Auteur
Le 03 fév 2023

Un livre est une goutte d’eau dans l’océan

Une goutte dans l'océan, une bouteille à la mer... Le livre est mémoire et peut (ou pas) remplir la mission que l'auteur s'est assigné. Mais un livre doit être protégé. cultivé, propulsé sans quoi il devient un flocon dans la montagne enneigée, une goutte dans l'océan. Défendez votre...

Les auteurs sont dans des profondeurs abyssales et d’autres s’approchent de la surface.Les auteurs sont dans des profondeurs abyssales et d’autres s’approchent de la surface.

Une goutte d’eau dans l’océan

Peut rester indéfiniment dans l’océan,

Peut s’évaporer et retomber en pluie quelque part ;

Devenir un joli flocon de neige.

Dans tous les cas, une goutte d’eau est intemporelle et cela, elle ne doit pas l’oublier.

 

Comment se fait-il que le flocon de neige soit si beau ? Je pense que ce sont les tensions internes à son âme et externes à sa structure qui lui donnent ses jolies formes.

Actuellement, de nombreux auteurs sont comme des gouttes d’eau dans l’océan. Certains sont dans des profondeurs abyssales et d’autres s’approchent de la surface. Ils vont peut-être s’évaporer un de ces jours. Ils vont voyager et retomber en neige, en joli flocon parfaitement éclatant, cristallin, symétrique. Parfaitement séduisant.

Un auteur voyage grâce à ses écritures. Ses livres prennent l’avion, le TGV, ils connaissent des bibliothèques, des coins de table de nuit. Ils côtoient des congénères, ils sont oubliés dans la poussière de greniers obscurs. Certains comme les flocons de neige connaissent une heure de gloire : ils bombent le torse pour se faire remarquer. Ils brillent bien symétriquement, ils cristallisent l’attention.

Dans le meilleur des cas, les mots deviennent des sons et même des images. Quelqu’un lit tout haut, quelqu’un imagine et voit le film dans sa tête. Parfois, les mots deviennent les deux à la fois et l’on fait appel à des acteurs pour les mettre en scène.

Mais si l’auteur fait le livre, le livre fait-il l’auteur ?

Pas sûr…

Quoique ? Si l’auteur est le parent, le livre est l’enfant. Actuellement, les enfants éduquent leurs parents. C’est une nouvelle idée car dans le passé, on pensait que c’était plutôt le contraire.

Les parents formaient leur monde à eux, ils avaient des idées quant aux valeurs à transmettre à leur descendance. Parfois, ils se sont trompés… dommage.

Les enfants perpétuent quelque chose, ils sont les dépositaires d’une histoire et d’une culture. Cela, c’est une évidence. Pourtant, ils sont bien plus que cela : ils amènent un vent neuf. Et dans ce vent neuf, de nouvelles gouttes d’eau. Des gouttes pleines de promesse qui veulent donner le meilleur d’elles-mêmes. Elles veulent devenir de magnifiques cristaux de neige. Et plus la pression interne et la pression interne seront harmonieuses, plus le flocon sera beau, cristallin, unique au monde.

Et ce cristal pourra être fier de lui : il aura rempli une mission, il pourra retourner à l’état liquide dans le monde de tous les possibles.

Mais que dire du livre ? L’auteur lui aura lâché la main, il partira dans le monde, il connaîtra des interprétations et il pourra se dire qu’il aura rempli sa mission : celle de faire rêver le lecteur.

Et justement cette fameuse mission, c’était celle que s’était donnée l’auteur…

Ainsi se boucle le cycle des vies et des renaissances.

Rien ne se crée, tout se transforme.

C’est Lavoisier qui l’a écrit et voyez comme son idée voyage…

 

Françoise J. Zimmer

Autrice

 

Vous avez un livre dans votre tiroir ?

Publier gratuitement votre livre

Vous avez écrit un livre : un roman, un essai, des poèmes… Il traine dans un tiroir.
Publiez-le sans frais, partagez-le, faites le lire et profitez des avis et des commentaires de lecteurs objectifs…

15 CommentairesAjouter un commentaire

@Damian Jade
C'est vraiment très chouette de constater que ce petit texte interpelle. Vous évoquez Bouddha, l'impermanence et la transformation. Tout un cycle de vie et de mort, l'enseignement de la Nature en quelque sorte. Et, cerise sur le gâteau, l'évolution, celle de la conscience dont nous avons tous besoin tant que nous ne sommes pas encore des Bouddhas. Merci beaucoup pour votre analyse pleine de perspicacité et de sensibilité. Amicalement, Françoise

Publié le 09 Février 2023

@Michel CANAL
Mais je vous en prie. Vous avez l'air de connaître l'autre Françoise qui est peut-être une arrière-arrière petite cousine; qui sait en effet ? Remettez-lui mon bonjour. Dans les mots gît une résonance et lorsque des gens ont le même nom, le même prénom, il ya comme une subtile appartenance. Merci, en tout cas, pour vos mots gentils et élogieux. Françoise

Publié le 09 Février 2023

Pardon d'avoir écorné votre modestie, @Françoise J. Zimmer par cette confusion que d'autres auraient pu commettre tant vous vous ressemblez physiquement avec l'autre Françoise. Il n'en demeure pas moins que votre biographie fait de vous une "grande dame" de l'écriture et que nous sommes très honorés de votre venue dans notre communauté d'auteurs pas, peu ou moins connus. MC

Publié le 09 Février 2023

Je lis cette tribune comme si le meilleur de mon esprit avait réussi à s'exprimer.
La goutte, que je vois aussi impermanente que nous le promettait Bouddha, parfois colorée à la manière d'Eric, parfois solide ou gazeuse, n'est jamais que la même dans son essence, bien que changeante.
La citation de Lavoisier complétant depuis toujours ma philosophie, j'y vois, là encore, l'expression de ce qui me semble le plus vrai et le plus rassurant aussi. Car si tout est impermanent dans sa forme, rien ne meurt vraiment, l'énergie en tout cas perdure sous toutes les formes possibles et traverses toutes choses, toutes liées qu'elles sont.
Enfin, l'éducation par les enfants est le constat de mes propres parents, enseignants, qui auront bien plus appris à leur contact qu'ils n'auraient pu l'imaginer.
L'auteur pourrait alors bien exister du simple fait de son livre, en modifiant la forme de l'existant pour créer un nouvel existant, temporairement, lequel sera recréé par chaque lecteur, à sa façon propre.
Si rien ne se crée ni ne se perd, il y a cette transformation magique que l'on nomme à tort la créativité et qui est source de tout art.
Le livre transforme son auteur en artiste.
Il le fait évoluer.
Evolutionnisme versus créationnisme.

Publié le 09 Février 2023

@Michel Canal
Cher Monsieur,
Merci beaucoup pour votre aimable message. Je dois cependant rectifier quelque chose car je ne suis pas la rédactrice en chef que vous évoquez et c'est bien pour cela que mon nom d'autrice est Françoise J. Zimmer (le "J" de Joëlle, mon deuxième prénom) pour faire la distinction et ne pas abuser le lecteur. Mais ici dans mBS, c'est mon simple nom qui apparaît... d'où la possible confusion. Ceci dit, je vous souhaite du plaisir à la lecture de mon roman "Les carnets rouges - Tome 1" qui s'adresse aux... Gourmets de lecture :-). Amicalement, Françoise J. Zimmer

Publié le 09 Février 2023

Merci infiniment @Françoise Zimmer pour ce très bel article sur ce que peuvent être dans le temps et l'espace un livre et son auteur. La goutte d'eau qui peut rester indéfiniment dans l’océan, ou s’évaporer et retomber en pluie quelque part, devenir un joli flocon de neige éclatant, cristallin ; destin analogue pour le livre qui peut rester sur une étagère de bibliothèque ou voyager et connaître son heure de gloire en faisant rêver le lecteur... Quelle belle comparaison. Et comme tout cela est bien dit !
Mais notre bonheur à vous lire ne serait pas total si ce n'était le plaisir d'accueillir dans notre communauté mBS la "grande dame" autrice et journaliste culinaire, ancienne rédactrice en chef de Cuisiner, qui fait l'honneur de sa présence aux humbles auteurs que nous sommes majoritairement.
Ce sera donc un très grand plaisir, Françoise, de vous lire à travers vos "Carnets rouges" dans les pas de votre petit Pedro.
Avec toute ma sympathie ! MC

Publié le 09 Février 2023

@Eric Brambilla
Coucou Eric, Ah que j'adore votre idée de la goutte colorée. Bon, on a chacun notre couleur, voire un arc-en-ciel de possibilités parmi lesquelles nous puisons pour offrir la meilleure couleur à la vue des autres. C'est le but de l'écriture qui reflète nos valeurs. Pour ChatGPT, comme il est tout neuf, on va voir ce qu'il va nous concocter. Une chose est sûre, l'IA est là... Quant à mes écritures, elles coulent comme de l'eau, parfois c'est même l'inondation. D'où l'intérêt de cristalliser les choses :-) Belle journée Eric et merci.

Publié le 05 Février 2023

@Zoé Florent
Merci Michèle-Zoé, vous avez parfaitement raison et j'aime beaucoup la citation de Khalil Gibran sur votre profil. Les mots soignent les maux autant qu'ils peuvent les raviver. Les auteurs ont une responsabilité, les lecteurs également. Un livre n'arrive pas pas hasard, il vient au lecteur parce qu'il y a une résonnance, d'abord ténue et qui va s'amplifier si l'adéquation et la magie opèrent. Beau dimanche à vous :-)

Publié le 05 Février 2023

@Catarina Viti
Merci Catarina, je vais vous faire découvrir Pedro dans un prochain article :-) Il sera issu de ma newsletter qui a pour but de permettre aux lecteurs de tisser un lien d'amicalité avec le héros, en l'occurence mon petit Pedro. A bientôt :-)

Publié le 05 Février 2023

@Naf Duchon Allard
Bonjour Naf,
Oui en effet et que dire de la mémoire de l'eau :-) Tout un programme à explorer.

Publié le 05 Février 2023

C'est exactement ça <3
Mais c'est aussi la goutte d'eau qui fait l'océan :-)

Publié le 05 Février 2023

Merci, Françoise, pour ce bel article. C'est vous qui offrez le cadeau de bienvenue :-). Une boucle est bouclée : vous faites partie de la communauté mBS. Bonne chance à votre livre !

Publié le 05 Février 2023

@Françoise Zimmer Très belle tribune qui m'a donné envie de découvrir votre roman récemment mis en ligne. Il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir de nos mots, il me semble, car qui sait ce qu'ils deviennent, une fois partagés ? Cette idée est aussi fascinante qu'inquiétante ; pour moi, en tout cas, car nombreux sont les auteurs qui ne voient pas plus loin que leur plaisir d'écrire, de se délester ou d'exister, parfois et tout simplement.
Merci, bon week-end et à bientôt,
Michèle-Zoé

Publié le 04 Février 2023

"Mais si l’auteur fait le livre, le livre fait-il l’auteur ?"
Je ne sais pas pour les autres, mais oui, pour moi, totalement!
La métaphore de la goutte d´eau est intéressante, mais je verrais plus le roman comme une goutte de colorant (plus ou moins concentré) qui plongerait dans un océan d´autres gouttes de différentes couleurs, chacune tentant de se mélanger avec les autres pour leur donner un peu de sa propre couleur, elle-même formée au contact de nombreuses autres gouttes, (sans parler de toutes celles qui auront teint le regard du lecteur avant même qu´il n´ouvre la première page).
Ce qui me parait aussi fascinant, c´est la venue de l´IA générative (ChatGPT...), basée sur une bibliothèque de textes moissonnés sur le web (en plus des grands classiques en partenariat avec les bibliothèques nationales et autres institutions), sorte de fontaine de savoir et d´intelligence collective, ou chaque goutte est collectée (parfois (ex)filtrée) ad-eternam. Nos mots, nos idées, pourraient finir stockés et disponibles, utilisés par bribes au travers d´algorithmes... comme ces flocons compactés, servant à faire des bonhommes de neiges.

Publié le 04 Février 2023

@Alain-Paul. Avec plaisir cher Monsieur. Merci pour votre commentaire qui me touche.

Publié le 04 Février 2023