Les Probabilités Discrètes

94 pages de Leo Pagnac
Les Probabilités Discrètes Leo Pagnac
Synopsis

Cody, Zé Nelson, Oko Vacek. Trois personnages vivant sous les latitudes géographiques opposées (Utah, Rio de Janeiro et Prague), bousculés par le même défi : dépenser cent mille dollars en douze heures, pour gagner ce prix fou, un milliard. Offrant leurs intimités à l’œil vorace d’une caméra qui les suivra pendant ces douze heures. Sur une chaîne en ligne créée spécialement pour l’évènement, leur sort dépend désormais du nombre de « likes » que la Vox Populi va attribuer à leurs dépenses, leurs envies. Rêvent-ils assez beau, se comportent-t-ils assez convenablement pour embarquer les votes de la masse des suiveurs ?
Le jeu ENVY ! auquel ils participent est en effet, atypique. Une loterie voyeuriste, au gros lot hors norme. Fruit d’un rêve provoquant et épicé de cadres sup blasés.

Publié le 07 Septembre 2021

Les statistiques du livre

  12 Classement
  934 Lectures 30 jours
  1566 Lectures totales
  0 Progression
  98 Téléchargement
  6 Bibliothèque
 

"Les Probabilités Discrètes" est le "Livre le +" du 17 septembre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/15334-les-probabilites-discretes-de-leo-pagnac. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Leo Pagnac, c’est pour cela qu’il publie gratuitement son roman sur monBestSeller.

Publié le 17 Septembre 2021

Ce livre est noté par

9 commentaires , 7 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
4
Incisif, vif, on ne s'ennuie pas. On se demande ce que vient faire la longue séance érotique , qui si elle n'est pas mauvaise, n'apporte rien à l'(im)moralité du récit. Les trois volets sont bons, et l'on en tire chacun ses propres leçons. Le texte va sans doute souffrir (ou pas) de la thématique du jeu vital ou chacun est prêt à tout pour gagner. Et en particulier de la série sur Netflix Squid game
Publié le 06 Octobre 2021
4
Bonjour, je vous prie d'excuser la petite étoile en moins, c'est uniquement car je me suis un peu senti mal, en tant que femme. Loin de vous associer à vos personnages, j'espérais qu'un autre homme ou une autre femme vienne un peu au secours du lecteur dans ce monde de misogynie. Cela n'a nullement empêché le plaisir de vous lire, ni l'intérêt porté à l'histoire. Je trouve votre roman bien construit (un peu linéaire), et je valorise ce vocabulaire plutôt recherché. Vous lire à nouveau sur un autre thème, finira sûrement de me convaincre. Bien à vous, Louise.
Publié le 19 Septembre 2021

@Lucas Belmont5
Cher Lucas, tu as tout vu, tu as tout compris. Je lis tes lignes et je sais que tu as vu les subtils changements qui affectent Athos, le font basculer. Et encore pardon pour la mise en page, j'en convient elle dessert le texte. Pour le titre, il renvoie aux univers mathématiques discret, littéralement finis. Les résultats sont connus par avance. Ici la boule du hasard ne fait que se balader du rouge au noir....pas d'autres valeurs possible. Encore merci de ces mots encourageants! Quel plaisir indicible de savoir que l'on a été compris.

Publié le 18 Septembre 2021

@JC Garnier
Merci d'avoir pris le temps de lire les Probabilités Discrètes....et d'avoir été au bout.

Le style, est en effet direct, quand le protagoniste principal s'exprime. Les clichés verbaux que vous exprimez, sont les siens, nous en avons tous.. Pourtantt, son langage change à mesure du récit, le vocabulaire évolue, il devient plus recherché. Quand Vera s'exprime, le style est tout autre....peut être l'aurez vous perçu?
Je ne vois pas ce roman de manière si manichéenne. Les loups sont parfois brebis et vice versa. Il s'agit d'individus broyés par un système qui ne leur laisse que peu de répit. Pas de solution ici, juste une vision clinique, désenchantée, de l'horreur,du tout ego jeté en pâture à la masse d'autres petits qui s'ennuient.

Publié le 18 Septembre 2021

Je trouve que la loterie en deux temps est une bonne idée de départ, le style est très direct, c’est pour ainsi dire du parlé écrit. Revers de la médaille, c’est à mon goût trop peu « écrit » justement. Pas mal d’automatismes de mauvais polar : les draps sont forcément douteux, les talons immensément hauts et les fesses rebondies. Du sexe partout, aucune issue morale pour personne, les loups sont si nombreux qu’on se demande s’il reste des brebis. J’ai failli abandonner à la moitié, failli seulement, ça m’ennuyait. Je me sens saturé de ces ambiances où tout le monde ment, tout le monde est lubrique, tout le monde ne pense qu’au fric, etc. Je ne dis pas que cela n’existe pas, mais je trouve cela tellement rabâché que je n’en peux plus. Il y a aussi d’autres choses plus énergisantes et plus optimistes ! La fin en forme de fuite est du même tonneau. Les héros sont tous très fatigués de nos jours !
Dommage, car avec cette bonne idée de sujet, vous auriez pu broder quelque chose de plus nuancé, de moins attendu. Le monde n’est ni tout noir ni tout blanc. Bon, là j’écris moi-même des banalités !
Je vous prie de m’excuser si mon commentaire vous blesse, il n’y a aucune volonté de le faire. Je comprends que vous dénoncez ce que vous décrivez, que vous en exprimez le dégoût. Mais ensuite ? Qu’en fait-on ? Je trouve qu’on ne voit plus que ça. Je serais plus preneur d’un regard lucide, mais apaisé, ou tout le monde il pas bête et tout le monde il est pas méchant !
Merci en tout cas @Leo Pagnac d’avoir partagé votre livre.

Publié le 18 Septembre 2021
5
@Leo Pagnac Bravo! un rythme soutenu, un style rock (à la façon "j'enfonce les portes et je suis content que tu me suives, lecteur"), une écriture très visuelle (on est à Rio avec Zé comme à Prague avec Oko, ou dans l'Utah et le casino du Nevada avec Cody, on est dans la scène) // un cynisme maîtrisé contrebalancé par une Vera sincère et l'évolution sensible d'Athos // portraits des 3 gagnants fantastiquement réussis, impressionnante Cody... actions et conséquences bien pensées pour les 3 // cynisme corrigé à la fin par la réclusion ou/et la rédemption, le lecteur choisira... Un vrai régal cette lecture! (à l'exception d'une mise en page indigne du texte et d'un titre un peu trop sage - en rapport avec le texte mais si éloigné de son univers)
Publié le 17 Septembre 2021
5
Bonjour voici 5 étoiles filantes pour l'effort et l'imagination. "De gustibus et coloribus non disputandum..." Chacun son style son idée d'écriture, en attendant bonne lecture à tous les auteurs libres COMME VOUS ET MOI sur monbestseller. Bonne continuation, protégez vos écrit à la SGDL Paris.
Publié le 17 Septembre 2021

@Chris Martelli,
Vous avez capté l'essence de ce roman. Un zoom impudique sur la vie de ces petits des quatre coins du monde. Savoir que le lecteur exigeant que vous êtes ait senti l’objet de cette farce, me ravit. Entre vos lignes je le sais, vous vous êtes joint notre équipe de production et avez suivi leur rythme effréné. Vous avez vu avec quelle violence, on colle nos caméras sous le nez de ces candidats. Vous avez croqué avec justesse, l’équipe d’affreux qui utilise cette chair à image, entre trips sous drogue et sexe déjanté.
Merci encore de vos encouragements, je prends vos remarques et retourne au scénario.

Publié le 16 Septembre 2021
5
C’est une caricature, une farce, un focus close up de la (télé)réalité. Et dans ce cas, aucun cliché ne peut être en trop. Le casting parfait, les excès, idem, la star des influenceuses sans doute plus vraie que nature, les deux mâles dominants single, comme les animateurs de la télé avec la coiffure L’Oréal. C’est vrai, un scénario un poil plus ficelé, des petits raccourcis ici et là, un effort de mise en page, peut-être même un découpage moins linéaire, rendraient la lecture plus panachée. Et la morale conclusion en points de suspension, bravo !
Publié le 15 Septembre 2021

@lamish
Merci de la persévérance ! J'ai entamé vos écrits et je suis heureux qu'une plume comme la votre ait posé ses yeux sur mes lignes, cela, même si la violence et l'apparente amoralité de mon ouvrage sont loin de votre univers
Je veux dans ce livre montrer la réalité brute de ces jeux ou l'on livre en pâture les individus à des caméras voraces. Et j’en consens, je n'y vais pas de main morte.

Publié le 14 Septembre 2021

@Leo Pagnac Bonjour Julien,
Je suis allée jusqu'à Cody, ai poursuivi jusqu'à la fin (en ne lisant rien en diagonale, promis ;-)).
Il y a quelques prises de conscience, en effet, mais embryonnaires... Vous paraissez plus à l'aise pour décrire la déchéance humaine, une soirée SM ou un meurtre en direct, que pour développer les mécanismes de quelque prise de conscience (la seule scène “d'amour” fait aussi l'objet d'une ellipse…) ; plus à l'aise pour décrire le spectacle, en surface, que pour aborder les profondeurs. Il y a une forme de jubilation "plumitive", selon le degré de "trashitude" ; d'autres ne la sentiront pas, mais moi, je l'ai sentie. C'est elle qui m'a fait froid dans le dos, en dehors de toute considération moraliste.
Cependant, vous écrivez bien, et j’espère avoir le plaisir de vous lire sur un autre sujet, ou sur le même, avec un esprit critique plus convaincant ou l’emploi d’un second degré plus évident.
Bonne journée. Amicalement,
Michèle

Publié le 13 Septembre 2021

@Damian Jade
Cher Damian
Quel joie ce premier commentaire ! Quelle délectation! Sortir, enfin! Fini les "c'est formidable!" Des amis, des proches!
Non, la on tape dans le vrai. Un avis clair, construit. Des remarques justes qui permettent d'avancer et de peaufiner l'objet.
Oui il est noir, oui ils sont odieux, exécrables...ils abusent du besoin d'exhibitionnisme des petits, des qui valent rien, pour faire un show sur leur dos.
Je les hais autant que vous.
Merci de m'avoir lu jusqu'au bout, alors que nos univers sont éloignés.Heureux que vous soyez ce premier critique.
Je vais me plonger avec avidité dans vos écrits.
Leo

Publié le 10 Septembre 2021

Re-bonjour, Julien...
Peut-être devriez-vous glisser un petit mot dans le synopsis, car ce que j'ai lu a plus des allures apologiques que critiques... d'où une réaction très épidermique, j'en conviens. Je sature depuis longtemps sur les dérives des médias et réseaux sociaux. À mes yeux, les perspectives sociétales qu'elles esquissent sont plus de l'ordre de la superficialité, de la banalisation de la vulgarité et de la perversion que de celui du puritanisme.
Alors considérant que je suis passée à côté d'un message en demi-teintes, que votre bio (la nouvelle) est juste et votre avis sincère, je vais prendre le temps de vous relire, d'aller jusqu'à Cody, voire jusqu'au mot "fin", avec un regard différent.
Ne m'en voulez pas si je tarde un peu avant de formuler mes nouvelles impressions... Accumulation de sangliers sur le feu en ce moment ;-).
Amicalement,
Michèle

Publié le 10 Septembre 2021

@lamish

Chère Michèle, merci d'avoir tenté mon manuscrit. Je suis toujours heureux de lire ce que mon ouvrage provoque où ne provoque pas. Ce manuscrit est une diatribe, probablement une de trop contre notre société superficielle et immédiate. Ces personnages je les condamne, mais de bien pires tristes sires rampent parmis nous. Le livre et violent et s'insurge volontairement contre une forme de puritanisme qui colore de plus en plus notre société.

J'aurais aimé que vous alliez jusqu'à Cody, qui a mon sens est le basculement du livre. Celui ou une forme de prise de conscience émerge chez ces êtres odieux que j'ai formulé.

Avec mes chers enfants à charge, l'écriture n'est pas un moyen de gagner ma vie. Plutôt une expression d'une peine au monde que je traverse lors de mes voyages. Désolé si vous avez vu de la forfanterie dans ma biographie, mais tout y est..

Encore merci de votre lecture, je vous en souhaite de moins éprouvantes et brutales.

Publié le 10 Septembre 2021
5
Bonjour Julien. Comme l’écrit Damian, vous avez un style très actuel et provocateur, un vocabulaire relativement riche, qui m’ont incitée à poursuivre ma lecture malgré un format très inconfortable – Ce serait sympa pour vos futurs lecteurs d’assumer les 2 À 300 pages que ferait votre roman en format A5, d’ailleurs ;-). J’ai cependant jeté l’éponge au bout de trente pages, dont une bonne dizaine lues en diagonale ; le temps de m’assurer qu’il ne s’agissait pas de second degré. /// Une influenceuse qui mystifie du mec et fait de l’humanitaire comme on lancerait une startup, deux « nouveaux machos » brillants mais décérébrés… En bref, rien de bien nouveau sous l’inconséquent soleil de certains médias et réseaux sociaux ; de ceux qui me navrent, m’écœurent… car oui, désolée, mais à partir d’une certaine dose, la connerie me donne envie de gerber. On a beau être averti, savoir qu’au masculin, elle est le plus souvent primitive, qu’au féminin, elle est presque ingénieuse, tant elle bouffe à tous les râteliers, on se surprend à faire des overdoses… C’est ce qui m’est arrivé hier soir… /// J’ai trouvé votre roman vide, superficiel, racoleur, provocateur et violent. /// J’aurais pu vous accorder l’excuse de vouloir faire le buzz pour croûter (c’est le cas de nombreux jeunes auteurs dans le besoin), mais la lecture de votre bio (en imaginant qu’il ne s’agit pas d’un coup de frime supplémentaire), m’en a définitivement dissuadée. /// Conclusion : me fiant à Damian, je me suis dit que ce serait sympa de découvrir un dernier jeune auteur ici ; pour la route, comme on dit. J’ai été déçue, l’exprime sans ambages et avec d’autant plus de facilité que ma franchise incitera certainement quelque lecteur contradicteur à voler à votre secours :-). Sans rancune, je l’espère… Bonne journée. Michèle
Publié le 10 Septembre 2021
5
Allez, je me lance. Le style, très personnel, sort du lot. Il y a du rythme, de la modernité, du franc-parler et, très subtilement, de l'humour second degré. Vos personnages sont tristement crédibles. La plupart n'inspirent aucune sympathie, et pourtant on les découvre avec intérêt, tellement ils sonnent juste. Le cynisme règne, qu'on se le dise ! Et qu'on s'en souvienne tout au long de la lecture. Sans quoi, on abandonne vite. Il faut lire ce livre pour se choquer, pour se bousculer, pour s'avouer aussi, parfois. La tentation est grande de détester ces anti-héros, et au fond, rien ne nous en empêche. Mais au-delà des personnages, ce sont bien des habitudes, un système, l'hypocrisie et notre lâcheté que nous pourrions détester davantage. Le livre prête donc, sérieusement, à réfléchir. Le lecteur sera voyeur, indubitablement. Et pas qu'un peu ! Et il s'en défendra. Sauf qu'il continuera à lire. C'est le propre des auteurs qui nous font continuer à tourner les pages malgré tout. Malgré tout. Malgré le fait qu'on ne connait pas la distance entre l'auteur et ses personnages... Malgré le trop plein de ces... types... Après les corrections à faire (quelques accords, quelques mots anglais à revoir, beaucoup de virgules à rajouter), le texte sera, me semble-t-il, aussi fluide à lire que l'histoire coule de sens. Il est déjà garni d'un vocabulaire bien riche. Les cinq étoiles sont pour le mal que vous avez fait à mes convictions, mais, solides, elles ont résisté ! :-)
Publié le 09 Septembre 2021