Actualité
Le 13 avr 2020

La vie troublée d'Angelo D'Anni d’Antonia Delpopolo - Sélection de mai du Prix Concours

La vie troublée d'Angelo D'Anni d’Antonia Delpopolo est la Sélection de mai du Prix Concours monBestSeller. Découvrez une auteur sensible qui se définit comme un artisan.
Antonia Delpopolo chez elle, en MéditerranéeAntonia Delpopolo chez elle, en Méditerranée
Question: 

Antonia Delpopolo, pour commencer cette interview, ne voulez-vous pas en dire un peu sur vous, notamment commenter ce très elliptique mot de votre bio "Ma vie est celle d’une femme ordinaire : du travail, des projets, du bonheur. Le contraire aussi. Beaucoup de chaque." ?

Réponse: 

J'ai eu une merveilleuse vie de femme, une vie professionnelle souvent passionnante, puis des douleurs qui ont été à la hauteur des bonheurs vécus.

J'ai beaucoup voyagé, beaucoup regardé, beaucoup appris des autres. Mais dans ce parcours qui ressemble à tant d'autres, il y a eu, très tôt,  une certitude : J'écris depuis l'adolescence, depuis que l'écriture s'est imposée à moi et que je l'ai acceptée sans réserve. Et, depuis lors, elle est ma compagne, mon tourment, mon refuge, mon espace de liberté absolue et je sais que sans elle ma vie n'aurait pas vraiment de sens.

J'avais eu quelques bons retours sur ce livre et je pensais qu'il pouvait intéresser les lecteurs de monbestseller.

 

Question: 

Vous êtes une auteur très prolifique, vous avez publié 5 récits sur monBestSeller depuis votre venue en mars. Racontez nous votre parcours d’auteur, comment vous avez décidé quel texte vous publieriez en premier ? Puis le second ? Le troisième... Le rythme de ces publications correspond-il à un ordre très établi ?

Réponse: 

Mon parcours d'auteure est assez éclectique. J'ai d'abord écrit des poèmes et j'ai gagné mon premier (et unique!) concours dans cette catégorie à 16 ans. J'ai ensuite écrit des histoires pour enfants, des nouvelles, des pièces de théâtres et, bien entendu des romans.

J'ai voulu publier en premier La vie troublée d'Angelo D'Anni parce que j'avais eu quelques bons retours sur ce livre et que je pensais qu'il pouvait intéresser les lecteurs de monbestseller.

Puis j'ai choisi Coupable, parce que ce roman, qui est le dernier que je viens d'écrire, m'a donné quelques soucis et que j'avais beaucoup de doutes sur sa "qualité". J'ai donc souhaité le soumettre aux avis des lecteurs qui sont les meilleurs juges en la matière.

Pour le troisième, Lilla Conti, ça a été très différent. C'est certainement le texte qui m'est le plus cher, le plus personnel et je n'avais, jusqu'à présent, jamais osé le publier, la peur qu'il ne touche pas le lecteur, certainement. Puis, encouragée par les commentaires que j'ai reçus pour mes précédents ouvrages, je me suis décidée et je ne le regrette pas.

Ensuite j'ai voulu varier les styles et j'ai mis en ligne une nouvelle, Une nuit à Herculanum pour revenir au roman avec La quête.

Je n'avais et n'ai toujours pas d'ordre établi pour mes publications.

 

Question: 

Sans en révéler la raison, mais en donnant envie à des futurs lecteurs de découvrir votre livre, pouvez-vous raconter pourquoi la vie d’Angelo D'Anni, cet architecte italien, plonge t-elle soudainement dans l’enfer ?

Réponse: 

Angelo D'Anni est un architecte reconnu, fort bien né et particulièrement apprécié dans la bonne société milanaise. Alors pourquoi le rencontre-t-on, en France et à sa sortie de prison au début de l'histoire ? Qu'a-t-il fait pour se retrouver dans cette improbable situation ? De quoi est-il coupable ? Et surtout, comment un homme tel que lui, habitué à la considération et au respect,  va-t-il vivre ce retour à une liberté qui n'est qu'un leurre ? Et quelles seront les réactions de ceux qui, hier encore, étaient ses amis ?

 

la villa d'Angelo D'Anni
Question: 

Antonia Delpopolo, vous avez un nom à la consonance italienne, vous vivez en France. Dans chacun de vos récits, vous mettez un peu de ces deux pays ? Et au delà de cela, y a t-il des traits communs aux histoires que vous racontez ?

Réponse: 

Je ne suis pas italienne ! Je suis française, née en Corse et si je devais m'attribuer une nationalité je dirais que je suis très profondément méditerranéenne. Je vais très souvent en Italie, pas en ce moment malheureusement, je suis très attachée à sa culture et à ses habitants.

Le trait commun à toutes mes histoires est certainement l'envie de raconter comment des êtres humains, semblables aux autres, vont réagirent dans des situations inattendues qui peuvent bouleverser leur vie et celles de ceux qui les entourent.

J'aime écrire à la manière d'un artisan.

 

Question: 

Vos lecteurs ont bien sûr noté votre style qui s’écoule très lentement. Diriez-vous que cela vous caractérise de raconter les vies de vos personnages en prenant le temps de les décrire avec densité ?

Réponse: 

J'ai appris, en vous lisant, que mon style s'écoule très lentement, je n'en avais pas conscience. Mais je crois que c'est le respect que je porte à mes personnages qui m'oblige à prendre mon temps pour les approcher, les connaître, les comprendre et les raconter. Et puis j'aime écrire à la manière d'un artisan, j'aime qu'une phrase sonne bien et qu'elle dise au plus juste ce que je voudrais communiquer. Je suis désolée si ça traîne un peu mais je ne sais pas comment faire autrement !

Question: 

Vous n’avez le droit qu’à 1 mot, comment qualifieriez-vous l’auteur que vous êtes ?

Réponse: 

Sensible

 

Question: 

Le confinement a-t-il changé votre manière d’écrire ?

Réponse: 

Pas vraiment. Je suis actuellement dans la rédaction d'un nouveau roman qui se déroule selon mon rythme habituel d'écriture. J'apprécie même beaucoup le calme qui règne dans le square en face de chez moi, j'entends le bruit du vent dans les arbres et le chant des oiseaux et ça me réjouit.

 

Question: 

Vous avez donc publié 5 récits sur monBestSeller. Ils ont eu une vie avant ? Ou ont-ils rencontré leurs premiers publics ici ?

Réponse: 

Mis à part Lilla Conti, j'avais édité ces livres sur un autre site d'édition en ligne, Atramenta où ils ont été bien accueillis.

 

Question: 

Vous avez encore beaucoup de romans dans votre tiroir pour vos lecteurs ?

Réponse: 

Quelque uns, oui !

 

Question: 

Vous avez reçu de nombreux commentaires élogieux. Evidemment très encourageants. Vous vous attendiez à ce succès en les publiant ici ?

Réponse: 

Non et surtout pas si vite ! Merci infiniment à eux du bonheur qu'ils me donnent.

 

Question: 

On dit qu’on écrit ce qu’on aime lire. Qui aimez-vous lire ?

Réponse: 

Il y a deux auteurs que je place au dessus de tous : Marguerite Yourcenar et Jean Giono. Mais je lis bien d'autres choses, dernièrement j'ai lu Le peintre d'éventail d'Hubert Haddad qui est un livre magnifique et, dans un autre style : Le miroir de nos peines de Pierre Lemaitre. Malheureusement je n'arrive pas trop à lire en période d'écriture.

J'ai tout à fait conscience du côté "économie solidaire" de monBestSeller.

 

Question: 

Vous avez répondu aux commentaires que vous avez reçus. Mais n’avez pas encore commenté d’autres livres… Manque de temps ? Ou n’avez-vous pas perçu le côté "économie solidaire" de monBestSeller ?

Réponse: 

Je bâts ma coulpe humblement. J'ai tout à fait conscience du côté "économie solidaire" de votre site, mais, et ce n'est vraiment pas excuse croyez moi, j'ai traversé des choses difficiles dans ma vie récemment, je me suis alors tournée vers l'écriture et je n'avais pas la tête à autre choses. Je vais tâcher d'y remédier sans tarder.

Un tel accueil m'a profondément touché et donné une énergie folle !

 

Question: 

Vous êtes nouvellement arrivée sur le site. Comment êtes-vous venue ? Avec quelles motivations ? On imagine que vos premières semaines sur monBestSeller ont dépassé vos attentes ?

Réponse: 

C'est une amie qui m'a fait connaître le site. Elle a trouvé un article concernant les sites d'édition en ligne sur le magazine : Notre temps, elle me l'a transmis en pensant qu'il pouvait m’intéresser, elle a eu raison ! Mes motivations sont simples : nous savons tous l'émotion que nous ressentons quand nous rencontrons un livre, certains d'entre eux nous accompagner même toute notre vie. À mon tour, j’espérais que ce que j'écris dans la solitude pourrait, un jour, rencontrer ces quelques autres pour faire ensemble un bout de chemin. Et peut-être qui sait, les consoler de quelque chose.

Pour répondre à votre dernière question : non, je ne m'entendais pas du tout à un tel accueil, il m'a profondément touché et donné une énergie folle !

 

Question: 

Le mCL de monBestSeller sélectionne un livre chaque mois qui est ainsi nominé au Prix Concours de l’Auteur Indépendant que nous organisons chaque année. Trois auteurs ont ainsi été repérés par les éditeurs membres du jury 2019. Si vous deviez défendre votre livre devant un jury d’éditeurs, que leur diriez-vous en quelques lignes ?

Réponse: 

Le style d'écriture de ce livre n'est pas à la mode, pas plus que son rythme et ses longues descriptions. Mais le combat d'un homme bafoué et déshonoré pour redonner un sens à une vie qu'on lui a volée est intemporel. Car l'histoire d'Angelo est peuplée d'êtres humains ordinaires avec leur lâcheté et leur grandeur, leurs faiblesses et leurs moments de grâce. Alors, même aujourd'hui où l’immédiateté a valeur d'évangile, peut-être peut-on encore consacrer du temps à regarder vivre les Hommes. Ce livre est là pour ça.

 

Comme vous, @Anni d’Antonia, je ne lis pas beaucoup en ce moment. Le confinement pour partie et un gros travail d'écriture sur ce qui nous préoccupe beaucoup depuis quelques semaines. Travail qui se nourrit au jour le jour au gré des annonces, de l'information, de la désinformation aussi, des nouvelles révélations... avec un mystère qui s'épaissit.
J'ai eu plaisir à vous découvrir à partir de cette interview, convaincu que votre personnalité et donc vos écrits ont trouvé une bonne résonance.
Je ne peux vous dire quand je pourrai vous lire, mais je sais que je viendrai vous visiter.
Au plaisir de vous lire. Avec toute ma sympathie. MC

Publié le 08 Mai 2020

J'ai lu ce livre sélectionné par le site, à deux reprises, et toujours avec le même plaisir. Je suis heureuse qu'il ait été nominé à la sélection de mai du " Prix Concours" , en espérant le meilleur pour l'auteure lors du résultat final.
Alors, tant mieux si le style du livre est lent; il est chaud, descriptif, permet l'évasion, analyse avec finesse les personnages, montre les souffrances, les joies, les incertitudes des hommes avec sensibilité. Et puis tant mieux si "le style n'est pas à la mode": s'il plaît aux lecteurs et lui procure de l'évasion! La mode…...
Merci pour cette et ces belles lectures que nous offre l'auteure. Purs moments de bonheur.

Publié le 06 Mai 2020