Annie Pic
Biographie

L'écriture, c'est un art très personnel.
Son pouvoir m'a permis à chaque étape de ma vie, d'élaborer mes pensées.
Je me passionne pour tout ce qui se confond avec l’imaginaire.
Peu importe où le délire, entre le rationnel et l'irrationnel, entraîne ma plume.

Annie Pic a noté ces livres

5
Bonjour gvallancien, votre essai signe une belle réflexion métaphysique. J'adhère parfaitement à la révolution du doute. Le sujet m'interpelle. Le temps cet inconnu ! Être et devenir quelle en est la raison ? Pourquoi les généreuses usines en fusion avec notre conscience, régissent nos organes d'un tempo immuable et résistent à l'énigme du temps ? Pourquoi nos corps sont-ils programmés au rythme de notre planète ? Pourquoi le temps de l'esprit, simple parcelle de l'humanité connectée à l'univers qui englobe le monde, régit nos pulsations généreuses entretenant la vie. Les questions restent posées. La mécanique du corps et de l'esprit sera toujours une énigme. En agrémentant l'exposé de paroles de chansons (insérées à bon escient) suivies du nom de leurs interprètes, c'est d'une note poétique que vous relevez tous les dangers qui nous guettent. Vous agrémentez d'un excellent tempo le continuum de votre exposé. Merci pour le partage de cette analyse subtile. C'est un réel plaisir de vous lire. Annie
Publié le 25 Juillet 2021
5
Bonjour Éric, "Voir Styra et ne pas mourir", ce space-opéra finement élaboré entre dans la tradition du genre - Guerre des étoiles. Dans le pur style des combats intergalactiques, le roman débute sur les chapeaux de roues, avec moult détails techniques ( peut-être un peu trop ? ) et d'impitoyables affrontements. Pas de temps morts, le récit est bien maitrisé. Aventure, action, alliances... tout y est réuni. Dès les premières lignes, on s'accroche pour ne pas se perdre devant l'afflux des divers protagonistes, incarnant les solariens, les rimtenans, les styriens... ainsi que leurs flottes respectives, gros cuirassés, croiseurs, etc. Le récit est cohérent, ce qui avantage sa fluidité de lecture. Cependant, la psychologie des personnages principaux est à peine effleurée, et l'unique relation sentimentale tout juste suggérée ; à mon sens, plusieurs personnages féminins forts et stratèges auraient donné plus de profondeur à l'histoire, et rendu son déroulement moins prévisible. Quelques coquilles, quelques phrases répétitives, quelques fautes d'inattention restent à corriger... mais dans un volume de 400 pages, c'est presque anodin. Bravo pour cette belle performance, Annie
Publié le 21 Juillet 2021
5
Bonjour Eric Brambilla. Fuir un univers noir ! Survivre grâce à l'homme qui n'en n'est plus véritablement un. Des apprentis sorciers au service de la science, une déshumanisation programmée pour un futur cauchemardesque. Côté bluette, y aurait-il un avenir pour Sarah et Dex ? Le sujet de votre roman ne pouvait que m'emballer. Malheureusement trop de détails partent dans tous les sens, au risque de faire décrocher le lecteur. Votre excellente documentation est bien restituée, mais s'éloigne de l'intrigue de par votre transcription largement détaillée. Dans cette foison de références philosophiques, citations, etc, l'essentiel de la trame s'y perd. À mon humble avis, tous ces travers de nos sociétés mériteraient d'être écourtés afin de laisser plus de place à l'aventure, ce qui rendrait l'ouvrage plus digeste. Toutefois je m'interroge, est-ce véritablement un roman d'anticipation ou plutôt un essai (œuvre de réflexion) ? Avec ma complicité d'autrice, Annie
Publié le 01 Juillet 2021
5
Bonjour Marie Morvan. Pour un premier livre vous êtes bien documentée. Votre prose est intéressante, la fiction et la réalité s'entrechoquent sous la fertilité de votre imagination. Vous faites le tour de la planète en prenant sa température et mesurant toutes ses incohérences ; bref tout un récapitulatif qui pour une bonne partie aurait mérité d'être seulement suggérée, évitant ainsi les longs commentaires répétitifs. Dans cette version d'une pandémie orchestrée par les dignitaires de chaque pays, vous induisez une société nihiliste qui servi par une écologie progressiste ouvre la voie au régime totalitaire. Sans oublier au sein de l'intrigue, un peu d'humanité avec Marie et Sandör se démenant pour servir la résistance jusqu'au bout de l'horreur. Belle performance ; mais petite réflexion personnelle, il m'a été difficile de rencontrer la touche féminine au bout de votre plume. Bien à vous, Annie
Publié le 23 Juin 2021
5
Bonjour Daniel BIENFAIT. Cette chronique sur le cours du temps, narrée à la première personne, relate les périodes d'interrogations durant lesquelles un voyageur temporel est pris au piège du passé, un demi siècle plus tôt. Jusqu'alors l'esprit serein, ses états d'âme vont se transformer peu à peu en questions existentielles, impliquant l'étrangeté de sa mission et les conséquences que cela va impliquer. Pourquoi le passage ne s'est pas ouvert en temps voulu ? Pourquoi était-il condamné à rester dans cette époque au risque d'interférer sur le cours du temps... Le processus est intéressant, mais un peu monotone. À mon humble avis, il manque de l'action. Difficile de maintenir l'intérêt du lecteur page après page, comment ne pas perdre le fil sur les différentes dates jalonnant le récit. En donnant plus de clarté à la présentation ? D'autant que, comme le relève Gaspard de Gévaudan la typo n'aide pas à la lecture. Je comprends votre motivation, mais essayez plutôt de mettre la partie concernée en italique. Avec ma complicité d'autrice SF. Annie
Publié le 19 Juin 2021

Pages