D.E.X

282 pages de Eric Brambilla
D.E.X Eric Brambilla
Synopsis

Deux clones en quête de leur humanité, une humanité qui veut la perdre, des machines qui veulent la retrouver, une nouvelle religion qui veut la dominer.

Plus qu´un roman d´anticipation, D.E.X est avant tout une fiction spéculative et une aventure initiatique. C'est aussi une réflexion, parfois métaphorique, interrogeant l´humanité sur ce présent qui porte en lui les gènes d´un futur dystopique.

Publié le 14 Mars 2021

Les statistiques du livre

  61 Classement
  330 Lectures 30 jours
  1473 Lectures totales
  +24 Progression
  4 Téléchargement
  8 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 12 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci @Hubert pour ce commentaire franc et encourageant.

Publié le 08 Juillet 2021
5
Eric, je te mets les étoiles associées à la richesse de ton roman, même si comme je te l'indique il me manque des clefs pour adhérer totalement à ton histoire.
Publié le 07 Juillet 2021

Pour ma part, j'ai eu beaucoup de mal à jongler entre des débats philosophiques et l'intrigue entre les personnages. Beaucoup d'explications dans des dialogues qui brisent le rythme de l'histoire.
Pourtant, tu as une écriture très travaillée, des personnages intéressants, des idées originales et parfois percutantes, mais je n'ai pas réussi à accrocher complètement.
Maintenant je ne suis qu'un lecteur lambda, qui doit certainement manquer de hauteur pour bien percevoir la richesse de ton roman.
En tout cas, j'envie ton aisance d'écriture, la mienne à côté me semble bien laborieuse

Publié le 07 Juillet 2021
5
J'avais omis la note allant avec mon commentaire du 1/7/21 ci-dessous : "Comme promis, j'ai lu attentivement votre ouvrage, qui sur des thèmes recoupant souvent ceux que j'aborde dans "L'homme qui ne voulut pas mourir idiot", m'a beaucoup intéressé, et même impressionné par l'authenticité de votre double culture scientifique et philosophique. L'écriture est vive, riche et élégante, me faisant penser au meilleur de Dan Brown : vous avez clairement du savoir faire , bravo ! J'ai notamment trouvé la rédaction des pages 99 à 104 particulièrement claire, de même que celle de la conclusion (J'aime beaucoup la définition de la "véritable" intelligence : " en savoir juste assez pour agir à bon escient"!). Et j'adhère à 100% à la phrase de clôture : "la dignité de chaque être humain est liée au fait qu'il n'est semblable à aucun autre" : c'est aussi la conclusion et le motif d'espoir de mon livre. Et "Hacktiviste" ( p. 127) est une magnifique trouvaille. Pour la perfection de votre texte et par pure empathie, je vous signale simplement quelques coquilles pages 25 (ce belle journée), 38 ( je t'avais remarqué au lieu de remarquée), 44 (ii à la fin de réification), 71 (ii après hallucination), 148 (protester leur extinction : manque le "de"), 158 (nous ont encore roulé -sans le s - dans la farine), 176 (une responsa rabbinique: manque "ble"), 211 (haletais au lieu de haletait), 235 (pris au lieu de prit), 266 ("fit le ? Aaron). Et le passage sur les OGM page 154 ne me parait pas clair. Malgré les qualités indiscutables de votre style, j'ai eu un peu de mal à vibrer au plan affectif, car les dialogues entre les révoltés de la société élitiste et oppressante que vous décrivez m'ont paru parfois artificiels: le décalage est trop grand, à mon goût, entre la soi-disant simplicité de ces braves gens et le niveau culturel exceptionnellement élevé de leurs débats. Sur le fond, je constate que nous divergeons pas mal dans nos visions respectives : Pour moi, le hasard quantique ne laisse aucune place à un quelconque libre-arbitre : tout ça reste mécanique (d'ou précisément l'autre nom de "mécanique quantique" donné à la physique des particules). Un ordi quantique n'a aucun libre-arbitre ! Il ne fait que réagir aux propriétés de superposition et d'intrication inhérentes à la matière élémentaire elle-même. Le cerveau humain, qui fonctionne de façon similaire, n'a donc aucune raison d'y prétendre non plus. Quant à l'hypothèse d' un Dieu à la Theilhard de Chardin, je n'en vois pas l'intérêt car l'idée d'aller vers un Dieu transcendant ne nourrit en rien le débat : En revanche si ce "Dieu" (= mon paradis électronique) n'est bien que le strict résultat de l'immanence, l'ultime "saut" quantique, alors nous pouvons déjà préparer concrètement nos esprits à ce futur : c'est tout le message de mon livre. Idem pour les mondes parallèles d' Everett : peu importe l'existence de virtualités infinies, seule compte notre - unique- réalité à nous puisqu'elle suffit à faire entrevoir une éternité électronique de la pensée ! En effet, notre univers est largement suffisant pour combler nos âmes car "Dieu" n'est rien d'autre en fait que le virus de la création dont l'homme est parfaitement muni pour composer et "créer"à l'infini (aux plans artistique, technique, entreprenarial...). Certes, cette faculté de créer qui est le seul intérêt réel de nos vies ne repose pas sur un libre-arbitre, mais peu importe ici encore, du moment que le hasard quantique nous en donne l'illusion ( "Qu' 'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse !). J'ai écrit sur ce thème un autre livre publié sur MBS : "L'argent d'autrui". Mon paradis électronique permettant d'envisager une perpétuation -virtuelle- de cette passion de créer qui est le summum de l'esprit humain, pourquoi diable aller perdre son temps à imaginer d'autres univers sur lesquels, par hypothèse, nous sommes de toute façon condamnés à l'ignorance et à l'impuissance ? J'appelle cela de la spéculation vaine (PARDON pour mon côté péremptoire ou apparemment prétentieux : mon seul mobile c'est d'aller à l'essentiel, j'ai trop perdu de temps dans ma vie en fausses spéculations). Vous comprendrez du même coup mon désintérêt pour les philosophies orientales : si l'acte de création ( plus exactement de recomposition de choses qui existent bien sûr à la base en dehors de notre cerveau) est le seul véritable intérêt de la vie humaine, il faut aimer tout ce qui va avec : enthousiasme, passion, angoisse, fierté, volonté de puissance, agressivité... Toutes choses diamétralement opposées à l'idéal d' équanimité. Mais encore une fois, votre livre m'a passionné et je vous remercie sincèrement pour l'intérêt des réflexions qu'il suscite." Amicalement Philippe
Publié le 04 Juillet 2021

Merci Tobias, Élodie, Francesca, Nadine, William, Annie pour cette pluie d´étoiles et ces commentaires qui me touchent.
@Annie Pic, pour répondre à votre dernière question, je dirais que oui, c´est à la fois un roman et un essai critique avec une visée philosophique . Albert Camus disait : "Si tu veux être philosophe, écris des romans". Il a oublié de dire que pour cela, il faut avoir un double talent. Car c´est en effet doublement compliqué d´inclure une réflexion profonde et nuancée dans une aventure romancée (c.à.d. rythmée, avec des personnages attachants et tous les ingrédients qui font un bon roman). Vous, qui avez écrit "Aux frontières de l'âme", vous le savez bien. :) Je vous le concède, ce premier tome mériterait encore quelques allègements. Plus on avance dans les tomes suivants, plus l´aventure et l´action prennent le dessus.

Publié le 01 Juillet 2021

Merci @Philippe RIBAGNAC pour vos compliments, corrections et commentaires détaillés. La référence flatteuse à Dan Brown me laisse sans voix.

Comme-vous, je m´efforce de sentir le courant de l´Histoire pour comprendre ou nous mène cette folie cruelle. Vous semblez si convaincu de la justesse de vos conclusions que vous en viendriez presque à oublier que ce ne sont pour autant que des spéculations. Les philosophies orientales, mal connues et mal comprises, partiellement transmises (Grecs, Chrétiens...) et souvent dévoyées et travesties, sont basées sur une sagesse originelle riche et complexe qui m´interpelle car difficilement explicable de leur temps.
En ce qui concerne les dialogues, s´ils peuvent surprendre, il faut garder à l´esprit que Dex n´est pas un simple humain avec une éducation classique tandis qu´Ethan est un étudiant passionné et brillant. Aussi, ces discussions se passent un demi siècle dans le futur. Certains, comme Minas et Ethan, utilisent des technologies augmentées permettant d´accéder instantanément aux informations. De plus, l´idée que l´intelligence et le niveau des débats soit liés à la richesse ou l´appartenance à une élite me semble datée. Je trouverais même que ce serait de plus en plus l´inverse. Le niveau de culture et l´intérêt pour les questions sociales, philosophiques et existentielles des classes dirigeantes et favorisées s´appauvrissant terriblement, car justement, pour réussir, ils évitent toute spéculation vaine pour se focaliser sur les aspects matériels.
Pour ce qui est de l´ordinateur (quantique ou autre) du futur, la question du libre arbitre se posera dans l´un des tomes suivants du Cycle de D.E.X.
Pour ce qui est de la créativité, je vous renvois aux réflexions de Lilith dans le chapitre "Le Désir", vous verrez que nos points de vue sont plus proches que vous ne le pensez, mais j´aime souvent jouer à l´avocat du diable.
D.E.X n´est que le premier tome d´un cycle de 4 romans ou certains aspects seront approfondis et d´autres voies ouvertes, en particulier sur les thèmes de la religion et de la singularité, qui vous surprendront, je pense. Le dernier chapitre de D.E.X n´est qu´un nouveau début pour la suite du roman.
Afin de nuancer et de justifier les réponses aux questions que pose mon livre, j´y explore tous les aspects que je trouve intéressants au travers de personnages très différents et sans prendre parti. Parfois ces interprétations sont contradictoires, se recoupent ou se complètent dans les diverses explications que l´Homme a cru trouver dans notre origine et le sens de l´existence.

Publié le 01 Juillet 2021

@Eric Brambilla
Comme promis, j'ai lu attentivement votre ouvrage, qui sur des thèmes recoupant souvent ceux que j'aborde dans "L'homme qui ne voulut pas mourir idiot", m'a beaucoup intéressé, et même impressionné par l'authenticité de votre double culture scientifique et philosophique.

L'écriture est vive, riche et élégante, me faisant penser au meilleur de Dan Brown : vous avez clairement du savoir faire , bravo ! J'ai notamment trouvé la rédaction des pages 99 à 104 particulièrement claire, de même que celle de la conclusion (J'aime beaucoup la définition de la "véritable" intelligence : " en savoir juste assez pour agir à bon escient"!). Et j'adhère à 100% à la phrase de clôture : "la dignité de chaque être humain est liée au fait qu'il n'est semblable à aucun autre" : c'est aussi la conclusion et le motif d'espoir de mon livre. Et "Hacktiviste" ( p. 127) est une magnifique trouvaille.

Pour la perfection de votre texte et par pure empathie, je vous signale simplement quelques coquilles pages 25 (ce belle journée), 38 ( je t'avais remarqué au lieu de remarquée), 44 (ii à la fin de réification), 71 (ii après hallucination), 148 (protester leur extinction : manque le "de"), 158 (nous ont encore roulé -sans le s - dans la farine), 176 (une responsa rabbinique: manque "ble"), 211 (haletais au lieu de haletait), 235 (pris au lieu de prit), 266 ("fit le ? Aaron). Et le passage sur les OGM page 154 ne me parait pas clair.

Malgré les qualités indiscutables de votre style, j'ai eu un peu de mal à vibrer au plan affectif, car les dialogues entre les révoltés de la société élitiste et oppressante que vous décrivez m'ont paru parfois artificiels: le décalage est trop grand, à mon goût, entre la soi-disant simplicité de ces braves gens et le niveau culturel exceptionnellement élevé de leurs débats.

Sur le fond, je constate que nous divergeons pas mal dans nos visions respectives :
Pour moi, le hasard quantique ne laisse aucune place à un quelconque libre-arbitre : tout ça reste mécanique (d'ou précisément l'autre nom de "mécanique quantique" donné à la physique des particules). Un ordi quantique n'a aucun libre-arbitre ! Il ne fait que réagir aux propriétés de superposition et d'intrication inhérentes à la matière élémentaire elle-même. Le cerveau humain, qui fonctionne de façon similaire, n'a donc aucune raison d'y prétendre non plus.

Quant à l'hypothèse d' un Dieu à la Theilhard de Chardin, je n'en vois pas l'intérêt car l'idée d'aller vers un Dieu transcendant ne nourrit en rien le débat : En revanche si ce "Dieu" (= mon paradis électronique) n'est bien que le strict résultat de l'immanence, l'ultime "saut" quantique, alors nous pouvons déjà préparer concrètement nos esprits à ce futur : c'est tout le message de mon livre.

Idem pour les mondes parallèles d' Everett : peu importe l'existence de virtualités infinies, seule compte notre - unique- réalité à nous puisqu'elle suffit à faire entrevoir une éternité électronique de la pensée !

En effet, notre univers est largement suffisant pour combler nos âmes car "Dieu" n'est rien d'autre en fait que le virus de la création dont l'homme est parfaitement muni pour composer et "créer"à l'infini (aux plans artistique, technique, entreprenarial...). Certes, cette faculté de créer qui est le seul intérêt réel de nos vies ne repose pas sur un libre-arbitre, mais peu importe ici encore, du moment que le hasard quantique nous en donne l'illusion ( "Qu' 'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse !). J'ai écrit sur ce thème un autre livre publié sur MBS : "L'argent d'autrui".

Mon paradis électronique permettant d'envisager une perpétuation -virtuelle- de cette passion de créer qui est le summum de l'esprit humain, pourquoi diable aller perdre son temps à imaginer d'autres univers sur lesquels, par hypothèse, nous sommes de toute façon condamnés à l'ignorance et à l'impuissance ? J'appelle cela de la spéculation vaine (PARDON pour mon côté péremptoire ou apparemment prétentieux : mon seul mobile c'est d'aller à l'essentiel, j'ai trop perdu de temps dans ma vie en fausses spéculations).

Vous comprendrez du même coup mon désintérêt pour les philosophies orientales : si l'acte de création ( plus exactement de recomposition de choses qui existent bien sûr à la base en dehors de notre cerveau) est le seul véritable intérêt de la vie humaine, il faut aimer tout ce qui va avec : enthousiasme, passion, angoisse, fierté, volonté de puissance, agressivité... Toutes choses diamétralement opposées à l'idéal d' équanimité.

Mais encore une fois, votre livre m'a passionné et je vous remercie sincèrement pour l'intérêt des réflexions qu'il suscite.

Amicalement
Philippe

Publié le 01 Juillet 2021
5
Bonjour Eric Brambilla. Fuir un univers noir ! Survivre grâce à l'homme qui n'en n'est plus véritablement un. Des apprentis sorciers au service de la science, une déshumanisation programmée pour un futur cauchemardesque. Côté bluette, y aurait-il un avenir pour Sarah et Dex ? Le sujet de votre roman ne pouvait que m'emballer. Malheureusement trop de détails partent dans tous les sens, au risque de faire décrocher le lecteur. Votre excellente documentation est bien restituée, mais s'éloigne de l'intrigue de par votre transcription largement détaillée. Dans cette foison de références philosophiques, citations, etc, l'essentiel de la trame s'y perd. À mon humble avis, tous ces travers de nos sociétés mériteraient d'être écourtés afin de laisser plus de place à l'aventure, ce qui rendrait l'ouvrage plus digeste. Toutefois je m'interroge, est-ce véritablement un roman d'anticipation ou plutôt un essai (œuvre de réflexion) ? Avec ma complicité d'autrice, Annie
Publié le 01 Juillet 2021
5
Plonger dans ce roman c'est gouter a de la vraie SF. Ni didactique, ni indigeste, Dex parle de l'humain et ses fêlures avec des idées originales et étonnantes. J'ai eu beaucoup de plaisir a le découvrir un peu en avant-premiere grace a l'auteur. Je le recommande vivement.
Publié le 21 Juin 2021
5
Un premier livre qui met la barre très haut, et qui donne envie de lire la suite. Un auteur qui sait écrire. J'ai découvert un style dense, fourni, et blindé de références parfois étourdissantes qui montrent l'implication de l'auteur en question dans le décorticage de nombreuses notions, j'imagine dans une volonté didactique, initiatrice, respectueuse et bienveillante. Ce livre m'a aussi permis de rencontrer l'homme derrière ces lignes, une personne authentique, agréable, et d'une humilité déconcertante. Bravo, bonne continuation sur les prochains tomes, et félicitation pour m'avoir tenu en haleine malgré mon côté intransigeant.
Publié le 03 Juin 2021
5
Une intrigue poignante. J'ai eu la chance de lire ce livre en entier. L'intrigue et le suspens se mêlent à la fluidité du récit pour donner envie d'aller à la page suivante. J'ai été saisie par la culture générale de l'auteur qui traite les thématiques d'intelligence artificielle et religion avec une telle profondeur. Une profondeur qui crédibilise. Les personnages sont attachants, je pense encore à Dexter et Joanna, j'ai l'impression de les connaitre à force d'avoir rit et pleuré avec eux. Je regarde le professeur Feix du coin de l'œil, mais je sais qu'il joue son rôle :) .J'admire le courage de l'auteur qui pose ici les questions existentielles.
Publié le 03 Juin 2021
5
J'ai vraiment beaucoup aimé ce récit. Le vocabulaire est riche, on sent que l'auteur s'est beaucoup renseigné sur les sujets abordés et dispose d'une culture générale dense. Ce récit nous pousse à réfléchir sur des sujets importants, notamment les religions ou la spiritualité au sens large, la manipulation de masse et le libre arbitre de chacun. Sommes-nous vraiment libres ? De nos actes, de nos mouvements, de nos pensées ? Même lorsque rien ne nous bride ? Les moments de débat entre protagonistes sont vraiment très sympa. Les personnages sont bien travaillés et disposent chacun d'une personnalité et d'un langage propres. L'histoire est très bien écrite, bien menée. J'ai avalé les pages sans m'en rendre compte pour arriver à un dénouement qui aura su me surprendre. Vivement la suite ;-) P.S. - Pas besoin de doliprane, ou de lire en position PLS, les réflexions se font doucement au fil des pages... ^^
Publié le 31 Mai 2021
5
D.E.X. est une dystopie prenante, sombre, qui s'interroge sur l'avenir d'une société où le clonage est devenu légal. Les héros, Dex et Dexter, sont deux clones confrontés à une vie sans aucun sens. On suit leurs existences en parallèle des recherches de leur créateur sur le clonage et la manipulation génétique en général. Deux univers se côtoient donc : celui, riche, luxueux même, coupé de toute réalité, de l'élite ; et celui, sombre et désespéré, des exclus de la société – exclus mais cultivés, en témoignent les discussions philosophiques qu'échangent ces derniers. La philosophie occupe d'ailleurs une place importante dans ce roman. On y découvre ou redécouvre des courants de pensée venant de diverses civilisations, ce qui enrichit considérablement l'intrigue en amenant le lecteur à s'interroger lui-même sur le sens de l'existence de Dex en particulier, de l'humanité en général.
Publié le 14 Mai 2021

@S.O et @JeanM Un grand merci pour vos commentaires.

Publié le 04 Mai 2021
5
Un roman prenant, sombre mais avec des lueurs d´espoir, bien mené (style, ton, dialogues), une fin étonnante, des personnages auxquels on s´attache. Une dystopie qui pointe le doigt sur une lame de fond nous entrainant irrémédiablement vers un futur élitiste et inégalitaire. Ce roman est un étrange mélange qui plaira aux amateurs SF-Dystopie-anticipation, mais aussi de philosophie (certains passages rebuteront les allergiques). Points de vue multiples, sans manichéisme, sceptique mais réaliste, le clone comme métaphore. Le roman aborde de nombreux (trop?) thèmes (immortalité, transhumanisme, mort, bien/mal, religion...).
Publié le 04 Mai 2021
5
S.O
Cette fiction nous emmène dans un monde dystopique pourtant trop familier, utilisant la métaphore du clone pour peindre les travers de notre société moderne. L´auteur nous plonge dans l´aventure de Dex avec un ton et un style unique, d´un réalisme sans concession. Les thèmes philosophiques et existentiels sont bien traités et donnent de la profondeur au roman. Les personnages sont variés et attachants (ou non). C´est le genre de roman dont on ne sort pas indemne.
Publié le 01 Mai 2021

La version finale du premier tome est enfin disponible.

Publié le 29 Avril 2021

Merci pour vos commentaires @Renaud R.
Souhaiteriez vous lire le Tome 1 fini en entier (et partiellement modifié depuis que j´ai publié cet extrait, avec une attention particulière sur les verbes faibles)? Je vais le poster sur ce site (et retirerai cet extrait). D.E.X n´est que le début d´une grande aventure et trois autres tomes suivront celui-ci. J´attends vos commentaires sur la version finale avec grand intérêt.
La fin vous surprendra.

Publié le 27 Avril 2021

Merci pour vos commentaires @ROTH Didier.
Souhaiteriez vous lire le Tome 1 fini en entier (et partiellement modifié depuis que j´ai publié cet extrait, avec une attention particulière sur les verbes faibles)? Je vais le poster sur ce site (et retirerai cet extrait). D.E.X n´est que le début d´une grande aventure et trois autres tomes suivront celui-ci. J´attends vos commentaires sur la version finale avec grand intérêt.
La fin vous surprendra.

Publié le 27 Avril 2021

Merci pour vos commentaires @FaustineFaust, je souhaitais avoir un retour sur ce premier jet.
Souhaiteriez vous lire le Tome 1 fini en entier (et partiellement modifié depuis que j´ai publié cet extrait)? Je vais le poster sur ce site (et retirerai cet extrait). Vous changerez peut-être d´avis sur l´originalité des thèmes et la manière dont je les traite. D.E.X n´est que le début d´une grande aventure et trois autres tomes suivront celui-ci. J´attends vos commentaires sur la version finale avec grand intérêt.

Publié le 27 Avril 2021

Je partage l’avis de Didier Roth. Il y a un ton, des personnages bien castés, vous savez manier les dialogues, vous avez des convictions, il n’y que le sujet pas vraiment original qui manque donc de sel à mon goût. N’y a t-il pas de manière quand on aime cette fiction de se distinguer de ce qui a été déjà écrit ? (j’adore dire belle et rebelle, mais le voir écrit, c’est un peu grosse ficelle :)lol). Avez vous un autre livre à votre arc, j'aimerais bien vous lire sur un thème ?

Publié le 20 Avril 2021
4
Putain il est glauque votre extrait et il fait flipper! tu te rends compte un monde avec des clones, un monde dans lequel on retire le pouvoir aux hommes avec un grand H, on enlève leur liberté, mon dieu, cela fait peur le projet de ce milliardaire dans votre bouquin. Des connards veulent retirer leur humanité aux hommes avec un grand H, toute cela pour l'appât du gain, quel monde de capitaliste à la con! Puis la scène que vous décrivez avec les prostituées, les clandestins, les chômeurs qui sont paumés et qui cohabitent avec des cafards, cela fout le bourdon sérieux! Ce monde-là, cela sera peut être un monde réel un jour, qui sait? En tout cas on a de quoi s'inquiéter pour les futures générations. Merci pour votre partage même s' il ne donne pas vraiment le moral et j'espère qu'il n'annonce pas le monde de demain. En tout cas vous nous faites réfléchir et vous nous mettez en alerte devant des phénomènes plus qu'angoissants et problématiques s'ils venaient à voir tragiquement le jour un jour. Votre récit nous permet de voir quel monde nous voulons et celui que nous ne voulons pas donc en plus d'être imaginatif, il a une utilité. Merci Monsieur.
Publié le 07 Avril 2021
4
Bonne intrigue. Les personnages sont bien croqués et le cadre bien installé. Les notes de bas de page permettent à ceux qui le souhaitent de creuser les pistes philosophiques qui restent accessibles aux néophytes :) Petit bémol concernant un certain excès des auxiliaires et du verbe "faire" que l'on croise à toutes les sauces et qui peut parfois faire sortir du récit (d'où le retrait d'une étoile sur la note) J'aurais préféré une fin de l'extrait plus ouverte pour donner envie de poursuivre l'aventure (la fin ici me donne le sentiment que cela aurait pu être la fin du livre ;)^^ (mode boutade) Merci pour le partage
Publié le 23 Mars 2021
Eric Brambilla
Biographie

J´ai commencé à écrire il y a très longtemps. Puis j´ai eu une vie. Quand cette vie est partie en vrille je me suis remis à...


A lire dans les actualités