Annie Pic
Biographie

J'écris depuis l'adolescence. J'ai plusieurs romans à mon actif, ainsi que de nombreuses nouvelles. J'aime explorer le champs du possible. Je me passionne pour tout ce qui se confond avec l’imaginaire. Peu importe où le délire entre le rationnel et l’irrationnel entraîne ma plume. J'aime particulièrement le genre SFF qui me permet d’aller au delà de la cohérence et m’ouvre toutes les portes.

Annie Pic a noté ces livres

4
Bonjour Guisset Remy, Uguel le roi oublié, Tome 1, chapitre 13 et 14, sur ce court extrait, il est très difficile de se faire une opinion sur l’œuvre complète. A priori, j’ai relevé une ambiance très Game of thrones. Votre écriture paraît riche et dense. Vous semblez privilégier la narration, qui au demeurant est très imagée. À mon avis, il faudrait présenter au moins les 5 premiers chapitres pour pouvoir apprécier ou non, la qualité de votre ouvrage. Toutefois, j’ai pris plaisir à vous découvrir comme auteur. Bien cordialement. Annie
Publié le 20 Mai 2019
4
Bonjour Jean-François Dion, votre roman narratif dispense avec force détails les obsessions de Jean l’écrivain libidineux. En relatant ses frustrations avec verve et lucidité, en écrivant une histoire dans l’histoire révélant la hantise de Jean pour le cul de sa femme de ménage, vous décrivez d’une plume concernée une émouvante perversité. Ce n’est pas vraiment une de mes lectures de prédilection, mais j’ai pris plaisir à découvrir l’habileté de votre plume. Bien à vous. Annie
Publié le 09 Mai 2019
4
Bonsoir Alix Verne, dans cette suite incessante servie de Psychohistory, je m’en réfère à cet embryon subatomique, transhumain en devenir, procréant le dieu machine qui nous annihilera tous dans un abime de peur irraisonnée. J’adhère pleinement à cette vision chaotique d’un monde en devenir. Merci pour ce partage. Bien à vous. Annie
Publié le 07 Mai 2019
3
Bonjour Jean Claude Orban, votre univers SFF est assez proche du mien. Parmi vos nouvelles, j’ai lu avec un grand intérêt ‘La machine’ et ‘La carte postale’. Votre écriture est dépouillée, simple et efficace. Avec toutefois un léger bémol sur le ton un peu monocorde qui au fur et à mesure de la lecture tendrait plutôt à la desservir. Plus d’intensité dans la trame pourrait accentuer la chute de chacune de ces histoires. Au plaisir de vous lire. Annie
Publié le 03 Mai 2019
4
Bonjour Didier Leuenberger, « En Apesanteur » à la manière très ironique de commenter son voyage astral pour aller nettoyer les pauvres âmes dégoulinantes de souvenirs existentiels, dont le plus souvent, la noirceur prend le pas sur l’improbable félicité d’une vie bien remplie. Le narrateur dédramatise ainsi la fin d’un cycle, en l’occurrence sa mort, et réalise sa propre autopsie. Tout du moins, c’est ainsi que j’aie appréhendé cette lecture et soyez certain que je n’aie pas boudé mon plaisir. Bien cordialement. Annie
Publié le 02 Mai 2019

Pages