Actualité
Le 11 juin 2019

L’anonymat est il à l’origine de toutes les formes de lâchetés ?

Muriel Laroque revient sur les nuisances du web. En particulier l’anonymat : source de nombreuses lâchetés. Elle synthétise ainsi : « L’homme nait bon, c’est le Web qui le corrompt… »
Qui est le corbeau ?Qui est le corbeau ?

Répondre ou se taire

Oui, je sais, c’est abominable tous ces lutins maléfiques qui, tapis dans l’ombre, se réjouissent de dézinguer l’autre sur le Web.
Raz le bol de ces trolls, agents de subversions réels ou virtuels, de leurs sorties de routes délibérées.
Mais le dégagisme est voué à l’échec et le contrôle de la parole est impossible.
Ne pas nourrir leurs commentaires haineux, ne pas répliquer à leurs déclarations de guerre ou au contraire, comme certains spécialistes des violences en ligne (naïfs ou pas ?) le prônent, répondre pour changer la donne ?
Incontestablement le Web crée un environnement qui permet d’entendre une parole à laquelle, autrement, nous n’aurions pas accès. Alors que faire ?

Je n’en sais fichtre rien.

Du corbeau au troll

Avant internet, les corbeaux existaient déjà et pas seulement à l’occasion de grands dossiers criminels comme l’affaire du petit Gregory.

 Pour vivre heureux, faut-il vivre caché ? L’opacité de l’anonymat a bien des vertus, les pseudonymes, bien des qualités… Cela permet d’avoir plaisir à se lâcher, à étouffer ses convenances, ses jalousies recuites, à briser ses manières corsetées, et à savourer une jouissance un tantinet perverse quand votre ennemi se prend une tôle historique…
Mais pour ceux qui fuient l’anonymat, nos hommes et femmes politiques, et tous ceux et celles qui ne peuvent respirer que dans les lumières de la ville, sachez, face aux trolls, ne pas fuir sans combattre, et devenir des boucliers d’airain qui plient sans rompre.

 

 Muriel LAROQUE– ERREURS DE JUGEMENT

23 CommentairesAjouter un commentaire

Bonjour@Didier Lueunberger
Je viens de lire attentivement votre intervention à laquelle j'adhère dans son ensemble. Savez-vous, cher Didier que, lorsque j'ai lu le venin déversé par la lucie pergola (pleine d'épines) sur "l'homme qui parlait aux abeilles", j'en ai eu les larmes aux yeux. Que l'on s'attaque d'une telle manière pleine de lâcheté à ceux que j'estime cela me met dans une rage folle et je n'ai pu m'empêcher d'intervenir (d'habitude je m'abstiens - Faut il répondre ou pas ?). Que de venin a-t-il/elle lâché sur nous deux et réitéré sur l'une de ses élucubrations (retirés comme tous ses autres crachats de lâche) en nous citant. Fort heureusement, vous et moi savons que nous avons affaire à un ou des PN et savons rebondir, en riant jaune tout de même ! La démarche d'exposer nos textes n'est pas chose facile alors si les nouveaux venus ou d'autres s'en prennent plein la face, je pense que l'élan créatif peut être brisé. En outre, j'ai remarqué que certaines connivences dérangent certains et par forcément des personnes anonymes (voir mon intervention en bas de page, peut-être pas comprise). J'ajouterais que si j'ai pris un pseudo (comme tant d'autres en littérature et autres domaines de l'art), c'est pour une raison qui m'est personnelle et je ne me cache pas ! Il est assez facile de savoir qui je suis ! Je vous invite à lire le sympathique commentaire reçu sur mon autre compte Trisha E. (j'en ai deux, je ne m'en cache pas, et jusqu'à preuve du contraire, suivant les CGU, nous pouvons en créer autant que l'on veut.). De qui s'agit-il ? Ce climat de suspicion devient de plus en plus malsain ici. Comme vous l'écrivez si bien un commentaire doit être constructif avant tout. Si je poste mes petites écritures sur ce site (je suis dans ma 5ème année de présence), c'est avant tout pour avoir des conseils et du partage entre personnes civilisées et qui se respectent. Fort heureusement, je fais de très belles rencontres sur MBS et c'est pour cette raison que j'y reste en faisant fi de tout le reste qui me donne matière à écrire sur la nature humaine !!!! Je tire toujours du positif de mes expériences ! Je connais votre discrétion, cher Didier aussi, je vous remercie pour votre intervention. Jusqu'où peut aller la liberté d'expression ? Telle est la question. Je vous souhaite de poursuivre votre chemin dans la quiétude de vos montagnes et de la nature qui vous est si chère et qui vous inspire de si belles pages. Avec toute mon amitié. Patricia-Fanny-Trisha.

Publié le 03 Juillet 2019

@MURIEL LAROQUE, @Michel CANAL, @lamish, @Thalia Remmil, @FANNY DUMOND, @Hubert LETIERS, @Mélanie Talcott @Boris Phillips ©FANNY DUMOND
Bonjour à tous, j'avoue ne pas souvent me manifester sur mBS surtout dans ce genre de débat pour la simple raison que je n'ai pas bcp de temps en premier lieu, mais que j'estime également que c'est une perte de temps et un problème un peu trop récurant à mon goût. Mais là je me permets cette petite incartade en remerciant Muriel Laroque afin d'amener ma petite piqure de rappel. J'ai moi-même tenté un petit article sur un réseau social demandant pourquoi certains utilisent des pseudos, etc...les réactions ont été très vives comme si j'avais touché un point très sensible alors que c'était une simple question. Si on veut en utiliser un, on l'assume, point barre. Mais on ne l'utilise pas pour déverser un venin et surtout, pour lancer des phrases qui n'ont ni queue ni tête. Mais nous sommes dans le monde des réseaux sociaux pas sur la planète Bisounours.... De mon côté, et pour ceux qui me connaissent un peu mieux maintenant, je suis plutôt discret. Mais cela ne veut pas dire que je ne réagis pas aux commentaires, actes, attitudes ou autres comportements dignes des réseaux. J'ose espérer que sur mBS le niveau est un peu plus élevé, raison pour laquelle j'y suis encore après toutes ces années. Je prise toujours le dialogue et vais toujours vers les personnes susceptibles de régler les problèmes. ici en l’occurrence, @christophelucius à qui j'ai envoyé quelques mails proposant des solutions. Mais jamais je n'ai demandé que l'on retire un commentaire, aussi inutile et si peu constructif soit-il. Ou peut-être une fois. Il faut dire, et là je rejoins Michèle, qu'il y en a eu de ces pseudorégulatordestructor. Pour ma pomme, très franchement, ça me fait plus sourire qu'autre chose lorsque l'un de mes textes reçoit ce genre de commentaire. Cela démontre déjà le peu de respect du travail des autres que le "troll" en question éprouve envers ses "collègues". Et cela me suffit. Un commentaire doit rester constructif avant tout qu'il soit positif ou négatif et surtout, faire un peu plus de deux mots, à mon humble avis. Merci à ©FANNY DUMOND entre autres pour ses précieux retours toujours très constructifs et francs. Je n'en reviens pas de ces rumeurs. Pour reprendre les termes de Philippe, je prône plutôt l'humour si l'envie me prend de répondre à ce genre d'individu. Mais comme l'a très bien décrit Michèle, n'oubliez pas que vous avez à faire à des PN et pour tous ceux qui ont eu la malchance d'être confronté à l'un d'eux dans leur vie, vous savez comment ils fonctionnent et que l’indifférence est la meilleure arme, car quoi que vous fassiez, ils y trouveront du plaisir du moment que vous porterez un peu d’attention. Là ou je me fâche tout rouge c'est quand ce genre de personne s'attaque à des nouvelles/eaux et des jeunes auteurs. Je trouve cela lamentable et tellement facile, surtout lorsqu'on sait ce que l'écriture peut apporter à chacun d'entre-nous. Et pour conclure, je relève également avec stupéfaction comme ce genre d'individu n'assume pas ce qu'il dit, comme s'il ne voulait laisser aucune trace (base du béaba de tout PN qui se respecte). Je trouve dommage qu'ils n’aient pas assez de cran pour assumer leur plume jusqu'au bout du bout. Je ne vais pas polluer plus avant cette tribune, mais je donne à mon humble niveau des solutions (ce, depuis plusieurs années) et j'espère un questionnement un peu plus profond à tout ça dans un commentaire de la nouvelle (L'HOMME QUI PARLAIT AUX ABEILLES) ou je réponds à ©lucie pergola ©hx et qui bien sûr, comme par magie ont disparu. Puisque les "trolls" ont ce pouvoir de mettre et retirer leurs petits crachats, pourquoi pas nous, qui en recevons les postillons ? Ne pensez-vous pas que cela règlerait tout simplement le problème et que l'on ne parle pas de liberté d'expression! Pas ici. C'est ce que j'ai proposé à mBS.... sans réponse jusqu'ici. ET ce genre de tribune n'aurait plus lieu d'être... Plein d'inspiration à tous et gare aux cafards, ils vivent et s'activent plutôt la nuit, y compris sur mBS.

Publié le 29 Juin 2019

@lamish, @Michel CANAL,@thalia Remmil, @Hubert LETIERS ,@BERTHAULT, @Mélanie Talcott, et aux autres.
Bien sûr je n'ignorais pas que ma tribune " L'homme naît bon c'est le Web qui le corrompt" déclencherait un débat , des polémiques ( merci Michel CANAL) mais pas des règlements de comptes.
Je me félicite de ma venue parmi vous en mars 2019. Les uns et les autres m'ont accueillie avec une bienveillance et une indulgence qui m'ont touchée , réconfortée et ragaillardie puisque je travaille mon second roman..
Les deux points de vue sont recevables. Ceux qui refusent de répondre aux propos infâmes n'ont pas à être vilipendés : le silence , l'indifférence , la préciosité du temps me semblent d'excellents arguments. Comme le soulignent Thalia Remmil et Hubert LETIERS, il est certain que s'envelopper dans l'anonymat chez certains esprits revanchards a toujours permis la vindicte et la délation.
Ceux qui veulent répondre doivent effectivement manier l'humour , comme Boris Phillips car la violence, comme le précise BERTHAULT est souvent l'expression tragique de besoins insatisfaits.
Mais , bon , je ne suis plus avocate en train de plaider les circonstances atténuantes du prévenu.
Répondre , j'y suis favorable mais , encore faut'il " qu'à la fin de l'envoi , je touche".
La proposition de Michéle (@lamish) d'un contrôle lors de la création du compte sur MBS me semble très judicieuse.
Encore merci à vous toutes et tous pour ces échanges ébouriffés et maintenant si on se mettait à écrire ?

Publié le 19 Juin 2019

@Michel CANAL amitié naïve, pas vraiment. Je suis confiante de nature et n’ai pas envie de changer pour une simple déception. Ajouté au fait que n’ai pas de préjugés, je crois que je pourrais tomber dans le même panneau aujourd'hui. Jezzabel, pseudo chef de file de notre troll, entamait sa première phase de séduction, et nous sommes nombreux à avoir été charmés par la pertinence et le joli minois de ce personnage virtuel. Comble de cette aventure, je me souviens vous avoir réconciliés alors que le courant était moyennement passé avec toi ;-). Puis, comme avec tout pervers narcissique, le masque est tombé et nous nous sommes opposés, autant de fois qu'il est revenu à l'attaque. Après Jezzabel, nous avons eu droit successivement à Antoine Ragondin, Amalia Rodriguez, Lucie Pergola, en tant que chefs de file. A Monsieur Gaston, Jeza et ses multiples déclinaisons, longmanche, grospaquet, hx… en tant que sous-chefs... Il est toujours entouré d’une foule de pseudos qu'il utilise pour charmer, manipuler, se créer des appuis, casser, ou s'auto-congratuler lorsqu'il met des écrits en ligne. Il continue de roder autour de nous, actuellement sous le pseudo de Catherine Z, dernièrement celui de Pierre Larquey (qui, décliné de 1 à 9, vient de disparaitre comme par enchantement ;-))... Une histoire sans fin. Sachant ce qui va inévitablement se produire sur le long terme lorsqu’il pointe son nez, le seul moyen de l’éviter est de lui couper l’herbe sous les pieds, d’entrée. Grillée pour grillée, je m’y colle sans plaisir (j’ai vraiment plus sympa à faire de ma vie), parce que MBS a autre chose à faire que s’occuper de lui et sa bande, parce qu’il faut bien que quelqu’un réagisse avec constance dans le but que notre communauté d’auteurs soit plus accueillante.
@Boris Phillips Ta réponse type est sympa, et j’en prends note. Tu as raison de noter que pister et contrer notre troll est chronophage (en plus d’être désagréable). Aussi ai-je également concocté une réponse type, mais beaucoup plus longue, que je lui ai promis à chaque nouvelle intervention sur ma page. Plus longue car je fais la genèse de son activité sur MBS et m’interroge sur ses raisons et objectifs, afin de briefer les nouveaux-venus qui ne peuvent comprendre le ton polémique, bien que souvent humoristique, de nos réponses.
D’ailleurs, depuis peu parmi nous, Muriel LAROQUE en fait partie, et nous sommes en train d’envahir sa tribune avec un propos qu’elle ne peut démêler du fait que notre troll est le roi du « j’efface tout dès que ça tourne un peu au vinaigre, j’attends un peu, puis je recommence », et compte tenu que recommencer, pour un PN, c’est entamer une nouvelle phase séduction… On est repartis pour un tour…
@tous, je rappelle que vous pouvez me contacter via ma page d’auteur. Je pense tout particulièrement à certains qui n’ont de cesse de régler leurs comptes avec moi par des allusions à peine masquées. Je privilégie le dialogue et suis capable d’empathie. Alors honorez-moi de votre franchise et accordez-moi un droit de réponse en m’exposant ce qui motive votre vindicte à mon égard.
@MURIEL LAROQUE Merci infiniment pour cette tribune qui a vite dévié, comme chaque fois que l’on fait allusion à l’anonymat ici. Je ne sais pas si la rédaction de ce billet a un rapport, mais j’ai vu que vous aviez eu droit à quelques commentaires malintentionnés sur la page de votre roman. Pour vous avoir lue, je peux les qualifier ainsi, car ils sont volontairement inobjectifs et très critiques. Et comme par hasard, ces lecteurs se sont cachés derrière un pseudo et n’ont lu que votre œuvre… Le genre de pratique qui m’insupporte, surtout lorsque l’attaque est dirigée vers une première œuvre, lorsque l’on sait que l’on va faire particulièrement mal car l’auteur est novice et plus vulnérable de ce fait. Il faut vraiment être de mauvaise foi pour ne pas se souvenir de nos premier émois à être lus.
Mon vœu le plus cher serait que MBS mette en place un moyen de contrôle, lors de la création de comptes, car oui, l’anonymat complet favorise la lâcheté. Une personne, lecteur ou auteur, qui opte pour un pseudo, droit que personne ne remet en cause, ne rechignera pas à renseigner des éléments vérifiables lors de son inscription si elle assume son propos et ce, quelle que soit sa teneur. Nous avons tous droit à la liberté d’expression, c’est une évidence, mais nous avons également le droit de savoir par qui nous nous faisons agresser afin d’exercer efficacement notre droit de réponse. @tous Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 17 Juin 2019

je ne vois qu'une réaction personnelle à toutes les sottises et indifférences et duretés de ce monde et à cette effroyable manipulation, manier les mots pour en faire de douces poésies, peindre, dessiner, créer, et au lieu de détruire le monde avec des paroles perverses et des actes malfaisants, l'adoucir, à mon humble manière, en créant un petit monde de douceur. Je me dis que les gens qui ont besoin de faire du mal doivent être bien malheureux car ils ont besoin de reproduire ce qu'ils ont peut-être subi, l'indifférence aussi aux besoins des autres est souvent aussi l'expression de besoins enfant qui n'ont jamais été comblés, alors on vit solitaire pour éviter d'hypothétiques blessures. ou alors on passe son temps à se venger de ce que l'on a subi. les philosophes, les poètes, les artistes, les humanistes, savent nous amener à construire et à voir l'essentiel. merci à eux, à tous les écrivains qui nous donnent de l'enthousiasme, qui travaillent d'arrache pied pour nous donner le meilleur d'eux-mêmes.

Publié le 16 Juin 2019

@MURIEL LAROQUE, @Michel CANAL, @lamish, @Thalia Remmil, @FANNY DUMOND, @Hubert LETIERS, @Mélanie Talcott, ainsi que toutes celles et tous ceux qui viendraient apporter leur contribution à cette tribune...
Répondre aux "Vespubel", "Jezacci" et autres rongeurs nuisibles dont l’anonymat n’est plus qu’un secret de polichinelle me semble une évidence ; c’est même loin d’être du temps perdu. Puisqu’il s’amuse à salir notre travail, distrayons-nous à ridiculiser ses pauvres sarcasmes !
Personnellement, je m’y emploie toujours en démontant son argumentaire avec le plus d’humour et de dérision possibles… ainsi, j’aime beaucoup terminer mes notices par « Je vous pardonne et le fais avec d’autant plus de ferveur que je m’appuie sur l’Évangile : " Heureux les simples d’esprit, le Royaume des Cieux leur appartient " »
Vous me direz, mes chers consœurs et confrères, qu’à la longue cette activité – si ludique qu’elle soit – pourrait devenir chronophage, je l’admets volontiers. J’ai donc mis au point une formule que je n’ai pas encore eu l’occasion d’utiliser, les dernières incarnations littéraires du lutin scandinave ayant prématurément disparu au champ d’horreur. Je vous la livre en vous précisant qu’elle est libre de droits, n’hésitez pas à vous en servir !
« Très cher @xxxx.
Que riposter à votre commentaire sur mon écrit ?
À vrai dire pas grand-chose, sinon qu’il est Inapproprié, Délibérément Insultant, Ouvertement Tendancieux. Je vous laisse le soin d’en tirer la conclusion qui s’impose.
Ne vous croyez pas obligé de me répondre, toute velléité dans ce sens de votre part ne ferait que se heurter au mur de mon silence désapprobateur.
Avec une cordialité des plus mitigée et un humour délibérément grinçant.
Signature. »
Amitiés.
Philippe.

Publié le 14 Juin 2019

@Le philosophe 2 Personne ne fait cet amalgame. C'est l'esprit polémique derrière l'anonymat qui valide l'appellation. L'anonymat est un droit précieux pour autant de raisons que d'individualités. Un droit que je respecte. Je vous invite à lire la définition, maintes fois évoquée ici, du troll au sens actuel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Troll_(Internet)
En l'occurence, l'attitude de l'auteur ou du groupe d'auteurs qui ont sévi ici, sous de multiples pseudos, correspond à cette définition. Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 14 Juin 2019

@MURIEL LAROQUE, cet article et les échanges qu'il a suscités me rappellent un autre sujet que les journalistes et caricaturistes de l'époque évoquaient ainsi : «  Ils en ont parlé !  ». Il s'agissait bien sûr, vous l'aurez compris, de « L'affaire Dreyfus ». Le repas de famille jusque-là apaisé et convivial dégénérait alors en véritable bataille rangée.
Ici, le mot qui fait débat, plus encore que « L'anonymat » est le mot « troll ». Il suffit de le prononcer, à l'affût à son poste d'observation, comme la tique à son brin d'herbe guettant le passage d'un mammifère pour s'y repaître de son sang, le voilà qui s'annonce, sous un de ses nombreux pseudonymes.
Mais quels que soient ses propos, flatteurs ou désobligeants, il est démasqué séance tenante : @lamish veille au grain. C'est qu'elle a de bonnes raisons. Sa grande, sincère mais naïve amitié lorsqu'il sévissait en 2016/17 sous le sympathique pseudo de l'époque avec les traits d'une sémillante blonde aux yeux bleus, a été trahie par la découverte de la supercherie, de l'identité véritable de l'individu et de sa capacité de nuisances.
Alors se rejoignent ici les termes développés dans l'article et ses commentaires : anonymat, toutes les formes de lâchetés, le web qui corrompt, troll, pseudos, médisance (relatée par la plume de Victor Hugo avec pour conséquence : « Et c'est fait. Vous avez un ennemi mortel. »)
Chère Muriel, réjouissez-vous ! Alors que d'autres tribunes semblent n'intéresser aucun auteur, votre article n'est pas passé inaperçu et il aura bénéficié de commentaires pertinents.
Encore merci pour votre initiative. MC

Publié le 14 Juin 2019

J'avoue ne pas comprendre cette équation : anonymat = troll.
Si je choisis l'anonymat, c'est, justement, pour me défendre contre les trolls, et éviter qu'ils pourrissent la
" vraie" vie.On oublie souvent que publier ses écrits, c'est se mettre en danger...

Publié le 14 Juin 2019

@hubert letiers
Bonjour
"Une tyrannie qui se fait au nom du bien et de l’authentique, en imposant une vision binaire de la société, en niant sa complexité et son ambivalence, au point de parfois empêcher qu’elle puisse même être formulée."
Finalement, on "confesse" (enfin pour certains) sur les réseaux, ce qui de plus en plus nous "tient" (et nous pend également) au nez dehors, dans bon nombre de domaines, au premier chef notre démocratie qui se barre en sucette.

Publié le 14 Juin 2019

@muriel laroque
Bonjour
Je ne crois pas que le web soit responsable de toutes les vindictes salopes qui s'expriment lâchement et goulument sur les réseaux sociaux. Par contre, cette forme d'anonymat en est la voie royale. Celles et ceux qui l'utilisent pour distiller leur sottise,souvent haineuse et surtout dogmatique, sont (furent et seront) les mêmes qui, si les circonstances s'y prêtent (et elles s'y sont prêtées et s'y prêteront encore), pratiqueraient la délation au prétexte de...
Un jour, j'ai rencontré un orientaliste, célèbre érudit, qui avait éprouvé dans sa vie, un nombre impressionnant de trahisons, comme homme et comme intellectuel. Il était arrivé au terme de sa vie, et lucide plutôt qu'amer ou désillusionné, il a eu cette phrase terrible : "l'homme n'est bon que lorsqu'il ne peut faire autrement". Quant à répondre virtuellement ? Perte de temps et d'énergie, et alimenter le moulin des imbéciles et consorts, dont fréquemment leur inculture

Publié le 14 Juin 2019

@lamish
J'allais le dire...

Publié le 13 Juin 2019

@Catherine Z Pfff...

Publié le 13 Juin 2019

@lamish
Oui, oui... Mais ce que je voulais dire, c'est qu'on est plus près de 350 pseudos que de 150... C'est pourquoi je me permettais de vous reprendre... Et puis, tiens, je vous l'avoue : hormis vous et cinq ou six autres de vos fans, je suis à moi toute seule tous les usagers de ce site... Ne me remerciez pas pour cet aveu un peu tardif ; je sens que je vous le devais...

Publié le 13 Juin 2019

@Catherine Z Mais bien sûr... Je suppose que ton courriel n'a pas changé depuis la dernière fois que tu m'as apostrophée en MP. Je t'envoie la capture d'écran de ta page pour te rafraîchir la mémoire. Tu pourras constater que c'est toi-même qui affirmes que tu en as déjà créé 136 (au 7 mai), alors que j'en évoquais une cinquantaine, puis qui me nargues le lendemain en ajoutant "plus sept nouveaux =143". Pour le reste, je t'ai déjà répondu et tes insultes - qui sentent le réchauffé - glissent sur moi depuis longtemps.

Publié le 13 Juin 2019

@lamish
150 pseudos... Vous êtes bien certaine de votre compte ?... Non, je vous demande ça parce que ça paraît quand même un peu incroyable... Vous êtes sûre ?... Bien sûre ?... Vous ne vous êtes pas trompée quelque part dans la retenue ?... Quant à votre indifférence à mes propos, ne prendrait-elle pas un peu l'eau ?... Parce qu'il me semble que, dès que j'écris un mot, vous ruez dans les brancards, la fleur au fusil et tout le bataclan... Mais bon, si vous le dites, je veux bien faire semblant de vous croire... Ceci dit, si une fois de plus vous n'arrangiez pas les choses à votre goût en dépit des faits eux-mêmes, vous auriez remarqué que je ne me plains nulle part de ne pas pouvoir m'exprimer... Je dénonçais seulement les accusations de trollisme que vous portez, vous et votre clique, dès qu'une chose vous hérisse le poil, ne va pas dans le sens que vous aimeriez donner à l'histoire... Vous avez loupé votre vocation de grande inquisitrice, c'est tout... Et vous tentez de vous rattraper sur le tard... Ca n'est pas grave... Simplement, je regrette de ne pas pouvoir vous ramener à la maison pour amuser ma petite soeur... Tant pis... Je me console en rigolant à vos sorties pleines d'indignation vertueuse... Et à la lecture de vos commentaires, ça va sans dire... Au fait, désopilante, votre dernière pondaison canine...

Publié le 13 Juin 2019

@Catherine Z Le sujet de cette tribune est l'anonymat et ses déviances. Répondre ou se taire. Et prétendre ne pas pouvoir s'exprimer lorsque l'on a inondé à quatre reprises MBS, créé plus de 150 pseudos, pour manipuler, critiquer, s'auto-congratuler ou encenser ses potes, est un tantinet déplacé, non ? Une forme de comble, même si tu refuses de l'admettre. D'ailleurs, Pierre Larquey s'amuse bien depuis quelque temps déjà. Bon, tout seul, il est vrai - ce qui est moins drôle, je te le concède - mais admets que tu es libre de mettre ici tes élucubrations... Pour ma part, le propos des multiples anonymes derrière lesquels tu te caches m'indiffère. Pour avoir lu de toi tout et son contraire, il n'est plus crédible depuis belle lurette.

Publié le 13 Juin 2019

De quoi se plaint-on ? Heureusement qu'il y a des trolls, ou supposés tels. Car c'est si facile d'accuser son interlocuteur d'en être un pour se dispenser d'argumenter afin de faire valoir son point de vue, pour discréditer celui ou celle qui ne partage pas nos façons d'envisager les choses. Peut-être devrait-on parfois s'inquiéter aussi du laminage de la pensée qu'entraîne le recours systématique à l'accusation de "trollisme" pour disqualifier ceux qui font entendre un discours discordant, en tout cas en dehors des clous de la bien-pensance.

Publié le 13 Juin 2019

@MURIEL LAROQUE
Lors d’une récente interview, et avec le sens de la formule qu’on lui connaît, l’un de vos célèbres confrères, (Éric Dupont-Moretti), a qualifié le Web de « poubelle à ciel ouvert ».
Il parlait bien sûr des réseaux sociaux « grand public », ces ultimes déclinaisons d’un tribunal médiatique où chacun vient polluer les règles de Droit en y collant ses propres standards sociaux et culturels.
Cela dit, nous n’en sommes pas arrivés à cette culture délétère par hasard.
Dès le départ, Internet a été construit autour d’une saine hypocrisie : celle de pouvoir y mettre en scène nos vies, au prétexte de recréer du lien social.
Un très noble concept, mais qui ne marche pas.
Peu à peu, les réseaux sociaux sont devenus une machine à fabriquer de la norme, de la frustration, de la culpabilité et de la violence.
Ces réseaux nous enferment dans une logique dont il vaut mieux maîtriser les codes, sous peine de fabriquer de l’intolérance au nom d’un faux puritanisme qui ruine notre rapport au monde.
Nous en sommes à un point où, loin de permettre un dialogue entre des gens qui pensent différemment, il s'agit de plus en plus de faire taire celui qui raisonne autrement.
Une tyrannie qui se fait au nom du bien et de l’authentique, en imposant une vision binaire de la société, en niant sa complexité et son ambivalence, au point de parfois empêcher qu’elle puisse même être formulée.
Et, comble du paradoxe, de par leurs chartes d’utilisation, ces mêmes réseaux sociaux sanctuarisent l’anonymat, fertilisant ainsi le terreau des signataires de l’ombre… cela au motif exclusif du respect de la vie privée… Life is a beautiful sport, isn't it ?!

Publié le 12 Juin 2019

Pour répondre à la question : l’anonymat est-il à l’origine de toutes les formes de lâcheté ? Il me semble que vous omettez d’autres lâchetés tels : la rumeur, les ragots, la délation et autres joyeusetés, pas forcément colportés par des anonymes sur le Web ou dans notre entourage. Au printemps dernier, j’ai fait l’amère expérience d’être fichée, traquée, puis dénoncée comme étant l’un de ces « petits lutins » (toujours introuvables) par certaines personnes qui se targuent d’œuvrer à visage découvert. « L’homme est un loup pour l’homme » - Pensée attribuée à Plaute. « L’homme naît bon, c’est le web qui le corrompt ». L’homme n’est-il pas corrompu depuis la nuit des temps ? Le web a bon dos, à mon avis. S’il n’y avait que lui ! Peut-être exacerbe-t-il ce qui est sous nos yeux depuis toujours et maintenant nous nous étonnons de découvrir la nature humaine dans toute sa splendeur ! Patricia

Publié le 12 Juin 2019

Bonjour @MURIEL LAROQUE et merci pour cet article. Nous avons déjà largement discuté de ce sujet, entre autres avec les amis rencontrés sur ce site (amis que je ne remercierai jamais assez pour l'entraide, les conseils, le soutien) et perso, s'il m'arrive de répondre aux attaques des personnes malveillantes dont le seul objectif est de remplir leur pauvre vie vide de sens, je préfère bien souvent m'extraire pour me protéger... Non pas que je baisse les bras, ou que je ne sois pas combative, juste que quelquefois l'indifférence est la plus belles des réponses. Ou encore la réponse à l'agression, je la donne avec mon plus beau sourire, mes dents blanches, et mon âme d'ange. C'est une arme redoutable ! Belle journée ! Thalia

Publié le 12 Juin 2019

@MURIEL LAROQUE, auteure récente sur monBestSeller, votre article tombe à propos puisque faisant suite à une période récente où il a beaucoup été question de "trolls", version moderne du corbeau anonyme.
Oui, l'anonymat peut permettre toute forme de lâcheté si l'intention de son auteur est de nuire, de critiquer, de "dézinguer". Cela s'est hélas vu sur cette plateforme et des auteurs débutants demandeurs d'entraide ont pu être découragés au lieu d'être encouragés.
Répondre ou se taire ? Excellente question et difficile dilemme pour certains, choix de l'affrontement pour d'autres. L'anonymat pour nuire ne peut le rester indéfiniment, qu'il s'agisse du corbeau d'hier ou du troll d'aujourd'hui. Internet n'a pas de secrets.
Il en était de même pour la "médisance", que Victor Hugo avait fort bien traitée en vers dans le poème : Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites.
Extraits :
Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites.
Tout peut sortir d'un mot qu'en passant vous perdîtes.
(...)
Ecoutez bien ceci :
(...)
Portes closes, chez vous, sans un témoin qui souffle,
Vous dites à l'oreille au plus mystérieux
De vos amis de coeur, ou, si vous l'aimez mieux,
Vous murmurez tout seul, croyant presque vous taire,
Dans le fond d'une cave à trente pieds sous terre,
Un mot désagréable à quelque individu ;
Ce mot que vous croyez que l'on n'a pas entendu,
Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre,
Court à peine lâché, part, bondit, sort de l'ombre !
Tenez, il est dehors ! Il connaît son chemin.
Il marche, il a deux pieds, un bâton à la main,
De bons souliers ferrés, un passeport en règle ;
- Au besoin, il prendrait des ailes, comme l'aigle ! -
Il vous échappe, il fuit, rien ne l'arrêtera.
(...)
Et va, tout à travers un dédale de rues,
Droit chez l'individu dont vous avez parlé.
Il sait le numéro, l'étage ; il a la clé,
Il monte l'escalier, ouvre la porte, passe,
Entre, arrive, et, railleur, regardant l'homme en face,
Dit : - Me voilà ! je sors de la bouche d'un tel. -
Et c'est fait. Vous avez un ennemi mortel.
Merci Muriel, pour cette plaidoirie d'avocate et cette formulation de procureur.
MC

Publié le 12 Juin 2019

Bonjour Muriel. Répondre ou se taire ? Ma réponse est "répondre", bien sûr. Pas dans le sens de la surenchère, mais pour faire toucher du doigt que tout pseudo cache un être humain, qu'il soit agresseur ou agressé. Pour que les agresseurs assument la violence de leur propos, que les agressés organisent leur défense. Ne pas céder à cette tendance défaitiste et démissionnaire qui anesthésie notre monde. Ne pas attendre d'être victime avant de réagir. Faire entendre sa voie, pour les autres, pour soi, quitte à en prendre plein la gueule comme c'est souvent le cas. Se rappeler que, comme l'a écrit Einstein : "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire". Bref, réagir et se battre plutôt que de subir. Merci pour cette courageuse tribune. Amicalement, Michèle

Publié le 11 Juin 2019