L'Autre, ingénue ou inconnu

19 pages de Damian Jade
L'Autre, ingénue ou inconnu Damian Jade
Synopsis

Nous étions venus ici faire un peu de guitare, les yeux plongés dans la mer, hors des sentiers battus.

Nous n’aurons tenu qu’une partie de nos promesses.

Si vous ne connaissez pas les calanques :
https://fb.watch/q4eyQIwUZX/

Publié le 06 Février 2024

Les statistiques du livre

  1232 Classement
  50 Lectures 30 jours
  433 Lectures totales
  -266 Progression
  13 Téléchargement
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 5 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Annie Pic Mille mercis Annie pour votre retour. Je suis touché par vos mots.
Damian.

Publié le 12 Février 2024
3
Bonsoir Damien Jade / Dans la chaleur d'un mois de février propice à la fantasmagorie, et de dame nature qui absorbe les âmes et les corps, vous distillez l'éternité de l'instant. Puis quand le temps s'évanouit pour laisser place à la soumission, vous écrivez dans une envolée lyrique, la quintessence de la jouissance. J'aime imaginer que seule leur pensée provoque, à l'unisson, le stimulus de l'Autre. Belle soirée à vous, Annie
Publié le 11 Février 2024

@alain.lamoliatte
Merci pour ce retour enthousiaste :-)
Heureux que cela vous ait rappelé un peu de ces lieux magnifiques.
Damian.

Publié le 09 Février 2024
3
C'est immensément beau. Cela l'est dotant plus que je connais les lieux. Votre récit est poétique, excitant, contemplatif et en même temps irréel. J'ai adoré le style, le tempo et cette idée de garder les yeux fermés. Merci pour ce magnifique moment.
Publié le 08 Février 2024

"Concernant le fond, le récit se veut aux antipodes de ces plages connues de beaucoup, où la rencontre est facile." Je suis bien d'accord, pour les deux personnages qui méditent et dont l'état d'esprit diffère, mais l'attitude de l'ingénu inconnu (ou de l'ingénue inconnue ;-)) n'est pas du tout aux antipodes de ce qui s'y pratique.
Pour ce qui est des confidences, loin de moi le fait d'imaginer qu'il s'agit de ton vécu. Je voulais utiliser ce mot dans le sens large du terme.
Bonne nuit,
Michèle

Publié le 07 Février 2024

@Zoé Florent,
Bonsoir Michèle et merci pour ce retour fourni et argumenté.
Je tente d'y répondre au mieux.

L'écriture de ce texte est venue après un long moment méditatif, dirigé vers l'extérieur, vers la nature et avec une personne à l'esprit, bien autre que moi et de mon esprit qui était mis en sourdine.
Autant que je m'en souvienne, je ne me regardais pas écrire, je laissais plutôt la plume s'échaper sans rien contrôler vraiment.
Je n'ai, d'ailleurs, rien repris du premier jet, si ce n'est pour corriger quelques coquilles.

Concernant le fond, le récit se veut aux antipodes de ces plages connues de beaucoup, où la rencontre est facile.
Ici, les personnages sont partis en amis, faire de la guitare avec pour autre objectif de s'imerger en pleine nature, là où ils ne rencontreraient, a priori, personne, perchés bien plus haut que les plages, dans des sentiers perdus, tels que les offrent ces calanques.

Il n'est pas évoqué le terme "fantasme" dans ce récit, car il n'y en a pas. Il est évoqué un instant, une surprise, des pensées aussi mais seulement pour marquer le fait que l'objet du désir de l'un diffère probablement de celui de l'autre.
Les yeux clos jusqu'au dernier instant offrent à chacun des personnages la possibilité de voir ce qu'il souhaite, différemment de l'autre, et de rester pourtant dans cette connexion entre eux-deux, malgré la visite qu'ils accueillent. Une forme de complicité, voire de partage presque amoureux.
Complicité dans laquelle j'ai souhaité inviter le lecteur, la lectrice, et lui proposer de voir, lui/elle aussi, plutôt tel visiteur ou telle visiteuse, à sa guise.
Les deux amis partagent le même amour pour la nature, pour la méditation 'yeux clos' et pour le lâcher-prise de l'esprit et des sens. Ce qui explique que tout ce "temps" (que nul ne saurait mesurer dans cet instant suspendu) dure si... "longtemps" (ou si peu longtemps, peut-être).

Voilà, l'idée était de rendre le lecteur actif, à sa façon, en lui laissant tout un champ de possibilités et en ne lui imposant que le minimum (d'où, par exemple, l'absence de lexique trop évident, ce qui peut faire penser à un alambic au pire, ou à des métaphores au mieux).

Enfin, tout n'est pas confidence dans ce que j'écris ;-)
Parfois, et même souvent, j'y mets beaucoup de ce qu'on me confie.
Alors si confidences il y a, il se peut que ce soit celles d'autres. Comme il se peut que je les partage...

Publié le 07 Février 2024
3
Bonsoir@Damian Jade. Beau, poétique, métaphorique, contemplatif, méditatif, un tantinet alambiqué... une réussite pour les amateurs du genre, mais un léger regret pour moi, car je préfère de loin le style pour lequel j'avais eu un vrai coup de cœur à la lecture de "La complexité des choses simples". Je sais que tu le sais, mais je réitère : je préfère Damian Jade spontané, qui écrit aussi avec son corps, à Damian Jade qui se regarde écrire, et ne le fait qu’avec sa tête ;-). Indépendamment de ce goût très personnel, j’ai trouvé que la richesse du style tend à étouffer les émotions d’un récit qui en fourmille… /// Concernant le fond, et pour connaître un proche qui a vécu des expériences similaires sur une plage océane où il avait ses habitudes, j'ai lu une réalité plutôt qu'un fantasme. À travers ce filtre, l’acharnement à ne pas ouvrir les yeux m’a paru quelque peu improbable. Les garder fermés une fois que l’on a compris, que l’on est rassuré sur les intentions, oui, mais non sans apercevoir ne serait-ce qu’une silhouette à contre-jour ou derrières des lunettes fumées au préalable. /// Ceci sincèrement dit, je salue ce grand pas que tu as franchi dans la confidence. Pas qui motive peut-être ton choix « plumitif », d’ailleurs ;-), mais pas qui exprime une plus grande confiance en tes lecteurs. Merci pour cela. Merci également pour ce nouveau partage plus rapide que prévu. Bises et bonne soirée, Michèle
Publié le 07 Février 2024

@SIA DENIS Merci à vous. Oui, c'est un instant assez méditatif, en effet, lequel permet une meilleure connexion.
Damian.

Publié le 07 Février 2024
3
Merci pour votre magnifique récit qui m'a transportée dans cette très belle et paisible nature et qui m'a fait ressentir des émotions fortes. En le lisant, j'étais comme en pleine méditation. Bonne continuation sur le chemin de l'écriture.
Publié le 07 Février 2024

Merci @Annie G
Votre commentaire me touche :-)
Heureux que vous ayez été sensible à ma proposition.
Damian.

Publié le 06 Février 2024
3
Une courte lecture qui m'a surprise par sa poésie, d'abord, puis par sa sensualité. Le rapport à la nature y est très intense. Je l'ai lu comme un poème, avec presque des vers ryhthmés, presque des rimes. Puis comme un conte ou un rêve, empli de fantasmagorie. Joli style, sans prétention mais soutenu, délicat, avec quelques belles allitérations et autres paraboles. On aimerait vous croiser au détour d'un chemin, pour la paix que vous dégagez. Merci d'avoir partagé cette lecture, parfaite pour mon trajet en train.
Publié le 06 Février 2024