Auteur
Le 22 nov 2020

RENVERSEMENT DE SITUATION

La technique, l'entrainement aide parfois à dépasser la peur. Encore faut-il garder tous ses moyens et savoir l'utiliser à bon escient pour mériter la victoire. Une réponse de Jerome Bertin à l'appel à l'écriture de monBestSeller :"Ce jour là, je ne me suis pas reconnu"
Les apparences sont parfois trompeusesLes apparences sont parfois trompeuses

 Il s’est approché de moi. Dans son expression, il y avait le plaisir qu’il ressentait à m’humilier depuis qu’il était devenu mon bourreau, il y avait un an de cela. Les autres étaient autour, certains étaient indifférents, d’autres au contraire attendaient qu’il attaque, ils s’en délectaient déjà. 

     Il s’est campé face à moi, et sa main est montée jusqu’à ma gorge, pour la serrer.

     Je n’ai pas vraiment su ce qui s’était passé. C’est après que je l’ai reconstitué.

     Il s’est retrouvé au sol devant moi. Moi, j’étais accroupi sur lui, l’immobilisant de mon genou posé sur sa gorge à lui.

     Je n’ai rien dit. 

     Mon regard a glissé sur les personnes présentes. Toute une palette de réactions, de la surprise, de la déception pour certains, mais aussi pour certains de la joie. Il changeait régulièrement de victime, et parmi ceux qui étaient là, plusieurs avaient suivi le même chemin que j’empruntais depuis trois mois. C’était en s’alliant à lui et en persécutant une autre personne qu’ils en étaient sorti. 

     J’ai revu mes gestes. Appuyer au creux de son coude, plier son bras, le faire descendre, récupérer sa main, lui faire une clef de bras pour l’amener au sol, et glisser sur lui.

    Ma plus grande joie n’était pas de l’avoir terrassé, mais d’avoir su sortir de moi ces gestes que j’avais répétés des dizaines de fois, le samedi, avec Alex. Alex, c’était un ami de mon père, qui enseignait les techniques de krav. J’avais été le trouver, et je lui avais dit que j’avais besoin de son aide. 

     On avait travaillé ensemble, et je répétais sans cesse chez moi. Mais, comme il me l’avait di, le vrai problème, c’était d’arriver à ressortir ces mouvements quand ce serait nécessaire, sans se laisser bloquer par le stress et la peur. 

     C’était sans doute cela ma plus grande satisfaction. Que ce que j’avais appris puisse jaillir de moi.

     Je me suis redressé. 

     Il a roulé sur lui-même, s’est relevé. Je pensais qu’il allait m’attaquer. Il était cramoisi. Au lieu de cela, il s’est éloigné.

     Une personne a  applaudi, une autre, et encore une autre. 

     Et tout a changé pour moi. 

     Je ne me suis pas reconnu

JEROME BERTIN  

Votre texte m'a touché, @JEROME BERTIN , car j'avais subi des brimades autrefois (en cour de récréation), mais je n'ai jamais eu le courage ou la force de terrasser mes bourreaux.
Plus tard, j'ai appris que eux aussi avaient leurs faiblesses (notes aux examens par exemple) et des ennemis plus forts qu'eux.
Pour ce qui est de l'écriture, je ne saurais mieux dire que @Michel CANAL .

Publié le 06 Décembre 2020

Une belle illustration du thème d'appel à l'écriture @JEROME BERTIN... et une belle revanche qui retourne la situation.
Relaté tout simplement, sans fioritures, de manière crédible.
Merci pour ce partage.

Publié le 23 Novembre 2020