le pire lorsque, dans un pays libre, les opinions se radicalisent ? /// Tous les parcours de vos héros m’ont profondément touchée. Le courage et la détermination d’Arba et Gibril, les Darfouri, m’ont épatée. J’ai beaucoup appris de celui de Liliana, la Rom, hébétée par le caractère récent de certains drames totalement passés sous silence, tant ce qui entoure cette communauté est peu médiatisé. Quant à Thandar, la Birmane, et Pedro, le Mexicain, comment ne pas les saluer ? Comment ne pas tous les saluer pour avoir su dépasser leurs peurs ? /// "J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre", Nelson Mandela /// Merci pour ce passionnant, cet émouvant, ce courageux partage (oui, courageux d’écrire sur ces sujets sans pratiquer la langue de bois... et trop rare ;-) !). Bonne continuation. Amicalement, Michèle
Publié le 28 Avril 2024

Pages