Otages au désespoir

59 pages de Parthemise33
Otages au désespoir Parthemise33
Synopsis

Parle plus bas
Car on pourrait bien nous entendre
Le monde n'est pas prêt pour tes paroles tendres
Le monde n'est pas prêt pour nous
Il dirait tout simplement que nous sommes fous

Parle plus bas mais parle encore
De l'amour fou de l'amour fort.
Le Parrain I
-Nino Rota/Lawrence Kusik/Boris Begman-

Les vacances de printemps devaient être calmes. Terrible erreur quand elles se passent au Domaine des Aubépines. Surtout quand Apollonia bat la mesure avec la baguette du chef d’orchestre.
Après « Yorkshire Pudding » puis « Les santons n’étaient pas des petits saints » voici le troisième volet des aventures policières d’Apollonia Threpshire.
J’ai commencé la rédaction de cette nouvelle en décembre, et puis l’actualité a rattrapé par moment la fiction.
Bonne Lecture à tous.

Publié le 05 Mai 2022

Les statistiques du livre

  171 Classement
  141 Lectures 30 jours
  696 Lectures totales
  -4 Progression
  0 Téléchargement
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 5 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Chère @Parthemise33
Moi qui suis contre on/off et pour marche/arrêt, normal me direz-vous je vis en France, j’appuierais en disant : café au lait, pain grillé, tartines beurrées et la Bretagne, ça me convient et ça me suffit et je vous laisse : œufs au bacon et la Grande Bretagne.
Bref !
Je vais lire « la fanfare manque de souffle. » tant pis pour le collapsus claxybullesque.
Re bref !
J’ai lu votre défi pour le Noël de cette année. J’ai lu le sujet. C’est un sujet pauvre, loin de la féerie. Qui a la première lecture ne m’inspire pas. Mais je suis un homme de challenge. Je prends… pour le fun. Rendez-vous en décembre. Comme disait notre ami : Coluche « neige en novembre, —boule à neige et chat perché, — noël en décembre ! » légèrement trafiqué.
Connaissez vous cette histoire d’un mec qui rentre dans un bar et qui dit au patron :
—Allez vite patron, un p’tit jaune avant que ça commence…
Le patron le sert et le mec l’avale d’un trait (le verre), et dit
— Allez patron, vite, un autre p’tit jaune avant que ça commence…
Et recommence un certain nombre de fois. Au bout d’un certain nombre de fois, le patron s’adresse au client.
—Je veux bien vous servir un autre p’tit jaune mais faut me payer les huit que vous avez déjà bus…
Et là, le mec l’air complètement dépité, profère d’une petite voix…
—Ça y est, ça commence…
Bonne chance mademoiselle.
FF

Publié le 30 Septembre 2022

@Fernand Fallou Cher M FF, I beg your pardon ? Shame on you ! Vous exagérez a little bit. Il n'y pas tant d'english names ou words que cela dans cette short story. On y trouve deux Anglais et cinq Russes ce qui est peanuts vu que tous les autres personnages sont Français. Je vous pardonne pour les étoiles et tous vos compliments.
Merci, bisous merci
1° PS Je ne vous conseille pas de lire La fanfare manque de souffle, vous risquez le collapsus claxybullesque.
2° Pour s'amuser un peu, je vous propose un nouveau défi de Noël. Il s'agirait de raconter l'histoire d'une boule à neige de Noël, d'un chat et d' autres personnages à votre convenance.
A vous lire,
Parthemise 33

Publié le 23 Septembre 2022
5
Ma chère @Parthemise33 Il y a deux façons uniques de s’exprimer avec des mots. En parlant ou en écrivant. C’est sûr que les phrases écrites sont plus travaillées que les phrases proclamées. Probablement parce que le cerveau a moins de temps pour travailler les phrases clamées. Sauf pour les champions de rhétorique. Vous écrivez comme un livre. Pour moi qui ne parle pas anglais tous ces mots anglais, et ces noms anglais me sont difficiles à suivre. Il y a deux intrigues dans ce texte il me semble que l’une éclipse la chute de l’autre. Mais ça reste un texte aux personnages et au suspens attachants. Bravo ! FF
Publié le 20 Septembre 2022

Bonjour @Annie Pic C'est vrai que mes histoires ont une atmosphère "hors du temps présent" avec toutefois, des références à l'actualité. Mais le domaine des Aubépines, qui existe vraiment en Sologne (même s'il ne porte pas ce nom) est un endroit délicieusement suranné tout en étant moderne. Un peu comme cette vieille bonne Angleterre. J'ai essayé de réunir les deux dans les histoires que je propose à l'amusement des lecteurs. Merci Bisous Merci pour ce délicieux commentaire

Publié le 12 Septembre 2022
5
Bonjour Parthemise33, c'est avec plaisir que je retrouve votre plume alerte et les élucubrations de vos personnages. Votre empreinte personnelle a construit avec intelligence les fondations de cette histoire, constamment en mouvement, et au parfum un peu suranné. J'ai suivi avec intérêt l'enquête de la truculente Apollonia, dont l'excentricité n'a d'égal que sa sagacité. Bien à vous, Annie.
Publié le 11 Septembre 2022

Bonsoir @Lisbeth- Ah ! Si seulement la littérature pouvait remplacer psychiatres et anti dépresseurs ! J’essaye d’apporter ma participation modeste à cet objectif de grande envergure qui permettra à l’espèce humaine de se sentir mieux. Merci Bisous Merci pour vos bravi, votre commentaire et vos étoiles.

Publié le 11 Juin 2022
5
Bien sûr, c’est fin et gai et drôle et si détendant - applaudissements de la foule en liesse
Publié le 10 Juin 2022

@galodarsac A la lecturation de votre missive étoilée , une doulce contentitude m’invasionne. Je suis en lévitement nirvanesque. Ne le dites à personne, mais il se pourrait que cette sympathique autoproclamée détective revienne hanter les couloirs de MBS avec d’autres aventures. Merci Bisous Merci pour l’intérêt que vous portez à cette joyeuse commère.

Publié le 06 Mai 2022

@Catarina Viti Bonsoir, Catarina Effectivement, grâce à vous, une lumière douce descendue des étoiles éclaire mon salon et réjouit mon âme simple. J’espère que vous ne regretterez pas d’avoir réglé par provision, comme dirait Parcival Threpshire qui possède quelques notions de comptabilité. Promis, juré je vous transmets ce chef d’œuvre du millénaire. Merci Bisous Merci pour votre coucou amical.
PS cela fonctionne également avec Bisous Merci Bisous. C’est comme on le sent

Publié le 06 Mai 2022
5
Troisième volet (et pas dernier, j'espère) de la terriffiesque Apollonia qui nous bluffe encore une fois par sa sagacitude époustouflifiante. Comme toujours, presque en temps réel (à quelques jours près), ambiance très "Agatha Christie", humour so british et bien sûr la dose syndicale de cadavres exquis... Ne vous arrêtez pas en si bon chemin, je suis certain que l'actualité dans sa tragique pathétiquitude vous inspirera moulte et moulte intrigues patabrantesques du même acabit. On se régale et on en redemande !
Publié le 06 Mai 2022
5
Bonjour, pourriez-vous me faire parvenir le texte. Je suis tellement occupée en ce moment (the garrrrrrden!) que je n'ai pas une minute en rabe. Ainsi, je pourrai vous lire plus tard, tranquille. Par avance (je sais que je ne le regretterai pas) j'allume votre salon en espérant qu'il continue à baigner dans une douce lumière. Bisou merci bisou (je ne sais jamais dans quel sens il faut le dire -:DDD)
Publié le 06 Mai 2022