Interview
Du 20 sep 2021
au 20 sep 2021

Noces et déjà doutes...

Une nuit de noces implique un mariage et le mariage est un enjeu de vie en soi, un enjeu ou le doute s'insinue. C'est le récit de Quentin Gillier pour l'un des derniers récits de l'appel à l'écriture Nuit de noces
La nouvelle de Quentin Gillier pour l'appel à l'écriture monBestSeller Nuit de nocesLa nouvelle de Quentin Gillier pour l'appel à l'écriture monBestSeller Nuit de noces

Un nuage passe dans le ciel et la lumière s’assombrit dans la pièce. J’ouvre les yeux et redresse ma nuque pour observer l’extérieur à travers la vitre de la chambre d’hôtel. Il fait gris et le ressac des vagues contre le front de mer annonce une tempête.

Je frotte mes paupières et dirige mon regard vers les courbes de ma femme couchée dos à moi. Sa robe blanche contraste avec son teint hâlé et ses cheveux sombres. Elle respire lentement sur le rythme du sommeil, mais je doute qu’elle dorme. Malgré tout, je n’ose la toucher pour vérifier.

Depuis l’annonce de notre mariage, je peine à dormir plus de quatre heures. Mes pensées s’insinuent dans mes rêves et les transforment en longs monologues qui m’arrachent au sommeil. Une fois sorti du lit, je tourne en rond et continue à entretenir mes questions et mes incertitudes. Quand finalement je me recouche pour imiter le dormeur, ma femme se lève et je l’entends à son tour se débattre avec ses pensées.

 

Se marier la terrifiait autant que moi. On aurait pu se pacser, j’y ai réfléchi,… mais je voyais dans le mariage l’occasion de s’unir aux yeux du monde. Et cet évènement méritait bien un air léger de solennité, afin de rendre officiel ce qu’on partageait subtilement entre nos deux regards – cette petite magie du quotidien – . Ce genre de chose est si rare pour ne pas y mettre les formes.

C’est cet esprit qui a animé ma demande. Vouloir donner à notre amour toute son ampleur. Afin de dépasser nos passés respectifs, avoir une chance de faire mieux que nos parents, le courage de l’engagement et tenir ensemble face aux épreuves de la vie.

Maintenant, je doute... Est-ce qu’elle doute aussi ? Probablement ! Par mon choix, ne nous ai-je pas enchaîné l’un à l’autre ? Comment ressent-elle le poids de sa bague ?

 

Dans ma jeunesse, je ne croyais pas au mariage, à l’union ou à la fidélité. Ma conviction était que le mariage était une construction sociale pour éviter les psychodrames et garantir un minimum de paix public. Et puis, comment obliger deux personnes à rester ensemble dans un monde et à une époque où le credo qui tapisse nos existences et liberté et désir ? Où l’on peut consommer du sexe ou de la frustration par l’entremise de plateformes internet ? Tout, autour de nous, flatte nos bas-instinct. On peut se cacher derrière une tête de linotte pour jouer à l’innocent et faire fit de cette réalité, mais ça ne suffit pas à évincer nos pulsions.

Quand j’ai rencontré Sarah, d’autres filles m’ont fait de l’œil, mais je ne l’ai jamais déshonoré. Car même dans les mauvais moments son regard savait affranchir mon âme des faiblesses de la chair. L’amour, le vrai, est un chemin que l’on partage. Aucun chemin n’est sans épreuve. Certain, comme moi à l’époque, voit dans ce partage une coercition. Mais maintenant, je sais que c’est une voie vers une liberté plus grande. Et elle est la seule avec qui j’ai envie de faire le voyage.

Est-ce que mes convictions seront assez fortes pour mettre de côté nos deux histoires personnelles ? Son père s’est suicidé de chagrin à cause de son divorce. Mes parents en concubinage se sont séparés quand j’étais adolescent. Je crains qu’en nous ayant glissé l’anneau au doigt on ait signé pour notre destruction réciproque.

Notre lune de miel est incertaine, comme tout dans la vie… Mais je suis avec elle.

Je me décide à aller vers elle et la serre tout contre moi . Elle se détend et expire calmement, puis se tourne vers moi pour m’embrasser.

Lors de ma demande, elle aurait pu me répondre quelque chose comme : « Non, tu sais très bien que c’est une mauvaise idée ». J’aurais compris et accepté son refus. Mais elle m’a regardé et m’a dit oui, avant de pleurer. Ses larmes étaient tantôt celle de la joie et tantôt celle du doute et de la tristesse.
Et j’ai trouvé dans son regard le même désir farouche et aventureux que le mien.
Il semblait dire : « Oui, je veux vivre ce voyage avec toi ».

 

 

 

 

 

 

@ Quentin Gillier, voilà un mariage mal engagé pour lui assurer la pérennité.
Vous détaillez bien le cheminement des doutes pour arriver au constat. On vous lit avec plaisir.
Votre nouvelle tombe à point nommé pour le questionnement sur les modes de relation de couple, car en ce moment deux écrits en orbite pour le succès d'audience, très différents mais convergeant vers l'inconvénient de la monogamie "traditionnelle", donnent d'autres clés pour accéder au bonheur en couple. Peut-être vous donneront-ils des idées. Je vous les signale à tout hasard, catégorisés "érotique" : « Sexy lidy libertine / Ma double vie », de Lidy Williams, et « Ambre... ou le bonheur d'aimer », d'Ambrosine. Je vous les laisse découvrir.
Avec toute ma sympathie. MC

Publié le 21 Septembre 2021