Fantaisies sur la place de L’Oeuf

12 pages de Parthemise33
Fantaisies sur la place de L’Oeuf Parthemise33
Synopsis

« Et l’on oublie que les désirs repoussés des jeunes gens, deviendront les regrets éternels des vieillards »
Germaine de Staël

Pour éviter regrets ou remords, je vous livre une recette qui a fait ses preuves :

Cocktail Rêve d’amour
-4 cl de désir éternel
-2 cl de fantaisie pétillante
-1/2 cl d’égarement enflammé
Ne pas hésiter à givrer les flûtes avec de l’indulgence
Servir très frais et consommer à deux, ou à plusieurs, sans modération.

Publié le 30 Août 2020

Les statistiques du livre

  453 Classement
  98 Lectures 30 jours
  4122 Lectures totales
  +87 Progression
  0 Téléchargement
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

21 commentaires , 11 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@J P LAURIER
Ah ! Cette barbapapa elle en fait rêver plus d'un ! Puisque nous en sommes (presque) à nous raconter nos vies, je vous avoue que j'ai deux ou trois regrets que j'aimerais bien attraper par les plumes et croquer à pleines dents. Un censeur rigoriste me susurre à l'oreille qu'il faut, désormais, demander s'ils sont consentants ! Mais de quoi je me mêle ? Merci Bisous Merci pour vos confidences et vos étoiles
N'hésitez pas à me faire part de vos réflexions sur les autres nouvelles, surtout si vous les avez appréciées (rire moqueur)

Publié le 13 Décembre 2023
5
Pas de doute, cette prose pleine d'humour est super réussie ! Je viens d'avaler plusieurs histoires à la @Parhemise33 et je commente celle-ci dont j'ai reconnu l'environnement pour avoir (il y a longtemps) sévis deux ans à Montpellier... Votre talent, avec la dose de dérision qui s'en échappe, m'a ravit. Ça n'est pas de la dentelle, ça décoiffe, tout est permis... Bref, un régal ! D'ailleurs, maintenant qu'on en parle, j'ai un petit regret à Montpellier... j'en ai d'autres ailleurs mais je me souviens bien de celui-ci... J'étais un peu trop timide, pourtant j'en ai croisé des regards qui en disaient long ! Idiot que je suis, c'est bien le moment de s'en rendre compte ! Allez, je ne vais quand même pas vous raconter ma vie (sauf si vous me le demandez !)... Clin d'œil et merci pour tout ! Jean-Pierre
Publié le 12 Décembre 2023

@Alhéna Skat Chère Dame, J’ai toujours pensé qu’en amour, il valait mieux avoir des remords que des regrets. Mme Barbapapa permet aux regretteurs d’avoir la chance de se rattraper. Tout ceci restant aussi léger que le voile couvrant les courbes gracieuses d’Aphrodite. Merci Bisous merci pour votre commentaire bienveillant. Concernant la couverture, j’avoue que j’essaie depuis trois ans d’en trouver une qui déchire vegra sa race. Sans succès d’ailleurs. Une panne d’inspiration qui dure.
Messire Jan, vous m’apprenez, et j’en reste baba, que dans Twilight zone, les héros se gobergent de barbapapa ce qui occasionne des ondulations spatio-temporelles de bayadère sous influence de substances hallucinogènes donnant la nausée aux plus aguerris des loups-garous des mers. C’est proprement incrédisibilesque ! Merci Bisous Merci et revenez- nous vite de la cinquième dimension

Publié le 30 Octobre 2023
5
@Parthemise33 Je viens de lire « Fantaisies... » Que voilà une histoire originale, bien imaginée et superbement écrite où des souvenirs, à une occasion gourmande et magique, surgissent en mémoire d’un lointain passé révolu laissant des regrets... Bravo pour ce flash-back tellement bien composé auquel il ne manque qu’une couverture pour l’enrichir... Je vous embrasse... Alhéna ------- Bonjour, comme aurait pu dire Rod Serling, il s’agit tout simplement d’une fantaisie « barbapapesque temporelle » comme on en voie si souvent dans la Twilight Zone... Salutations depuis « la cinquième dimension », Jan.
Publié le 29 Octobre 2023

@Anne Clécie Je vous souhaite la bienvenue sur le site. Vous verrez que l'on ne s'y ennuie pas.
J'espère que vous publierez d'autres nouvelles. Je vous souhaite d'agréables lectures sur le site.
Merci Bisous Merci pour votre commentaire et ses étoiles qui illumineront le ciel montpelliérain.
PS Comme j'ose tout, c'est à cela que l'on me reconnaît, je vous conseillerais les nouvelles de lamish, Fernand Fallou ainsi que les poésies et nouvelles de galodarsac, sans oublier les romans d'Annie Pic et A. P. Gounon . Pardon à tous ceux que je n'ai pas cités, mais la liste est trop longue ;-)

Publié le 29 Juin 2023

@AUDITEUR Votre commentaire a réjoui mon âme pure et mon égo surdimensionné. À l’instar de don Salluste, j’adore flatteries et compliments. Sans modération bien entendu… C’est agréable comme du champagne. Blague à part, je tente, grâce à mes histoires, de libérer le lecteur (ou la lectrice) de l’attraction terrestre afin qu’il atteigne l’ivresse et la légèreté lui permettant de tutoyer les étoiles. Vous avez raison, pas d’arrogance de ma part, juste la passion des mots et des bons mots. Si, par masochisme, ou véritable plaisir, vous souhaitez continuer l’expérience de me lire, vous me découvrirez peut-être par delà les masques (vénitiens, of course, ce sont les plus merveilleux) qui me servent de paravent. Mais l’auteur, ne se dévoile -t-il pas au milieu de ses œuvres, tout en cherchant à se dérober ? Un dernier point. Soyez indulgent en ce qui concerne la présentation. J’ai pour objectif de reformater mes premiers écrits afin de les rendre plus agréables à lire. Merci Bisous Merci pour vos étoiles. Elles illuminent ma soirée. Je vous souhaite, cher Auditeur, de bons moments de lectures sur le site de MBS

Publié le 25 Avril 2023
4
L’autrice écrit d’une plume acérée, agile, virevoltante. Cela lui permet de peindre allègrement un enfiévré tableau de vie et d’action et d’en sortir indemne, en apparence du moins. La question serait alors de savoir dans quelle mesure l’on s’investit dans ce que l’on écrit et le corolaire consisterait à mesurer la juste distance que l’on peut mettre entre soi et son écriture… Mais lire un bel échantillon ne suffit pas et, pour l’heure, je n’ai lu de l’autrice que cette nouvelle dont l’épicentre est la célèbre place montpelliéraine. J’espère bien en savourer d’autres avec ou sans barbe à papa, ce qui veut dire que, malgré toutes les éventuelles réserves que je pourrais faire, cette incitation résultant de ma lecture de ce jour est tout à son honneur. Ceux et celles qui écrivent ainsi sur des thèmes drôles, inattendus, quasi surréalistes et de façon aussi primesautière, avec une facilité, soutenue par une culture littéraire distinguée - laquelle pourrait parfois paraître arrogante si elle n’était tempérée par un ton d’humour léger - sont souvent, des personnes plus complexes qu’il n’y paraît et qui s’effacent derrière l’élégante façade de l’écrivain stylé. Elles semblent être les premières à s’amuser de ce qu’elles écrivent et de la manière dont elles écrivent tout en se voilant, en toute légitimité, derrière leurs facéties. J’admets tout à fait cette dichotomie volontaire entre ce que l’on est et ce que l’on dit mais ma saine indiscrétion me pousse à en savoir davantage sur l’être qui écrit autant que sur ce qu’il écrit. C’est pourquoi je lirai les autres textes de Parthemise33 avec, je l’espère, autant de curiosité.
Publié le 24 Avril 2023

@Gwendal Complimentations admirantissimes et amphigouriques. Ainsi tu as accédé au grade si convoité de critiquateur chevronnissime ! Tout d'abord, quelques petites précisions :
-La place de la Comédie et la place de l'Oeuf c'est du tout pareil (sa forme ovoïde lui a valu ce surnom)
-Pourquoi marquer la surprise parce qu'un policier est marié à un homme ? Et la normalisation de l'homosexualité alors ? On en fait des papillotes d'argent pour galinettes cendrées ?
Malgré tes conseils pertinents, je ne sais pas si j'aurais l'étoffe (comme aurait dit Karl Lagerfeld) pour rejoindre l'élite de l'élite . Faut pas rêver ! Pour prétendre égaler les meilleurs, il faut cumuler une absence d'imagination débordante, une méconnaissance ébouriffante de la syntaxe, une incapacité notoire à respecter la concordance des temps, sans parler, bien sûr, d'un mépris hImalayesque pour la ponctuation. Des années d'entraînement sans défaillance, quoi ! Une discipline de fer ! Et encore, pour arriver au niveau de ceux du 1er ou 2nd cercle, je ne crois même pas que la persévérance soit suffisante : d'après moi, des aptitudes pareilles, il faut les posséder de naissance, c'est génétique. Merci, Bisous, Merci

Publié le 10 Mars 2023
2
Appréciation : j'ai moyennement aimé cette nouvelle. J'ai apprécié ton travail sur les couleurs, les moments de plaisirs avec les Trois Grâces et l'idée générale d'une femme qui répare les regrets. Toutefois, le récit est endommagé sur deux grands points : les tournures grandiloquentes rendent confus la compréhension du récit : pourquoi Elouan se retrouve-t-il place de la Comédie s'il avait rendez-vous avec les Hollandaises à la place de l'Oeuf ? La transition magique n'est pas très claire. Enfin, les dialogues pêchent car on n'a pas l'impression que ce sont des personnes réelles qui parlent mais le narrateur. J'ai du mal à croire qu'une personne dirait "sous couvert de vos affaires sucrières, vous menez en souterrain....". Les personnages donnent trop d'informations comme Madame Kraïba qui énumène avec détails toute l'histoire du don d'argent. Pourquoi le flic dit "mon mari", c'est un peu étonnant. S'il est effectivement homosexuel, je trouve que marquer la surprise est intéressant. De plus, le policier embête Elouan pour son masque alors pourquoi dire "brave représentant et défenseur de l'ordre public" : on dirait que tu nous dis qu'Elouan est chiant et qu'il ne faut pas le suivre. Conseils pour amélioration : je pense que tu devrais travailler sur la qualité de tes dialogues pour qu'ils paraissent plus vrais. Une fiche personnage est toujours utile pour en construire. Enfin, veille à rendre le récit un peu plus clair. Je ne sais pas si tu te fais relire par des proches mais c'est une bonne idée avant de publier. Enfin, attention à la citation d'autres oeuvres si tu ne cites pas les auteurs, ça va coincer Conclusion : malgré ce commentaire interminable, je t'encourage à continuer d'écrire, de t'améliorer et surtout de prendre du plaisir dans ce que tu écris Conseils C
Publié le 10 Mars 2023

@Patrick Le Tiec
Combien de fois avons-nous tous soupiré "Cela aurait pu être ! " . Après un entretien constructif avec la marchande de barbe-à-papa, j'ai obtenu la formule magique. Son emploi est libre de droits. Pour l'utiliser, il suffit à la personne intéressée de se rendre dans un château moldave et négocier l'accès au parchemin avec trois dragons acariâtres entraînés aux subtilités du parler diplomatique par le commando Wagner. Merci Bisous Merci pour votre lecture, votre commentaire et tout et tout

Publié le 06 Février 2023
5
@Parthemise33 Des histoires que l'on voudrait vivre. Au delà du conte, cette nouvelle évoque tous nos regrets, ces rendez-vous ratés qui, on ne le sait, changer nos vies. C'est bien écrit, délicat et d'une subtile érudition.
Publié le 05 Février 2023

@Philippe Mahenc La vendeuse de barbe à papa est une gentille sorcière qui permet de chasser remords ou regrets. Grâce à elle, on n’a plus à pleurer sur le lait renversé. Concernant les haïkus, leur codification est tellement stricte que mon âme de révolutionnaire s’est réveillée, et je leur ai donné une tournure plus à la française. Merci Bisous Merci pour votre flânerie dans mon Montpellier magique

Publié le 18 Novembre 2022
5
Délicieux comme une glace en été. Déclenche un kaléidoscope d'images colorées. Donne envie de sieste et de haïkus singuliers: Vêtus de chitons Les cathares farouches Entre eux, mystérieux
Publié le 17 Novembre 2022

@Danièle CHAUVIN Puis-je vous confier un secret ? L’idée de cette fantaisie est inspirée par une anecdote arrivée à un ami. Il m’a raconté avoir donné rendez-vous à deux belles Montpelliéraines sur la place de l’Oeuf. Rendez-vous qu’il n’a pas honoré. Peut-être qu’elles l’y attendent encore, allez savoir. Merci Bisous Merci pour être passée par ma place de l’Oeuf sur laquelle flotte comme un soupçon de magie.

Publié le 28 Février 2022
4
Bonjour Parthemise33. Pourquoi 33 (Gironde )et pas 34 (Hérault, préfecture Montpellier ) ? Je rigole. Jolie petite fantaisie légère et sucrée comme sa barbe à papa, potion magique pour remonter le temps.
Publié le 27 Février 2022

Bonsoir @Guy Catalo J’apprécie votre franchise et votre ressenti sur ma petite Fantaisie. L’auteur (si je peux être considérée en tant que tel) écrit et le lecteur dispose. Merci Bisous Merci pour vous être arrêté sur mon texte

Publié le 28 Août 2021

Bonjour @Parthemise33

Une nouvelle colorée pour un rythme monochrome.

C’est ainsi que je ressens ce texte empreint d’un savoir encyclopédique.

J’aime autant le noir et blanc que la couleur et je connais la place de l’Œuf.

Le thème de l’individu et du couple, de ses fantasmes trouve ici un éclairage actionné par une sorcière bien aimée.

La technique des phrases paragraphes systématiques me lasse un peu à la lecture et je trouve qu’elle n’éclaire pas des moments forts, même si j’ai pris du plaisir à lire cette nouvelle d’un romantisme empreint d’une touche d’érotisme.

Bien à vous
Guy Catalo

Publié le 28 Août 2021

@galodarsac « Ô Amour ! Tu n’es pas un habitant de la terre : séraphin invisible, nous croyons en toi. » Ce n’est pas de moi, mais de Byron. Un séraphin es qualité d’être céleste possède une telle puissance, qu’il n’éprouve aucune difficulté à taquiner le temps et l’espace, comme un jongleur ses quilles. La morale de l’histoire est que l’amour n’est pas le compagnon obligé de la vérité pour l’équilibre du couple. Merci Bisous Merci pour votre commentaire et vos étoiles.

Publié le 23 Mai 2021
5
Bravo Parthemise pour cette nouvelle onirique à la limite du fantastique et du paradoxe temporel, j'aime beaucoup ce genre-là. On sourit aux égarements des deux protagonistes, qui finalement bénéficient d'un non-lieu tout en en conservant le bénéfice... Dommage que ça ne marche pas comme ça dans la vraie vie !
Publié le 22 Mai 2021

Bonsoir @Blanchet Rachid, En découvrant votre avis , je me pensais dans le costume d’un joueur de poker qui réussit son coup en déposant sur le tapis une Quinte Flush Royale. Comme quoi, on peut être à la fois Miss Marple et Scheherazade (celui qui tente le jeu de mots « chais et rasades », recopiera en lettres gothiques la liste des crus bourgeois du Médoc de 1855). Ma vendeuse de Barbe à papa a encore fait son petit effet. C’est une sorcière sympathique et efficace. C’est la seule personne de mon entourage qui peut enclencher la marche arrière pour quelques instants. Dommage que ce soit une fiction, j’aimerais de temps à autre faire un tour de Barbe à papa. Comme beaucoup, je suppose. Je suis contente que cette Fantaisie vous ait plu et diverti. Merci Bisous Merci pour votre commentaire et les étoiles qui l’accompagnent.
Ps Merci également pour votre lecture attentive, je corrigerai la coquille. J’ai toujours l’impression que les fautes apparaissent en génération spontanée, comme pour me narguer. Concernant ma profession, je ne professe ni dans les lettres, ni dans l’histoire. Disons que je suis juste un feu follet qui court un peu partout, cueille et picore dans les haies touffues de la connaissance.

Publié le 19 Avril 2021

Cher M@Fernand Fallou En voilà un commentaire badass ! Quoi répondre après cela ? Par le plus grand des hasards, je vous ai fait souvenir de vos jeunes années ? Ah ! Folle, folle jeunesse ! J’en connais qui donneraient la fortune de leurs parents pour retourner en arrière et retrouver leur vigueur et l’enthousiasme propre aux jeunes recrues. Vous dites que vous me préférez à mon cher et inimitable Wodhehouse. Je suis flattée d’avoir eu votre préférence. Je m’en dilate comme la guernouille (il y en a qui disent camarel pour caramel, je ne vois pas qui pourrait m’empêcher d’écrire guernouille) de la fable. Rassurez-vous, j’ai assez de sagesse pour m’arrêter avant l’explosion atomique. Merci Bisous Merci et toutes ces sortes de choses pour avoir pris le temps de : me lire, déposer votre avis et éclairer ma nuit avec vos étoiles.
Ps Je précise que toute ressemblance avec des faits s’étant produits ou des personnes ayant existé est purement fortuite.

Publié le 15 Septembre 2020
5
Ma chère @Parthemise33 Quand on vous lit on se croirait dans un livre de Pelham Grenville Wodehouse. Vous savez cet auteur qui aime l'ambiance de la vieille Angleterre, comment dit-on déjà…Ha oui, la gentry britannique. Malgré tout l'intérêt du monde entier pour les livres de ce monsieur et de son héros "Jeeves", je n'ai jamais réussi à dépasser la page trois. Trop de mots anglais tant aux sujets des noms de personnages qu'aux niveaux des noms de lieux. En à peine quelques pages, je ne sais plus qui est qui et ni où je suis. Mais heureusement vos histoires sont plus simples. Je ne peux que les aimer. Apparemment, je ne suis pas le seul. Bravo ! D'autant plus que vous parlez d'un endroit merveilleux où je suis allé en vacances quand j'avais 18 ans, belle époque où comme Henri IV "je croyais que c'était un os". Voyez-vous, moi aussi je suis capable d'insérer des citations de gens célèbres dans mes textes, mais comme dirait quelqu'un d'autre dont j'ignore le nom "je ne le ferais pas tous les jours" Bravo encore pour votre bon travail.
Publié le 14 Septembre 2020

Bonjour @Hello38, merci pour votre commentaire et vos étoiles magiques. La vie est pleine de surprises. J’ai donné aux Deux E la possibilité de faire le pas de côté favorable à leur union. Bon, c’est peut-être pas moral - moral, mais tellement agréable ! Merci Bisous Merci

Publié le 13 Septembre 2020
5
Style et vocabulaire élégants pour cette nouvelle légère qui se lit de façon très fluide et avec plaisir. Des descriptions qui subliment les lieux, des scènes "érotiques" sans voyeurisme, du surnaturel dans une nouvelle qui se déroule sans heurts.... tout est là pour passer un excellent moment.
Publié le 13 Septembre 2020

Cher M@René Sauvage Je vous remercie pour cet éloge de mon style que les critiques du XXIIème siècle qualifieront d’élégance vaporeuse. Vous allez penser que mon ego est insupportablement surdimensionné. Vous aurez parfaitement raison. Mais attirer l’attention d’un lecteur aussi avisé que vous est un grand honneur et ferait prendre la magno capite à n’importe qui. Merci Bisous Merci.

Publié le 12 Septembre 2020

Ecrire, imaginer, quel bonheur, on redessine les contours, on gomme, on colorie, ça paraît plus léger. Et ça paraît simple quand on vous lit !

Publié le 11 Septembre 2020

Chère @Annie Pic, Merci pour votre citation de La Fontaine (un auteur que j’adore), votre commentaire, vos étoiles et tout et tout. Comme disait Françoise Dorin dans « La Facture » , je cite de mémoire : les couples qui durent sont ceux qui se trompent en même temps. L’adultère ça peut fonctionner sur le continu, pas sur l’alternatif. J’irai peut être vérifier (avec mon cher et tendre) un de ces quatre, que la marchande de barbe à papa officie toujours sur L’Oeuf. Sait-on jamais...Un doux rêve d’amour ne se refuse pas. Bonne soirée à vous. Merci Bisous Merci.

Publié le 04 Septembre 2020
5
Chère Parthemise33, un petit régal ces petites fantaisies coquines. Préférons les remords aux regrets et vive le cocktail d'amour ! "Tout l'Univers obéit à l'Amour ; Belle Psyché, soumettez-lui votre âme. Les autres dieux à ce dieu font la cour, Et leur pouvoir est moins doux que sa flamme. Des jeunes cœurs c'est le suprême bien Aimez, aimez ; tout le reste n'est rien." Jean de La Fontaine (Éloge de l'amour) Qui ne rêverait pas d'avoir droit à une barbe à papa, avec à la clé, le pouvoir de remonter le temps ? Et, qui ne rêverait pas de raviver ses fantasmes enfouis, afin de soigner un amour qui s'étiole au fil du temps ? Merci pour ce partage rafraîchissant. Très bon après-midi à vous. Bises virtuelles, Annie
Publié le 04 Septembre 2020

ありがとうございました, Parthemise, pour ce titre que vous m'offrez si généreusement. Si je trouvais le temps d'écrire ce petit... petit quoi, d'ailleurs ? pamphlet sans doute, son titre pourrait être "Fantaisie sur la place de l’œuf dans la représentation d'une société du jetable". Un truc dans le style. Du lourd. J'ai même l'illustration de couverture : le premier œuf d'Henriette, dont la ponte fut pour moi l'équivalent d'un koan... Ah! tout ce que nous devons à la culture sino-japonaise. Bien le bonjour, Parthemise et MBM (et non BMB comme je l'écrivis précédemment)

Publié le 02 Septembre 2020

こんばんは Chère@Catarina Viti J’espère que vos cocottes n’ont pas été trop dégoûtées de ne pas se régaler d’histoires destinées à les distraire durant la ponte. Certainement que le mythe de l’œuf de Pangu les auraient incitées à créer des œufs  « philippine » à défaut de cosmiques. Entre amies des galliformes sous-espèce poules, je vous autorise à utiliser mon titre (légèrement modifié pour éviter toute confusion auprès des lecteurs). Une chose en passant, suis heureuse d’avoir rappelé à votre souvenir cette belle ville de Montpellier. Merci pour votre commentaire argumenté et votre observation indulgente sur les haïkus. Loin de moi l’idée d’égaler les grands maîtres du genre. J’aime le pastiche (le pastis aussi pour flamber les gambas) dans tous ses états et mon énergie iconoclaste (toujours en action) a pris ici le dessus sur mon respect de la tradition de cet art pluriséculaire. Comme aurait dit le Vicomte de Valmont ou mon jeune neveu « Ce n’est pas de ma faute ». Merci Bisous Merci

Publié le 01 Septembre 2020

Devenue raide dingue poulomane suite à l'adoption d'Henriette, Cocotte et Shirley -mes trois poules pondeuses-, j'ai été irrésistiblement attirée par le titre de votre nouvelle.
(Bien entendu, vous devez penser à l'instant que je vous prend pour une bille. Eh bien, pas du tout. Parfois, la réalité dépasse la fiction sans avoir à se fouler l'os de la rate.)
Mais, surprise ! je me suis retrouvée propulsée dans l'espace et le temps au "chœur" de cette chère place de la Comédie, mille fois arpentée au temps de ma jeunesse. Je suis donc passée le temps de dire ouf de mon poulailler à cette bonne vieille Montpellier, dont vous avez su brillamment capter une part d'âme. Rien d'étonnant à cela, je crois. Derrière vos lignes primesautières se profile toujours l'ombre portée d'une excellente connaissance de la symbolique, de l'histoire et des mythes anciens.
Cela dit... il est difficile l'art du haïku... un vrai casse-gueule pour occidentaux.
Merci pour ce moment de lecture. Si je n'y ai pas trouvé mon compte de poulettes, j'y ai passé un agréable quart-d'heure.
Mais ce titre... ce titre, Macarelle ! Me l’offririez-vous ? (au cas où je me mette un jour à rédiger un essai sur la place de l’œuf dans je ne sais pas encore quoi. Disons dans la représentation du monde.)
Allez, chère Parthemise, BMB !

Publié le 01 Septembre 2020

Chère Michèle @lamish Je vous remercie pour votre commentaire amical et toutes ces étoiles. À bas le blues du dimanche soir ! Que je me suis dit. J’espère que mon but a été atteint. J’aime semer félicité et douceur autour de moi. J’ai encore quelques projets en cours et je serai heureuse de les partager, quand ils seront prêts, avec vous et les lecteurs de MBS. Bisous Merci Bisous

Publié le 31 Août 2020