Auteur
Le 18 mai 2021

Chienne de vie

Quand on est considéré comme coupable de crimes que l'on n'a pas perpétré, et innocent de crimes qu'on a commis, est-on un faux coupable ? C'est à Stéphane Lavaud qu'il faut le demander. Sa réponse est dans sa nouvelle "Chienne de vie" commise pour l'appel à l'écriture Faux coupable de monBestSeller.
Voilà. Quand vous recevrez cette lettre, je serais déjà six pieds sous terre Voilà. Quand vous recevrez cette lettre, je serais déjà six pieds sous terre

Le 27 Aout 1977

Prison de Fleury-Mérogis

Monsieur le procureur général

Mon numéro d’écrou est le 25 689 mais cela ne vous dira sans doute rien. Par contre, mon nom vous causera sûrement plus. Bandini. Dino Bandini. L’attaque des fourgons de la Brink’s, le casse de la Banque Centrale des Affaires, le hold-up de la rue Piémont, ça vous parle ?  On a vu ma bobine dans tous les journaux à l’époque. Ca y est, vous me remettez ?

Si je vous écris alors qu’il ne me reste que quelques heures à vivre, ce n’est pas pour pleurer sur mon sort. J’ai joué, j’ai perdu, c’est le jeu. J’en ai bien profité et si c’était à refaire, je crois que je referais pareil. Je choisirais mieux mes complices, c’est tout. 

Voilà, dans quelques heures les matons vont venir me chercher. La guillotine est aiguisée, elle n’attend plus que moi.  Ma demande de grâce, j’y crois plus. Y’a qu’au cinoche où le téléphone sonne juste avant que le bourreau face parler la lame. Et c’est pas à vous que je vais apprendre que la vie c’est pas du cinoche.

Si je vous écris cette bafouille alors que je n’ai plus rien à perdre, plus rien à cacher, c’est pour rétablir la vérité. Ca ne me sert plus à rien de vous bidonner, alors j’espère que vous me croirez. Et j’espère aussi que vous passerez des nuits plein de remords à l’idée que vous avez tué un innocent. Car oui, je suis innocent. Bien sûr, ce n’est pas la première fois que vous entendez ça, les prisons sont pleines d’innocents, mais dans mon cas, c’est la vérité. Je n’ai plus aucun intérêt à vous mentir.

Prendre quinze piges pour toutes les attaques à mains armées que j’ai fait, je trouve rien à y redire. Au jeu du chat et de la souris, c’est pas toujours la souris qui gagne. C’était même plutôt pas cher payé vu tous ce que j’ai fait sans me faire serrer. Souvenez-vous de cette bijouterie Place Vendôme, celle qui s’est faite ouvrir à coups de fourgon blindé à quatre plombes du mat’. Je me suis régalé sur ce coup-là. Les flics n’ont jamais eu la queue d’une piste tant c’était du boulot d’orfèvre. Et l’affaire Manoukian, vous vous souvenez ? On a jamais retrouvé son corps. Normal, à l’heure actuelle ce qui reste de lui donne à manger aux poissons en pleine Méditerranée. Y’a eu aussi cette banque qu’on a attaqué par les égouts. Là, les condés m’ont mis le grappin dessus mais comme ils n’avaient aucune preuve, ils ont dû me relâcher. Leurs interrogatoires étaient musclés mais ils ont pas pu me tirer un mot de la bouche. Et ce flic, rue des Abbesses qui s’en est pris une dans le buffet ? Je vais pas dire que je suis fier de l’avoir descendu mais c’était lui ou moi. Lui aussi connaissait les risques du métier. Je vais pas vous raconter la messe, pour sauver ma peau, j’en aurais flingué cent comme lui sans remord. 

Bref, tout ça pour vous dire que je suis pas un ange et que j’ai mérité ces quinze années de placard. J’ai même mérité plus. Vous n’avez pas idée du nombre de coups que j’ai fait sans que la maison poulagat se doute de quelque chose. Je suis un voyou, c’est comme ca, on va pas revenir là dessus.

Par contre, j’ai jamais touché à cette gamine. Jamais je ferais ça. Faut vraiment être  tordu pour violer et assassiner une fillette de douze ans. Je l’ai même jamais vu cette gamine. Le cinglé qui a fait ça devait habiter pas loin de ma dernière planque et il a dû me balancer puisque les flics sont venus directement creuser dans mon jardin pour retrouver son corps. Vous pensez bien qu’avec un pédigrée comme le mien, tout le monde s’en est donné à cœur joie. J’étais le coupable idéal. Vous le premier, vous n’avez pas misé un centime sur mon innocence et pourtant…. vous allez devoir vivre avec ça sur la conscience jusqu’à la fin de vos jours. Et vous dire que par votre faute et une enquête bâclée, non seulement la justice a pas été rendue mais en plus un barjot est en liberté et qu’il a peut-être recommencé ses saloperies.

Voila. Quand vous recevrez cette lettre, je serais déjà six pieds sous terre mais je tenais avant d’en finir avec cette chienne de vie à rétablir mon honneur et la vérité. La vérité, c’est que vous êtes un assassin et que vous avez tué un innocent.

Une dernière chose.

Je vous emmerde.

 

Deux heures plus tard, le condamné fut amené à l’échafaud. 

Deux heures et une minute plus tard, le téléphone sonna. Sa demande de grâce fut acceptée.

Il fut rejugé pour tous les crimes qu’il avait avoué, notamment pour le meurtre d’un agent de police  et fut de nouveau condamné à mort.

Sa décapitation eut lieu quelques jours avant que la promulgation de l’abolition de la peine de mort fut prononcée.

Chienne de vie. 

 

Stéphane Lavaud

 

@pellegrini pierre

merci pour votre commentaire.
Hé oui, justice a été rendue, même si c'est pas celle à laquelle il s'attendait...

Publié le 20 Mai 2021

@jbtanpi
une seul mot: merci!

Publié le 20 Mai 2021

Un texte très bien écrit. La lettre est écrite avec les mots et approximations verbales d'un voyou, d'un gars simple, sans chichis de style. Et la fin... Presque triste, mais finalement,pas vraiment puisque la justice qu'il voulait a été rendue.
Bravo.

Publié le 19 Mai 2021

@stephane lavaud
un seul mot : bravo !

Publié le 19 Mai 2021

@Sylvie Petitmarie
c'est exactement ça. merci pour votre commentaire.

Publié le 18 Mai 2021

@Stéphane Lavaud,votre texte me fait penser à Jules Jouy et sa réplique "L'heure, c'est l'heure ; avant l'heure, c'est pas l'heure ; après l'heure, c'est plus l'heure.”

Publié le 18 Mai 2021