Qu'eût pu inspirer un été presque parfait à la marquise de Sévigné ?

5 pages de Michel CANAL
Qu'eût pu inspirer un été presque parfait à la marquise de Sévigné ? Michel CANAL
Synopsis

Suite au courrier qu'elle avait fait parvenir à sa fille Françoise, comtesse de Grignan, le trentième jour du mois d'avril 1687, alors qu'un terrible fléau s'était abattu sur le royaume, affectant plus particulièrement Paris et la Cour à Versailles, obligeant les sujets de sa majesté Louis le quatorzième à se confiner dans leurs appartements et à porter de drôles de masques pour se rendre visite, quels potins aurait pu lui relater Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, dès que l'été venu, la possibilité de s'égayer leur fut accordée ?
Pour rester fidèle au pastiche publié en mai, lequel comportait de nombreuses incohérences, cette suite sera volontairement dans la continuité.

Publié le 24 Septembre 2020

Les statistiques du livre

  86 Classement
  293 Lectures 30 jours
  438 Lectures totales
  -35 Progression
  0 Téléchargement
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

13 commentaires , 5 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@porphyre (et alias)
6 - J'aime les personnes qui percutent au quart de tour (ce qui manifestement n'est pas votre cas)
7 - Corolaire du "6" : j'ai horreur des personnes qui ne comprennent rien (qui insistent bêtement quand on essaie de leur faire comprendre qu'insister est contre-productif (ça semble être votre cas : déjà deux commentaires inutiles et importuns sur ma page)

Publié le 11 Octobre 2020

Une idée, que je vous livre : vous devriez demander - pardon : exiger - la suppression de mon compte à mBS. Lequel se dit ennemi de la censure mais se révèle ami de la médiocrité.

Publié le 10 Octobre 2020

@porphyre (et alias) :
1 - On ne s'immisce pas dans un échange entre auteurs
2 - Je n'ai rien changé (le "tu" étant mon choix ; pourquoi aurais-je changé pour "il" ?)
3 - les "fixettes" obsessionnelles exprimées de manière délirante peuvent conduire tout droit au CMP
4 - Inutile de me répondre, ce serait mal venu
5 - Ma page n'est pas une tribune où l'on débat ; insister est pathétique...

Publié le 10 Octobre 2020

"Merci @Boris Phillips, cher ami historien. Tu sais de quoi tu parles ", avez-vous corrigé dans un précédent commentaire. Une manière de donner raison à la miss (que vous avez fait chasser du site plutôt que de reconnaître honnêtement votre erreur) ? Pathétique...

Publié le 09 Octobre 2020

Bonsoir, cher ami @Michel CANAL.
Je ne doute pas que tu aies fait preuve de la plus grande rigueur afin de réunir les "faisceaux de probabilités historiques" qui donnent le sel de ton pastiche. Celle que j’avais soulignée dans une communication des "actualités" parue le 25 mai 2018 sous le titre « Qu’est-ce que la fiction historique ? Charte de la fiction historique »
Quant aux divagations de certains épiphénomènes… je ne les regarde qu’avec le détachement – dandysme ou snobisme – d’un "écrivaillon cachant depuis une décennie son évidente absence de talent dans la vacuité du Loir et Cher".
Amicalement et avec humour.
Philippe.

Publié le 05 Octobre 2020

Merci @Boris Phillips, cher ami historien. Tu sais de quoi tu parles.
Contrairement au pastiche sur le confinement écrit par un descendant d'enfant naturel de Napoléon III dont le seul mérite avait été de signaler les incohérences et de le mettre en valeur, celui-ci a nécessité des recherches pour le situer de manière cohérente à partir de faits réels relatifs à l'année 1687 (ou pouvant être inclus conformément au thème de l'appel à l'écriture).
Amicalement. MC

Publié le 05 Octobre 2020
5
Merci, cher @Michel CANAL, de ce pastiche dans lequel je retrouve toute ta verve. N'en déplaise à... mais à quoi bon ? Ton talent se passe largement de lutter contre des "moulins à vent" ! Amicalement et avec humour. Philippe.
Publié le 05 Octobre 2020

Merci @cats008 pour ta fidélité et ton admiration anonyme. Merci aussi pour ton soutien moral. Mais rassure-toi, la vie m'a armé pour faire face à l'adversité. Alors, ce genre d'individus frustrés, en comparaison, c'est de la broutille.
J'espère qu'un jour, tu me diras qui tu es. J'imagine que ce sera un bon moment, depuis le temps que tu te manifestes et que je suis assuré que je te connais.
Gros bisous à toi.

Publié le 29 Septembre 2020
5
Eh bien, mon cher cher ami, il s’en est passé des choses depuis dimanche. Mon commentaire a disparu, j’ai compris pourquoi. Ce site est une jungle apparemment. Tous les psychopathes ne sont pas en CMP. Mais j’ai pu voir que tu avais de la ressource pour les affronter et te défendre. Intéressant de lire tes commentaires en riposte à leurs attaques. C’était plus serein à l’AVF. D’ailleurs, s’il y avait eu des enquiquineurs comme ceux que je vois ici, ils se seraient fait virer vite fait bien fait. Je ne te redis pas ce que j’avais pensé de ce pastiche. Je connais ton attachement à l’Histoire, ou devrais-je dire ta passion. Je venais sur cette page pour te souhaiter ta fête. Un peu de douceur dans ce monde de cinglés te fera plaisir. J’ai vu aussi que tu as un soutien actif et combattif qui semble mener la même lutte que toi. Est-ce un hasard si elle s’appelle Michèle ? Saint-Michel n’était-il pas l’archange combattant le dragon ? Ton admiratrice t’embrasse très fort et t’assure de son soutien moral.
Publié le 29 Septembre 2020

@toutes les critiques et aux chasseurs de fautes : L'art et la critique c'est cela qui fait la beauté du texte. Je n'ai lu que les commentaires mais cela me suffit car à défaut quelques fois d'une lecture sans intérêts ils me suffisent . Une lecture qui déclenche des commentaires c'est déjà un bon point mais il faut savoir accepter les critiques et surtout savoir y répondre car après tout on est là pour ça.

Publié le 27 Septembre 2020

Merci d'insister @la miss, vous abondez les preuves de cyber-harcèlement* sur une page d'auteur, vos commentaires ayant plus pour objectif de critiquer la personne (casseur d'assiettes, dommage que vous ne sachiez pas sourire quand on chatouille votre fatuité d'auteur de pacotille, je vous laisse à la cour de récréation de votre école maternelle…) que son écrit (style, profondeur, enseignement, présentation, facilité ou difficulté de lecture, syntaxe, conjugaison…). Tous vos commentaires ont été copiés pour en constituer la preuve, cette page étant la troisième après deux suppressions pour re-publication.
Vous n'avez pas su comprendre, malgré mes mises en garde, qu'il était temps d'arrêter, ce qui en fait est votre problème. Un problème existentiel d'auteur frustré de son peu de succès.
Après avoir été un piètre auteur déjanté dont il ne reste rien à consulter sur cette plateforme (ni sur Facebook d'où on vous a éjecté), vous tentez d'exister en vous la jouant critique lettré pointeur de fautes, avec par périodes une obsession pour la ponctuation, flattant parfois avec humour ou moquerie, déstabilisant de nombreux auteurs débutants, accordant cinq étoiles tout en leur faisant comprendre que leur écrit est nul (voir vos dix pages de commentaires sous ce pseudo depuis le 17 mai).
Tantôt amusant, tantôt moqueur, tantôt méprisant, votre caractéristique est cependant la hargne vengeresse, la manie de coller aux basques, en particulier à ceux qui comme moi (et quelques autres) ont été vos "familiers" il y a quelques années, avant vos dérapages et la découverte de votre usurpation d'identité, avec une prédilection pour vous présenter sous l'avatar d'une jeune femme qui se voudrait lesbienne. Bref, vous êtes ce qu'on attribue à ce genre d’individu, actuellement @la miss, auparavant @porphyre pour importuner lors de la publication du pastiche précédent, le qualificatif de troll (dont vous avez donné une excellente définition dans un de vos commentaires).
@monBestSeller, je demande la suppression, sur ma page, des commentaires de cet individu importun (Importuner : Causer du tort à une personne en se montrant désagréable, ennuyeux ou dérangeant. Chercher à tourmenter une personne en l'agaçant) qui opère sous différents pseudos depuis des années et qui nuit à la sérénité de cette plateforme. Il vous appartient d'apprécier si vous devez aussi supprimer son compte, puis de réagir lors de sa réapparition sous un autre pseudo.
Les archives de la plateforme devraient pouvoir retrouver aisément ses différentes interventions :
— comme auteur parfois, dans un style déjanté qui a fait flop, écrits vite retirés, d'où son complexe de frustration qui le fait se venger des auteurs qui s'inscrivent dans la continuité (comme moi et @lamish en particulier, ainsi que d'autres qu'il ne m'appartient pas de citer sans leur accord),
— et comme lecteur plus souvent, pouvant être sympathique, familier, devenir méprisant... mais hélas, pénible quand il colle aux basques, ce qu’il vient de prouver sur cette page et celles supprimées.
* La loi visant à lutter contre les contenus haineux sur internet a été publiée le 24 juin 2020.
Le harcèlement via internet (mails, réseaux sociaux...) est appelé cyber-harcèlement. Il s'agit d'un délit.
Si vous êtes victime de ce type de harcèlement, vous pouvez demander le retrait des publications à leur auteur ou au responsable du support électronique.
Vous pouvez aussi faire un signalement en ligne à la police ou à la gendarmerie ou porter plainte. Ce délit est sanctionné par des peines d'amendes et/ou de prison.

Publié le 26 Septembre 2020

Merci @Anne Pic, de votre passage commenté.
Si j'osais, je dirais... enfin ! un second commentaire, sérieux et objectif, de quelqu'un qui a lu la nouvelle sur le thème de l'appel à l'écriture et qui parle du fond, c'est-à-dire de l'écriture "façon madame de Sévigné dans ses lettres quasi quotidiennes à sa fille pour la distraire de l'ennui".
Ceci étant dit, j'ai souri à la lecture de votre suggestion pour relater les actions discordantes de nos dirigeants. Hi, hi, hi, ce serait effectivement très amusant. Ardu car il y aurait tellement à dire, passionnant pour celui (ou celle) qui s'y attellerait, mais amusant.
Je m'y collerais bien par amour de l'Histoire et pour le plaisir. Toutefois, quand je vois ce qu'une nouvelle sans prétention a suscité de polémiques, j'essaie d'imaginer ce que de soi-disant lettrés, puristes et donneurs de leçons ne manqueraient pas de critiquer, sachant que le style de notre épistolière est "inimitable".
Avec toute ma sympathie. MC

Publié le 25 Septembre 2020
5
Bonjour Michel Canal, très intéressante votre transposition épistolaire de notre chère marquise à sa fille. Mais, combien serait amusant d'imaginer Marie de Rabutin-Chantal tapoter ses courriels sur son ordinateur, à l'attention de la comtesse de Grignan, dans un langage châtié, sur les actions discordantes de nos dirigeants, face au coronavirus ! Sur un tout autre propos, je me permets de vous remercier pour l'info que vous m'avez prodiguée, il y a peu. J'en ai tiré profit. Bien cordialement, Annie
Publié le 24 Septembre 2020

Tiens, vous revoilà, @la miss ! Je trouvais bizarre que vous n'eussiez jailli de votre observatoire, guettant les nouveautés pour y mettre votre grain de sel. Me voici rassuré !
Je profite de votre interrogation pour adjoindre le commentaire de ce "grand lecteur de la fameuse épistolière devant l'Eternel". Ainsi serez-vous comblé(e).
Commentaire de "Jean-Jacques Zeis", reçu sur Facebook dans un des groupes où cette nouvelle a été annoncée : "J'ai trouvé le courrier de la Marquise à sa fille bien-aimée fort bien tourné et divertissant, cher Michel Canal. Ayant, pour ma part, eu l'occasion de lire quelques unes de ses lettres adressées à la Comtesse de Grignan, je puis vous assurer que votre style se rapproche du sien à s'y méprendre ! Si, si mon cher, je vous l'assure ! La fistule royale (...) Au plaisir de vous relire !" (Publié le 20 Septembre 2020)
Bonne journée, adepte du chevalier d'Eon... la jupe vous sied à merveille.

Publié le 24 Septembre 2020
5
@Michel CANAL Reprenez-moi si je me trompe, mais n'est-ce pas de ce texte qu'un certain Zeis, grand lecteur de la fameuse épistolière devant l'Eternel, disait qu'il imitait souverainement le style de la marquise ? PS : Amusant, votre jeu de cache-cache.
Publié le 24 Septembre 2020

@lamish, merci Michèle pour ta visite commentée et appréciée.
L'idée m'est venue à l'occasion d'une journée maussade. Et si j'écrivais une suite au pastiche sur le confinement, sur le thème "un été presque parfait" ! Ce fut fait rapidement, et le lendemain matin la nouvelle était en ligne.
Naturellement, c'est sans prétention. Je ne suis qu'un modeste écrivaillon qui aime l'Histoire... mais qui, au vu des commentaires désobligeants et polémiques qui m'ont conduit à supprimer plusieurs fois la page pour la re-publier, suscite néanmoins chez certains individus une rancoeur (jalousie ?) dont je me passerais volontiers, surpris d'y voir aussi (du mCL) un camarade que je croyais loyal et responsable.
Bises. MC

Publié le 24 Septembre 2020
5
Cinq étoiles pour cette téléportation bien agréable, dont le ton précieux fait écho au courrier précédent. Un ton qui donne le sourire, même lorsqu'il sert les nouvelles les plus graves, tant il est léger... Tout un art ;-). « Le vice italien »… trop mignon ;-) ! Merci pour ce partage, bises et vive le copier-coller :-) ! Michèle
Publié le 24 Septembre 2020

Chers lecteurs sérieux, objectifs et bienveillants, quand un "pastiche" publié pour répondre à l'appel à l'écriture "Un été presque parfait" par un auteur sans prétention mais qui n'en est pas à son coup d'essai suscite autant de polémiques, une solution parmi d'autres consiste à supprimer la publication pour la recréer.
Exit donc, avec l'eau du bain, les commentaires désobligeants, malveillants et parfois pitoyables d'un tel (se présentant comme une telle) qui se targue de soi-disant compétences pour critiquer à tout-va.
Alors, amis lecteurs, j'en appelle à votre objectivité. Si vous estimez que cette nouvelle vous inspire, faites-le savoir, vous en serez remerciés par ma gratitude ; si vous préférez lire de manière anonyme, personne ne vous en voudra.
Une page d'auteur, tout comme un article à la rubrique "Actualités" ne doit pas être le crachoir des aigris de tout poil. D'avance, merci !

Publié le 24 Septembre 2020
Michel CANAL
Biographie

Riche des enseignements d'une carrière ponctuée de mutations ou séjours en France, Outre-Mer, Afrique et Balkans, je suis venu à...


A lire dans les actualités