Auteur
Du 17 oct 2022
au 17 oct 2022

Braquage foireux

Quand on est un bleu, autant prévoir le pire. Quand on prévoit le pire, autant penser que la suite peut ne pas se passer comme prévu. La nouvelle de Menouar Ben Yahya pour l'appel à l'écriture monBestSeller.
La nouvelle de  Menouar Ben Yahya pour l'appel à l'écriture monBestSellerLa nouvelle de Menouar Ben Yahya pour l'appel à l'écriture monBestSeller

Ce matin encore, j’ avais dix euros en poche, une femme que j’aimais et qui m’aimait. Lorsqu’elle m’a annoncé sa grossesse il y a trois mois, j’ai pris conscience de mes responsabilités. J’avais une formation de cuisinier et je rêvais d’avoir mon propre restaurant, avec 15 000 euros c’était possible.

Jacky  un cinquantenaire tenancier d’une boite de nuit, était un ancien voyou, par respect pour mon défunt père qui était son meilleure ami, il  pourrait certainement  me prêter cette somme. Enfant je le voyais lorsque je rendais visite à mon père au parloir de la prison. J’avais tant souffert de l’absence de mon père à cause de ses nombreuses incarcérations que je m’étais juré de ne jamais suivre cette voie, je ne trahirai pas cette promesse faite à mon père sur son lit de mort !

 

Jacky m’a invité à diner  dans sa maison de campagne, j’y suis allé avec Maëlys qui restait ébahi de tant de luxe. A la fin du repas Jacky m’entraîne à part et c’est la qu’il me propose de m’associer à un braquage, je devais juste conduire et j’empochais 20 000 euros ! L’occasion ne pourrait se représenter, la personne qui devait conduire venait tout juste se faire arrêter, cet abruti a tabassé sa femme qu’il me dit. J’étais la seule personne de confiance qu’il connaissait. Il lui fallait la réponse tout de suite car le braquage était pour le lendemain, tout était prêt. Jacky pris un air paternel pour me dire, tu verras ça sera facile petit et puis tu connais ma devise, pas de sang, du travail propre, on prend les sous et on part, s’il y avait danger je ne t' entraînerai pas la dedans, tu sais l’estime que j’avais pour ton père. Alors c’est oui ou c’est non ?Jacky devait prévenir un complice, « Dominique le fondu » était le nom qui le désignait dans le milieu bordelais, un trentenaire, un pros mais qui est toujours aussi tendu qu’un string me dit Jacky. J’ai jeté un regard sur Maëlys qui assise sur le canapé était en grande conversation avec l’élégante femme de Jacky, j’ai dit:c’est oui! Ce OUI raisonne encore dans ma tête.

 

J’étais au volant de la voiture lorsque le camion de la « Brinks » est arrivé devant la banque, deux convoyeurs sont descendus, Jacky et Dominique ont foncé sur eux, chaque convoyeurs portaient deux gros sacs. Avant même que les convoyeurs aient eut le temps de réagir, Dominique loge une balle en pleine tête à l’un d’eux, la détonation fit un bruit assourdissant, je vis le convoyeur s’affaler au sol tandis que Jacky assommait l’autre à coup de crosse, il y a eut les coups de feu d’une voiture de police qui passait, j’ai pensé à Maëlys et au petit, j’ai enclenché la première et j’ai fuis en les abandonnant à leur sort! J’ai pas respecté l’itinéraire prévu, à plus de cent à l’heure dans la ville, je me suis fait flasher par un radar !!!

 

 J’ai abandonné la voiture au lieu prévu et je suis entré dans un bar. C’est en soirée que j’ai entendu l’info à la télévision : « Un convoyeur de fond avait été tué, les trois braqueurs non identifiés étaient en fuite avec un butin de 300 000 euros » ! J’ai appelé Jacky pour m’excuser et lui dire que j’étais content pour lui. Jacky me rassure mais j’entendais Dominique le fondu qui exigeait que je vienne ou Maëlys y passait, en arrière fond j’entends la voix de Maëlys ? Elle crie qu’elle m’aime ! Lui faite pas de mal, s’il vous plaît, relâchez là, je ferais ce que vous voulez ! Tu viens de suite ou elle crève, là c’est Dominique qui me parlait, passe moi Jacky gros malade hurlais je au téléphone. Bon Jacky ok j’ai merdé mais ton pote, c’est grave, je sais dit Jacky, j’étais pas au courant, excuse moi, le coup venait du convoyeur et il ne voulait pas partager en trois qu’il a dit ! Si je viens vous relâchez ma femme, tu as ma parole me dit Jacky mais tu comprends ma situation petit , d’accord j’arrive chez toi dans une heure.

J’avais juste le temps de passer à mon garage pour récupérer le 357 magnum de mon père...je ne voulais pas me contenter de 20 000 euros !

 

 

Nouvelle de Menouar Ben Yahya

Pour moi, si le texte s'embarrasse parfois de détails superflus, le contrat est rempli. L'apprenti gangster devient (virtuellement) un maitre du crime...

Publié le 24 Octobre 2022

Waouh ! Désolée d'être abrupte. C'est tellement barbant et indigeste à lire que je me suis demandé si vous aviez respecté la consigne du nombre de caractères à respecter. Je ne voyais plus la fin de vos blablas avec pléthore de personnages dans une histoire bien tirée par les cheveux. En outre, je ne sais combien de fois, vous répétez le mot "père". Pas plus tard qu'hier, je discutais de l'art difficile de la nouvelle avec un groupe de jeunes à qui j'ai conseillé d'en lire jusqu'à plus soif avant de se lancer dans une telle aventure ! si belle, quand elle est maîtrisée. Je ne cesse de leur répéter qu'avant d'écrire, il faut lire, lire et lire encore et encore. Et de ne pas vouloir mettre la charrue avant les bœufs ! Je rejoins mes camarades, que je salue, dans leurs réflexions et pertinents conseils.

Publié le 22 Octobre 2022

Je partage les remarques formulées par Antall et ses conclusions.
*
Mais que se passe-t-il avec cet appel à textes ? (???)
De mon point de vue, une seule contribution est entrée dans les clous du sujet. Je ne sais plus quel texte mettant en scène un SDF mal inspiré par une voyante. Quand on a si peu de caractères pour exprimer une idée, il faut choisir un sujet "simple", dont le thème puisse être traité "à distance". Si l'on veut faire dans l'émotion, il faut être bref, prendre le lecteur à revers, vite fait, plaf. Pas d'arabesques, on n'a pas le temps. Pas de pathos, ce serait raté d'avance. Pas de tragédie non plus (elle demande une mise en condition sans laquelle la "nouvelle" a le relief d'un article de fait divers). Enfin, bref, il me semble enfoncer des portes ouvertes, aussi remballe-je la marchandise, mais tout'd'même, j'avais besoin de le dire.
Peut-être qu'il faudrait en parler ouvertement de ces difficultés à faire dans le très bref. Y réfléchir. Se conseiller.
Ici, le sujet aurait pu entrer dans les clous (je ne sais pas ce qu'en pensera @ANTALL) à condition de commencer par la fin (?), de flasher le scénario en images chocs (?).
Bonne écriture à tous.

Publié le 22 Octobre 2022

Bonjour,
L'idée aurait pu être bonne si vous n'aviez pas noyé la chute (opaque) dans un monceau de dialogues sans tirets cadratins et une concordance des temps approximative et flanquée de trop nombreuses coquilles. La narration propre au format nouvelle est trop linéaire. Aucun sous-entendu, pas d'implicite. Non seulement vous "racontez" trop, mais vous le faites mal... Cela donne un tout relativement bancal qui possède les qualités et les défauts d'un premier jet. À ce titre, il mérite d'être retravaillé sur le fond et la forme.

Publié le 22 Octobre 2022