jbtanpi
Biographie

Né en 1939.
Fasciné dès l’enfance par des super héros comme Gaston Lagaffe et ensuite par des bons auteurs comme Marcel Aymé, Courteline, ou Brassens.
Très tôt, j’ai aimé écrire, mais aussi étudier et bidouiller l’électronique et la musique.
Plus tard, j’ai rêvé de paradis langoureux sous les tropiques.
Doté d’une maladresse de très haut niveau, mon parcours d’adulte n’a jamais été sans histoires.
C’est pour ça que j’aime écrire.
Avec l’espoir de partager ce plaisir avec mes lecteurs.

jbtanpi a noté ces livres

5
Mon cher @Fernand Fallou, le commentaire suit (pb informatique).
Publié le 06 Septembre 2021
5
J'ai beaucoup aimé cette nouvelle rafraîchissante comme une nuit tropicale que j'ai connue il y a plus de cinquante ans. J'ai dû revenir en métropole, mais je garde la nostalgie de ma jeunesse et d'un tel "pouvoir des femmes" qui appartient désormais au passé. Le soin que vous avez apporté à la couverture et à la forme du texte ajoutent encore au plaisir du voyage offert par la lecture de votre nouvelle. Toutefois, je trouve le synoptique un peu long : un résumé ou une forme différente aurait été la bienvenue. Ne manque-t-il pas un mot à la dernière phrase ?
Publié le 27 Août 2021
5
Votre pêle-mêle se picore avec délectation et à petites doses. J'ai été très touché par votre poème "l'avantage d'avoir 85 ans" (p.9), bien que je n'ai que 82 ans et un seul fils. C'est tellement vrai et si joliment écrit. J'ai beaucoup aimé "l'amitié" (p. 152). J'ai eu la chance de connaître une amitié similaire qui a éclairé ma vie pendant des années avant de se dissoudre dans le tourbillon des autres évènements. J'aime beaucoup jouer avec la sonorité et le sens des mots, mais j'avais gardé un ressentiment envers la poésie à la suite de mauvaises notes en récitation et de poèmes effrayants. ("l’œil était dans la tombe et regardait Caïn"). Vos poèmes pleins de douceur ont contribué à dissoudre ce ressentiment et à me réconcilier avec la poésie.
Publié le 23 Août 2021
5
Cher @Fernand Fallou, J'ai déjà lu et commenté plusieurs de vos textes, et je reconnais dans celui-ci la précision de vos descriptions et l'empathie que vous avez pour tous vos personnages, quels qu'ils soient. Malgré ma préférence pour les textes courts (et si possible légers), j'ai été attiré par le titre et le synopsis de ce roman que j'ai lu d'une traite jusqu'à la page 75 où vous écrivez : "Le premier moment de la mort, c'est la perte de l'envie de plaisir"... ... et là, je me suis arrêté pour réfléchir et laisser courir ce qui me venait à l'esprit à cet instant... ...et je me suis évadé vers mes souvenirs personnels de la guerre, car je suis né en 1939. Par exemple les résultats du bombardement de Royan. Des souvenirs personnels du petit enfant que j'étais, il ne me reste que quelques rares flashes... ... et surtout l'envie d'oublier... Ensuite, il m'a été très difficile de reprendre ma lecture. jbtanpi
Publié le 17 Octobre 2020
4
Vous m'avez invité à découvrir vos textes. Attiré par la vue du sang de la couverture, j'ai choisi celui-ci. Pour être très honnête avec vous, je me suis bien marré en vous lisant, mais j'ai du mal à vous noter, car cet ensemble de textes courts et de maximes est inclassable et ne correspond pas vraiment au genre "nouvelle" ("short story" en anglais). Vous préférez n'importe quel commentaire plutôt que le vide du silence. Alors... pourquoi ne pas avoir mis de titre sur la couverture ? Il est vrai que l'absence de mots est quelque peu angoissant sur un site consacré à l'écriture et au dialogue entre auteurs (dont beaucoup sont débutants). Quant à la notation, en tant que partisan de l'extrême centre, même si je sais que c'est très dangereux ("sur la route comme en politique, ni à droite ni à gauche : le juste milieu"), je vous accorde 4* car le côté marrant (voire juste) de vos maximes l'emporte sur le "hors sujet" (dont j'ai souvent été une victime des correcteurs de dissertation).
Publié le 07 Février 2020

Pages