Le Roi est mort ! Vive le Roi !

14 pages de Sossé OUMEDIAN
Le Roi est mort ! Vive le Roi ! Sossé OUMEDIAN
Synopsis

Le 21 janvier 1793, le roi Louis XVI est guillotiné à Paris sonnant le glas d'une monarchie séculaire.
En octobre de la même année, Marie-Antoinette, reine de France, sera exécutée. Le dauphin, Louis-Charles, décèdera de la tuberculose. Marie-Thérèse Charlotte, premier enfant du couple royal, sera la seule à survivre, exilée hors de France.
Et si la reine et ses enfants avaient réussi à s'échapper de la prison du Temple ?
Je vous propose de découvrir dans cette nouvelle uchronique l'histoire d'une reine, le combat d'une mère pour sauver ses enfants d'un destin funeste.

Publié le 06 Octobre 2022

Les statistiques du livre

  110 Classement
  185 Lectures 30 jours
  1403 Lectures totales
  -25 Progression
  77 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

"Le Roi est mort ! Vive le Roi !" est le "Livre le +" du 14 octobre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Sossé OUMEDIAN, c’est pour cela qu'elle publie son uchronie sur monBestSeller.

Publié le 14 Octobre 2022

Ce livre est noté par

20 commentaires , 9 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Fernand Fallou
Cher monsieur,
Merci d'avoir lu mon histoire. Merci également pour votre commentaire.
Au plaisir de vous lire,
Sossé

Publié le 29 Octobre 2022
5
@Sossé OUMEDIAN J’ai lu d’un seul trait votre histoire. Je ne suis pas capable de vous raconter l’histoire de Louis XVI, mais dans mes souvenirs scolaires, je crois que c’était un bon roi débonnaire dit-on. Et je pense que la violence n’est pas du côté des débonnaires. Je pense à lui tous les ans à l’occasion de mon anniversaire le 20 janvier. (Pas la même année ;-)) à un jour près. Comme dit un de vos laudateurs, de toute façon, vous ne refaite pas l’histoire de France, mais vous écrivez une histoire et j’ai beaucoup aimé cette histoire. Bravo ! FF
Publié le 29 Octobre 2022

@Gabriel Schmitt et @Mary Montcalm
Merci pour vos commentaires et notes.
Au plaisir de vous lire,
Sossé

Publié le 22 Octobre 2022
3
@Sossé OUMEDIAN Voici mon commentaire bienveillant en assumant que votre ambition est de continuer d’écrire et de publier : La structure Au-delà de l’avis sur l’historicisme uchronique qui a ici suffisamment fait couler d’encre, je dirais que vous avez choisi de structurer votre narration plus comme « récitation » de l’Histoire que comme expérience de pensée historique. Il y a une insistance indéniable dans la description du moment historique qui n’aurait dû être que le point de départ de la présentation de « l’autrement », ou des « possibles », si l’on admet que l’uchronie est l’Histoire refaite en pensée telle qu'elle aurait pu être et qu'elle n'a pas été. Il manque l’effet domino qui influe sur le cours de l’Histoire, laissant la place au déséquilibre accentué par les longueurs comme celle remarquée de la scène d’hypnose. Ce n’est qu’à la page 12 que Marie-Antoinette se retrouve en terre alliée (enfin). À la page 13 vous nous livrez votre première (brève) réflexion sur la liberté. Puis c’est la fin ? Le style Le potentiel est bien présent même si le langage reste plutôt formel et standardisé. Un travail complémentaire sur les figures de style vous permettra, j’en suis certain, d’en améliorer le rythme et la fluidité, surtout, mettra plus en valeur la psychologie des personnages. P.S. La critique, par l’étymologie même du mot, implique le jugement. Chaque fois qu’une œuvre est élue par quelqu’un comme objet de discours, ce choix est déjà l’expression d’un jugement. Paul Valéry
Publié le 22 Octobre 2022

@Sossé OUMEDIAN Alors là félicitations ! Livre + dès la première publication et en à peine une semaine, ce n'est pas donné à tout le monde, chapeau !
Vous n'avez plus d'excuses pour ne pas continuer :)
Bien à vous
-LGA

Publié le 14 Octobre 2022
5
@Sossé OUMEDIAN Félicitations pour cette nouvelle remarquée par MBS. Qui (à part quelques descendants résiduels de sans-culottes non encore boboïsés) n'a pas rêvé de soustraire Louis XVI et sa famille à la vindicte de barbares assoiffés de sang bleu ? Alexandre Dumas s'y est essayé après avoir voulu également sauver Charles Ier d'Angleterre. A une tête près, vous avez été plus efficace que lui. Votre style est agréable, quant à votre lecture personnelle de l'histoire, je laisse aux noiseux le droit d'en palabrer. Après tout, je trouve Louis XI extrêmement sympathique malgré ses espions agitateurs des foules, et ses fillettes. Louis XVI aurait pu s'en inspirer. A être détesté, autant que ce soit pour quelque chose. Merci Bisous Merci pour cette lecture distrayante
Publié le 14 Octobre 2022

@FANNY DUMOND
Pour moi, il ne s'agissait pas de cautionner quoi que ce soit. Je voulais aller au bout de mon idée. Et encore une fois, je ne voulais nullement diffuser une mauvaise image du roi. J'avais fait des recherches au préalable et découvert que nous avions une fausse image du couple royal. Mais il me fallait un point de départ et pour le porter, j'ai choisi le point de vue du peuple. Envoyer ensuite le roi en Enfer me semblait être cohérent avec la façon dont j'ai dépeins mon personnage. Chacun sa logique et sa cohérence.
Quant à ma scène d'hypnose, oui, effectivement, elle aurait gagné à être écourtée.
Vous savez, j'accepte les conseils et les critiques tant qu'ils m'aident à avancer. Autrement, je ne me serai pas risquée à publier mon histoire (ma première publication, je souligne), qui plus est sur un sujet que je n'aurais pas pensé aussi sensible. Ma nouvelle fait couler de l'encre, c'est tant mieux :)

Publié le 10 Octobre 2022

Bonjour@Sossé OUMEDIAN J'avais bien compris que le début se base sur l'opinion du peuple, mais ce qui m'a dérangée, c'est que vous la cautionniez avec la justice divine qui envoie le monarque en Enfer ! donc coupable, même dans l'eau-delà. L'hypnose est beaucoup trop longue alors que ça urge et casse le rythme de la lecture de l'aventure qui n'est plus crédible. J'ai bien compris que c'est un moment que vous vouliez placer, mais peut-être qu'il aurait été plus judicieux d'endormir le garde avant l'évasion.

J'aurais aimé avoir de tels commentaires de conseils constructifs à mon arrivée sur le site fin 2014 (c'est d'une importance capitale de le souligner). Le tout premier était dans la compréhension, le soutien et les encouragements à poursuivre, tandis que le deuxième m'a déglinguée, sur le coup. Puis, j'en ai déduit que cette personne me voyait comme une concurrente dans le même genre littéraire que le sien. Un autre, y avait trouvé de l'humour pour dire des événements graves (c'était vrai), alors qu'un autre, qui ne l'avait sûrement pas lu, c'était bien bidonné !!!???

Bonne continuation et belle journée à vous. Fanny

Publié le 10 Octobre 2022

@Sossé OUMEDIAN
@Catarina Viti
Ah ben alors là ! Catarina, vous me scotchez ! Sossé écrit bien, dans son synopsis, que c'est une nouvelle uchronique. C'est quoi, l'uchronie ? C'est quand on réinvente le futur en modifiant un point dans le passé. Exemple : Fatherland ; L'Allemagne nazie a gagné la guerre. L'auteur modifie l'Histoire, mais il ne se fout pas du tout de ce qui s'est passé avant 45 ! Au contraire ! C'est le thème de son bouquin. Une épuration a lieu dans le Régime afin d'effacer toutes les traces des camps et des témoins devenus indésirables, car l'Allemagne veut renouer des liens avec ses anciens ennemis.
Dans une uchronie, on se préoccupe du passé pour modifier l'avenir. Sinon, à quoi bon ! Effectivement, autant changer de sujet, écrire cette histoire dans un monde parallèle, ou avec d'autres personnages.
Ce qui motive les personnages, ici, c'est que justement, le roi et la reine n'étaient pas comme les voyait le peuple révolutionnaire et que la Révolution et les adversaires du couple ont inventé certaines histoires. Sans compter le gros Louis XVIII qui ne rêvait que d'une chose : prendre le trône de son frère.
Bien sûr que oui, dans une uchronie, être au plus proche de la vérité du passé est très important, afin de donner un futur crédible. Sinon, effectivement, racontez une autre histoire.
Philippe

Publié le 10 Octobre 2022

@Catarina Viti
Très chère Catarina, merci de m'avoir parfaitement comprise et d'avoir saisi mes intentions. Cette histoire est le fruit de mon imagination. Bien que réels, j'ai souhaité donner à mes personnages une autre consistance, une autre personnalité, un autre destin. Comme vous le dites, je ne suis pas historienne mais je m'inspire de l'une des pages de notre Histoire pour en créer une autre. Je pense que c'est ce que nous faisons un peu tous, lorsque nous écrivons, nous nous inspirons de faits réels, de tranches de vie.
Au plaisir de vous lire.

Publié le 09 Octobre 2022

Eh ben... chère Sossé, en voilà de l'encre en tonneau ! J'ai bien compris que vous n'avez pas besoin d'aide (d'ailleurs, Sauveur n'est pas mon second prénom). Aussi, ce que je dis, c'est juste pour dire. L'Histoire, parlons-en. Qui serait en mesure de nous expliquer celle que nous sommes en train de vivre ? Qui est capable de dire ce qu'à été l'Histoire de France de telle à telle date, même proche ? L'Histoire, c'est un grand fourre-tout avec quelques faits... mouais... quand on sait ce que sont les faits... Alors, franchement, pour moi que XVI ait été comme ceci ou comme cela, je m'en moque quand je lis votre texte. Vous n'êtes pas historienne, vous ne venez pas nous raconter l'histoire de France, mais une histoire qui est la vôtre. En tout cas, c'est ainsi que je l'ai lue et comprise. Quant à la séance d'hypnose, peut-être parce que je connais l'hypnose, elle ne m'a pas gênée, au contraire, j'y ai tout de suite lu votre intention de créer une autre dimension. Finalement, vous auriez aussi bien pu écrire cette histoire sans préciser qu'il s'agit de XVI et sa famille.
A vous lire.

Publié le 09 Octobre 2022

@galodarsac
Merci pour vos conseils et vos encouragements. Vous avez raison, la scène d'hypnose, aussi cruciale soit-elle, aurait mérité d'être moins longue. Cela n'aurait rien levé à son importance quant au déroulement de l'histoire.
Plus encore, je suis rassurée de lire que l'on comprend et respecte le point de vue que j'ai adopté et semble-t-il, osé, mettre en avant. Heureusement, mon histoire n'est pas parfaite. Mon souhait est de m'améliorer, sans prétention aucune. Vos conseils m'y aideront très certainement. Aussi, je vous remercie d'avoir pris le temps de découvrir mon histoire. Il s'agit là d'un très beau cadeau pour la jeune (plus très jeune en fait) autrice que je suis.

Publié le 08 Octobre 2022

@Sossé OUMEDIAN Je vois dans votre réponse à PdV que vous envisagez une suite à votre nouvelle, je ne peux évidemment que vous y encourager ! Pour m'être essayé moi-même au genre, comme je disais précédemment, je sais qu'il est très difficile et semé d'embûches, surtout si l'histoire alternative doit se prolonger dans le temps (trop de paramètres imprévisibles). Le pire piège, à mon sens, est de vouloir trop détailler les conséquences du basculement à long terme. On s'y noie vite et le lecteur avec ! C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je l'ai mise en suspens jusqu'à décantation... Mieux vaut se focaliser sur l'intrigue en elle-même, et s'en tenir à des grandes lignes pour le reste. Je ne dis pas cela pour jouer les professeurs naturellement, mais juste pour vous faire profiter de mon expérience (qui vaut ce qu'elle vaut, vu qu'elle n'a pas encore abouti). Vous souhaitant bonne chance et bon courage, en attendant vos prochaines contributions !

Publié le 08 Octobre 2022

@hanna plnck Vous n'y êtes pas du tout. Vous faites un jugement de valeur sans me connaitre. Un peu prétentieux de votre part je trouve. J'accepte toutes les critiques lorsqu'elles sont constructives. Je ne prends pas la mouche. J'ai écrit plusieurs commentaires pour motiver mes choix, notamment celui de dépeindre Louis XVI de cette manière. Je ne le répèterai pas ici. Si vous aviez lu mes commentaires précédents, peut-être auriez-vous mieux compris. Cela étant, il s'agit de mes choix narratifs et je pense que je n'ai même pas à les motiver. Chacun pense et réfléchit son histoire comme il entend et utilise ses personnages comme il l'entend. C'est ce que j'ai essayé de faire. Comme tout, cela peut plaire ou non. C'est la liberté de chacun. Je respecte votre opinion. J'en attends le même retour. Si vous ne vous en sentez pas capable, ne lisez plus les écrits que je pourrais publier sur cette plateforme à l'avenir. Je pense qu'il y a suffisamment d'écrits ici pour que chacun trouve son bonheur. Inutile d'épiloguer.

Publié le 08 Octobre 2022

@Sossé OUMEDIAN
Ne prenez pas ainsi la mouche. Je respecte parfaitement vos choix. Et ce n'est pas ma faute si le fait de donner une image totalement erronée de Louis XVI ruine en partie la suite de votre histoire. Quand on veut donner le récit d'une histoire "parallèle", autant partir de données historiques exactes, sinon où est l'intérêt ? Mais j'ai bien compris que vous n'étiez pas capable d'admettre des commentaires autres qu'élogieux, alors faites comme si je n'avais rien dit.

Publié le 08 Octobre 2022

@Philippe De Vos
Merci pour votre retour. Je voulais axer cette nouvelle autour de Marie-Antoinette et du dauphin. Et honnêtement, dans mon idée de départ, ma nouvelle ne devait pas s'arrêtait là, elle devait continuer avec le jeune Louis-Charles, devenu Louis XVII (son destin m'avait bouleversée, une page noire dans l'histoire de France). Et toutes les questions que vous posez concernant Louis XVII, je me les suis posées ! C'était l'histoire que je voulais écrire au départ mais ce n'était plus une nouvelle, ça devenait un roman ! En parallèle, j'avais fait des recherches sur Louis XVI et Marie-Antoinette. Et j'avais découvert que nous avions une mauvaise idée du couple royal. Le sort de la reine m'avait beaucoup touchée et en écrivant, c'est tout naturellement que j'ai axé ma nouvelle autour de la reine et de son combat pour sauver ses enfants. L'exécution de roi n'est que le point de départ de mon histoire. Je voudrais qu'on comprenne que je n'ai pas voulu diffuser une fausse idée du roi. J'ai juste voulu me plonger dans l'ambiance de la Révolution, me mettre dans la peau de ce peuple qui voulait la mort du roi. Simplement commencer mon histoire par le point de vue de ce peuple. C'est en tout cas le schéma narratif que j'ai souhaité adopter.
Ceci étant dit, je suis ravie de voir que mon histoire fait parler d'elle. Il s'agissait de mon premier essai dans ce genre littéraire. Il s'agit même du premier texte que je partage ! Beaucoup, beaucoup, beaucoup d'hésitation avant de partager mon histoire. Mais je ne regrette absolument pas d'avoir sauté le pas. Surtout lorsque je lis vos avis. Sans oublier ceux de @galodarsac et @FANNY DUMOND. Merci à vous pour vos encouragements et votre bienveillance.

Publié le 08 Octobre 2022

@Sossé OUMEDIAN Je rebondis sur votre réponse, concernant la séance d'hypnose: si elle est le facteur de basculement, ok, c'est le détail important. Trop d'uchronies se contentent du "et si" sans donner le basculement, ce qui à mon sens leur enlève beaucoup d'intérêt. Donc, va pour l'hypnose. Toutefois, je maintiens qu'elle est bien trop longue, le lecteur décroche. Les quelques premières phrases auraient suffi, quitte à préciser en "off" que ça dure deux ou trois minutes. Telle qu'elle est, elle coupe l'élan de lecture et je trouve que c'est dommage.
En ce qui concerne le basculement en lui-même, en fait il n'y a pas que l'hypnose, il y a aussi la volonté des gardiens d'aider la reine, et cette lettre qu'elle écrit (cela fait donc trois points d'écart avec la réalité). Pour ma part (mais ce n'est que mon avis), je trouve plus intéressant les basculements où il n'y a qu'un seul facteur, une ironie de l'Histoire qui fait tout changer, comme la ligne de partage des eaux sur la montagne. Je trouve fascinants ces détails insignifiants en soi qui vont tout chambouler. J'ai moi-même une uchronie en projet, avec un tel basculement, mais je n'en dis pas plus car il est loin d'être terminé !
Je vous renouvelle toutefois mes félicitations pour votre style, et mes encouragements pour continuer.

Publié le 08 Octobre 2022

Lorsque j'ai lu le début, je me suis dit effectivement : non, ce n'est pas Louis XVI ! Louis XVI était un roi qui aimait la chasse et les mécanismes d'horlogerie. Il aimait manger. Et il aimait son peuple. Il était un roi moderne, en ce sens qu'il a pris des décisions pour améliorer la vie du peuple. Je prends l'exemple des marins qui mourraient en nombre en mer à cause de conditions déplorables. Il a amélioré les conditions de vie de marins et fait chuter le nombre de morts. C'est un exemple.
Donc, au début, je me suis dit : propos anti monarchiste (elle a le droit, mais…), et ensuite, je comprends que la nouvelle se dirige vers le sauvetage de la reine, ses enfants, donc de la monarchie et ainsi, le début n'est pas la vérité; le début, c'est la vision erronée du peuple auquel on a servi beaucoup de mensonges. On a aussi tout fait pour compromettre la Reine : L'histoire du collier hors de prix, c'est une machination. La phrase qu'elle n'a pas prononcée : s'ils n'ont pas de pain, qu'ils mangent de la brioche. L'inceste dont elle a été accusée et dont elle est innocente. La trahison de la France qu'il faudrait détailler, car elle cherchait surtout à sauver sa peau et sa famille.
Bref, la suite raconte une uchronie que Dumas n'a pas écrite (je répète, Maison Rouge échoue)… mais Dumas était-il royaliste ? Républicain ? Il a oscillé entre les deux. Ce qui me semble sûr, c'est qu'il était peu Bonapartiste !
Si on en revient à l'uchronie, moi, je ne lui vois que ce petit bémol : la longueur de l'hypnose. Sinon, elle est très crédible. Encore une fois, Cagliostro, alias Balsamo dans Dumas en use. Donc, tout tient la route. Dommage que De Fersen soit absent, car lui, avait aussi l'obsession de sauver la Reine.
Alors, faire de cette nouvelle un roman ? À quoi bon, sinon (et là c'est très dur), inventer une vraie suite : que devient Louis XVII ? Attendra-t-il la fin de l'Empire pour apparaître ou bien, dès 1794 prétend-il à la couronne ? Et Napoléon, sans l'Empire, que serait-il devenu ? Voilà l'uchronie à écrire !
Il faut aussi se souvenir que la Reine avait un vague sosie qui, dit-on, lui causa du tort (notamment au moment de l'histoire du collier/ Nicole Leguay d'Oliva, il me semble). On aurait aussi pu guillotiner le sosie ! C'est une piste, et là, ça peut être du Dumas ! IL y avait aussi La comtesse de Galléan, châtelaine de Sauvan qui ressemblait à Marie-Antoinette et qui lui proposa de se substituer à elle,; la Reine refusa. Quoi qu'il en soit, celle période est riche en intrigues. Relire Dumas et le cycle de la Révolution : La comtesse de Charny, Le Collier de la Reine, Ange Pitou, Joseph Balsamo.
Cordialement et merci pour cette nouvelle qui fait parler.

Publié le 08 Octobre 2022

@hannah plnck
La lecture et l'écriture font appel à des goûts. Par excellence, les goûts sont subjectifs. Donc je comprends très bien que mon histoire ne vous plaise pas. Et je respecte.
Quant à mon choix de dépeindre Louis XVI comme un tyran, je pense l'avoir expliqué dans un de mes commentaires. Si tant est que je doive motiver mes choix. Je pense que mes choix doivent aussi être respectés.

Publié le 08 Octobre 2022
5
bonjour@Sossé OUMEDIAN J'ai lu votre nouvelle hier soir et je m'apprêtais à vous laisser un commentaire aujourd'hui et je viens de lire celui de@galodarsac qui résume ce que je voulais souligner. Comme lui, j'y ai vu plutôt notre époque. Pour avoir lu divers livres historiques sur ce monarque et son épouse, leurs descriptions de tyran et de frivolités sont loin d'être la vérité. Nous ne sortons pas de nos préjugés installés dans nos têtes par nos livres d'Histoire à l'école qui raccourcissaient beaucoup trop : Marie-Antoinette et sa brioche, Louis XI qui enfermaient ses prisonniers dans des cages dans lesquelles ils ne pouvaient se tenir debout et tant d'autres exemples. Néanmoins, je salue votre nouvelle pour ce bon moment de lecture d'aventures et pour votre " si " pour cette femme attachante qui ne méritait pas son infâme procès ni son si triste sort, à mon avis. Bon weekend à vous deux. Bien cordialement. Fanny
Publié le 08 Octobre 2022

@Sossé OUMEDIAN
Je partage entièrement le commentaire de galodarsac sur l'image fausse que vous donnez de Louis XVI, ce qui ôte beaucoup d'intérêt à votre nouvelle. De plus, là où il y a suffisamment de péripéties pour écrire un gros roman à la Dumas et consorts, vous ne nous offrez qu'une courte nouvelle, d'où un sentiment légitime, je crois, de frustration. De fait, on dirait plus un résumé détaillé qu'autre chose. Bref, je trouve excessivement généreux ceux qui vous accordent cinq étoiles.

Publié le 08 Octobre 2022

@galodarsac Merci pour votre vote et vos réflexions :)
Pour construire mon histoire, j'avais fait des recherches sur louis XVI et Marie-Antoinette. Effectivement, j'avais lu qu'il n'était pas forcément ce roi à l'égo démesuré. Le choix de le dépeindre comme un tortionnaire est simple : je voulais porter la voix du peuple de 1793 (bien sûr, cette majorité contre la monarchie). Dans cette tâche, peut-être n'y suis-je pas arrivée ou peut-être y suis-je trop bien arrivée. Quant à la scène d'hypnose, il s'agissait d'une contrainte que je m'étais fixée. Elle constitue le point névralgique de mon histoire, la scène sans laquelle l'histoire n'aurait pas basculé. La scène qui écrit une Histoire parallèle.

Publié le 08 Octobre 2022
5
Je note pour la valeur littéraire et le style, le genre uchronique étant par essence très difficile (contrairement à la réalité, il doit rester crédible), et vous vous en tirez très bien. // Sur la forme, j'apporterai le même bémol que les commentateurs précédents: la scène de l'hypnose est beaucoup, beaucoup trop longue (et même, à mon avis, inutile: elle ne fait qu'alourdir le récit, une simple ruse aurait suffi). Personnellement je n'en ai lu que le quart, trop répétitif, on dirait une vraie séance. // Sur le fond... Louis XVI était tout sauf le tyran que vous décrivez. Comme le disait sa sœur à son procès, "Si mon frère eût été ce que vous dites, je ne serais point où je suis, ni vous où vous êtes." Jamais aucun roi de France n'a "criblé de balles" son peuple. On ne peut pas en dire autant des Républiques...// Quant au souverain arrogant à l'égo démesuré, sourd et aveugle au sort des Français, écrasant d'impôts des paysans réduits à ramper pour subsister, un monarque vendu aux puissances étrangères, faisant tirer sur son peuple... Là vous ne décrivez pas Louis XVI, mais bien un président très actuel...
Publié le 08 Octobre 2022

Philippe, Catarina et Michèle, quel plaisir de lire vos commentaires ! J'accueille avec tout mon cœur vos encouragements. Vos remarques sont très pertinentes, je les retiens pour mes prochains écrits.
Je manque de confiance en moi et suis peu bienveillante envers moi-même. Alors, pour moi, mes écrits me semblent fades. Découvrir vos retours a été une vraie surprise et m'aide à accepter mes qualités.
Encore merci à tous.

Publié le 06 Octobre 2022
5
@Sossé OUMEDIAN Interpellée par « l’attroupement » (c’est de l’humour) et les pluies d’étoiles, je les ai suivis, vous ai lue… et n’ai pas été déçue… Vous êtes douée, Sossé. /// Phrases courtes, richesse du verbe, rythme, rendent votre style alerte, font qu’il est difficile de lâcher votre récit /// J’ai aimé retrouver l’ambiance de ces romans d’aventure sur fond historique que je dévorais, enfant ; qui me faisaient élucubrer des rêves éveillés et des promesses de fidélité à de nobles valeurs. Je crois même avoir sauvé la reine de l’échafaud à mon tour :-) ! /// De belles fulgurances, comme le souligne Lucas, donc rien à redire, si ce n’est, effectivement, la longueur (d’accord avec Philippe) et la fin de l’hypnose (qui m’a fait me demander où dormait la femme de Tison pour ne pas se réveiller). Attention également de ne pas trop user de l’anaphore… Dans une nouvelle, ça passe, mais vous êtes juste à la limite de l’excès ;-). /// Merci pour ce très bon moment passé en votre compagnie et bonne soirée, Michèle
Publié le 06 Octobre 2022
5
L'autre Dumas, ici, sur mBS ? « On peut violer l'histoire à condition de lui faire de beaux enfants », écrivait-il. C'est ce que vous avez fait. Lui, avait imaginé le Chevalier de Maison Rouge, il avait aussi redonné du lustre à Cagliostro (plutôt anti royaliste, je crois ?), vous usez de Mesmer et son élève… Mais Maison Rouge échoue ! Tout va bien dans votre nouvelle, juste le moment de l'hypnose un poil trop long. Et un léger, tout léger bémol sur le début : la tête tranchée sans bavure; le roi, mal installé sur sa planche, eut la tête tranchée plus près du menton que de la nuque et poussa un cri de douleur. On n'est pas là pour faire de la politique, mais celui qui, comme moi, glisse peu à peu du républicain au royaliste (voyant la mort piteuse de notre République aux mains de gens qui ne la mérite pas) se met à rêver que cette chose put arriver. Petite provocation de ma part : Vive le Roi !
Publié le 06 Octobre 2022
5
Alors, là, chapeau ! Pour moi, vous avez réussi trois exploits : revisiter l'histoire sans "faire du Wikipedia" , passer de l'Histoire à la fiction sans raccord voyant, sans fausse note, vous avez trouvé des idées originales, certaines étonnantes, et quatre (car à Marseille, c'est bien connu, les tiers vont par quatre) : vous invitez votre lecteur à mener une réflexion personnelle sur le sens des engagements, sur les croyances, sur le cours des choses. Les étoiles de circonstance. Cinq belles et bien grosses, à titre d'encouragement et de remerciement pour ce bon moment de lecture.
Publié le 06 Octobre 2022

Merci pour votre avis @LucasBelmont :) Il s'agit du premier texte que j'ose partager, j'avoue avec une pointe d'appréhension. Votre avis très constructif me touche beaucoup et m'encourage à partager d'autres productions, de nature différente. Merci encore.

Publié le 06 Octobre 2022
5
@Sossé OUMEDIAN Un texte inattendu et surprenant qui nous fait voyager au coeur d'un moment historique, changeant les paramètres, changeant la grande Histoire tout en nous la faisant vivre de l'intérieur. L'écriture est alerte, nourrie d'images fortes, de métaphores réussies, et d'une énergie qui retient l'attention: on est dans l'Histoire. Quelques envolées métaphysiques et fulgurances philosophiques achèvent de convaincre le lecteur sur l'ambition de cette nouvelle qui a l'étoffe d'un roman. L'enchaînement des phrases courtes est un choix de l'auteur, donne un rythme précipité à la lecture, peut-être trop:) Une belle réussite, et l'occasion de se plonger dans une page de l'Histoire habilement réécrite.
Publié le 06 Octobre 2022