Actualité
Le 10 aoû 2020

Pourquoi une intrigue simple risque-t-elle de faire un bon roman ?

L'intrigue est un aspect du roman qui n'est parfois pas assez travaillé par l'auteur. "J'ai l'histoire, je sais la conduire" dit-on souvent. Pourtant sa simplicité et sa cohérence sont essentielles à la naissance d'un bon roman. Quelques règles et principes à respecter pour une bonne intrigue !
Document de J. K. Rolling : schéma narratif, et guide des personnages Document de J. K. Rolling : schéma narratif, et guide des personnages

Une intrigue simple pour un bon roman

Quand on écrit son roman, quand on en conçoit l'intrigue : tout est permis. On se dit qu’il sera toujours temps de revenir sur son ouvrage pour le simplifier, l'épurer, le rendre plus percutant.

 Mais attention : gare aux incohérences scénaristiques. La moindre faiblesse de cohérence dans votre scénario risque rapidement de troubler le lecteur, qui risque d’en faire une fixette, voire d'abandonner votre ouvrage. Si vous n'avez pas choisi la simplicité : un scénario se prépare, se prévoit. Des notes multiples, des cases pour suivre l’évolution des personnages à travers la progression de l’histoire, des fiches de personnalité des héros sont nécessaires pour éviter les incohérences scénaristiques.

Roman : que cache-t-on derrière ce mot barbare d'incohérence scénaristique ?

L'incohérence se traduit par un manque de logique au sein de votre récit. Ce n’est pas nécessairement un illogisme mais souvent un manque d’éclairage, de socle documentaire ou historique, une ellipse qui rend le récit incompréhensible par un manque d’informations, d’explications.
Elle peut par exemple concerner l’intrigue, les personnages dont les comportements doivent être fluides et suivis, la cohérence et le respect continu des conventions de la fiction.

Pourquoi la cohérence du scénario est-elle essentielle dans un récit ?

Parce que sa  rupture peut remettre en question "le pacte de lecture" entre l’auteur et le lecteur. C’est tout simplement une remise en question de la parole de l’auteur. Une fois la confiance rompue, tout le crédit de l’auteur, de ses personnages, de son intrigue, de son style même se désagrège. La confiance est perdue.
Pour un auteur, la réflexion pour une maitrise de l’intrigue tout au long du roman implique une rigueur dans le suivi de sa cohérence, à l’aide de notes ou de sources documentaires 

La prise en compte des difficultés scénaristiques sont indispensables dans une réflexion en amont de l'écriture pour lever tous ces ecueils.

Romans et scénari : faire la chasse aux incohérences.

La relecture et le bêta-lecteur sont évidemment le meilleur moyen de s’en protéger.

Pourquoi les autres détectent plus facilement les illogismes, les incohérences ?
Parce que lire un livre est plus rapide que de l’écrire. La cohérence, la cohésion des éléments sont plus faciles à déterminer en lecture vierge et rapide, que par une lecture ressassée dont on ne perçoit plus les erreurs .
Vous l’aurez deviné, plus votre récit s’éloigne de la réalité et de notre époque, et plus il sera complexe de travailler son univers car il faudra travailler dans l'univers du "vraisemblable", et non du vrai. C’est cependant indispensable si vous souhaitez un scénario cohérent. Et surtout lisible.

Pour éviter une intrigue trop complexe, voilà quelques pièges à éviter : sous intrigues, trop de personnages, trop de rebondissements

- Les sous intrigues : ce sont les histoires secondaires qui découlent de votre intrigue principale.
Il faut se poser alors les questions suivantes : ces sous intrigues sont elles nécessaires au roman, servent-elles ou nourrissent-elles l’intrigue principale ? Ne complexifient-t-elles pas trop votre roman ?
Sont-ce des intrigues pour un autre roman ?

- La multiplicité des personnages sont aussi souvent source d’embourbement du scénario. Chaque nouveau personnage doit être décrit, doit posséder une âme, une personnalité. Cet espace et le schéma narratif dans lequel ils vont évoluer se fait au détriment des personnages principaux de l'intrigue centrale.

- Les rebondissements et les ruptures doivent aussi être utiles : révéler un personnage, dénouer l’intrigue ou lui donner une densité particulière.

Pour une bonne maitrise de l'intrigue : la méthode et l'expérience.

Il faut éviter de se disperser, mettre les choses en ordre. Et si l’intrigue devient complexe surtout dans les grandes œuvres ou dans les sagas avec de grands auteurs de Proust à Victor Hugo, en passant par J.K Rolling et George R.R. Martin, c’est que la maitrise des auteurs est parfaite, et que souvent ils n’ont entrepris ces immenses sagas qu’après des écrits plus simples aux intrigues serrés.

Plus simplement, et pour tout auteur de talent ambitieux, il est plus sage de dire que tout ce qui ne nourrit pas l’intrigue, ne la sert pas. Une intrigue limpide, épurée, cohérente est le plus souvent source d’un bon roman. Une intrigue ne sera pas plus interessante parcequ’elle sera complexe, mais parcequ’elle sera meilleure.

Merci pour cette tribune, cher X ;-). Elle rappelle l'utilité d'un plan, lorsque la mémoire sature. Celle aussi de faire lire son oeuvre par des yeux neufs, les seuls aptes à débusquer les incohérences résiduelles. Les maladresses, tout comme les fautes d'orthographe, échappent trop souvent à l'auteur malgré sa bonne volonté. Que ce soient le résultat de la griserie ou celui de la saturation, difficile de prendre le recul nécessaire pour proposer un "presque sans fautes" à la lecture. Bon week-end. Amicalement, Michèle

Publié le 12 Septembre 2020

Peut-être vous rappelez-vous de ce bon vieux sketch de Robert Lamoureux dans lequel l’humoriste ne cessait de clamer que « le canard était toujours vivant ». @lamish, @Boris Phillips, ne lui répondez plus, ce genre d'individu est comme le canard de Robert Lamoureux, incapable de savoir quand il faut écrire le mot : "FIN".
Laissons ce soin à @monBestSeller. Au moins administrateur et modérateurs sont-ils habilités à le faire après autant de preuves de sa capacité de nuisances, et en ont-ils les moyens.
Bel exemple pour les auteurs venus sur cet article pour s'informer !
Espérons qu'ils auront compris que cette parenthèse n'était qu'un épiphénomène.

Publié le 16 Août 2020

@monBestSeller.
Les propos venimeux du sieur Verlaine ayant disparu grâce à votre intervention, je ne puis que retirer le commentaire publié plus tôt dans la journée.
Y eut-il ou non amalgame faussé et hâtif ? Peut-être le saurons-nous un jour lorsque le mystère des adresses multiples nous sera révélé par votre serveur... je le souhaite vivement et regrette amèrement que cela ait eu lieu.
Au dessus de tout, je ne peux que désirer que de tels incidents ne se reproduisent plus : trop de perte de temps ; surtout trop de haine distillée entre auteurs.
Bonne soirée à toutes et tous.
Philippe.

Publié le 16 Août 2020

Merci @monBestSeller d’avoir supprimé les propos haineux du sinistre @verlaine. Du coup, je peux retirer mon propos "boomerang" à son encontre.
Vous vous rendez compte, le nombre de commentaires hors-sujet polluant cet article, et de lignes d’écriture consacrées à des attaques personnelles contre trois auteurs en particulier .
Avec un tel individu, il faut être à la fois vigilant et réprobateur. Il en va de la renommée de la plate-forme et de la sérénité des auteurs qui la choisissent pour se publier afin de pouvoir aller à la rencontre de lecteurs objectifs.
Très cordialement. MC

Publié le 16 Août 2020

Chers amis et modérateurs de @monBestSeller.
J’ai, depuis peu, constaté un "retour en force" sous de nouveaux pseudonymes du sinistre individu qui avait déjà pollué notre site et semé la discorde parmi ceux pour qui l’écriture est une chose sérieuse.
Comme à son habitude, ce triste quidam trempe la plume de ses commentaires dans le fiel et les excréments en se livrant à de multiples attaques individuelles.
Personnellement – comme d’ailleurs certains de mes consœurs et confrères – je ne considère pas qu’être insulté ou traité avec condescende voire mépris constitue une critique "constructive" de nos écrits.
En conséquence, je vous demande de retirer de nos colonnes les commérages qui y ont été répandus. Ma requête n’est en rien une volonté de censure, simplement une affirmation du respect dû aux personnes comme à leur travail.
Cordialement et avec – une fois n’est pas coutume – un humour tout à fait relatif.
Philippe.

Publié le 14 Août 2020

En accord parfait avec les commentaires de @lamish et @Michel CANAL quant à la pertinence de cet article.
Les détracteurs en puissance, je préfère les ignorer... ils ne sont qu'avatars de vulgaires trublions déjà croisés sur nos pages !
Amicalement et avec humour.
Philippe.

Publié le 12 Août 2020

Excellente initiative, cet article, @monBestSeller. Auteurs débutants, écrivaillons, nous sommes nombreux en demande de conseils.
Alors oui ! "Pourquoi une intrigue simple risque-t-elle de faire un bon roman ?" Quels pièges éviter ? De la méthode, certes (comme en toute chose). Quant à l’expérience, si on ne l’a pas forcément, ce qui est le cas pour beaucoup d’entre nous, on a pu se rendre compte à leur lecture que nos grands anciens allaient très loin dans la préparation de leurs oeuvres à succès. Je pense à Victor Hugo, à Alexandre Dumas, à Balzac entre autres. L’exemple plus récent à l’appui de cet article : "Document de J. K. Rolling : schéma narratif, et guide des personnages" est significatif. Je suppose que les auteurs à succès de romans policiers, d’intrigues, ont procédé de même.
Qu’il me soit permis de sortir du sujet pour déplorer ce comportement inacceptable envers @lamish. Peut-on s’arroger le droit de critiquer un auteur qui s’implique pour participer à la vie de la communauté juste pour, caché derrière un pseudo (aujourd’hui Verlaine, hier tel autre, avant-hier autre tel autre...), tenter de briller par une pseudo culture contre-productive ? Quelle est la valeur ajoutée d’un tel commentaire malfaisant ?
Que vient faire une attaque personnelle dans un article destiné à prodiguer des conseils aux auteurs ?

Publié le 12 Août 2020