Auteur
Le 20 Jan 2020

Rencontre insolite sur monBestSeller, ou comment un site d’écriture abat les frontières de la langue et de la culture

C'est une histoire de rencontre, un conte franco-tunisien, une amitié par delà l'obstacle des langues. Voilà un récit charmant, charmeur sur la curiosité, l'échange, et la solidarité. monBestseller pourrait-il devenir un site de rencontre alternatif ?... ou le plateau de tournage de "Lost in translation 2". Quand on cherche l'aventure, on la trouve
Une silhouette dans une mégalopoleUne silhouette dans une mégapole

 Tout à commencé le jour où un auteur a posté ses livres, bio et synopsis, en arabe, sur notre site, suscitant bien entendu tout un florilège de réactions, des plus “amusées” aux moins amusantes. 

            Intriguée par le texte, et gênée par les commentaires, j’ai alors l’idée de passer synopsis et bio par le traducteur google afin de forger ma propre opinion. Et voici que je découvre un projet littéraire et un profil d’auteur vraiment intéressants. Mais le lendemain, pfuitt, cet auteur supprime son compte. J’ai cru l’avoir vexé en copiant-collant ces deux traductions dans les commentaires.

            Deux mois plus tard, rebelote. Le revoilà. Même auteur, même prose. Mais cette fois-ci, je l’attends de pied ferme : سوف نفهم بشكل أفضل إذا كتبت بالفرنسية, que je lui fais, d’entrée ! A quoi il répond immédiatement :  لا أستطيعالكتابة باللغة الفرنسية
           Et nous voici partis dans un échange qui dure une bonne heure. Grâce à super glouglou, je suis en train de faire la connaissance de Hassen. 

            Hassen est tunisien. J’apprendrai à le connaître un peu mieux, au fil du temps. Il habite l’île de Djerba, chercheur en histoire contemporaine, il prépare la soutenance d’un doctorat. Beaucoup plus tard, j’apprendrai qu’il exerce le métier d’instituteur, qu’il est papa de quatre garçons.

            Ce jour-là, de traduction en traduction français-arabe/arabe-français, Hassen me parle de son livre. C’est un conte philosophique. Il se déroule au lendemain de la révolution tunisienne. Un homme, facteur de son état, est plongé dans une crise existentielle à la suite d’un cauchemar. Fuyant la société, Salem, le héros de l’histoire, échoue sur une plage où semble l’attendre un vieil homme… et la mer. Je crois comprendre alors que ce conte est une traversée symbolique du désert, une ode à la littérature, une déclaration d’amour à Hemingway, à Platon, au Monde de Sophie.

            Si Hassan lit parfaitement le français, il a en revanche beaucoup de difficultés à le parler, plus encore à l’écrire. Son rêve serait de faire traduire son conte, Le Royaume de la Liberté, en français.
           "Si vous êtes capable de mettre votre texte en français, même très approximatif, je me charge de vous le traduire du mieux que je pourrai. Je vous promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que votre texte soit magnifique."
          
Voilà ce que je lui ai dit.

            Le lendemain, le 18 décembre, Hassen m’envoyait les premières pages de son livre. Quelques heures plus tard, je lui soumettais une ébauche de traduction.
          "A vous de vérifier si c’est l’idée que vous vous faites de votre texte en français".

            Depuis cette date, chaque matin, je trouve quelques pages du Royaume de la Liberté qu’Hassen a traduit dans la nuit. Et je fais mon petit boulot de moine traducteur. Chaque jour. Nous n’avons vu passer ni Noël ni jour de l’an. Et parfois je me demande à quoi ressembleront mes matins quand tout cela sera fini.

 

Catarina Viti            

 

 

 

11 CommentairesAjouter un commentaire

@kroussar. Précision : je n'ai eu recours au traducteur glouglou que le jour où nous avons communiqué et où j'ai compris la quête de cet auteur. Le Day 1.
Je pense expliquer dans un futur article comment nous travaillons.
Hassen met lui-même le texte en français, avec ses connaissances de la langue.
Je lui propose une adaptation
et lui (comprenant très bien le français), me confirme ma "traduction" ou, au contraire, me guide jusqu'à ce que nous trouvions le mot qui (selon Hassen) correspond précisément à sa pensée. Autrement dit, jusqu'à ce que le texte corresponde à ce qu'il aurait lui-même exprimé à condition de maîtriser la langue française écrite.
Je ne fais que lui prêter ma "voix".

Publié le 26 Janvier 2020

@Catarina Viti,
Effectivement, cela mérite précision :

"Courage", car les traductions de super GlouGlou sont souvent très approximatives et, de fait, entraînent des problèmes : lexico-sémantiques, grammaticaux, syntaxiques, rhétoriques, pragmatiques et culturels.

"Risques", car les contre-sens peuvent induire un rejet par les personnes de même culture qu'Hassen.

Peut-être, ais-je tort ! Ce sont les raisons qui m'ont conduit à te dire BRAVO, et plus encore...

Publié le 26 Janvier 2020

@Kroussar ! courage... prise de risque... à quoi penses-tu ? une fatwa ? Imagine que certains zoziaux en lancèrent une sur Bibi, il y a quelques années de cela. J'avais pris la défense de la veuve (sans orphelin) et la veuve ne "leur" plaisait pas.
@lamish : je dois avoir de la chance. Je compte principalement de belles et indéfectibles amitiés qui traversent les ans sans une ride. De la chance ou seulement les effets d'un choix personnel et définitif : faire les choses qui me paraissent justes sans me préoccuper des résultats. N'écouter que ma conscience et suivre mon instinct. Pour le reste Inch'Allah (comme dirait Adamo). Quoiqu'il advienne, une seule chose est sûre : en Najjar Hassen, j'ai trouvé un frère.

Publié le 26 Janvier 2020

Tous les membres "actifs" de notre plate-forme sont appelés à faire de belles rencontres. Coup de foudre littéraire, empathie, main tendue, coup de main... l'élément déclencheur revêt des formes multiples. Mais comme en amour, le coup de foudre amical évolue... feux de paille, déceptions et, plus rarement, amitiés fiables et pérennes lui succèdent. Ce sont alors des compagnes distantes mais chaleureuses qui ensoleillent notre quotidien. Je souhaite de tout cœur que la vôtre soit de ces dernières et lirai avec plaisir le fruit de cette traduction. Michèle

Publié le 26 Janvier 2020

@Catarina Viti;
Voilà, je m'absente une semaine et, en douce, une belle tribune pleine de bienveillance sort sans que je puisse la commenter immédiatement.
Que dire d'autres de ce qui a déjà été dit !? Sinon, bravo pour cette magnifique initiative, qui demande une certaine dose de courage, sans compter la prise de risque.

Publié le 24 Janvier 2020

Merci de vos commentaires @Eva Verna, @Antoine Solaire, @Chris Martelli et @Stog.
Merci pour Hassen.
Son texte est vraiment beau, sensible. C'est une expérience émouvante d'entrer dans une autre culture de cette manière. En plus, je ne sais absolument pas où je vais. Je découvre l'histoire jour après jour et en même temps que l'histoire, je découvre une pensée, une poésie, une musique et, disons, un être humain avec ses révoltes, ses espérances, dans un pays au lendemain d'une révolution qui n'a pas vraiment tenu ses promesses.
A suivre...

Publié le 23 Janvier 2020

Quelle belle histoire! Vous reprenez la tradition des moines du Moyen Âge qui retranscrivaient les textes arabes en latin. J’ai hâte de vous lire, tous les deux!

Publié le 23 Janvier 2020

Ah oui ! Brava, fantastico, stupendo (voilà malgré mon nom à consonance de chez vous tout ce que je sais dire sans aller chercher l'aide de Google). Quelle belle initiative. Et au delà, quelle belle preuve de partage et de comitment (ça sonne mieux en anglais - ahhhh crime sur mbs). Je vous souhaite que le résultat soit aussi magnifique que votre promesse.

Publié le 22 Janvier 2020

Chère Catarina, merci pour le joli récit de cette expérience atypique. Hassen doit être au moins aussi heureux que je l'ai été, de faire une aussi belle rencontre que la tienne. Bravo de ta bienveillance, et de ton implication pour toutes les formes de littératures, de la petite à la grande, de la française à l'arabe. Bien à toi, Antoine

Publié le 21 Janvier 2020

C'est une jolie histoire très romanesque que vous nous racontez, qui n'est pas finie. Ce sera peut-être un best seller mondial dont la traductrice sera portée au pinacle. Un mariage, une fortune partagée, des jalousies... peut-être un crime. Bref la matière à faire votre prochain best-seller .La roue tourne.

Publié le 21 Janvier 2020

Le livre de Najjar Hassen s'intitule "Le Royaume de la Liberté" et il sera bientôt en version bilingue sur mBS, en primeur ! (faut d'abord qu'on finisse de le traduire!)

Publié le 21 Janvier 2020