ANNE

65 pages de Michel Bugnon-Mordant
ANNE Michel Bugnon-Mordant
Synopsis

Philippe Carais, auteur à succès, financièrement à l'aise, cultivé, courtois, séduisant septuagénaire, vit à la campagne. Un matin, une jeune fille surgit dans son jardin. Elle est en panne de moto. Philippe est attiré par son charme juvénile, son innocence, son intelligence. Il la retient tandis que le chauffeur répare sa moto. Ils parlent et se découvrent l'un l'autre. Il comprendra brusquement ce qui chez elle le séduit en toute innocence. L'enchaînement qui suit et se prolongera sur trois actes, avec des rebondissements surprenants et parfois dramatiques, lancera le spectateur sur un chemin initiatique émouvant, parfois comique, ouvrant au tragique de la vie même.

Publié le 29 Janvier 2024

Les statistiques du livre

  26 Classement
  693 Lectures 30 jours
  1913 Lectures totales
  -4 Progression
  88 Téléchargement
  7 Bibliothèque
 

"ANNE" est le "Livre le +" du 1er mars. Retrouvez l'article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Michel Bugnon-Mordant, c’est pour cela qu'il publie sa pièce de théâtre sur monBestSeller.

Publié le 01 Mars 2024

Ce livre est noté par

20 commentaires , 7 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

JoeyNat

J'ai déjà reçu bien des commentaires favorables, mais jamais une analyse aussi fine, exhaustive et précise que la vôtre. J'en ai conçu de la joie mais surtout le sens d'une responsabilité infinie m'incombant de ne pas décevoir lors de mes prochains écrits. Soyez infiniment remercié.

Publié le 16 Avril 2024

@Michel Bugnon-Mordant
Je viens de terminer votre pièce "ANNE", et je tenais absolument à vous partager mon admiration et mon enthousiasme pour cette œuvre remarquable. Dès les premières scènes, j'ai été captivé par la vivacité et la profondeur des dialogues qui s'entrelacent habilement avec un décor descriptif très pictural. Votre capacité à peindre des situations avec des mots m'a souvent donné l'impression d'être assis sur cette terrasse aux bords de Seine, spectateur privilégié de ces échanges à la fois touchants et chargés de sens.

Les personnages d'Anne et de Philippe sont particulièrement bien construits, chacun portant en lui une complexité qui les rend incroyablement réels et attachants. Philippe, avec son élégance un peu désuète et son esprit à la fois critique et tendre, est un personnage qui suscite à la fois sympathie et réflexion. Quant à Anne, son esprit vif et son courage d'affronter des vérités parfois douloureuses m'ont beaucoup touché.

Votre pièce ne se contente pas de divertir ; elle invite le lecteur à une introspection sur des thèmes universels tels que les relations familiales, le regret et la rédemption. La manière dont vous abordez la complexité des liens entre grand-père et petite-fille, leurs malentendus, leurs secrets et finalement leur réconciliation, offre une richesse émotionnelle intense.

Merci de nous offrir des œuvres qui allient la beauté de l'art dramatique à la profondeur psychologique. "ANNE" est un véritable joyau qui, je l'espère, touchera beaucoup d'autres lecteurs et spectateurs.

Publié le 15 Avril 2024

@Sylvie de Tauriac. Je vous réponds volontiers mais de manière succincte car il faudrait plusieurs pages pour expliquer véritablement ma position. En bref, je dirai ceci. Je ne suis pas du tout marxiste et l'expérience nous a montré que le communisme ne marche pas. Je sais que le capitalisme est un moteur essentiel de création de richesses et que la liberté d'entreprise doit être préservée. Il y a toutefois deux types généraux de capitalisme : le capitalisme de prédation (celui qui règne aujourd'hui dans le monde depuis la disparition des frontières pour les capitaux, les hommes et les communications) et le capitalisme de responsabilité dans lequel l'Etat joue un rôle essentiel de frein, de redistribution et d'équilibre. Ce dernier est devenu inopérant pour la bonne raison que les Etats et leurs personnel (politique, administratif) sont entre les mains des capitalistes prédateurs. Il n'y a donc plus trace d'un pouvoir politique arbitral (et non arbitraire) au service du peuple, de la nation et du mode de vie inhérent au développement historique de la patrie.

Publié le 05 Avril 2024
4
Les dialogues sont intéressants car les personnages abordent des questions politiques et philosophiques, mais j'ai une question à vous poser : vous faites une critique assez marxiste du capitalisme avec d'un côté le méchant patron et de l'autre les exploités. Ce modèle économique a pourtant bien fonctionné. Quel est selon vous le modèle économique idéal pour assurer la prospérité ? @Sylvie de Tauriac
Publié le 05 Avril 2024

@Sylvie de Tauriac

Je suis sensible, Madame, au fait que vous ayez choisi ma pièce pour votre bibliothèque.

Publié le 03 Avril 2024

@Dalila Agag

Merci, Madame, d'avoir retenu ma pièce pour votre bibliothèque.

Publié le 03 Avril 2024

@Florent Terrassin. Merci d'avoir ajouté "Anne" à votre bibliothèque.
M. BM

Publié le 22 Mars 2024

@MouniaF. Merci pour votre aimable commentaire.

M. BM

Publié le 14 Mars 2024

@thorp. Merci d'avoir inclus ma pièce dans votre bibliothèque.

M. BM

Publié le 14 Mars 2024

@Emmanuelle de Verdilhac.

Merci pour vos remarques intéressantes. Pour le donneur de leçon, je réclame l'indulgence due à un essayiste déjà blanchi sous le harnais dans le domaine de la géopolitique et qui connaît son sujet.

Michel Bugnon-Mordant

Publié le 14 Mars 2024
4
Bien écrit, bien mené, intéressant, vraie leçon de politique, mais un peu donneur de leçon.
Publié le 14 Mars 2024

@ZOE FLORENT. Rien ne m'est plus précieux qu'un avis détaillé et enrichissant. C'est le cas du vôtre et je vous en suis reconnaissant. Il est exact que si j'avais une vaste demeure et du personnel de maison, c'est un peu ainsi que je m'adresserais à lui : avec une fermeté bienveillante. Philippe est comme moi septuagénaire, nous appartenons donc à une génération qui tient beaucoup à la courtoisie et aux relations hiérarchiques (qui existeront toujours) apaisées et un peu paternalistes (j'en ai vu des exemples). Quant au 3e acte, je suis satisfait que l'insuffisance explicative de Jérôme apparaisse pour ce qu'elle est : une approche des gens et des événements qui peinera à se modifier. Les petites-filles semblent ne pas s'y tromper.
Michel Bugnon-Mordant

Publié le 11 Mars 2024
5
@Michel Bugnon-Mordant J'ai passé un agréable moment en compagnie de vos personnages, avec cependant l'étrange impression d'un décalage entre l'époque (relativement contemporaine de par les sujets abordés) et le ton de certains dialogues (parfois très début du siècle dernier), impression probablement accentuée par la relation de Philippe avec ses employés de maison. Mais elle ne m'a pas empêchée de les apprécier. /// Sinon, grosse préférence pour le premier acte et la finesse intellectuelle de l'échange entre Anne et Philippe. Plus tard, celui entre Jérôme et ce dernier m'a beaucoup intéressée aussi. Un peu moins la fin, les justifications de Jérôme m'ayant très moyennement convaincue, pour ne pas dire que je les ai trouvées un peu capillotractées ;-). /// Mais je le répète, j'ai passé un très agréable moment, facilité par une immersion totale. Merci pour cela et bonne journée. Amicalement, Michèle
Publié le 11 Mars 2024

@ Michel Bugnon-Mordant
Bonsoir, mon commentaire nest pas indulgent, il est sincère. Écrire une pièce de théâtre est un exercice difficile que vous maîtrisez parfaitement. A part quelques rares descriptions de décor ou de mise en scène,, l’imagination du lecteur est plus sollicitée que dans un roman. Personnellement, si la pièce est bonne, je visualise très bien les personnages et leur jeu. C’est le cas ici. À l’acte II, dans la confrontation des deux grands pères, même si comparaison n’est pas raison, j’ai pensé au souper entre Talleyrand et Fouché. Deux approches différentes du monde, deux personnalités à la fois opposées et semblables dans leurs enfermements. Merci Bisous Merci et continuez à écrire pour le théâtre

Publié le 05 Mars 2024

@Parthemise33. Je suis sensible à votre commentaire fort indulgent pour mes modestes qualités, surtout comparées à celles de ces maîtres que je vénère : Guitry et Anouilh. Vos paroles m'engagent à faire mieux encore afin de ne pas décevoir. Merci pour votre encourageant témoignage.
Je vous embrasse à mon tour.
Michel Bugnon-Mordant

Publié le 05 Mars 2024
5
@Michel Bugnon-Mordant J'ai découvert votre pièce grâce à sa mise en avant par MBS. J'ai aimé le cocktail humour-acidité assaisonné d'un soupçon d'amertume teintée de sarcasme. L'action commence par un badinage à la Sacha Guitry pour glisser rapidement sur du Jean Anouilh (surtout la fin à laquelle il faudrait ajouter en fond sonore une ritournelle tristounette mais en andante), avec tout plein de réflexitude sur la vie, la difficulté de communiquer, le libre-arbitre et la responsabilité de chacun sur ses choix. Il est plus courant de se défausser sur les autres des décisions que nous avons prises, que de les assumer. Merci Bisous Merci
Publié le 05 Mars 2024
5
J'adore ta manière de présenter l'histoire qui semble, au début, être une rencontre un peu plus banale, mais les intrigues donnent envie de continuer à les lire.
Publié le 04 Mars 2024

@nicola niclass
Merci pour votre commentaire. Peut-être, en effet.

Michel Bugnon-Mordant

Publié le 03 Mars 2024

@nicola niclass
Merci pour votre commentaire. Peut-être, en effet.

Michel Bugnon-Mordant

Publié le 03 Mars 2024
5
Bonjour, Peut-être un jour, les lecteurs de votre pièce de théâtre auront le plaisir de la décourvir dans un café théâtre. Nicola Niclass www.amazon.fr
Publié le 02 Mars 2024

Cette pièce, ANNE, représente une espérance : que le théâtre civilisé, je veux dire digne de ce qu'a été durant des siècles la civilisation européenne, trouve un metteur en scène, des acteurs, un directeur de théâtre disposés à renouer avec la décence. Bref : foin des délires woke, ultralibéraux et autres qui déshonorent le souvenir de nos prédécesseurs, j'ose attendre d'artistes intelligents et pas encore contaminés par la déchéance ambiante qu'ils offrent à mes personnages et à mes dialogues la scène qui leur revient. Les centaines de lecteurs qui m'ont fait le plaisir de faire vivre dans leur esprit l'histoire que je raconte constituent un appel au renouveau.

Michel Bugnon-Mordant

Publié le 01 Mars 2024

@Gabie Chantry
Vos compliments me vont droit au coeur. Je n'en tire aucune vanité mais plutôt le sens d'une responsabilité face au lecteur : celle de ne pas décevoir en travaillant et retravaillant les textes. J'avoue n'avoir pas songé à l'éventuelle actualité ou non des prénoms, je les ai choisis naturellement car je les ai toujours trouvés charmants et chargés d'histoire. Je serai plus attentif la prochaine fois.

Michel Bugnon-Mordant

Publié le 22 Février 2024
5
Un délice. C’est fin, drôle, léger. C’est un art vraiment de savoir écrire des réparties comme ça, de s’abstenir de toute narration pour ne faire tout passer que dans les dialogues. Et le tout, émaillé de petites phrases par ci par là, de citations bien venues, non pour pavaner, mais donner un peu de hauteur de vue, surtout d’esprit d’ailleurs. Et pendant ce temps-là, nous, nous pouvons picorer de ci de là. (Bon, ayant couvert votre pain de confiture, peut-être les prénoms de cette jeune fille, et de sa soeur, sont un tantinet démodé, non ?)
Publié le 22 Février 2024

@Jean Félix EVEN
Je vous remercie d'avoir inscrit ma pièce, ANNE, dans votre bibliothèque.

Michel Bugnon-Mordant

Publié le 19 Février 2024

Merci à la personne qui a enregistré ANNE dans sa bibliothèque.

Michel Bugnon-Mordant

Publié le 07 Février 2024

@T. GUENARD
Durant la phase d'écriture de ma pièce, les deux principaux personnages ont été dès le début revêtus, dans ma tête, des personnalités de deux comédiens magnifiques : Jean Piat (Philippe Carais) et Michel Bouquet (Jérôme Provant-Malais). L'allure, le visage, la voix de chacun d'eux hantaient mes sens. Encore de ce monde à la fin du 1er acte, ils ne l'étaient hélas plus à la fin du 3e. Votre commentaire, si précis, si subtil, si encourageant, pour lequel je vous remercie bien sincèrement, m'autorise à penser que ces grands du théâtre n'auraient peut-être pas été offusqués si j'étais parvenu à leur proposer le rôle que je leur destinais. Michel Bugnon-Mordant

Publié le 31 Janvier 2024

Des dialogues savoureux avec un humour souvent piquant, beaucoup d’émotion, des retournements de situation, parfois on rit, parfois on pleure. Les personnages ont de la répartie, un sacré humour, ils sont vifs d’esprit, ils se testent, s’observent, en tout cas ils ne laissent pas indifférents. L'histoire est aussi pleine de surprises et de rebondissements, on ne s'ennuie pas!

Publié le 30 Janvier 2024